Ce que croit un Congolais…


Transmis ici tel que reçu sur WhatsApp.

FLASH !!! FLASH !!! FLASH !!!
CECI EST UN MESSAGE TRÈS IMPORTANT POUR NOUS CONGOLAIS.

L’évêque Mukuna ainsi que le cardinal Ambongo tirent la sonnette d’alarme pour réveiller le congolais distrait et non organisé contrairement aux autres peuples.
Ceux qui nous font mal à la tête, les Tutsis sont très organisés, pas comme nous, et vous verrez que leur cause va être très médiatisée plus que nos millions des morts qui périssent chaque jour à l’Est. Nous sommes encore une fois très distraits. Nous nous combattons entre-Nous pendant qu’eux préparent l’opinion internationale. Avec certains “compatriotes” aigris des dernières élections, et leurs officiers et militaires infiltrés, ils vont déclencher une guerre à l’Est pour se “protéger” et déclareront la sécession du Kivu qui signera des accords de coopération militaire et économique avec le Rwanda. Les États-Unis et la France vont pousser l’ONU à reconnaître le nouvel État. Et nos politiciens qui se bagarrent aujourd’hui ouvriront les yeux avec retard. Beaucoup des politiciens “congolais” aujourd’hui à la tête des institutions, armée, ministères, rejoindront le nouvel État pour en devenir des dirigeants. Beaucoup d’armes et équipements militaires sont envoyés à l’Est, laissant le reste de la République à découvert, et bien ces mêmes armes seront la propriété du nouvel État du Kivu. Le Soudan du Sud servira de jurisprudence, on vous dira que c’est le seul moyen d’arrêter les tueries à l’Est. Le message des “Banyamurenge” circule déjà dans les sphères diplomatiques de Washington. Nous fréquentons ces sphères et constatons un élan de sympathie de la communauté internationale pour eux. On a jamais parlé de genocides pour les millions des morts congolais. Mais dans les chancelleries et institutions des droits de l’homme, on parle déjà de prévenir un genocide qui se prépare contre les “Banyamulenge”. Des compatriotes congolais du grand Kivu sont payés et utilisés pour lancer des messages de haine et menaces des tueries contre les “Banyamulenge”. Certains groupes Mai-Mai sont utilisés à leur insu par leurs chefs, rémunérés par les “Banyamulenge” pour tuer des pauvres “Banyamulenge ” sacrifiés pour la cause (On ne fait pas des omelettes sans casser des œufs) . Ces “massacres” que certains “combattants résistants” applaudissent, aident les planificateurs de cette prochaine sécession du grand Kivu à établir leur revendications de se protéger contre une certaine extermination de la “tribu Banyamulenge”.
Nous devons faire très attention, le plan pour découper la RDC est déjà en pleine réalisation et nous, nous dormons, nous nous insultons, nous courrons vers nos intérêts politiques et financiers qui en découlent. Ces gens sont très organisés, ils ont ouvert un compte dans les paradis fiscaux, des grandes multinationales leurs versent des millions comme subsides, certains pays occidentaux les soutiennent financièrement, ils font le commerce de coltan, cassiterites, or, diamants, lithium, café. Ils ont des capacités financières plus élevées que le budget de la RDC. Le lithium, le coltan et la cassiterite sont en train de remplacer le pétrole dans la technologie mécanique et informatique actuellement, celui qui les aura, contrôlera le monde, d’où l’importance stratégique du Kivu sur l’échiquier mondial. Dans les chancelleries à Washington, on pense que les dirigeants de la RDC sont très volatiles, ne savent pas respecter les accords qu’ils signent, en bref, ils ne sont pas dignes de confiance et sont très corruptibles. Tout le monde pense que le Rwanda en général et le Tutsi en particulier est beaucoup plus sérieux. Remarquez que nos marches et manifestations n’ont jamais été couvertes par la grande presse internationale suivie par des millions et n’ont jamais créé un grand impact dans l’opinion internationale. Vous verrez que la prochaine marche des “Banyamulenge “ va être très bien couverte. Ressaisissons-nous, il y’a toujours moyen de contrer ces plans.

