Ne Muanda N’semi est mort…

Ne Muanda Nsemi est mort.  Telle est la conclusion à laquelle aboutissent certains analystes de la politique congolaise.  Que faut-il penser d’une affirmation aussi grave pour l’avenir de la paix en RDC ?  Quelle serait les conséquence d’une telle évasion sur la vie de Bundu dia Kongo ?  NMN, comme n’importe quel autre prisonnier, a-t-il le droit de s’évader ?  L’énigme autour de disparition cette grande figure de la culture kongo, de la prison Makala, est-elle soluble ?  Si NMN est réellement vivant, pourquoi ne revendiquerait-il pas l’incident de la prison de Makala à Kinshasa ?  S’il est mort, pourquoi et comment les adeptes de BDK resteraient-ils muets sur la question ?  Enfin, quel rôle joue la MONUSCO, l’Occident, le Moyen-Orient et l’Orient dans cette affaire ?

Commençons d’emblée par dire que les déboires de NMN sont les conséquences directes, logiques de sa traîtrise.  Son peuple, en l’occurrence la gente kongo, l’a expressément prié de demander au parlement congolais et au secrétaire général des Nations-Unis, l’indépendance du peuple Kongo.  Ce qui démontre, encore une fois, que nos peuples se rendent compte de l’évidence.  Le Congo et multiculturel.  Certaines de ces tribus ou cultures ne sont pas facilement mariables sans une avancée significative dans la pédagogie de la nation.  La République ne peut fonctionner dans un tel pays.  Voilà pourquoi nous invitons à l’Union des États Indépendants du Congo, de l’Afrique Centrale ou de l’Afrique tout court.

Pour notre chroniqueur, le pasteur Bobo, ces questions, dans le contexte congolais, sont compliquées.  Il est difficile d’y apporter de solutions.  Cette information est accessible ici.  C’est pourquoi, sur YouTube, il titre : MPB TV ACTUALITÉ COMPLIQUÉE 18. 05. 2017:NE MUANDA NSEMI MORT OU VIVANT ?

Pour les analyses des autres, suivez les méandres de leurs pensées, avec nous, ici, cette après-midi.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

La chance à Freddy Matungulu ?

À qui, pourquoi et comment faut-il donner la chance ?  Nos compatriotes en débattent sur notre mur Facebook.
Nous discutons ce débat en répondant à la triple question à chaud, très rapidement…
Laëticia Nkinsi Knoblich
Laëticia Nkinsi Knoblich Un homme intègre
Kenge Naka
Kenge Naka Faisons confiance au prof, il est porteur d’espoir pour un Congo émergent, donnons lui la chance de diriger ce pays, nous ne regretterons pas, c’est un homme intègre et droit.
Delkas Lukasi Delkas
Delkas Lukasi Delkas Le prof rêve sur les élections qui n’auront même pas lieu. ensuite reconnaître Tshibala comme premier ministre c’est une trahison c’est aussi une trahison
Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu
Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu Je pense que pour Freddy Matungulu il ne faille pas quémander l’amabilité des congolais. Il faut montrer aux congolais, simplement que nous sommes en difficulté parce que nous investissions mal politiquement.
Quels sont les candidats en lisse qui proposent ou qui ont proposé mieux que Freddy Matungulu Mbuyamu Alankir et Georges Makita Alula, en terme de budget pour faire avancer le pays ?
Quels sont les candidats en lisse qui seraient en même de mieux comprendre leur ministres et ne pas travailler avec des complexes d’infériorité justifiés ou injustifiés ?
Voilà notre argumentation de vente.
Il n’est pas aujourd’hui question de donner la chance à des bandits politiques : c’est au pays qu’il faut donner l’opportunité d’avoir un président instruit, formé et discipliné.
Pour ce faire, engageons toutes nos connaissances congolaises à se préparer pour voter de pareils fils du pays.  Non pas pour leur donner des chances ou pour s’apitoyer de leurs sorts respectifs – qui ne demande pas de nous une telle attitude – mais pour nous apitoyer de ceux qui meurent encore d’Ebola, comme si ce n’était déjà pas assez que nous mourrions de poisons et d’emprisonnements, dans notre propre pays.
Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Libérer nos peuples !

Dans l’impossibilité de libérer le pays tout entier des griffes de l’ennemi du Congo, libérons nos peuples.

En effet, face à la léthargie ou à la lenteur à comprendre du congolais, nous pensons désormais qu’il faut tout simplement aller le plus vite possible vers l’union des états indépendants du Congo, de l’Afrique Centrale ou même de l’Afrique.  Comment, me demanderez-vous ?

