Mon fils et la politique.


Mon fils voudrait savoir comment se lancer en politique intelligemment, sans trop s'exposer,  dans un pays où il n'est pas facile de s'occuper de la cité ou de la nation sans risquer sa vie.
Dans notre groupe WhatsApp se trouve la livraison ci-dessous, complétée par un audio d'une quarantaine de minutes.
Cela pourrait donner des idées au politicien en herbe.

On va s’y prendre par quel moyen ?
Une feuille et un crayon suffisent.

Comment ?
Nos téléphones suffisent amplement.
Des goupes de 4 ou 5 personnes sont conseillés. Une formation au travail en équipe est indispensable pour être rentable, tout comme la conviction !

Quand ?
Quand nous voudrons conquérir notre indépendance, notre liberté. Toi, tu as l’avantage de connaître quand ton père a choisi d’agir : ce groupe commence à apprendre, qu’en 1976, j’ai choisi de m’investir dans la politique de mon pays et que depuis, je n’ai pas arrêté de travailler, comme dans les coulisses, pour certains, mais au grand jour, pour d’autres qui me connaissent.

Par qui ?
L’histoire du Congo est réalisée par ceux qui habitent le pays principalement. Mes aussi par beaucoup d’acteurs vivant à l’étranger. Tu le sais. Ta question me choque quelque peu : elle insinue pour moi que tu rappelles la colonisation, la servitude, le paternalisme, l’esclavagisme. Elle a un relent de parasitisme politique…

Et si l’on y arrivait ?
Si tu te juges incompétent, incapable, ignorant ou indiscipliné, commence par te former (compétences, capacités), t’instruire (connaissances, savoir) et t’éduquer (caractère, personnalité). Dresse un programme pour cela. Des ressources existent pour parvenir aux objectifs que tu te seras fixés.

Quels dangers nous guettent ?
La politique n’est pas une aventure. Nous vous laissons un audio ci-haut dans lequel nous exposons en vrac quelques points tirés de notre expérience. ☝🏿

L’actualité politique ?


De quoi est-elle faite ? Suivez cette série de messages WhatsApp.

[19/9, 20:32] Pas de jérémiades : agissons ensemble pour être plus forts : tout l’Est, le Congo tout entier, l’Afrique toute entière !


[19/9, 20:32] Sans oublier le Monde tout entier.


[19/9, 20:55] Exactement : cela est notre combat collectif.

[21/9, 00:36] Bertin MUDIMBU TSHISEKEDI le nouveau Directeur Général du FPI qui est-il ?
http://opr.news/46d3114d220919fr_cd?link=1&client=news

[21/9, 12:33] https://youtu.be/MWowG574Kr4

[21/9, 21:34] Vidiye Tshimanga sous MAP en route pour Makala.

[22/9, 20:39] La première dame de la RD Congo, Denise Nyakeru Tshisekedi, a participé, le mardi 20 septembre 2022 à New-York, aux USA, à un déjeuner de travail de l’Organisation des premières dames d’Afrique pour le développement (OPDAD). D’après la Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi qui rapporte l’information à 7SUR7.CD, cette séance de travail a eu lieu en marge de la 77ème assemblée générale des Nations-Unies.
http://opr.news/58f23334220921fr_cd?link=1&client=news

[23/9, 10:12] Kolwezi : plusieurs arrestations à l’hôtel du Général Philémon Yav.

Comments: il faut vite assainir l’armée pour ramener la paix dans le pays.
http://opr.news/20bc0578220922fr_cd?link=1&client=news

La victoire est au bout !


Notre pays connaît beaucoup de problèmes à résoudre.

Ces problèmes ont des causes, des sources, des origines, des tenants que nous ne connaissons pas toujours bien, d’un côté.

De l’autre côté, ces mêmes problèmes ont des conséquences, des effets, des suites, des aboutissants que nous subiront, si nous nous laissons lesdits problèmes nous accabler, sans les résoudre… Plus le temps passe, plus le prix à payer s’accroît !

Comment faut-il procéder pour faire de notre Congo un jour un havre de paix et de prospérité, un pays dont les citoyens maîtrisent le destin, le devenir ?

Nous pensons qu’il nous faut procéder à une analyse méticuleuse de la situation insatisfaisante dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, ensemble.

