Du 19 au 31 décembre 2017

LA DÉMISSION DE KABILA ENTRE LE 19 ET LE 31 DÉCEMBRE 2017 EXIGÉE PAR L’OCCIDENT: SURVEILLONS LES COLLABOS


Je rappelle aux Congolais que le message du président américain  Trump,  apporté à Kabila par   l’ambassadrice des Eats-Unis à l’ONU, madame Nikki Haley, concernait l’exigence de sa démission de la présidence de la RDC au courant de ce mois de décembre 2017. Et je suis convaincu que Kabila va surprendre certains en accédant à cette obligation de ses maîtres qui lui ont promis une vie paisible après  son départ, bien qu’il soit reconnu comme le plus grand criminel de ces derniers siècles, devant Hitler.

  • Les congolais ne connaissent pas le message réellement apporté à Kabila et ne peuvent même pas être sûrs qu’il y ait eu de message apporté.
  • S’il y a eu de message apporté à Kabila, allant dans le sens de sa démission de la présidence, ce n’aura pas été le premier.  Or, les précédents n’ont eu pour effet que quelques morts de plus dans mon terroir, l’Ituri, le Kivu et bien plus, s’est ajouté à la liste des régions victimes, le Kasaï.
  • Conclusion, notre présomption doit plutôt être que les congolais que nous sommes, nous seront encore floués, comme à l’accoutumée.

Kabila parti, que deviendraient  les collabos congolais ? Allons-nous encore, comme c’est le cas depuis 1960, les incorporer dans les institutions de la République ? N’est-ce pas l’une des grandes erreurs du président  Laurent Désiré Kabila est d’avoir prôné la « révolution pardon » qui permet aujourd’hui aux mobutistes inciviques d’être les stratèges de l’occupation du Congo, de pillage de ses ressources naturelles, des assassinats ciblés… sous Joseph Kabila ?  Allons-nous toujours accepter leur nuisible  stratégie  de négociation des partis alimentaires pour un gouvernement d’union  nationale,  sans extirper les malfaiteurs des institutions du pays ?  Pourtant, nous connaissons le sort réservé aux traîtres à travers les nations.

  • Si Kabila partait, par un miracle, nous ferons face à un nouveau désordre aussi meurtrier que les précédents : le mobutisme, le kabilisme et le josephisme ; parce que la majorité d’entre nous, par le gouvernement, le parlement, la CENI, la CENCO et le RASSOP interposés, investit encore dans la république, la trahison, l’esclavagisme, le colonialisme, la dictature, l’imposture-même, la médiocrité, l’arbitraire.  Personne n’est soucieux de l’indépendance future de nos peuples du Congo : nos patriarchies, nos clans, nos tribus, nos ethnies et nos alliances.  Le résultat sera dont inévitablement une nouvelle cacophonie, plus grandiose que la précédente.
  • Imaginons un instant comment nous ferons pour trouver des hommes pieux dans les 13 mois à venir ; alors que pendant 57 ans, nous sommes occupés, systématiquement à nous choisir des hommes véreux comme responsables, mus par la cupidité ou par le népotisme.  Loin de nous décourager, nous devons reconnaître que notre défi aujourd’hui c’est d’abord de travailler nos mentalités.  Les spécialistes nous apprennent que ce processus nous coûtera quelques générations de congolais avant d’aboutir.  Une raison de plus pour ne pas perdre du temps.
  • La révolution pardon ne peut pas être confondue avec la révolution impunité ou la révolution injustice.  Depuis 1960, des congolais et des étangers ont trahi impunément depuis 1960.  Nous ne prétendrons pas être juste si nous n’acceptons pas le principe que tous ces congolais et ces étrangers soient passibles de peines conformément à nos lois.  Pardonner au nom du peuple non consulter est en soi un autre crime contre l’humanité.

