Hommes, femmes et lampes…


Qui les connaît ? Notre gouverneur. Il est bien au courant de ce qui se passe dans la province…

« Alerte !
Des Hommes lourdement armés sont visibles depuis la soirée de ce Mardi 16 Février 2021, au village LUMBAMALA du côté de TOKODO en entrant par l’endroit où on appelle ferme dépassant la Barrière de FONER à MUDZI BALA dans la chefferie des BABOA BOKOE à plus ou moins 5 km au Nord du Centre Ville de Bunia.
Des femmes qui revenaient du champs les ont mêmes appercus.
Présentement même la lumière de leur torche est visible.
Une intervention des autorités sécuritaires s’avère nécessaire.
La population de cette zone est en alerte maximale.
Il y a Urgence SVP. »

De WhatsApp

La crise mondiale…


Ah… Mon cher frère.
Le Congo n’est plus que dans nos têtes.

Sur le terrain, ne vois-tu pas que ce soit le règne des EUA qui se trompent encore une fois, avec les rwandais et les Nations Unies ; comme à l’époque de Mzee Kabila ?

Tshisekedi n’a pas d’autre personne, non conflictuel, à désigner comme premier ministre ?
Personnellement, je commence à sérieusement douter même de sa congolité, à voir, à considérer la manière dont il trahit le Congo, à tous les coups, depuis son accession au pouvoir !

Que Dieu nous garde de ces assassins. Notre peuple est démissionnaire, à l’instar de nous, européens, comme l’a dit une de nos parlementaires, de l’UE qui, elle aussi, traverse la même crise politique…

Nous n’avons plus d’hommes politiques de valeur.

Activités 2020 – Kinshasa


République Démocratique du Congo

ASBL Échanges Afrique-Europe

EAE ASBL

SUCCURSALE DE KINSHASA

Personnalité Juridique : N°JUST/SG/20/1699/2019


N° F92/D.E/1.238

Acte d’Existence N° 17.005 de l’hôtel de ville de Kinshasa

 

LISTE ACTUALISEE DES MEMBRES EFFECTIFS ET ADHERENTS

Conformément aux statuts et règlement de l’EAE ASBL, les personnes dont les noms suivent sont membres effectifs et en ordre de cotisations depuis leurs inscriptions à l’EAE ASBL/succursale de Kinshasa jusqu’à ce jour :

NOMS

ADRESSES

SIGNATURES

1 René BARAKA TIMOLO

Villa N°100, Quartier Cité-Verte 11e rue, Commune de Selembao.

 

2

MUBANGA KABEYA Pascal

10, motema, Q/Salongo, C/Limeté

 

 

 

 

 

 

Conformément aux statuts et règlement de l’EAE ASBL, les personnes dont les noms suivent sont membres adhérents depuis leurs inscriptions à l’EAE ASBL/succursale de Kinshasa jusqu’à ce jour :

NOMS

ADRESSES

SIGNATURES

1

Michel MULAMBA WA MULAMBA

72, Avenue Ndambu, Quartier Mateba, Commune de Ngaba.

 

2

GYBA PIMBO Augustin

34, Popokabaka, Q/Lodja, C/Kasa-Vubu

 

3

BABA KEBUI Donatien

Avenue Mundjana, Q/Mombele, C/Limeté

 

5

MONGA Vannerd

   

 

ADMINISTRATEURS BÉNÉVOLES

En remplacement de l’ancien comité de gestion, les personnes dont les noms suivent sont administrateurs bénévoles de la succursale de Kinshasa.

NOMS

FONCTIONS

SIGNATURES

1

René BARAKA TIMOLO

Administrateur Principal

 

2

Pascal MUBANGA KABEYA

Secrétaire Exécutive

 

 

 

 

 

PREVISION BUDGETAIRE 2020

  1. Ressources : cotisation des membres, dons et legs divers, subventions et subsides éventuels, produits d’activités de l’ASBL.
  2. Commentaires :

 

Note:

  1. la prévision budgétaire tient compte du rôle que notre succursale joue dans le développement de notre succursale.
Code

Libellé

Prévision en dollars

Prévision en euro

KIN01

Administration

250

 

KIN02

Cotisation annuelle

10

 

KIN03

Communication

500

 

KIN04

Frais de missions locales

500

 

KIN05

Formation

1000

 