Certaines personnes sont d’un autre avis : elles ont choisi la voie de la rébellion, qui considère les régimes de Kinshasa comme étant ceux des traîtres, à tuer à tout prix, pour les écarter du chemin de notre destin. D’autres, en revanche, pensent que Kinshasa ferait de son mieux, mais que ce soit la communauté internationale qui s’évertue à nous barrer la route du progrès ; de peur que le Congo devenu grand ne se venge contre ses ennemis passés, présents et à venir ; internes et externes…

Nous offrons, depuis décembre 1999, un cadre de travail national où nous accueillons tous les congolais qui voudraient bien patiemment et résolument conduire une analyse fine, complète, poussée, achevée de notre condition… Pour mettre à la disposition du pays une solution complète, efficace, à ses problèmes. La valeur de cette solution doit être validée pour ne pas connaître une paix éphémère ni partielle : géographiquement ou sectoriellement.

Pour notre part, nous avons déjà formulé plusieurs propositions et les avons même déjà testées sur terrain, avec peu de succès, pour ne pas parler d’échec cuisant !

Notre offre est libérale et correspond à nos convictions culturelles, religieuses et politiques ; tandis que l’âme du congolais est majoritairement communautariste ; du moins, à ce qu’il nous semble. Bien plus, l’origine coloniale de notre nation, la forte multi-culturalité de notre société, les antagonismes anciens entre certains de nos peuples, les convoitises des rapaces internationaux, les traîtrises légendaires de certains d’entre nous, rendent difficile, mais pas impossible, l’obtention d’un consensus national à une échéance raisonnable.

Il faut donc s’armer de beaucoup de patience, pour continuer la quête du développement congolais !

Un choix politique…


Le pays ne s’en sort pas. Alors que le MNC nous annonçait la liberté et la prospérité ; le MPR lui annonçait le service à la nation et non à soi-même ; l’AFDL a prôner le nationalisme que le PPRD, comme lui, a prétendu continuer en y ajoutant 5 chantiers.

Le régime, le gouvernement, le parlement, l’administration et nous, citoyens congolais, avons oublié Jéhovah, depuis que nous avons choisi de nous positionner à gauche, avec de faux communistes ou plutôt de faux communautaristes.
Choisissons qui nous voulons servir : Dieu ou Mammon.

Le choix opéré, notre action sera plus clair ou plus éclairée, plus efficiente et nos fils pourront avoir la fierté de nous avoir pour parents.

Partis, courants, mouvements ou projets politiques


[19/7, 13:32] C

Y a-t-il un courant politique en RDC? Je ne suis pas spécialiste en sociologie politique, je pense cependant qu’aucun parti politique de la RDC ne repose sur un courant politique.
En revanche, les formations politiques en RDC sont opportunistes et électoralistes voire alimentaires.
[19/7, 14:43] GPAU

Prof,
C’est quoi que ce courant politique que devrait choisir chaque parti politique ?
Un parti donné, peut avoir pour politique de ne suivre aucun courant politique en vogue…
Beaucoup de mouvements politiques aujourd’hui sont des divorces d’avec ces schémas obsolètes et parfois jugés aliénants ou réducteurs de nos jours.
Le Mouvement Réformateur belge (MR), dans lequel j’évolue, est une mixture de 4 courants politiques de la droite belge. Il tient la route et se positionne très bien dans le Royaume.
Plus fondamentalement, les partis politiques ne sont pas les seuls lieux où s’exercerait ou se pratiquerait la démocratie et la citoyenneté.
Remettons ces choses, pas que bonnes ni utiles, copiés des autres nations.
Travaillons à être et à demeurer nous-mêmes !
Le MPR avait une bonne idée, mais il l’avait trahit par sa motivation hégémonique et raciste !

Que sont nos partis politiques ?


[19/7, 09:32] Dr Fikiri: C’est une analyse à ne pas négliger
[19/7, 09:36] Jules Kasereka: https://fb.watch/em25NY7euB/

*Officielle : *Le Patriote- Volontariste Butondo Muhindo Nzangi lance son nouveau parti politique ce mardi 19 juillet 2022 en ville province de Kinshasa.*
Suivre en direct le lancement de ce parti de masse en #RDC ce mardi à 11h30 heure de l’est sur  » MIshapi voice tv » , sur youtube et sur la page facebook du Groupe de Presse la République

Celcom A.V.R.P
[19/7, 09:37] Norbert Kalindula: On aura tout vu dans ce pays des tondeurs.
[19/7, 09:37] G. Paluku Atoka Uwekomu: Là n’est pas le problème majeur, à notre avis !
Le problème c’est que nous avons des partis qui ne le sont que de nom, en raison de la déliquescence de l’administration et de la déchéance de notre gente congolaise. Dressons une liste de nos partis qui contienne leurs membres, leur idéologies, leurs réalisations, leur destin. Nous comprendrons vite notre échec politique et connaîtrons sa source !
Cela nous aidera à mieux organiser nos partis politiques, si jamais ils nous sont utiles !