Durant les années 30 et 40 au 20ème siècle, les informations,  les images et les vidéos ne circulaient pas à la vitesse lumière et sur l’étendue de toute la planète  comme  d’aujourd’hui avec la naissance de l’Internet et des nouvelles technologies.  Donc, personne, notamment  des hommes politiques et les cadres congolais, ne peut prétendre n’avoir rien vu, rien entendu et rien compris sur le drame congolais.  Par conséquent,  chacun doit assumer, tôt ou tard la responsabilité de ses actes et de son appartenance au camp des occupants de notre pays. Rappelons l’exemple  de la France qui a condamné à mort plus de 392 personnes, et des milliers d’autres à la prison à vie ou à des peines de prison ferme très  lourdes, parmi lesquelles  des industriels,  des hommes politiques, des artistes (y compris des musiciens), des officieux,  des putes, des simples citoyens…… pour motif de collaboration avec les occupants allemands.

Cependant,  Il nous reste encore une dernière porte ouverte aux collabos qui vont quitter le navire en perdition de Kabila et le PPRD.
L’heure de vérité est proche.  SURVEILLONS bien tous les collabos.
Ne jamais trahir sa patrie!
YES WE CAN

  • Ne pas trahir la patrie passe aussi par l’exigence de l’équité.  Tous les congolais et étrangers vivant régulièrement sur notre territoire, qui ont perdu biens et personnes proches, sont en droit de demander que justice soit rendu.  Il faut donc s’interdire, à notre sens de la justice, de juger au nom des congolais, sans en avoir reçu la mission du peuple congolais lui-même.
  • Quant au temps qui nous sépare de la libération de la RDC, il ne faut pas pratiquer la démagogie : il est encore long, une génération, 30 ans environ, au strict minimum.  En effet, beaucoup est encore à changer au niveau des mentalités.

La question à se poser n’est donc pas celle de savoir si nous pouvons nous libérer, mais plutôt celle de connaître quand nous serons prêts et en mesure de nous libérer.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

14 massacrés, 53 blessés

Des condoléances et des « révélations »

[23:28, 12/10/2017] Richard kombi:

Les égorgeurs de Beni massacrent 14 Casques bleus de la Monusco et en blessent 53 autres !!! Un Officier FARDC dénonce…
Enregistrer
Un Officier haut gradé de l’opération Sokola 1 dénonce avec véhémence l’existence au sein des FARDC à Beni des éléments que le gouvernement congolais veut être incontrôlables par le commandement du secteur et inaccessibles aux restes des troupes loyalistes. La Monusco ou Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo vient de connaître un carnage qui semble être la première du genre depuis l’histoire des Nations Unies. Les tueurs des innocents dans la région de Beni ont attaqué, aux heures vespérales (17 heures) de jeudi 07 décembre 2017 la base de la MONUSCO située au niveau du pont Semuliki sur l’axe Mbau – Kamango de manière la plus musclée qui soit. Quatorze Casques bleus Tanzaniens ont péri dans cette attaque barbare, cinquante-trois autres sont blessés dont beaucoup à l’état grave, deux auto-blindées de la MONUSCO ont été incendiées.
Les assaillants, utilisant faussement le nom des ADF se sont, comme d’habitude, habillés des uniformes des FARDC. Un d’entre eux écroulé sous ses blessures est totalement assimilable aux éléments des troupes gouvernementales sur le plan habillement.
Par cet événement, les égorgeurs semblent se rassurer du contrôle de la partie la plus importante de l’axe Mbau – Kamango. Toutefois, les Casques bleus de la MONUSCO ont défendu fermement leur base de la rivière Semuliki que l’ennemi n’a pas pu démanteler, malgré les dégâts qui ont été causés aux troupes Tanzaniennes de la mission onusienne sur place.
Dans tous les cas, ce qui devrait retenir l’attention de quiconque, c’est la déclaration d’un Officier des FARDC du secteur des opérations Sokola 1 qui stipule que « il existe des unités des FARDC déployées dans cette zone opérationnelle de Beni que le commandement régulier et officiel de Sokola 1 ne contrôle pas, car ces unités se déployant de manière confuse ne sont ni accessibles ni soumises au commandement régulier ». Cet officier insiste qu’il existe une grande méfiance même au sein des mêmes unités, les militaires craignent de se confier les uns aux autres, car des traitres ont investi l’armée à tous les niveaux hiérarchiques. Une telle déclaration trahit toute l’implication de l’officiel congolais dans la tragédie qui n’épargne désormais personne dans la région de Beni.
Ce que vient de subir les troupes onusiennes par cette attaque catastrophique est synonyme de ce qui se passe avec quelqu’un qui s’emploie caresser son chien connu pourtant comme un chien enragé. En effet, la communauté internationale a constamment fait sourde oreille aux cris d’émoi de la population de Beni décimée par « les massacres organisés », et dont le responsable est bien connu, « le régime Kabila », déterminé à décourager les forces de la MONUSCO et les forcer à quitter le terrain, car elles sont des témoins gênants au plan criminel du pouvoir en place.
Dans l’entre-temps, des indiscrétions provenant du réseau des comploteurs informent que la prochaine cible d’attaque de ces malfrats est identifiée dans la ville de Beni. Des renforts des égorgeurs sont en voie de transfert de Kisangani vers Beni. Il y a une réelle pression sur l’Est de la R.D. Congo en général et sur la région de Beni en particulier de la part d’une fausse rébellion que Joseph Kabila monte autour de la coalition M23 – égorgeurs. Il y a toute raison de croire que si la communauté internationale, dont la léthargie trahit assez la complicité autour du plan Kabila, risque de continuer à payer le prix de son hypocrisie au même titre que les pauvres citoyens congolais, si elle n’aide pas de manière significative le peuple congolais à se débarrasser immédiatement du régime de ce président terroriste.
Castro Mulemberi Kyavahere
Beni
« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. (…) »

