Kinshasa

 


  • Ce que pensent les étudiants de l’Université de Kinshasa, la plus grande de la RDC : https://www.youtube.com/watch?v=5LPWYqTsG4s&x-yt-ts=1421828030&x-yt-cl=84411374&feature=player_detailpage
  • RDC : la police tire sur les manifestants anti-Kabila à Goma

    L’essentiel

    • Des manifestants s’opposent depuis trois jours à une nouvelle loi qui pourrait permettre à Joseph Kabila, président de la RDC depuis quatorze ans, de se maintenir au pouvoir.
    • Le Sénat, qui devait se pencher ce jeudi sur cette loi, a reporté sa séance plénière à vendredi.
    • Une ONG accuse la police congolaise d’avoir tué 42 personnes en trois jours, ce que conteste le gouvernement.

     

    image:http://s1.lemde.fr/image/2015/01/22/768×384/4561598_3_8d33_apres-trois-jours-d-affrontements-de_f97ce59aa0b959a9304e0c1b07b9fa49.jpgAprès trois jours d'affrontements, de violences et de pillages, provoqués par un projet de loi électorale contesté, la vie retrouvait un semblant de normalité jeudi 22 janvier dans la capitale de la RDC.

    « Kabila, dégage ! » Le cri de colère qui traverse la République démocratique du Congo (RDC) depuis trois jours ne s’épuise pas. En cause : une loi électorale controversée qui pourrait permettre au président Joseph Kabila, en poste depuis 2001, de rester au pouvoir au-delà de la fin de son mandat, en 2016. Signe que la protestation gagne du terrain, le Sénat, qui devait examiner le texte jeudi 22 janvier, a reporté sa séance plénière à vendredi.

    Après trois jours d’affrontements, de violences et de pillages, la vie retrouvait un semblant de normalité jeudi à Kinshasa, la capitale. Les forces de l’ordre ont bouclé néanmoins les abords du Parlement et empêchent la presse d’approcher de l’université.

    La situation est par contre beaucoup plus tendue à Goma, dans l’est du pays. La police à ouvert le feu à plusieurs reprises sur quatre cortèges de manifestants hostiles au président. Selon un correspondant de l’AFP sur place, deux étudiants ont été touchés par des balles.

    Lire (abonnés) : Kinshasa s’enflamme pour réclamer le départ de Joseph Kabila

    42 MORTS SELON LA FIDH

    Jeudi, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) a accusé la police congolaise d’avoir tué 42 personnes en trois jours en réprimant des « manifestations pacifiques » à Kinshasa, ce qu’a fermement contesté le gouvernement. La FIDH a affirmé :

    « Comme cela est malheureusement devenu récurrent en RDC, les forces de sécurité ont à nouveau fait preuve d’une réaction totalement excessive et disproportionnée, en tirant à balles réelles sur des manifestants »

    Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a récusé le bilan de la FIDH. « Nous avons douze morts, dont un policier : trois le premier jour, huit le deuxième et un hier », a-t-il affirmé. « La FIDH devient de plus en plus excessive [et est] manipulée par un groupe de Congolais » en exil, a-t-il ajouté, accusant l’ONG de chercher simplement à « nuire au gouvernement congolais ».

    LE VOTE AU SÉNAT REPORTÉ

    Un collectif d’opposants a appelé à « occuper massivement » le Parlement pour faire barrage au projet de révision de la loi électorale qui provoque la polémique. Le texte a été adopté samedi par la chambre basse du Parlement et devait être mis au vote ce jeudi au Sénat. Mais la séance plénière a finalement été reportée à vendredi car « la commission n’a pas fini d’examiner la loi », selon le bureau du rapporteur du Sénat.

    >> Lire : RDC : 6 questions sur le nouveau gouvernement de Kabila

    Si la loi est modifiée, elle permettre à M. Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son mandat alors que la Constitution lui interdit de se représenter.

    Lire : Ces chefs d’Etat africains qui s’accrochent au pouvoir

    Les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux – Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Belgique, l’ancienne puissance coloniale – exhortent les autorités de la RDC à abandonner ou remodeler ce projet de réforme électorale à l’origine de la flambée de violences.

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/01/22/le-gouvernement-conteste-que-les-violences-a-kinshasa-aient-fait-42-morts_4561579_3212.html#Bmd6Od7Q6FT77Lmm.99


  • Le vent a tourné à Kinshasa.  Mende aura de plus en plus difficile à s’exprimer…  Il viendra peut-être un moment où nous ne l’entendrons plus.
    C’est au gouvernement de l’imposture de nous expliquer pourquoi il tue les manifestants auxquels viennent se mêler des casseurs, non invité par l’opposition qui organise les manifestations de colère, de refus, de rejet de l’imposture.
  • Le gouvernement ne saura pas nous expliquer demain comment et pourquoi il a pu laisser la police tirer froidement sur autant de congolais – et peut-être d’étrangers.
  • La communauté internationale verra probablement le nombre d’exilés congolais augmenter dans les prochains jours.  D’aucuns en effet se doutent que les méchanceté des hommes aux pouvoirs à Kinshasa sera difficilement pardonnable par le commun des congolais qui n’attend plus que de venger ses frères tués, rien que pour se venger.
  • Les chrétiens congolais, d’un nouveau type, que nous connaissons aujourd’hui, nous offrirons certainement un autre spectacle de désolation.  Tous ceux que je rencontre n’ont plus la tête dans la Bible : cela n’étonne pas !  Le mobutisme a eu raison de la religion : il n’y tout simplement de chrétien compatissant en RDC.  Cela explique que la dictature dure depuis 1965, jusqu’aujourd’hui, en présence de pas moins de 85% de chrétiens…  Nés d’eau, d’esprit et de feu !  Alléluia !
  • Si le pouvoir, le gouvernement, le parlement et l’administration de la RDC pouvaient mettre tout cela devant eux, plus personne ne continuerait à se battre dans les rues.  Toute la RDC se transformerait en un lieu de prières et en confessionnal.  Il n’en est rien !
  • Manifestations anti loi électorale: au moins 42 morts, selon la FIDH