Mobiliser sa base.


Vous connaissez des personnes qui politiquement vous écoutent, suivent, soutiennent, appuient ; mettez-les à contribution pour la purification de notre espace politique et la préparation de notre victoire dans le combat contre la trahison, l’esclavagisme, la colonisation, la fainéantise, la dictature, la pauvreté, l’obscurantisme, le parasitisme et contre les autres maux comparables.

Pour ce faire, suivons les conseil de Paul : 1 Thessaloniciens 5:8.
« Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l’espérance du salut. »

Si, les 80% de congolais chrétiens que nous sommes, suivons ces conseils, Dieu déversera certainement sur nous sa bénédiction.

Mal conclure…


Cher ami,
Il faut justement éviter cette conclusion.
Pourquoi ?
Certes on peut croire que nous sommes responsables de notre échec si nous refusons de voir la vérité en face.
Quelle vérité se trouve en face de nous, si ce n’est pas l’échec du lumumbisme et la réalisation des prédictions du PNP ?
Colette Brackman avait expliqué comment en 1960, les Belges avaient corrumpu les soit disant Congolais modérés avec 7 millions de dollars pour empêcher l’elan nationaliste de Lumumba. Ils ont appuyé la sécession katangaise et financé d’autres rebellions.
Mon père a soutenu la thèse du PNP et ma famille en paie les frais jusque aujourd’hui. Pour le reste, un socialiste peut-il dire du bien d’un capitaliste ? La colonisation belge est abjecte. Qu’en est-il de la colonisation « kinoise » ? Les belges ne sont plus au pouvoir, théoriquement. Les rebelles actuels combattent-ils les belges ? Écoutons et observons-les attentivement. Il y va de notre lendemain, mes chers frères !
Ensuite ils ont mis au pouvoir leur pion Mobutu. C’est encore eux qui ont amené l’AFDL et tous les troubles que ce pays connait aujourd’hui.
Que je sache, au fondamental, ni le MPR ni l’AFDL ni la CODECO ni le M23 ne sont des faits occidentaux.
Rappelez-vous du chien sur un arbre dont Mobutu avait parle pour citer le Rwanda.
Nous devons nous peuple nous efforcer de changer cet Etat de chose. La première est celle de dénoncer tout haut ceux qui sont nos ennemis.
Nous connaissons nos fautes du passé et du présent. Nous ne voulons pas les corriger ni repecter les désirs des uns et des autres. Tant que nous n’exigérons pas le respect du congolais, tant que nous ne sanctionnrrons pas les fautifs, tant que nous nous délecterons de la fausse religion, le pays ne sera pas en paix. Commençons par des choses basiques. Mettons-nous autour d’une table nationale ou des tables régionales. Traçons notre destin ou nos destins. Travaillons notre projet de société ou nos projets de sociétés !
Changer les alliances et se focaliser sur notre avenir.
Tout est important : notre passé, notre présent, notre lendemain. Notre passé colonial et esclavagiste est regrettable ; notre présent de dictature, de colonisation et d’esclavagisme est ingnominieux ; notre avenir incertain est inacceptable et appelle notre mobilisation pour l’indépendance, la liberté, la fierté…
Étudier calmement d’autres stratégies pour nous libérer.
Commençons par nous organiser dans nos familles, dans nos villes, dans nos provinces, pour débouter le dictat de Kinshasa, contrôler démocratiquement notre destin.

Fonds publics, budget national.


[5/5, 20:43] +243 974 096 073

Les fonds publics sont mal perçus et gérés pour faciliter le pillage par les oligarques, il faut une gouvernance électronique pour atteindre le triple du budget Matata dans moins de 10 ans.

[5/5, 20:58] GPAU.

Une décision politique suffit à faire passer la RDC de la pauvreté à la richesse :

  1. obligation de travail pour tous les plus de 24 ans ;
  2. obligation de qualification pour tous les travailleurs : un moratoire de 3 ans pour se qualifier dans le domaine de son choix ;
  3. obligation scolaire jusqu’à 21 ans ;
  4. salaire minimum supérieur au minimum vital ;
  5. tension salariale (salaire maximum divisé par le salaire minimum) inférieure à 5.
  • Voilà la recette que nous, Projet 2014 (https://projet2014.com/inscription), vous demandons de soutenir activement.
  • Le budget de l’État correspondant n’est pas ce à quoi vous pensez : c’est un minimum de 1.170 millards de dollars produits par les congolais, pour les congolais, dans un delai de moins de 10 ans ; selon notre bon vouloir !
  • Et même si sela devait nous coûter 50 ans de travail, cela vaut mieux les budgets de misère, de colonisation et d’esclavage que propose nos concurrents politiques.