  1. Nous unir et parler à l’unisson en tant que vrais Congolais qui protègent l’intégrité du territoire national. Oublions les frustrations des dernières élections, la priorité étant l’unité de la parole partout où nous allons.
  2. N’offrons plus nos médias en ligne aux “vendus” qui incitent au massacre des “Banyamulenge”, cela profite à nos ennemis, nous leurs offrons des preuves qui soutiennent leurs réclamations.
  3. Faisons comme eux, des contre-manifestations pour exposer leurs plans. Oublions d’être FCC, CASH, LAMUKA, etc, soyons d’abord congolais pour protéger notre patrimoine commun. On veut nous voler la partie la plus riche du pays actuellement.
  4. Que les dirigeants se retrouvent, maintenant, car les ennemis accélèrent le processus depuis le voyage de Félix en Russie. La Russie qui est au courant de ce plan veut le faire échouer. Vous avez remarqué que Trump n’a jamais reçu Félix, tandis que Poutine l’a fait. C’est parce que Trump ne veut pas montrer à la face du monde qu’il pourrait soutenir la RDC dans ce qui se prépare.
  5. Fermons nos frontières à la sortie des minerais bruts vers les pays frontaliers. Nos propres minerais financent la prochaine sécession du grand Kivu en gestation.
  6. Restons unis en cette période très critique que traverse notre pays.
    Que Dieu bénisse et protège la Rdcongo notre chère patrie.

BANDEKO BA CONGOLAIS, TO FUNGOLA MISU !
Partageons ce message dans tous les réseaux sociaux pour dénoncer ce plan.

Maluku ET l’Est !


[22/8, 12:02] +243 844 318 377

Félix Tshisekedi tient à la matérialisation de la Zone économique pilote de Maluku…
http://lebarometreonline.com/2020/08/22/felix-tshisekedi-tient-a-la-materialisation-de-la-zone-economique-pilote-de-maluku/


[22/8, 12:57] Paluku-Atoka Uwekomu:

C’est bien pour nos frères de Maluku que nous encourageons à bosser dur et à ne pas vendre toutes leurs parcelles de terre aux allochtones. Demain, ils se retrouverons à la case des lendu de Djugu et je crains que l’Ituri ne leur vole pas au secours…
Quant à Tshisekedi qui rentre dans la trace de Mobutu, nous voyons bien qu’il se moque de nous. Ce qu’il fait pour Maluku, qui n’est qu’une partie de la RDC, avec l’argent du contribuable congolais lui coûtera cher à terme !
Tout l’Est a payé pour Inga. Qu’en a-t-il tiré ?
Construisons la matrice des transfert Est- Ouest et voyons si elle procède de la solidarité ou de la colonisation et tirons la conclusion.

Ne dites surtout pas que nous soyons régionalistes : sachez que nous avons vécus 10 ans à Bunia et 11 ans à Kinshasa.

Nous plaidons pour l’obligation de travail pour tout majeur de plus de 21 ans, pour 6.259.500 FC bruts par mois, au moins, afin que chaque localité soit dans les conditions de se prendre en charge et que l’esclavage et la colonisation cesse dans notre pays !

Ituri : traités d’ESCLAVES ?


[22/8, 11:21] +243 811 872 500: Ituri : enfin la province dotée d’un budget 2020 évalué à environ 239 milliards de FC

Ituri : enfin la province dotée d’un budget 2020 évalué à environ 239 milliards de FC


Paluku-Atoka Uwekomu: Cette façon de considérer nous même notre pays, la RDC, et en particulier notre province, l’Ituri, nous déçois.
Ce n’est pas pour cet Ituri là que notre père Michel Ézéchiel Atuka Ukumu aurait accepté de se déplacer deux fois à Bruxelles, pour notre indépendance.
Partons d’une base de 5.200.000 habitants et de 6 habitants par ménage, chaque ménage vivant d’un brut de 12.519.000 FC/ménage/mois.
Le budget à viser est d’au moins 130.197.600.000.000 FC par an, parce que le grand employeur dans notre pays jeune sera encore l’État seul ou presque !
Seul, notre Projet 2014, depuis 1999, plaide pour notre indépendance et personne ne le vois. Tous nos gouvernements provinciaux sont de véritables ESCLAVAGISTES !
Si notre gouvernement se fixait au moins comme objectif d’aller dans cette direction pour les 50 prochaines années, nous le féliciterions. Ici, nous n’avons rien de tout cela. C’est ce qui nous fait dire aux ituriens : que les hommes qui compose ce gouvernement partent au plus vite.
Ce sont des assassins !