    Kinshasa, 21/01/2015 (VOA / MCN, via mediacongo.net)

    Au moins 42 personnes ont été tuées depuis lundi en République démocratique du Congo (RDC) lors de manifestations contre un projet de révision de la loi électorale susceptible d’entraîner le report de l’élection présidentielle de 2016, affirme mercredi la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH).

    Le gouvernement de Kinshasa, pour sa part, fait état d’un bilan de 15 morts, pour la plupart des pillards abattus par des vigiles privés.

    D’après Paul Nsapu, secrétaire général de la FIDH pour l’Afrique, la majorité des victimes ont été tuées alors qu’elles participaient aux manifestations politiques.

    Les heurts se sont poursuivis mercredi pour le troisième jour consécutif, la police tirant des grenades lacrymogènes afin de disperser les manifestants rassemblés sur le campus de l’université de Kinshasa et dans trois autres secteurs de la capitale.

    Dans le quartier central de Matete, un témoin a rapporté que les forces de sécurité avaient tiré à balles réelles sur les protestataires, qui ont érigé des barricades de pneus enflammés et lancé des pierres sur les policiers.

    Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a fait état de onze morts mardi lors des violences et de quatre autres le jour précédent. L’opposition parle d’au moins 13 morts lundi.

    Lambert Mende a précisé que des vigiles privés avaient abattu dix civils qui participaient mardi à des pillages et a fait état d’un mort parmi les policiers.

    « Nous n’avons constaté aucune manifestation près du Parlement (…) Il s’agissait uniquement de pillage, d’extorsion, de destruction et de vandalisme », a-t-il souligné.

    La réforme proposée par le gouvernement prévoit un recensement de la population avant l’élection présidentielle. Pour l’opposition, il faudra des années pour mener à bien cette opération, ce qui signifie donc un report du scrutin et le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

    Ce projet, approuvé samedi dernier par la Chambre basse du Parlement, doit être présenté au Sénat jeudi pour vote après un débat général qui a eu lieu mardi.

    Joseph Kabila est arrivé au pouvoir après l’assassinat de son père en 2001. Il a remporté en 2006 et 2011 des élections présidentielles très disputées. La Constitution lui interdit de briguer un troisième mandat.
    Kinshasa, 21/01/2015 (VOA / MCN, via mediacongo.net)

  • BREAKING NEWS ALLERTE ROUGE
    Enlèvement d’une centaine de jeunes gens dans la commune deNgaba à Kinshasa, comme je vous ai dit au tel tout à l’heure, les militaires de la Garde républicaine ont fouillé ce mercredi 21 janvier chacune des maisons de la commune deNgaba. Ils ont amené tous les jeunes qui s’y trouvaient, plus de 100, pour une destination inconnue. Ils ont promis de boucler de nouveau la commune cette nuit pour exterminer cette jeunesse dite révolutionnaire.Les actes de pillages de la journée du 19 janvier ontcommencé avec les policiers qui tiraient les premiers sur les serrures des commerces comme celui de Congo futur ou encore ceux des chinois afin de les piller. Une fois qu’ils avaient terminé, la population pouvait alors se servir. Malheureusement on ne parle que des civils comme pilleurs. Même la radioRFI est tombée dans ce piège. Et pourtant, ce sont les policiers qui sont les principaux et les premiers auteurs des pillages. La foule ne les a faits que suivre.Lire la suite ici : http://desc-wondo.org/enlevement-dune-centaine-de-jeunes-et-pillages-par-des-policiers-a-ngaba-kinshasa/#sthash.O4zLM3zT.dpuf
  • [21/01/2015 17:31:54] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: ++++ FLASH !! FLASH KINSHASA ++++
    l’Église catholique organise une marche demain jeudi 22/01/2015 sur toute l’Étendu de la capitale jusqu’au palais du peuple pour dire NON aux massacres des Kongolais et dire NON à la révision constitutionnelle (source: prêtre Kinshasa) INFO News dans la nuit de Mardi à Mercredi il y a eu plusieurs enlèvements des jeunes dans la commune de Bandalungwa Cartier Sykine vers 4h00 et 5h00 du matin et on me signale,a BANDAL SYKINE en ce moment il y a une très forte présence de la garde présidentielle dit BANA MURA avec un dispositif impressionnant :des hommes armées jusqu’au dent avec char d’assauts qui bloquent toutes accès…..source population et en ce moment il y a soulèvement à ndjili

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s