Ne passons pas notre temps à attendre ceux pour qui la mort des congolais n’a l’air de ne rien dire du tout.  Ceux qui croient, tout le temps, avoir intérêt à reporter à plus tard l’indépendance du congolais. Un d’eux me disait encore la semaine dernière : accordons à Kabila de terminer 2017 ; nous verrons le reste après.  Il le disait sans me dire comment nous devrions faire pour ne pas avoir à porter le régime pour lequel il plaide sur notre dos après 2017 !  Voici que d’autres nous disent encore de le garder, pour ne pas céder le pouvoir à l’Ouest qu’ils jugent ne pas le mériter.  Cela se dit toujours dans les coulisses de la politique, mais jamais en public.  Et, ces mêmes personnes voudraient continuer à feindre de vivre dans la fraternité, dans l’unité nationale, avec l’Ouest du pays…  Comment former aujourd’hui correctement et paisiblement les états indépendants du Congo tout en préservant l’intégrité de la nation congolaise à laquelle nous tenons tous ?  Les uns, sans conditions, les autres, à la condition d’aller vers une convergence culturelle.

Bien entendu cela signifie qu’un État doit légalement être formé par les peuples qui ont des affinités culturelles, pour donner le ton de leur indépendance dans l’unité du Congo.  Nous invitons donc le Kasaï, le Kibali-Ituri, la ville province de Kinshasa ou encore le Bas-Congo, le Katanga, le Sud-Kivu, le Sankuru, le Maniema, la Tshopo, l’Ubangi ou toute autre entité politiquement structuré et porteur d’un projet, à donner le ton, après une concertation, si celle-ci est possible.  Autrement, il ne faut pas attendre ceux qui manifestent de la mauvaise foi en refusant de se mettre autour d’une table, pour construire, pour une fois, une réelle unité des congolais.

Encore une fois, nous disons : donner le ton de l’indépendance et non pas amorcer la balkanisation du Congo, qu’aucun congolais ne souhaite, mais que très peu d’entre nous s’engagent à éviter par les voies de la concertation dans travail de la libération de notre nation. Il sied souvent à nos contradicteurs de vouloir toujours transformer, tordre nos propos sur cette question de l’indépendance de nos peuples !

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Réformateurs et réformateurs…

En effet, nous sommes confrontés aujourd’hui à plusieurs réformateurs et même à plusieurs réformistes.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est le Mouvement Réformateur qui se décide de traiter d’un sujet qui touche à la religion dans nos sociétés occidentales.

Cliquer sur cet hyperlien-ci pour atteindre l’invitation

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

UDPS, confiance, peuple

L’UDPS est en problème avec le peuple. En tout cas, dans la vidéo pointée par le lien ci-dessous, tout indique qu’en Belgique, à Bruxelles, les résistants et les combattants n’en veuillent plus ou presque de l’UDPS.
Que se passe-t-il au juste ?
Qu’en pense les inconditionnels de l’UDPS ?
Où nous conduira cette saga ?
Comment Félix gère-t-il tout cela à son niveau ?
Et le peuple ou la base de l’UDPS, soutiendra-t-il encore ce parti locomotive ?
Qu’en sera la conséquence sur la stratégie de Kabila, l’ennemi supposé ou vrai de l’UDPS ?

Les exclus, revendiqueraient leurs places !  Bientôt, il est à parier que plusieurs donnerons, progressivement raison au Projet 2014 qui a toujours proposé un travail démocratique, de fond, pour un développement endogène.

https://www.youtube.com/watch?v=572HVdBL–s&feature=youtu.be

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Maîtrise et contrôle…

La maîtrise et le contrôle de nos ressources stratégiques est une urgence pour gagner le combat politique que nous livrons contre le régime et le pouvoir fantoches de Kinshasa.

Il est possible d’y arriver très rapidement à la condition de consacrer tout notre temps libre à apprendre, à nous concerter et nous mobiliser, plutôt que de fêter, danser, nous plaindre ou pleurnicher, avoir l’indépendance effective du Congo.  Une culture que nous n’avons pas, mais que personne ne nous interdit d’acquérir, du moins à ceux d’entre nous qui habitons dans l’Occident.  Comment agir, très concrètement ?

Créer de grosses sociétés anonymes, pour maîtriser et contrôler l’économie dans notre pays nous permettra : de nous structurer, de nous enrichir, de nous unir.  Cela laissera aussi peut de place aux étrangers qui tirent profit de notre pays plus que nous-mêmes. Pour cela, chaque congolais doit prendre le temps de s’instruire, se former, s’éduquer.  Cette initiative, où que nous la prenions, créera beaucoup de travail à haute valeur ajoutée : pour nous et pour d’autres peuples qui échangent avec nous.  Qu’est-ce à dire définitivement ?