Ce samedi…


Tel que reçu.

Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser au sol. Samedi 22 août 2020, sous un mental d’acier nous vous souhaitons un bon week-end.

Les Etats-Unis ont suspendu tout soutien militaire au Mali après le coup d’Etat mené par un groupe d’officiers dans ce pays d’afrique, a indiqué vendredi un haut responsable américain.

Par ailleurs en RDC, une élève de 12 ans est morte mercredi dernier 19 août, après avoir reçu des coups de fouet administrés par son enseignant. Gemina Ofuseka était en 6 ième primaire dans un complexe scolaire privé à Kisangani en Province de Tshopo. Selon le ministre provincial en charge de l’éducation, Thomas-César Mesemo wa Mesemo, cet enseignant est aux arrêts, à la prison centrale de Kisangani, ou son procès en flagrance débuté jeudi 20 août, a été renvoyé en une date proche dans la même cour de cette maison carcérale.

Pour finir, respectons les règles d’hygiène pour éviter toute propagation de Covid-19 qui ravage sans pitié.

Ce n’est qu’en agissant au profit des autres que nous agissons en mode d’évolution.

Goma, Me Assani Longhe.


Nous souffrons une crise identitaire grave, nous congolais, nous africains. Nous ne savons pas qui nous sommes. La plupart ne savent mêmes pas ce que nous voudrions devenir. Curieusement, nous croyons encore former des nations…

De plus en plus, dans mon pays, la RDC, je rencontre des personnes qui ne connaissent même pas les noms de leurs grands-parents ni ceux de leurs petits-fils.
Ces mêmes personnes ne savent pas les valeurs pronées, défendues, par leurs ancêtres. L’histoire de leur patriarchie leur échappe totalement. Et qui pis est, beaucoup ne savent même pas d’où leurs pays vient… Surtout, ne leur demandez pas l’histoire de leurs patriarchies, clans, tribus, ethnies, races ou pays…

Dans mon pays, qui connait encore ce qu’était la religion de ses ancêtres et comment, pourquoi et quand elle soit disparue ? Nous n’aimons personne ; dès lors que nous n’aimons pas nos propres personnes. N’est-ce pas par là que tout dût-ce tout commencer, dans les années 60 ?

En organisant des MOOC d’instruction, de formation et d’éducation de nos masses, nous pouvons corriger ce qui doit l’être très rapidement et jouir de vivre en hommes libres : qui se connaissent, qui savent ce qu’ils veulent, et qui vivent en conséquence.

Nous recherchons ceux qui voudraient proposer des enseignements, des formations et des séminaires du genre pour l’Afrique. Une Afrique qui se recherche mal jusqu’ici ! Cliquer ici pour intégrer notre groupe Skype et participer à nos formations futures.

Où et comment trouver la paix ?


La paix ne vient pas d’autrui ! La paix, on la construit dans sa vie et gérant bien son rapport à soi-même et son rapport à autrui. Dîtes-nous, avec Kinshasa qui nous domine, qui trône sur nos peuples congolais, pouvons-nous être en paix ? Comment, quand, où et pourquoi ?

Si nous, congolais, nous entêtons à penser avoir la paix avec le pouvoir de Kinshasa en place, nous le regretterons amèrement, avant demain ! Cela, d’autant plus que le projet 2014 nous invite, vainement, à nous mettre autour d’une table pour construire victorieusement notre paix nationale, avec Dieu de notre côté.

Vers l’unité utile.