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Encore 21 jours

Notre compteur est là, sous vos yeux, juste à droite de cette colonne : 21 jours pour arriver à l’échéance du 31 décembre 2017, pour ceux qui se le sont fixer comme date butoir pour la remise d’un projet quelconque.

Que peut-il se passer dans 3 semaines que nous n’ayons pas pu observer pendant 57 ans et pourquoi ?  Que ne pourrions-nous pas espérer, qu’est-ce qu’il serait impossible de réaliser en 3 semaines et pourquoi ?

Encore 21 jours et nous vivrons deux situations possibles :

  1. La victoire du congolais sur l’imposture avec tout le soulagement et l’espoir que cela peut susciter ;
  2. Le troisième désespoir de ceux qui ont cru en 2006, 2001 et 2016 ; et la naissance d’un première considération pour ceux qui nous avertissent, depuis 1960, des conséquences néfastes de notre entêtement dans la trahison !

Le 31 décembre 2017 sera, pour nous, une date décisive pour tout congolais : qu’il soit du pouvoir ou de l’opposition.  En effet, en cette date, le pire que nous avons annoncé depuis mai 2011 arrivera.  Nous prédisons que le désespoir sera tel que beaucoup préférerons le suicide pour tenter de forcer le salut.  Ce ne sera pourtant pas possible, ce ne sera pas la solution à notre problème…  En effet, sans divorce d’avec des responsables véreux (parlementaires, agent de la territoriale, ecclésiastiques…), aucun salut n’est possible au Congo !

Pour éviter le pire, sur le court terme, le moyen terme et sur le long terme, vous pouvez encore nous joindre au Projet 2014, pour un travail réellement démocratique, chrétien et capitaliste : https://projet2014.com/inscription.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

CENCO se dédouane ?

La CENCO veut-elle se dédouaner ?