Concrètement, il s’agit d’abord, pour chaque problème identifié en RDC, de présenter aux congolais un projet complet, rentable.  Le projet doit, impérativement, être conçu avec, à l’esprit et sur terrain, qu’il nous rapporte économiquement, socialement, financièrement, politiquement, culturellement…   Il faut ensuite en faire une publicité conséquente pour mobiliser les ressources nécessaires à sa réalisation : humaines, financières, matérielles, spirituelles, autres.  Il y a pourtant quelques préalables…

Vu le bas niveau général d’instruction, de qualification et d’éducation, chez la plupart de membres de notre gente, le travail est immense en matière d’enseignement.  Il peut pourtant s’organiser avec peut de frais, avec un peu de bonne volonté, un petit sursaut de civisme.  Dans chaque localité, nous pouvons nous structurer et organiser notre propre enseignement pour combler les lacunes de nos membres qui sont souffrent de déficits divers : de connaissance, de qualification, de discipline, au niveau personnel.  Que faire dans les localités du monde entier où nous avons de congolais intéressés par le développement véritable du Congo ?

Pour nous, à Bruxelles, nous avons initié « les rencontres des congolais de Bruxelles » pour amorcer les esprits assoiffés du développement personnel et collectif.  Une rencontre a eu lieu où 2 compatriotes seulement, des 20 invités, ont tenu leurs promesses de venir.  Les 18 autres se sont soit excusés ou sont tout simplement disparus dans la nature…  Nous nous sommes dits que quelque chose clochait dans l’offre : chaque participant devait apporter 20 € pour couvrir les frais de la rencontre.  Nous sommes en train d’améliorer le projet.  C’est ainsi que dans le projet Mines, lancé au sein l’EAE ASBL, nous pensons avoir prévu les incitants nécessaires pour glaner plus de membres.  C’est partout dans le monde que nous recherchons les financiers.  Une fois la première opération réussie avec succès, nos compatriotes seront mis en confiance.  Beaucoup attendent en effet observer à distance.  Le gain financier est confortable dans ce projet.  En revanche, ce projet requiert un bon niveau intellectuel pour être intégré par un membre.  Il faut savoir, professionnellement, trouver des partenaires : vendeurs, acheteurs, financiers, industriels.  Il convient d’apprendre à traiter les dossiers avec célérité et professionnalisme ; être d’une loyauté qui résiste à toute épreuve.  La discrétion et la confidentialité sont ici la règle.  L’adversaire est de taille : la mafia congolaise qui ne voit pas d’un bon regard tout projet qui structurerait à terme les congolais et leur ôterait la naïveté, la paresse, le déshonneur…  Comment passer à l’acte ?

Si vous n’avez aucun projet en vue, décortiquez notre projet Mines ici.  Autrement, utilisez nos formulaires pour avoir la première mouture de votre propre projet rentable.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Engie Electrabel : criminelle civilisée.

Pendant que les congolais s’imaginent qu’ils soient les nuls des nuls, Engie Electrabel, dont nous sommes client voici bientôt 30 ans, nous promets un jour, puis trois jours ouvrables pour lever un limiteur de courant placer sur notre ligne de suite d’un non paiement à temps de deux factures par le fait de leur faute.

Concrètement, avec le long weekend du congé de Pâques des chrétiens – dans un pays sensé être laïc – cela signifie que notre famille, du vendredi 14 avril 2017 au jeudi 20 avril 2017 vivra des produits des snacks et autres aliments semblables.  Le bon limiteur ne permettant pas de brancher même un bouilloire de 2000 W.

Certes, Kabila demeure un meurtrier innommable avec sa dictature et son imposture.  De ma même manière, plus prêt de nous, Engie Electrabel ne fait pas différent, à notre niveau de civilisation !

GPAU

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Nous soulevons-nous ?

Nous soulevons-nous ?  Contre qui ou contre quoi ?  Pourquoi et comment ?

Dans la RDC, nous sommes-nous jamais soulever réellement contre la médiocrité, la trahison, l’esclavagisme, la colonisation, la dictature ou encore contre l’imposture ?  Aujourd’hui, nous soulevons-nous contre l’imposture ?  Sommes-nous prêts à le faire demain ?  Comment le savoir ?  Nous tentons une réponse à chaud à la question partant d’une émission de Radio Bosomi.

En majuscule, l’invitation qui nous est parvenu de notre ami Samba-Olonga, responsable de la Radio Bosomi.