[5/8, 08:22] +256 700 468394: Bonjour l administrateur, que signifie projet 2014?alors que nous sommes en 2020? Juste une précision.
[5/8, 08:25] +243 823 986 222: Voilà 👍🏾
[5/8, 08:28] +243 810 701 642: Moi-même je me pose cette question !
[5/8, 08:43] +243 811 900 581: Quid ici ?
[5/8, 08:48] +243 824 712 059: Je comprends que les administrateurs de ce groupe doivent répondre à plusieurs questions posées pour faciliter la compréhension que de garder silence.
[5/8, 08:52] +243 819 312 292: Si non sans explication ça n’a pas de sens🤷‍♂️
[5/8, 10:36] Paluku-Atoka Uwekomu: Rédiger un projet de société le plus complet et le plus démocratique pour la RDC et le tester, en temps réel, sur terrain.
Passer de la République à une Union des États Indépendants du Congo pour en finir avec l’esclavage, la colonisation, la dictature, la médiocrité.
[5/8, 10:41] Paluku-Atoka Uwekomu: Nous ne sommes donc pas ici pour des infos ou chats, mais pour la rédaction en ligne et la réalisation sur terrain d’un projet national !
Voyez les réalisations à Bunia, Butembo, Kinshasa, Mahagi, Mulo, Bukavu… ici :

  • projet2014.com et
  • eaeasbl.com.
    [5/8, 10:48] Guillaume Kambalo Kasokosi: Rédiger un projet de société complet? Quand vous parlez de l’Union d’États Indépendants, quels sont ces États ?
    [5/8, 10:50] Paluku-Atoka Uwekomu: Plusieurs projets sont déjà proposés par nous aux congolais et testés sur terrain :
  1. Agroalimentaire,
  2. Enseignement,
  3. Coopératives,
  4. CNTIC,
  5. FEEC,
  6. Formations professionnalisantes en gestion de projets de développement local,
  7. CFC…
    [5/8, 10:56] Paluku-Atoka Uwekomu: Prend le temps de bien lire et comprendre le site du projet d’abord !
    Les réponses à tes deux questions y sont fournies, sans détour !
    [5/8, 11:01] Guillaume Kambalo Kasokosi: Okay!!👌
    [5/8, 11:22] Paluku-Atoka Uwekomu: « Projet 2014 » n’est pas l’année où nous sommes, mais le nom d’un projet, très controversé, dont je suis le géniteur et l’animateur !
    Lequel ?
    Celui qui est complètement décrit ici :
    https://projet2014.com.
    Pour le connaître, prenez le temps d’y lire ce qu’il est et ne pas vous faire du tort à écouter les ragots…
    Pour ce qui ne serait pas clair dans ce projet, nous répondons, avec plaisir, aux questions les plus vaches, pour avancer l’initiative et sa réalisation sur terrain !
    [5/8, 11:47] Paluku-Atoka Uwekomu: Il s’agit ici de rédiger le projet le plus complet et le plus démocratique que la RDC ait jamais connu ; et, de le tester, sur terrain, en temps réel.
  8. L’ambition donne du vertige à plusieurs paresseux et de la colère à tous les ennemis du Congo. Les premiers fuient, les seconds tentent un sabotage. Pendant ce temps, dans l’UE, notre seconde patrie, des parlementaires et des ministres nous suivent attentivement… La semestrialisation de l’enseignement est une proposition que la RDC ne considère pas, mais sur lequel l’UE se rapproche progressivement de notre schéma. Tout l’Occident va vers la séparation de la fonction enseignante et de la fonction évaluative que nous avons empruntée aux certifications industrielles… Le Congo lui, nous crache dessus.
  9. Le test sur terrain est périlleux : nos deux premiers participants au projet ont été menacés de licenciement, par le pouvoir d’alors, dans le trimestre de leur engagement : à Kinshasa comme à Butembo ! À cause de ce projet, nous sommes menacés de mort, même par des membres de notre famille nucléaire ; et pas seulement par les régimes hostiles à nos propositions, étranges pour la majorité des congolais. Pourtant, nous testons le projet au pays et dans la diaspora.
    [5/8, 11:54] Paluku-Atoka Uwekomu: Frères,
    Bemba, Tshisekedi et Fayulu n’auraient pas échoué s’ils suivaient les conseils du Projet 2014.
    Le Kibali-Ituri (Ituri et Grand-Nord kivutien), mon terroir, n’aurait plus d’insécurité si ses politiques se penchaient sur mes folies pour en tirer quelques sagesses !
    [5/8, 12:08] Paluku-Atoka Uwekomu: Notre conviction demeure.
  10. Nous avons besoin de nous régénérer pour faire face aux vicissitudes du monde voué à Satan.
  11. Notre bonheur c’est l’accumulation du capital, prix dans son sens le plus large.
  12. Sans humanisme, la vraie démocratie, la paix est impossible entre nos peuples de la terre.
    Ce sont les trois piliers du projet 2014 : la chrétienté, le capitalisme et la démocratie.

