La sécession katangaise de retour ?


Tel que reçu du groupe « Centre de géostratégie » de WhatsApp. Nous proposons quelques corrections mineures au texte.

Plusieurs propositions des [de] recommandations ont été formulées au cours de ce forum de l’unité et de la réconciliation des katangais. Notamment :

1) Réclamer le fédéralisme du [« dans le » ou « au »] Grand Katanga.
2) La réunification de 4 provinces du Grand Katanga en une seule province du Katanga. Ou d’ajouter le [l’ajout du] préfixe Katanga à toutes les autres [tous les noms des] provinces issues du Grand Katanga.
3) Interdiction aux chefs coutumiers de vendre des concessions des terres katangaises aux non-originaires.
4) Interdiction des mariages entre katangais et non-katangais pour préserver l’identité et [,] la culture et [les] coutumes katangaises.
5) Soutien aux Maï-Maï Bakata-Katanga, [:] ils sont des frères KATANGAIS. Ils poursuivent un objectif commun des [aux] katangais (La sécession katangaise et le fédéralisme.)
6) En justice, privilégier les frères katangais.
7) Dans les institutions public-privé, favoriser les katangais.
8) Lutte pour la renaissance katangaise, l’indépendance .

Nande : désormais des nilotiques ?


Voici une information qui donnera des insomnies à certains… Pourquoi dis-je cela ?

Je la tire du groupe WhatsApp du Projet 2014. Et tout tend alors à dire que bientôt, il ne sera pas surprenant de voir plusieurs passer leur test d’ADN pour se rassurer.

En attendant, je vous laisse lire ; moi qui me croyais métis !


Je tiens à préciser que le muyira n’est pas venu de Kitara. Avant le partage de l’Afrique, cette dernière s’appelait Misiri. Cette grande empire puissante était dirigée par Kayira, le grand ancêtre de Ndayirindi Ndande et ses frères. Le chef-lieux de cette empire a porté le nom de son empereur Kayira. Pour chercher à fragiliser cette puissante empire, les arabes ont infiltré cette famille Kayira en épousant leurs filles et après plusieurs décennies ces arabes ont renversé l’empereur Kayira par leurs enfants engendrés de ses filles. C’est vers les années 1300-1400 que quelques fils de Kayira ont quitter le chef-lieux de l’Empire d’Égypte à partir de l’embouchure du fleuve Nile jusqu’à sa source. Ce grand voyage qui a fait 40 ans et coûté cher aux fils de Kayira car ils ont perdu beaucoup de leurs pendant cette migration avant d’atteindre la source du Nil qui est la sortie de la Semuliki du lac Édouard à Ishango. Ce déplacement était une recommandation prophétique. Tout ne se dit pas aux réseaux sociaux. Kakonzo et Ndayirindi Ndande étaient avec leur père à Ishango, Kakonzo avait occupé la zone Est du père et Ndayirindi Ndande occupera la zone ouest du père. C’est le fils qui est allé vers Kitara à partir d’Ishango. Les arabes pour perdre les traces de Kayira premier empereur d’Égypte ont modifié le nom du chef-lieu de Kayira à Kairo(cair d’aujourd’hui). Cette terre promise de la grande famille Kayira va jusqu’à la source de la rivière Rutshuru dans les collines de Jomba. A bon entendeur demi mot suffit.

10 raisons pour ne pas voter ?


Voici 10 raisons pour lesquelles, selon nous, nous ne devrions pas aller voter en 2023, pendant longtemps encore…

1. Nous, opposition, n’avons pas intérêt à contrer le pouvoir qui se représentera en position de force, avec ses armes habituelles (CENI, MONUSCO, ANR, police, armée, milices…), pendant que nous sommes en position de faiblaisse (leaders corrompus et véreux, peuple politiquement immature, mal préparé, administration infondée au pouvoir…). La tenue des élections en 2023 se passerait sur des bases colonialistes. Nous perdrions encore plus de notre quiétude, de nos membres et notre temps. Notons que la création des conditions propices aux élections utiles demande de notre part des efforts, du travail, pour corriger nos fautes du passé.

2. Il serait utile de prendre le temps nécessaire pour négocier d’abord quoi faire de notre Congo, de quelle manière y aller et pour quelle cause. Cette réflexion peut se mener paisiblement : avec le pouvoir ou sans le pouvoir, selon son attitude face au dialogue, mais avec notre base, jusqu’à notre victoire finale, dans la paix. Cette stratégie surprendra positivement beaucoup de personnes, destressera l’atmosphère politique, créera une nouvelle culture politique, aura un impact positif durable.