[22:09, 12/10/2017] +32 485 72 09 41: Église catholique: des cloches vont retentir chaque jeudi à 21 heures pour réclamer l’application de l’accord de la Saint Sylvestre
http://journaldesnations.net/eglise-catholiques-cloches-retentir-jeudi-a-21-heures-reclamer-lapplication-de-laccord-de-saint-sylvestre/

[22:19, 12/10/2017] +32 486 74 17 04:  Si cette information devait se vérifier, est-ce là une manière pour la CENCO de se dédouaner ou de se repentir ? Voyons voir…  La gaffe, comme toujours, coûtera chère à la réparation. Plaise à Dieu que ce qui doit l’être, soit réparée !

 

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Œil pour œil ?

Majoritairement chrétiens, les bubolais décident de revenir à la thora : œil pour œil, dent pour dent !

[22:09, 12/10/2017] +32 485 72 09 41: Opération toyebi ndako!!!

A tout les policiers nous mettons en garde tout ce policier là qui osera tiré sur un manifestant, à butembo il n’ya pas de camp des policiers c’est pourquoi nous leurs mettons en garde parce-que nous vivons avec leur famille dans des quartiers. Une fois ils tirent sur nous nous promettons la mort à leurs femmes et enfants mais aussi l’incendie de leurs maisons. On contraire il est temps pour eux de se désolidariser du régime de Kabila il doivent savoir qu’ils ont pour mission la protection des civils et de leurs biens et non la répression des manifestations et l’assassinat des citoyens. Sé Carlos kasereka kalondero le Révolutionnaire.

[22:16, 12/10/2017] +32 486 74 17 04: Cette menace, si elle est mise en pratique, le régime de Kinshasa sera cuit ; parce qu’elle devrait alors couvrir tout le pays de mercenaires, pour survivre !
Cependant, comme toute méthode violente et d’arbitraire, elle passera aussi par un jugement un jour pour être considérée comme héroïque ou comme illicite ; de la même manière que le seront les agissements des autres acteurs : rebelles, dictateurs, putchistes, etc.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

MONUSCO au pilori !

En 1994, nous écrivions ici que la solution la plus humaine, la plus économique et la plus élégante de la crise iturienne était de renvoyer ou de retirer la MONUC du Congo.  Nous recommandions de laisser 7 de nos amis à nous, fils de l’Ituri, régler la question  proprement.  Personne, dans le camp congolais – et même iturien, tout comme dans le camp  onusien de nous écouta !

En 2006, nous avons annoncé le déluge si nous, peuple congolais, choisissions d’aller, de participer aux élections d’étrangers.  personne, ici non plus, au Congo comme à l’étranger, ne nous écouta.  L’exacerbation de la crise qui suivit permit à quelques un d’entre vous de nous appeler pour nous dire leurs excuses…  2011, sous l’égide de l’UDPS, le congolais cru à nouveau à l’existence de plusieurs vérités.  Ce qui en sortit, nous le connaissons.  Quelques regrets s’ajoutèrent ; mais, force est d’observer que d’autres, des foules, suivent encore le RASSOP et tout ce qui en est sorti, le RASSOP notamment.  En 2016, nous décidâmes d’aller, encore une fois, à ces mêmes élections étrangères, de l’imposture, dans le curieux but de sauver, de libérer la nation congolaise !

Mais comme Dieu ne dort ni ne sommeille, l’échec de 2016 et bientôt ceux de 2017 et 2018, nous feront tous mieux comprendre la sottise que représentent nos choix consécutifs de 1960 à ce jour.

La mort de 14 casques-bleus à l’Est de la RDC, le vendredi dernier, espérons-le, viendra donner un nouvel avertissement à tous : rebelles, occupants, imposteurs, membres du gouvernement, militants de l’opposition, ONU, etc.  La MONUSCO est désormais au pilori !  Il ne participera pas au pillage du Congo sans que les casques bleus y laissent leur sang, telle semble être le message des combattants.

https://www.letemps.ch/monde/2017/12/08/attaque-sanglante-lest-congo-14-casques-bleus-tues

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Libye et racisme

L’Afrique noire tout comme l’Afrique arabe ont été sérieusement secouées par les récentes révélations du racisme libyen sur nos médias.  Certaines personnes ont été profondément scandalisées ; d’autres ont été réjouis de découvrir l’humiliation infligée au peuple noir ; d’autres encore sont dans la rage de se rendre compte que le racisme soit encore plus près de nous, en Afrique même, etc.