KIN06

Autres dépenses

1000

 

TOTAL

 

 

  1. Au cours de l’année 2020, la succursale de Kinshasa veut contacter des tierces personnes en vue de constituer la provision nécessaire pour les projets locales. A cet effet, la participation personnelle consistante de tous les membres de la succursale est attendue.
  2. Des modifications pourront intervenir au cours de l’exercice budgétaire.
  1. Etats des Besoins pour le fonctionnement du bureau
Rubriques

Quantité

Montant unitaire

Montant Total

  1. Biens nécessaires :
  2. Ordinateur portable et fixe

     

  3. Imprimante multifonctions

     

     

  4. Equipement wifi

     

  5. Table en plastique

     

     

  6. Chaise en plastique

 

  1. Téléphone pour les animateurs

 

  1. Onduleur

 

  1. Stabilisateur

     

     

  2. Réfrigérateur

     

  3. Bac à papier

     

     

  4. Rayon classeur

 

2

 

 

1

 

 

 

1

 

2

 

 

10

 

 

4

 

 

1

 

1

 

 

1

 

2

 

 

2

   
  1. Frais de fonctionnement
    1. Collation des animateurs
    2. Communication

 

 

5

       

 

Note : L’EAE ASBL/Kinshasa possède ce qui suit :

  1. Ressources matérielles
  • 4 chaises et 1 table de bureau
  • 2 tabourets
  • 1 ordinateur fixe (entretien)
  • 1 climatiseur (entretien)
  • Des classeurs, rame des papiers, un cachet, une agrafeuse, fardes, un bassin et une brosse pour le nettoyage.
  1. Ressources financières
  • 50$ en caisse (cotisation des membres)

 

 

Fait à Kinshasa, le 13/02/2021

<

p style= »text-align:center; »>Pour l’EAE ASBL/Succursale de Kinshasa

Répondant Local Secrétaire Exécutif

René BARAKA TIMOLO Pascal MUBANGA KABEYA

Cannibalisme au Congo ?


Quand nous étions enfants, il fallait fuir le blanc, le méchant, le cannibale.

1966 : certains ne savaient pas à quel saint se vouer. Nous apprenions que que deux mercenaires blancs étaient mangés (en partie ?) par des noirs à Mahagi.

Hier, pour comme plusieurs autres fois, nous apprenons que des noirs mangent leurs congénères noirs à Batalinga, dans le Nord-Kivu. Le régime, le gouvernement, l’administration, l’église, ne disent rien ; l’insécurité n’émeut plus personne…

Dieu reste le seul juge !

Commencer vite et bien !


Le travail à abattre est immense, énorme. Il faut le commencer vite, mais bien. Le reste du monde a pris de l’avance sur plusieurs plans : spirituelles, sociales, culturelles, technologiques, scientifiques, politiques ! Cependant, cette avance n’est pas toujours pour le futur de l’humanité.
Nous échouons partout, mais nous gardons le sens de l’étique tout de même ! Nous ne savons même pas arranger nos parcelles, nous procurer de l’eau à boire, de l’électricité ou gérer un réseau téléphonique, de transport par avions, trains, automobiles ou ondes…
Je pense que le plus facile soit de rentrer dans nos villages pour les développer nous-mêmes et non pas de confier ce travail à des mercenaires, à des mercenaires ou à nos ennemis pilleurs étrangers et nationaux.
Presque tous nos dirigeants sont des incompétents et des immoraux, que nous ne connaissons que très mal.
Comment commencer un développement sur ce ton ?
Il nous faut des hommes faits, des hommes dont la moralité, la compétence et l’intelligence sont éprouvés.
Pour cela : il faut que nos peuples travaillent leurs indépendances dans l’amour les uns des autres pour construire une nation.
Pour le moment en effet, les gens se battent pour leurs intérêts égoïstes, de tribus, de clans, de langues, d’ethnies, de religions, etc.
J’ai donné le ton en allant à Jupugulo. J’ai compris que personne ne fera le développement de Mahagi correctement et paisiblement que les mahagiens eux-mêmes, dans leur terroirs. L’Ituri n’avancera pas tant qu’il sera dirigé par des gens qui pensent ne pas avoir intérêt à développer l’Ituri, mais qui trouvent en cette terre, leur marche-pied…
Les médias sociaux sont très mal exploités : il faut les utiliser pour créer des entités de travail multifonctionnelles, complémentaires, robustes, de haute technologie.
Comment veux-tu construire des peuples épannouis en misant sur la dance et des orgies ?
Certaines choses doivent être mises au point :

  • refuser l’animalité : ligoter, brutaliser, affamer ses semblables…
  • confier des responsabilités à des hommes sans qualifications, sans connaissances, sans moralité…
  • en finir avec le culte de la personnalité et la Répuglique qui l’incarne…

Qui sont ces deux blancs ?