3. Nous gagnerons plus à prendre du temps pour organiser nos structures politiques et administratives avant la tenue d’éventuelles élections crédibles : poste, administration, école, hopital, route, communication, dialogue entre congolais, diplomatie, relation de voisinage, citoyenneté, travail, poids politique, etc.

5. Ce temps peut nous servir à corriger les erreurs que nous avons commises en 1960 : le travail dans la précipitation et sous les effets d’émotions, la carence de cadres qualifiés, l’insuffisance de politiques patriotes, la perpétuation du colonialisme et de l’esclavage, les conflits et les hégémonismes tribaux, la pauvreté, la dépendance de l’ex-métropole.

6. Le travail psychologique sur nous-mêmes, sur nos partenaires, sur nos adversaires et sur nos ennemis. Introspection, motivation, engagement.

7. Travailer à notre enrichissement global pour notre indépendance véritable. Enrichissement et indépendance spirituels, matériels, technologiques, culturels, sociaux, industriels, scientifiques, politiques…

8. Obtenir, sans nous faire la guerre, la pacification de notre pays, sa mise au travail et la valorisation de ce travail. Tout cela par un dialogue intercongolais franc et par la création ou le renforcement des liens utiles avec des peuples épris de paix et de progrès et le divorce d’avec les peuples qui nous tirent vers le bas ; par le renforcement de notre syndicalisme afin d’en finir avec l’esclavagisme ; par une lutte commune contre la fausse religion pour relever nos mœurs, nos us, nos coutumes, nos habitudes et nos usages.

9. Le besoin impérieux de définir notre identité nationale, de promouvoir nos valeurs (courage, fierté, douceur, liberté, diversité, l’excellence, hospitalité…) et de combattre nos antivaleurs (démagogie, attentisme, moutonnerie, peur, démission, trahison, vol, médiocrité, ventardisme, fausseté, tribalisme…).

10. Étancher la soif de nos peuples : fierté, unité, concorde, humanisme, paix, travail, honneur, excellence…

Prêts pour leur revanche ?


Les Congolais sont-ils réellement malmenés et raillés partout dans le monde ?

  • Près de 10% de notre population vivraient à l’étranger.
  • Nos ennemis internes et externes nous tuent sauvagement dans le pays tout comme à l’étranger.
  • Plus personne ne prête attention à ce que dit et encore moins à ce que fait le congolais dans le pays et ailleurs dans le monde.

Les Congolais se laisseront-ils faire ad vitam aeternam ?

  • Plusieurs groupes de congolais se sont formés dans le pays ayant comme objectif la défense de la dignité du congolais, mais essuient des échecs effarants en raison d’une crise identitaire qui ne permet pas aux congolais d’efficacement travailler ensemble.
  • L’origine coloniale explique une bonne part des échecs ; cependant, les congolais sont incapables de s’approprier le pays que l’indépendance lumumbienne est sensé leur avoir donné…  Jusqu’ici.

Quelles seront les conséquences immédiates et médiates de la revanche des Congolais qui se prépare sur la condition des Congolais et de leurs partenaires ?

  • Notre pays pèserait 100 millions d’habitants bientôt et cela n’est pas négligeable : c’est la moitié des États-Unis d’Amérique.
  • Autour du Congo rodent plusieurs toutes les puissances mondiales : celles de l’Occident comme celles de l’Orient ; celles du Nord, comme celles du Sud.  Le pays peut donc potentiellement changer la donne mondiale significativement et rapidement à l’apparition du moindre génie politique.

Ces trois questions feront l’objet  d’un grand débat que nous relayerons :

sur notre site (https://projet2014.com),

via notre page YouTube (https://youtube.com/uwekomu),

dans notre groupe WhatsApp (https://chat.whatsapp.com/CGsSS2oE2qL4TYOcPzBiwh),

dans notre groupe Skype (https://join.skype.com/chAhOvVzLB0Y) et

sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/palukuatoka).

Rejoignez, adhérez, participez, sponsorisez, partagez, suivez, commentez, évaluez !

Les manques de transparences…


Tel que reçu de WhatsApp…

[13/5, 22:40] : R.D.C / Province du NORD-KIVU / Ville de Butembo. Mouvement Citoyen NZENGE AMANI
«  » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »' » » » »

Déclaration no 001/Nz.A/V.B. du 13-05-2022

Le Mouvement Citoyen NZENGE AMANI* s’insurge contre la décision de la R.V.A qui se fait le luxe de faire assoire les avions de la société CAS.

C’est depuis très longtemps que cette société avait été contréé d’aller à la retraite. Une chose qui a pénalisé et inquiété toute la population du NORD-KIVU et celle de l’ITURI dont le voyage en route est extrêmement périlleux suite à l’insécurité grandissante que nous connaissons matin, midi et soir.

