Nationalité

La politique de la nationalité que nous prônons se démarque de celle que pratique les différents régimes et gouvernements qui se succèdent à Kinshasa.  Personne ne veut clairement se prononcer sur la question de la nationalité de peur de ne paraître xénophobe, raciste ou tribaliste.

L’ambiguité des prises de position explique qu’une frange importante de congolais (4 à 8 millions suivant les sources) de la diaspora se voit privés de leurs droits de citoyens congolais par le faits des imposteurs, des colonisateurs et des dictateurs que nous avons, nous-mêmes, commis à la gestion de la chose publique.  Ces excès des ailes, personne n’est encore véritablement résolu à les arrêter.  L’hypocrisie est totale.

Pourtant, la l’origine des problèmes est connue : une gestion calamiteuse de la nationalité congolaise par le mobutisme.  Sous pretexte de patriquer l’hospitalité africaine, cette politique a laisser aller les choses : aucun registre n’a été correctement tenu : ni celui de nationaux, ni celui de l’étrangers.  Les rapports nationaux-étrangers sont aller se déteriorant sous nos regard.  Dans les années 70 déjà, des des murmures d’abord, des révoltes ensuite, des protestations mêmes ont commencé à se manifester.  A l’intérieur, les rapports entre nos peuples, clans, tribus ou ethnies sont allés se détériorant.  A nos frontières de partout, les infiltrations sont vite devenues la règles.  Des rebelles rentraient pendant que d’autres sortaient.  La confusion est allé croissant que plusieurs rebellions émaillent encore jusque ce jour notre territoire.

Plusieurs intérêts entrant dans le jeu, il devient aujourd’hui difficile pour le meilleur de nos politicien de gérer la question de la nationalité : le désordre a céder la place au chaos !

Nous aimons à dire que c’est avec des cahiers lignés que nous attendons mettre de l’ordre dans la question de la nationalité.  Un débat public doit être engagé pour que le congolais décide qui est congolais, qui peut démeurer ou devenir congolais, pourquoi et suivant quelles modalités qui soient claires pour tous.  La décision du souverain primaire devra être scellée par des lois qui s’imposeront à tous.

Une fois le règles bien établies, il sera facile et rapide de restituer, dans l’ordre, à chacun son droit ursurpé par la colonisation, la dicature et l’imposture.

Cette démarche, dans tous les cas, devra se faire en respectant les droits fondamentaux du congolais en tant que être humain qui a droit à une famille et à la protection d’un Etat.

Plus concrètement, nous disons qu’il doit pouvoir se dire qui est congolais et qui ne l’est pas aujourd’hui :

  1. la personne engendré par un congolais, en tenant compte du “régime sociojuridique” de sa naissance (matriarcat, patriarcat) ; nous excluons donc le fait qu’il suffise d’avoir un parent congolais pour être congolais : le père transmettra la nationalité dans un régime patriarcal et la mère la transmettra dans un régime matriarcale, les conflits et ambiguité étant réglés au mariage et non pas à la naissance des enfants ; pour les enfants nés hors mariages, le juge tranchera dans l’intérêt des enfants dès lors qu’un des parents sollicite, pour l’enfant, la nationalité congolaise ; l’enfant réputé majeur décidera de sa nationalité et l’acquéra sur base de l’examen de sa motivation et de sont casier judiciaire ;
  2. la personne qui peut prouver qu’il a acquis la nationalité congolaise régulièrement et qu’il n’a jamais trahi la nation congolaise depuis ;
  3. la personne qui exprime le veut de se mettre en ordre après avoir acquis la nationalité congolaise irrégulièrement, indépendamment de toute sa bonne fois.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s