Comment combattre en nous et chez les autres le racisme qui ronge nos sociétés de partout ?  Y a-t-il des raisons d’espérer ou faut-il attendre le retour de Jésus-Christ pour un monde meilleur ?  Quelles actions efficaces pourraient être mises en marche pour réduire l’expression de velléités racistes chez beaucoup d’entre nous ? Pourquoi est-ce qu’après Martin Luther King, faut-il encore et toujours rester vigilant ?

Dans cet article, nous exposons progressivement nos trouvailles notre analyse de la situation du racisme dans le monde.  Un racisme que nous savons ne pas être que libyen.

  1. Comment combattre le racisme en nous et chez les autres ?
  2. Y a-t-il des raison d’espérer en l’avenir d’un monde moins raciste ?
  3. Quelles sont les actions efficaces contre le racisme ?
Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Rôle des cerveaux…

Nous tous voulons vaincre le SIDA.  Seulement, nous risquons de mourir en grand nombre en voulant nous débarrasser du SIDA de n’importe quelle manière ! Nous devons consulter nos spécialistes.  Je ne suis pas biochimiste et pourtant je peux percevoir un piège ici.  Ma réaction est est une citation de Wikipédia !


[21:32, 12/3/2017] +32 486 74 17 04: Au revoir SIDA
J’ai reçu, je partage avec votre permission.
Aujourd’hui nous parlerons du jatropha rouge, cf image.
Cette fleur fait des miracles!!!
Pétrir, broyer ou malaxer quelques feuilles dans de l’eau pour obtenir un jus.
Filtrer le jus et boire 3 verres par jour (matin, midi et soir) pendant un (1) mois.
Pour accélérer l’efficacité, éviter tout repas, au moins 1h avant de boire ou après avoir pris le traitement.
Au-revoir le SIDA.
Confirmer par un test de dépistage (HIV)

Partage stp, pour sauver de très nombreuses vies!!!


Notre réaction à chaud !
[21:32, 12/3/2017] +32 486 74 17 04: Attention : plante poisoneuse !!!

https://en.wikipedia.org/wiki/Jatropha
Toxicity[edit]
Much like other members of the family Euphorbiaceae, members of the genus Jatropha contain several toxic compounds. The seeds of Jatropha curcas contain the highly poisonous toxalbumin curcin, a lectin dimer. They also contain carcinogenic phorbol.[12] Despite this, the seeds are occasionally eaten after roasting, which reduces some of the toxicity. Its sap is a skin irritant, and ingesting as few as three untreated seeds can be fatal to humans. In 2005 Western Australia banned Jatropha gossypiifolia as invasive and highly toxic to people and animals.[13] Even though it was used as medicine in certain geographic regions, it was found to have no antimicrobial activity.[14][15]

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Uélé : quel modèle…

Quel modèle de développement pour l’Uélé afin d’éviter le désenchantement demain ?


Www.lecoqdelest.com

Gouvernorat/ Réactiver la vie socio-économique du Haut-Uele, les Sociétés CANNAN GROUP et TRAMING COKS au cabinet du Gouverneur.

Le Gouverneur de la province du haut-uele, honorable docteur jean-pierre lola kisanga a longuement échangé ce samedi 02 décembre 2017 dans son cabinet du travail avec une importante délégation mixte des investisseurs conduits à isiro par son directeur de cabinet Mike Kodravele Andati.

C’est notamment la délégation du consensus CANNAN GROUP d’une part et la société TRAMING COKS. réactiver la vie socio-économique de l’ensemble de la province du haut-uele a été au coeur de ces échanges entre le Gouverneur honorable docteur jean-pierre lola kisanga et ces investisseurs.