Des erreurs en plus…


Dialogue de Nairobi avec les groupes armés : une nouvelle œuvre de déconstruction de notre grande nation, la RDC. Sommes-nous toujours condamnés à perdre ?

Aujourd’hui je suis de nouveau déçu de constater que nous jouons à l’imbécile à Nairobi en accueillant des groupes armés dont nous savons qu’ils sont constitués des éléments rwandais et burundais, sinon des rwandophones, activistes de l’expansion rwandaise en RDC. J’ai comme l’impression que la majorité des groupes armés… des autochtones ne répondent pas présent à cette rencontre.

Dès le début du mandat de l’actuel Président de la République, j’avais encouragé la ministre d’État aux affaires étrangères de l’époque d’envisager toutes les voies diplomatiques afin d’obtenir la tenue des dialogues politiques entre le Rwanda et ses groupes armés qui opèrent en RDC (FDLR, RNC, NGUMINOS etc.), le Burundi et ses groupes armés (FOREBU et de la RED- TABARA etc.) [et l’Uganda et ses groupes armés (ADF, NALU, etc.)]. Et nous disposions de deux opportunités contextuelles majeures qu’il fallait mettre à profit : d’abord la rupture des relations diplomatiques entre le Rwanda et l’Uganda d’une part, et d’autre part entre le Burundi et le Rwanda. Cette isolation du Rwanda devrait nous être profitable. Et enfin, la présidence congolaise de l’Union Africaine.

Malheureusement pour la première opportunité rien n’avait été fait, les gens jubilaient encore pour la conquête ethnique du pouvoir, et pour la deuxième opportunité, la RDC avait curieusement focalisé son mandat sur la culture et la masculinité positive, au lieu de se focaliser sur des questions existentielles de notre nation.

Point n’est besoin de rappeler que toutes les violences armées qui secouent la partie orientale du pays sont essentiellement des guerres par procuration, bien que camouflées sous des revendication communautaristes des populations non-autochtones, qui sans ethnie, revendiquent brutalement une certaine souveraineté coutumière et un quelconque pouvoir sur des terres appartenant aux autochtones. Atmosphère cyclique qui n’a toujours eu qu’un seul perdant à coup sûr : la RDC.

En l’absence de la volonté politique d’en découdre militairement, les populations comme les Ba Nande , les Bembes et les autres sont celles qui, en servant de bouclier anti-balkanisation du Grand Kivu et la cession de leurs territoires, sont aujourd’hui victimes du vrai génocide.

Diplomatiquement , tout en sachant que la diplomatie Britanique ne nous arrange pas depuis un temps , la RDC peut profiter de la tenue du sommet des pays du commonwealth envisagé à Kigali en Juin pour demander à ces Etats Anglophones d’exiger au Rwanda de tenir un dialogue politique avec les groupes armés Rwandais opérant en RDC.

Militairement et cela dans un premier temps, mobiliser et déployer au front oriental les unités armées issues du MLC et du RCD/KML ayant intégré les Forces Armées de la RDC. Et exclure l’idée d’une force régionale.

Et enfin je réitère mon inquiétude sur la présence des forces armées de défense du Rwanda en Centre-Afrique dans le cadre des casques bleus de la MINUSCA dirigée par une Rwandaise. Nous veillerons à ce que le Rwanda ne serve de cette mission pour implémenter sa stratégie d’encerclement de la RDC.

Ambassadeur Arthur Omar Kayumba.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=411618610966877&id=100063562252104


Un dialogue un urgent n’a pas encore eu lieu : celui à avoir avec le congolais.

Que voulons-nous ? Quelle attitude souhaiterions-nous prendre, en tant que nation, vis-à-vis des groupes armés dont plusieurs sont des émanations des choix de nos peuples, alliés ou pas à des peuples frères ?

La politique gouvernementale est-elle en phase avec les désirs de nos peuples pour être viable et à soutenir ?

Existe-il des voies alternatives plus efficientes pour la résolution de l’insécurité dans notre pays ?

Qu’est-ce qui expliquerait les échecs politiques cumulés depuis 1960 dont nous n’aurions pas encore tenu compte dans le passé ou dont ne tiendrions pas compte aujourd’hui ?

Qui sont capables de conduire un mouvement qui provoque le changement indispesable, nécessaire ou utile ; et comment les promouvoir de manière efficiente ?

%d blogueurs aiment cette page :