Voici ce qui nous parvient du terrain nord-kivutien (WhatsApp).

Qui sont ces deux blancs ? Que font-ils là, aux côtés de ceux que l’on dit être des envahisseurs ugandais ?

Dans les rang des FARDC, voici que des hommes meurent et que d’autres sont blessés, encore et toujours. Dans une armée qui ne serait plus nôtre, selon plusieurs, comment savoir si c’est l’ennemi assaillant qui nous tue ou si c’est l’ennemi de nos rang ?

À opérer de mauvais choix électoraux, à tolérer l’imposture dans le pays, notre sort ne fait que s’empirer et notre ennemi gagne du terrain. Bientôt, nous risquons de voir d’autres blancs apparaître en Ituri…

Pendant que la fausse religion gagne du terrain, signe de notre d’échéance, ne nous nous étonnons pas que ceux nos ennemis nous devancent.

Cette année ne sera pas bonne : tant que nous carrosseries le mal et que nous éloignerons Dieu de nos projets. Ce qui suit n’est que le commencement de notre ignominie… (Nous avons corrigé quelques fautes de frappe uniquement).

Nord-Kivu

Hier, 1er janvier 2021, les éléments du 3202ème régiment, ont pris l’ascendance sur les terroristes des ADF/MTM au village LOSELOSE et les ont délogés de ce village situé dans le Secteur de Ruwenzori.
Bilan côté ennemi : 14 corps vus, dont deux blancs probablement des arabes.
Deux de nos héros soldats sont tombés sur le champ d’honneur, accomplissant ainsi leurs serment de « servir le pays, jusqu’au sacrifice suprême ».
7 soldats ont été blessés.
Pour l’instant le calme est revenu et les FARDC contrôlent cette partie du pays.

Antony MUALUSHAYI PP SOKOLA 1 GN

* Bonne année *


Ce 30 Dec 2020, JE DEMANDE AU PRESIDENT MARTIN FAYULU, DE PRENDRE DAVANTAGE DE DISTANCE FACE Â LA FORFAITURE.

Une image qui confirme 1000X que le Congo a un sérieux problème d’hommes.

■On triche stratégiquement avec JKK,
■On achète stratégiquement une majorité parlementaire « préfabriquée par JKK ».
■On invite stratégiquement les victimes/frustrés par JKK, à se joindre au « Train en marche »…

Pendant ce temps là, JKK en homme très libre, très protégé et hyper-remuneré du pays, va s’effacer de la scène politique pour tromper la vigilance d’un Peuple naïf et aveuglé par les chants des fanatiques des leaders politiques.

Leur refrain est resté le même : « Le Peuple d’abord », « Les intérêts du Peuple », « La volonté du Peuple »…. Tout qui contienne le mot magique et trompeur à savoir, « PEUPLE ».

Je prie au président élu #Martin_Fayulu, au cours de l’adresse à la nation qu’il tiendra ce 30 décembre 2020, de prendre davantage de distance face à cette nième forfaiture.
Le pouvoir pour le pouvoir, nous n’en voulons pas !!!

FaisonsLesChosesAutrement
CongoFautEbonga
CestEncorePossible

Dr Patrick LUYINDULA NUANISA MD,Msc
DeputNatMontAmba2023
KisensoMateteLembaNgabaLimete
Cadre ECIDE