Plusieurs années après, la société CAS a voulu repris le trafic aérien le 30-04 de cette année, mais après seulement une rotation de Butembo -Goma, nous avons apris que la société vient d’être frappé d’une décision de la RVA interdisant le trafic de ses agins sur l’espace congolais. Pourtant, la société aurait tous les documents attestant son accréditation sur l’espace congolais.

C’est dans une très grande amertume et déception que nous avons apris cette nouvelle de la RVA. Franchement, nos lamentations venaient tant soit peu d’avoir une réponse avec la reprise des trafics de CAS, car pour d’autres sociétés, la facture était exorbitante. Pour transporter une dépouille mortelle de GOMA à BUTEMBO la famille était censé débloquer plus de 6000$, or pour la société CAS le coût se leverait à 3000$.
« Allez-y comprendre » !

Comme qui dirait que toutes les machines sont déjà à marche pour anéantir une communauté « X » sur tous les plans.

Le Mouvement Citoyen NZENGE AMANI fustige cette décision de la RVA et demande à celle-ci de se réplier et laisser la société CAS aller son bon chemin.

CAS ne vise que le dévéloppement de notre pays.

Pour une population, longtemps meurtrie, cette décision est plus suicidaire, au même titre que les ADF.

Nous envisageons des actions citoyenne si, une fois nos révendications ne sont pas prises à compte.

Pour le Mouvement Citoyen NZENGE Amani, la Cellcom .


[14/5, 09:38] : Où est la copie de cette mesure pour qu’on voit la motivation de la décision et le contre-argument présenté par le mouvement qui nous invite à un soutien ?
Le manque de transparence dans nos rapport est l’une des causes de l’enlisement de l’Ituri et du Kivu dans l’insécurité !
Tous ceux qui n’aiment pas la transparence finissent regretter leur iniquité, tôt ou tard.

Le désenchantement…


[6/5, 18:49] +243 826 327 860:

C’est le pouvoir qui doit appliquer l’art 190 de la constitution. Le M23 a fait coulé le sang des militaires congolais. Comment faire cohabiter ces 2 groupes. On vit déjà des mauvaises leçons du passé de mixage. La majorité finira par gouverner au Rwanda comme au Burundi. Le combat actuellement doit viser la lutte contre la prédation des ressources naturelles et les autres deviendront sages.


[6/5, 21:07] G. Paluku Atoka Uwekomu:

De quelle nationalité sont, officiellement, les membres du M23 ?

Les personnes qui gouvernent à l’étranger, auquel nous faisons allusion, ne sont-ils pas des congolais ? Demain, que savons-nous du camp qu’ils choisiront : le Congo ou l’étranger ?

Au projet2014.com nous pensons qu’il ne faut pas juger trop vite… Nos ennemis déchanteront un jour qui ne tient qu’à notre foi en Dieu.

M23 : Quelle vigilance ?


La meilleure façon de s’attaquer aux problèmes soulevés par le M23 est de bien expliquer à nos concitoyens qui sont les M23 pour la RDC.

Quant aux subterfuges qu’utiliserait ce mouvement, pour se faire des membres, il faut s’en prendre à nous parents. En effet, si nos enfants étaient bien éduqués, il ne se laisseraient pas prendre aux pièges des groupes armées, qu’ils soient M23 ou pas.

Au fondamental, sans même discuter la question de savoir qui sont les M23 pour les congolais rwandophones et non rwandophones, nous devons noter que les solutions qu’ils proposent ne sont pas à l’avantage du Congo, dès lors qu’elles sont extra-légales, illégales, lâches !

En effet, toute opposition armée est désormais anachroniques, même si elle croit se trouver une légitimité dans l’engagement de certains membres de la gente de ses fondateurs ou dans le droit de ses membres à l’existence, à la souveraineté nationale.

Pour les rwandophones congolais, la faute, l’erreur stratégique est monumentale que même Dieu ne peut bénir le projet. Les rwandophones sont en effet (1) divisés entre tutsi et non tutsi, (2) évoluent sur une terre où leurs hôtes ne veulent plus d’eux, à tort ou à raison et (3) il existe moult solutions légales, humaines, économiques, préférables, aux problèmes des rwandophones en RDC que la rébellion.

En tant que tribu bantoue, les hutu pourraient bien se liguer aux autres bantous pour former un front plus solide face aux tutsi qui leur ferait problème, qui les subjugueraient… De même, en tant que tribu proche des nilotiques, les tutsi avanceraient plus en s’associant à leur cousins qui sont nombreux dans les pays de alentours, vue leur minorité en RDC et au Rwanda. Sous peu, les hutu reprendront le contrôle du Rwanda. La vie redeviendra difficile pour les tutsi du Rwanda et au Congo il sera difficile de redorer la condition du tutsi dans son milieu actuel.