L’EMISSION « MÉMOIRE DE L’HISTOIRE POUR LE CONGO  » DE CE SOIR À 20H00 (HEURE DE LA HOLLANDE, RADIO BOSOMI).

THÈME DE CE SOIR :

UN SOULÈVEMENT POPULAIRE EST-IL POSSIBLE AU CONGO AVEC LE SOUTIEN DE LA DIASPORA CONGOLAISE ?

Bien sûr qu’un soulèvement populaire soit possible avec ou sans le soutien de la diaspora.  Quoiqu’il faille reconnaître que la diaspora donne non seulement du punch, mais aussi les moyens.

Il est clair que depuis mars 2017, la diaspora soit passé à la grande vitesse.  Des embryons de laboratoires stratégiques sont en train de naître.  Nous pourrions citer le Projet 2014 qui as déjà produit beaucoup d’idées et qui a déjà proposé beaucoup de pistes de solutions à la crise congolaise.  C’est pareil avec l’APARECO, la Troisième Force et quelques membres de partis en exil, tel, le président de l’UNIC, de CNB, qui eux, contrairement au rapport au Projet 2014, ont des bases substantielles, des audiences plus étendues sur terrain et dans la diaspora déjà.

Les congolais ne doivent pas encore jubiler.  Le chemin à parcourir est long.  20 à 30 ans serons nécessaires avant que nous commencions à voir le bout du tunnel qui est vraiment loin encore de nous.  Néanmoins, la machine qui s’est mise en marche dans la diaspora ne saurait être arrêter.  Les congolais du bout du monde ont compris qu’ils ne vont pas éternellement envoyer de l’argent pour les soins médicaux importants, les enterrements ou même pour l’argent que l’on détourne pour les anniversaires, les mariages, alors que le pays soit encore à libérer des griffes de l’imposture.

Les conseils produits au pays et dans la diaspora vont se multiplier à un rythme soutenu.  Le pouvoir ne saura pas tenir le coup : il rêve !  Les congolais ont été domptables, ils continueront à l’être pour un délai nettement plus réduit que celui que nous prévoyons avant mars 2017.  En effet, la communication entre les congolais devient plus fluide avec WhatsApp, les sms, la vidéophonie, la messagerie électronique.  L’ONU, l’UE et l’Asie de l’Est ne peuvent plus tromper les congolais comme avant.  Une pédagogie politique, authentiquement congolaise, encore embryonnaire va se parfaire avec le temps.  Beaucoup d’universitaires congolais ont résolu de prendre leur place d’éclaireurs.  C’est une évolution que seuls les étudiants congolais du supérieur et de l’universitaire ont tenté de mettre en œuvre seule.  Désormais, ils peuvent compter sur toute l’intelligentsia de l’intérieur et de la diaspora.  D’ici juin déjà, nous pensons qu’il sera possible de mesurer la tendance, la direction que prend la lutte des congolais contre l’imposture qui prévaut en RDC.

Plus utilement disons ceci : le Président Joseph Kabila est aujourd’hui à une croisée de chemin :

  1. Fuir le pays. Cela ne rapportera rien, parce que tôt ou tard, (1) les congolais finiront pas les réclamer à la CPI, correctement, puissamment et obtiendront gain de cause et (2) ses meilleurs amis seront les premiers le trahir pour ne pas perdre le Congo.  En effet, (1) très bientôt, les plaintes des congolais vont s’affiner, suite à l’intervention des cerveaux congolais qui s’impliquent de plus en plus ; et ce, résolument.  Par ailleurs, (2) ce n’est pas pour JKK que la fameuse communauté nationale acceptera d’hypothéquer l’avenir des équilibres de la planète.  Ils vont impérativement lâcher Kabila bientôt.
  2. Se rendre à un bureau de police pour réclamer des menottes et la prison, pour éviter le lynchage que lui réserverons les combattants et résistants, s’ils devaient forcer à user de la force pour prendre eux aussi le pouvoir par un autre coup d’État. Quand la trompette sonnera : bien entendu !
  • AVEZ-VOUS D’AUTRES PROPOSITIONS À FORMULER QUI PEUVENT CONDUIRE À LA LIBERATION DE NOTRE PAYS ?

Nous avons plusieurs propositions sur la table et accessible sur ce site, depuis décembre 1999 ; pour tenir le taureau par ses cornes en vue de le renverser.