Un autre prêcheur dans le désert…


Tel que reçu de M. Bino

LA TRANSHUMANCE POLITIQUE

Transhumance : c’est le déplacement des troupeaux des zones arides vers les pâturages encore verts.
Cette définition pourrait s’appliquer à la situation politique qui s’observe en RDC depuis UN mois.
Les corrompus du FCC sont devenus les corrompus de Fatshi. Les médiocres de JKK sont devenus les médiocres de Fatshi
Ils ont traversé le Rubicon, (la rivière Kalamu) pour se réfugier a Limite.
Chacun y allant de son argument ou de son prétexte pour justifier sa fuite…
Sans honte et sans idéal…ils s’en sont allés…
Vantant les mérites de ce qu’ils avaient vilipendé ;
Et vilipendant ce que hier ils avaient vanté et adulé !!
Canaan est devenu Egypte et l’Egypte est devenue Canaan !!
Ils se retrouvent, ils se reconnaissent tels qu’ils étaient, de l’autre coté.
Mais ils ne peuvent se regarder dans le miroir, ils y reconnaitront des monstres…

Quel est le secret de ce coup de force, de ce coup de poker ??
Les billets verts ou des jeeps ??
Mais ici, le résultat est spectaculaire…
Et le monde entier en est resté ébahi !!!!
Qui l’eut cru ?????

Le maitre d’œuvre est là, debout contemplant son ouvrage ;
Savourant les instants magiques de son action.
Celui qui les dénigrait hier en a fait son porte étendard.
Le panier à crabe a changé de propriétaire !!
C’est du bonnet blanc et du blanc bonnet !!
On prend les mêmes et on recommence !!
SACHEZ-LE !!!
Une crabe reste une crabe, sa nature demeure…
Chasser le naturel, il revient au galop !!
Qui a trahi, trahira…
La nouvelle bête DE SCENE s’appelle : Union Sacrée de la Nation !!

Mwasi ya moninga , elengi na kolula, na kotala…
Zua otiya YE na ndako… omona bolumbu ya nkoba !!

ALERTE PRECOCE
MOKOLO OKOYA KOYEBA EZA LELO

Ajabu

(Ajabu ou plutôt Adjabu = miracle ; mokolo okoya – koyeba eza lelo = le jour vient – aujourd’hui est le jour de la connaissance)

La technologie ou le cœur ?


[17/12, 23:38] +243 822 564 537

Pourquoi devons-nous parler de la distanciation sociale lorsque la technologie a instauré cette distanciation au sein de nos communautés ?

[18/12, 12:25] +32 486 741 704

Un bon sujet de débat, mais inopportun. Parce que la fumigation ou inhalation nous protège mieux que les vaccins produits par ceux qui ont fabriqué le Covid pour nous décimer et que par ailleurs la distanciation créé par la technologie n’est qu’un prétexte chez ceux qui, avec ou sans technologie, la trahison est un must.

Le problème est notre cœur. Lui connaissez-vous un autre traitement que la nouvelle naissance honnie de plusieurs ?

Peuple digne ou ignorant ?


L’article de Me Timothée Phungi, reprise ci-dessous, demande à être lu sérieusement et avec un sens très critique.  Il contient en effet des sujets importants qui touchent à notre développement et à inclure dans notre stratégie de lutte pour notre indépendance.

« La RDC, un pays de dignité… »
Cette affirmation est très contestable.  Nos cultures contiennent des valeurs à défendre, à propager dans le monde, il est vrai.  Nous sommes ouverts sur le monde, accueillants, directs, fiers d’être congolais…  Personne ne nous le conteste ; bien de peuples nous envient pour ces vertus…  cependant, ces valeurs, mises en face de nos défauts,  pouvons-nous dire que nous soyons un nation digne ?  Nos traîtrises, nos paresses, nos égoïsmes et nos vantardise ne font-ils ombrage à nos qualités par moment au point de nous rendre indigne de la terre bénie sur laquelle Dieu nous a placés ? Consentons-le : au Congo, cela toujours discutables, au regard de notre multiculturalité singulière.

« avec des dirigeants sans âmes »
Quand nous disons avoir des dirigeants sans âmes,  nous disons vrai.  Nos aïeux nous ont vendus aux étrangers (noirs, arabes, blancs, jaunes).  Nos parents perpétuent cette salle tradition qu’une certaine jeunesse absorbe et nous vaut la malédiction et l’ignominie qui accompagnent notre péché.

« le rôle de la
classe politique est premièrement celui de répondre aux crises qui secouent la société et d’améliorer les conditions de vie du peuple »

Cette vision, cette conception, colonialistes, de ceux qui sont appelés à diriger,  entretenues même par les universitaires, font que notre pays demeure culturellement, politiquement « en arrière ».  Cela nous rappelle ceux qui pensent tout le temps bas : « Sans les blancs, que pourrions-nous faire ? ».