De la, pour rédiger notre projet de société, nous congolais, nation issue de la colonisation belge, devons absolument passer par :

  1. la disqualification des hommes véreux que nous avons commis à la gestion de la chose publique ;
  2. la conduite de notre développement par projets écrits sous la houlette des hommes faits que nous auront commis à la gestion de la chose publique.

Pour l’instant, nos tergiversations, nous, peuples du Congo, trahison de nos identités, nous vaudront au moins 20 à 30 d’esclavage supplémentaires !
[5/8, 12:22] Paluku-Atoka Uwekomu: Nous nous posons des questions sans papier ni stylo à la main ? Nous mentons à nous-mêmes !

Le Projet 2014 commence lorsque vous arrêtez tout, prenez un papier et un stylo, remplissez 30 pages d’analyses ou de propositions, les confrontez à l’existant, avant de prendre le clavier et de poster, ici ou ailleurs, votre production, votre réalisation !
Le jour où nous serons 1 congolais sur 10.000 à le faire, de cette façon-là, la République mourra et le congolais commencera à vivre l’unité utile.

Utiliser les messageries électroniques et les VOIP


Notre pays souffre d’une insécurité généralisée et d’une pauvreté du plus grand nombre qui s’expliquent par plusieurs facteurs concourants.

Des messageries électroniques, conventionnelle et en ligne ; la téléphonie et la vidéophone ; mal utilisées, non mises en profit pour développer notre pays, ne nous permettent pas de résoudre les oppositions qu’il y a entre nos cultures, entre nos peuples, dont profitent les ennemis de notre émergence.

Si tout congolais communiquaient avec les congolais de l’autre bout du pays, en quête d’une solution à nos problèmes communs, tant économiques, politiques, culturels, sociaux, technologiques, spirituels et autres, beaucoup de pas en avant seraient déjà effectués.

Tous nos citoyens devraient être encouragé à utiliser ces différents types d’outils de communication pour travailler sur, élaborer et même conduire de bons projets de développement qui ne manqueront pas les ressources nécessaires à leur exécution, dans un pays aux potentiels que nous possédons.

Le Projet 2014 voudrait désormais vulgariser l’utilisation de ces outils en indiquant comment mettre en place le réseau télécoms nécessaire à une communication techniquement fluide et sécurisée.

! Mouvement de la Droite Congolaise, MDC !


Dire non à l’esclavagisme.


Accepter 2 €/jour comme salaire, là où le plus bas salaire devrait être de 150 €/jour, c’est cautionner l’esclavagisme.

Dans le village d’Ugudo de Mahagi, le journalier perçoit 2 €/jour en disant merci à son partenaire esclavagiste. Cet esclavagiste, le patron, l’employeur, le boss, dans toutes nos localités, du Nord comme du Sud, croit rendre un service à l’humanité.

La terminologie même doit être révisée pour aller vers la pais dans notre pays. Comment pourrions-nous connaître la paix tant que nos relations seront ceux d’un travailleur, d’un employé, d’un salarié, d’un collaborateur avec un patron, un employeur, un rémunérateur, un boss ? La relation professionnelle doit être repensée.

La RDC peut sonner le glas de la vraie relation de partenaires d’affaires. Ainsi, il n’y aura plus de pourvoyeurs de fonds et de pourvoyeurs de services, mais bien des parties prenantes aux projets…

%d blogueurs aiment cette page :