  1. L’éradication du chômage. Il faut aider nos chômeurs à rechercher l’emploi activement, à en créer.  Le pouvoir fantoche tentera de s’y opposer.  Par des procédures judiciaires bien étudiées, nous indiquerons au peuple comment, même la cour constitutionnelle finira par ne plus avoir qu’un seul choix : lâcher le pouvoir.
  2. La prise en charge de l’armée et de la police par les patriotes congolais. Ici aussi, nous indiquerons comment dans le processus que nous avons conçu, le pouvoir ne saura pas bloquer les comptes de ces alliés à rapidement conquérir.
  3. La conquête des médias. En effet, pour atteindre efficacement notre base, afin de nous hisser tous ensemble, il nous faut nous instruire, nous former, nous éduquer.  La communication doit donc être partager avec le pouvoir et non pas être cédée au pouvoir !

ARTICLE 64 STIPULE QUE ″TOUT CONGOLAIS A LE DEVOIR DE FAIRE ECHEC A TOUT INDIVIDU OU GROUPE D’INDIVIDUS QUI PREND LE POUVOIR PAR LA FORCE OU QUI L’EXERCE EN VIOLATION DES DISPOSITIONS DE LA PRESENTE CONSTITUTION. TOUTE TENTATIVE DE RENVERSEMENT DU REGIME CONSTITUTIONNEL CONSTITUE UNE INFRACTION IMPRESCRIPTIBLE CONTRE LA NATION ET L’ETAT. ELLE EST PUNIE CONFORMEMENT A LA LOI″

Personnellement, nous ne sommes pas souscripteurs d’une constitution de bandits politiques.  Avec ou sans l’article 64 de la constitution, tout congolais qui aime son pays sais qu’il doit se battre avec bec et ongle pour défendre sa terre, sa nation, son peuple, sa patrie, son pays…

Et si JKK enlevait l’article 64 de sa constitution ?  Sur quoi vous appuierez-vous ?  Pour nous, la présence même de l’article 64 dans notre constitution est une manière de nous prendre pour des bambins.  Comme si on devait nous apprendre de Liège, où aurait été rédigée cette constitution, que notre devoir est de nous défendre par tous les moyens en notre disposition, dès lors qu’un individu ou un groupe d’individu tente de violer de force de nos droits.  Or, ces bandits politiques, nous les avons depuis Lumumba !  De force, le MNC voulu faire de tous les congolais des socialistes.  De force, Mobutu voulu faire de tous les congolais de ngbandi.  De force, Kabila et Kabange voudraient faire de nous des esclaves.

C’est à nous de bien comprendre tout cela et de nous lever contre tous ces bandits politiques que nous ne découvrons qu’avec retard, ne voulant pas prendre la peine d’écouter nos nombreux patriotes qui sonnent pourtant à temps, la sonnette d’alarme !

  • LE PEUPLE A-T-IL LA POSSIBILITE DE LIBERER LE PAYS L’APPLICATION DE L’ARTICLE 64 CI-DESSUS ?

Cette question n’a pas de sens.  80 millions de congolais que nous serions, sommes-nous en mesure d’arrête net, Joseph Kabila Kabange et sa bande ?  Bien sûr que oui !

La vraie question est : « Sommes-nous décider à l’arrêter ? ».  La réponse est non.  Autrement, pourquoi serions-nous partis à Sun City, à la Cité de l’OUA à la Centre Diocésain de Kinshasa ?  Pourquoi nous disposons-nous à répondre à la convocation de l’ONU et de l’UE qui participent à notre extermination ?

Radio Bosomi doit prendre le courage de poser cette bonne question aux congolais et laisser les débateurs nous expliquer pourquoi le peuple congolais effectue les choix qui sont siens depuis 1959.

En espérant ainsi avoir contribuer.

(Sé. Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu)

POUR PARTICIPER EN DIRECT, VOUS POUVEZ APPELER VIA.

LE SKYPE DE LA RADIOBOSOMI OU PAR TELEPHONE : 0031208932734.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Créateur d’entreprise

Je souhaite être, gracieusement, accompagné par l’EAE ASBL dans ma démarche de création d’une entreprise unipersonnelle ou d’une société qui soit rentable et viable ; et, qui corresponde à mes qualifications, mes compétences, mes expertises ; et éventuellement à celles de mes futurs associés.

Publié dans Emploi, Entrepreunariat, Politique, Politique de l'emploi | Laisser un commentaire

Chercheur d’emploi

Je souhaite être, gracieusement, accompagné par l’EAE ASBL dans ma recherche active d’un emploi bien rémunéré et qui corresponde à mes qualifications, mes compétences, mes expertises.

J’accepte que l’EAE ASBL publie les informations pertinentes de mon curriculum vitae, avec mon accord, à l’attention des employeurs qui recherchent des collaborateurs dans mon (mes) secteur(s) de qualification, compétence ou expertise.

Publié dans Emploi, Politique, Politique de l'emploi | Laisser un commentaire