« depuis l’indépendance, la classe politique est préoccupée par son positionnement dans les affaires de l’État et dans la société, car le paraître dans la société congolaise est devenu synonyme de réussite sociale »

Rien d’étonnant à cela.  Nous avons, depuis ce que Me Phungi appelle notre indépendance, choisi de construire une nation fondée sur le modèle communiste, emprunté à la Chine, que tous nos chefs d’état ventent depuis 1960 jusque 2020.  Le résultat est là : des congolais s’enrichissent ; d’autres sont seraient ciés…  En Chine.  N’est-ce pas de la cohérence, de la logique dans notre histoire ?  Ce que nous vivons n’est-il pas ce que nous cherchons par notre népotisme et notre fainéantise nationale ?  Nous avons des hommes d’État qui sont notre image, nos choix ou nos tolérances, nos compromissions.  C’est bien le « tata bo, mama bo, ekolo bo ? Moko ! »

« le peuple livré à lui-même ne sais plus à quel saint se vouer et il regarde, impuissant, ses conditions sociales se détériorer. »

Nous avons passer 32 ans au Congo avant de le quitter à notre 14ème année d’engagement politique libre et déterminé.  32 ans passés à Bruxelles ne nous ont pas séparés de la patrie mère, et encore moins n’ont diminué à notre engagement.  C’est bien le contraire…  C’est pour cela que nous savons que le peuple congolais  sait ce qu’il cherche : pour la majorité, c’est facilité pour sa tribu ; quitte aux ennemis de disparaître s’il le faut.  Une compatriote me disais récemment ce que pensent la majorité des nos patriotes : « Nous savons qu’il ne peut trahir…  Il faut le soutenir ».  C’est donc que la majorité des congolais connaît sa condition et son choix.  Cette connaissance est elle la bonne ?  Les prochaines élections nous le diront et Me Phungi se rassurera ou s’avisera.

« comment associer la misère aux ressources incommensurables et disponibles au Congo. »

1. Ce ne sont pas tous les congolais qui sont misérables : les congolais, prient, chantent et danses bien plus que les peuples insinués riches ici.
2. Les ingénieurs congolais ne nous ont pas encore mesuré la réserve de nos richesses.  Nous souffront d’un complexe d’infériorité et d’une ignorance de notre pays qui font que nous croyions, bien souvent, à des inepties qui viennent des bureaux des Nations-Unies et des « partenaires » étrangers…  Les carrences d’instruction, de qualications et de moralité expliquent ceci.  Notre enseignement doit être modelé pour nous aider à supprimer les barrières engendrées.

« Il serait donc insensé de notre part de parler indépendance et autonomie du Congo sans se perdre dans la confusion en présence de tant des potentialités humaines et naturelles. »

Me Timothée PHUNGI termine son posting sur une conclusion étrangement…

Finalement, sommes-nous dignes ou ignorants ?

De WhatsApp : Me Timothée Phungi

RDC, un pays de dignité avec des dirigeants sans âmes. Si le rôle de la classe politique est premièrement Celui de répondre aux crises qui secouent la société et d’améliorer les conditions de vie du peuple, dans notre pays depuis l’indépendance, la classe politique est préoccupée par son positionnement dans les affaires de l’État et dans la société, car le paraître dans la société congolaise est devenu synonyme de réussite sociale. Ainsi, le peuple livré à lui-même ne sais plus à quel saint se vouer et il regarde, impuissant, ses conditions sociales se détériorer. En lisant les écrits de Victor Hugo qui définissait la misère comme un état d’extrême privation des ressources nécessaires à la vie, on se poserait la question de savoir comment associer la misère aux ressources incommensurable et disponible au Congo. Ne faudrait-il pas chercher à comprendre de quelle manière on arrive à se priver de ressources existant à notre portée ? Est-ce par ascétisme, par contrainte, par libre volonté ou par complicité ? En suite, il est aberrant de constater qu’une grande nation comme le Congo ne produit rien. Tout s’importer. Note pays n’a aucun outil de production pour l’épanouissement de sa population. Il serait donc insensé de notre part de parler indépendance et autonomie du Congo sans se perdre dans la confusion en présence de tant des potentialités humaines et naturelles. Me Timothée PHUNGI

%d blogueurs aiment cette page :