Un tutsiland était possible en raison de la difficulté qu’a le tutsi à composer avec le hutu au Rwanda et de sa minorité dans le pays, d’une part ; et, de sa difficulté à composer avec ses hôtes au Congo, après une coexistence pacifique éphémère, d’autre part.

Deux questions se posent donc à nous, congolais, rwandophones ou pas :

  1. combien de temps durera le tandem hutu-tutsi, s’il y en a une dans le M23 ou en dehors du M23 ?
  2. Que se passera-t-il si les hôtes des rwandophones revendiquaient leur droit à la souveraineté et à la paix sur leurs terres un jour ?

========

Tiré du groupe NZENGE AMANI RDC

Urgent Ouganda : l’organisation AFRIKA AMANI alerte sur un probable recrutement du M23 des jeunes en majorité des hutu congolais vivant dans les camps des réfugiés de Rwamwanja, cyaka, Nakivale et kyagwale en Ouganda.

L’organisation AFRIKA AMANI pointe les doigts complicité du HCR en Ouganda.

Selon les sources recoupées, les individus qui se présentent dans les camps des réfugiés, trompent ces jeunes qu’ils vont leurs donner de l’emploi à Kampala, Kabare et Mbarara.
C’est par la suite surprise, qu’ils parviennent à se retrouver dans les forêts de la RDC dans le rang du M23 et c’est à l’encontre de leur propre volonté.

Vigilance Vigilance

Fonds publics, budget national.


[5/5, 20:43] +243 974 096 073

Les fonds publics sont mal perçus et gérés pour faciliter le pillage par les oligarques, il faut une gouvernance électronique pour atteindre le triple du budget Matata dans moins de 10 ans.

[5/5, 20:58] GPAU.

Une décision politique suffit à faire passer la RDC de la pauvreté à la richesse :

  1. obligation de travail pour tous les plus de 24 ans ;
  2. obligation de qualification pour tous les travailleurs : un moratoire de 3 ans pour se qualifier dans le domaine de son choix ;
  3. obligation scolaire jusqu’à 21 ans ;
  4. salaire minimum supérieur au minimum vital ;
  5. tension salariale (salaire maximum divisé par le salaire minimum) inférieure à 5.
  • Voilà la recette que nous, Projet 2014 (https://projet2014.com/inscription), vous demandons de soutenir activement.
  • Le budget de l’État correspondant n’est pas ce à quoi vous pensez : c’est un minimum de 1.170 millards de dollars produits par les congolais, pour les congolais, dans un delai de moins de 10 ans ; selon notre bon vouloir !
  • Et même si sela devait nous coûter 50 ans de travail, cela vaut mieux les budgets de misère, de colonisation et d’esclavage que propose nos concurrents politiques.

Consultations ou conspirations de Nairobi ?


https://lavoixdelituri.net/irumu-apres-sa-participation-aux-consultations-de-nairobi-la-frpi-demande-a-dautres-groupes-armes-demboiter-son-pas/


Une chose est certaine : nous ne bâtirons pas un Ituri de paix et prospère avec la lâcheté et l’arbitraire.

Nombre de nos frères ituriens et de nos ennemis ont tué impunément depuis 1960 et personne ne se soucie vraiment de rendre justice aux familles endeuillées et aux personnes laissées.

Notre compromission en tant que peuples est totale et profonde. Voilà qui explique que nous fassions les frais de notre compromission.

L’erreur à ne pas reprendre est connue : construire une armée refuge d’assassins, de pilleurs, de traîtres !

NI L’ENSEIGNEMENT NI LE TRAVAIL !


🇨🇩 RDC 30 AVRIL ET 1er MAI 2022, NE FETEZ PAS L’ENSEIGNEMENT NI LE TRAVAIL MAIS REVOLTEZ-VOUS CONTRE VOS DIPLÔMES.

Vous vous dites intellectuels et vous vous appelez travailleurs, mais votre pays reste toujours presque le dernier en tout ; en quoi avez-vous été formés et sur quoi travaillez-vous ?

[Les] Des africains sans diplômes ni postes de travail à la hauteur des titres académiques et fonctions dont vous vous vantez ont réussi à refuser la colonisation des « wazungu » et à réclamer leur dignité.

Aujourd’hui vous, vous acceptez d’être dominés et manipulés par vos semblables congolais et africains.

Si votre enseignement a été de vous apprendre à tout accepter comme dogme, alors dites [nous] alors de vous comprendre.
Si votre travail vous a formés à tout supporter, alors méritez nos excuses.

(Propos du juriste chercheur Moïse KIKONDO à Sunama Maombi)

%d blogueurs aiment cette page :