« l’entreprise TRAMING COKS est spécialisée dans la construction, notamment les routes et le GROUP CANNAN, spécialisé dans d’infrastructures » a résumé l’entretien à la presse au sortir de l’audience, le directeur de cabinet du Gouverneur de province, Mike Kodravele.

« mais également dans le secteur de l’immobilier, de la transformation de produits de premières nécessités pour la consommation » a-t-il indiqué à votre Magazine le coq de l’est.

Au secrétariat exécutif provincial, avant de visiter quelques sites stratégiques de la place, avant le retour de cette délégation mixte des investisseurs, le Gouverneur de Province Jean-Pierre lola kisanga a présidé ce même samedi, en présence de ces investisseurs, une réunion briefing à l’intention de quelques membres de son gouvernement et chefs de services étatiques concernés par le secteur d’activités de ces investisseurs.

http://www.lecoqdelest.com /Isiro.


Notre point de vue

Tout cela paraît beau, mais coincera ici : tant que les inititiateurs des projets ne seront pas leurs bénéficiaires, l’Uélé connaîtra ce qu’ont connus d’autres groupes humains qui ont compté sur la bienveillance d’étrangers et qui se sont retrouvées arnaqués.

Le modèle de développement que nous proposons au Projet 2014 ne part pas des acteurs des projets vers les bénéficiaires. Il conseille de partir des bénéficiaires pour aller vers les acteurs en passant par les initiateurs de projets – qui devraient idéalement être les bénéficiaires eux-mêmes.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Dungu, dans l’Uélé ?

Introduction

Nous avons cité, reporté, ici-bas, un article sur Watsa, dans l’Uétlé, il y quelques minutes seulement.

Décidément, l’Uélé veut prendre des ailes, mais doit bien entendu encore beaucoup apprendre.  Si le projet décrit ci-après est un poids plume, c’est la démarche qui doit peser sur nos esprits.  Pour gérer des projets à milliards d’Euros, il faut commencer par en gérer de quelques millions d’Euros.  Et pour avoir des crédits à millions d’Euros, il faut commencer par faire ses preuves dans des projets à milliers d’Euros.  Dungu doit donc être encouragé à plus de grandeur dans sa vision.  Le reste sera progressivement complet !


DUNGU

www.lecoqdelest.com

La prison centrale de DUNGU dotée de matériels médicaux.

Le comité de collecte des biens mis sur pied par la société civile, force vive de Dungu, en faveur de prisonniers, après la marche pacifique de soutien du mois dernier a remis ce lundi 27 Novembre des matériels médicaux.

Ce lot de Matériel qui servira ces locataires de la prison centrale de Dungu est Composé d’un tensiomètre, stéthoscope et un thermomètre électronique.

L’objectif selon cette équipe de la société civile est de permettre à l’infirmier affecté à ce lieu d’être en mesure de faire un bon diagnostic de prisonniers malades et éviter toute suspicion faite aux prisonniers de se faire toujours malades pour faciliter leur évasion.

« La marche pacifique de la société civile en faveur de ses derniers en septembre, a porté plusieurs fruits, notamment le subside chaque mois du gouvernement provincial d’une enveloppe de deux millions de francs et la collecte de la société civile environ un million cinq cents francs ; divisé en trois parties dont achats vivre, achats médicament et matériels médicaux » renchérit Notre source.

Pour sa part, l’infirmier de cette maison carcérale a accueilli avec satisfaction le médicament et les matériels mais suggère qu’au jour d’aujourd’hui il ne peut pas bien faire son travail faute de local, le toit de pavillon de poste de secours de la prison a été emporter par le vent violent qui a sinistré la prison. Un SOS est lancé à l’occasion pour la réfection de ce poste de secours de cette maison carcérale.

Pour Rappel, la prison centrale de Dungu à ce jour connait de surpeuplement et le manque des locaux adéquats pouvant contenir, ce qui occasionne les évasions, les maladies et les morts.

Justin DANGBA

Correspondant www.lecoqdelest.com

DUNGU

Publié dans Politique | Laisser un commentaire