C’est triste que cette histoire du voyage du Président de la République au Royaume-Uni.

Il nous faut agir.
Sinon, nous nous séparons à cause d’un Président traître que nous laissons pourrir le pays. Cette action peut consister à éduquer nos enfants pour qu’ils ne tombent pas dans nos travers à nous, générations des années 40 à 70.

Sur WhatsApp…


21/07/22, 06:05 – EAY : Pas beni ,hier 20/07/2022 a boga.


21/07/22, 06:18 – JB : Bien Merci !

21/07/22, 09:39 – KM : Est ce qu’ils sont bien payé ces policiers? Si oui, ils doivent se contenter de leur salaire. Et s’ils volent, ils doivent étre puni. Si non, l’état congplais faillit à sa responsabilité.

21/07/22, 12:43 – GPAU : Si ?
Kasereka,
Tu be connais plus notre pays natal ?
Suprenant, non !

22/07/22, 01:39 – PEO : Visionner ce lien et consulter tous les commentaires qui y sont contenus, https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=pfbid02u4Cu8RiELZyhJjNF9ehCbunjXhbqoh9kWC2cs9TJQcEQjzHfYQ2rBkzeCwfNDuoLl&id=1420302479

22/07/22, 07:23 – GPAU : Chers tous,
Je rappelle que nous sommes ici pour apporter nos contributions originales à la rédaction en ligne ou nos résultats de tests sur terrain d’un projet de société pour le Congo-Kinshasa.
Nous sommes un lieu de travail : rédaction et publication !

22/07/22, 08:05 – LM : Très bien. Une belle mise au point. J’étais sur le point de me retirer de la plateforme si nous ne devrions nous contacter d’être seulement une caisse de résonance, vendeurs et consommateurs des idées conçues ailleurs sans que nous puissions nous même réfléchir et apporter nos projets concrets pour la construction du pays.

22/07/22, 08:34 – GPAU : Notre politique énergétique électrique… Engagez-vous ! https://projet2014.com/2022/07/22/la-question-energetique/

22/07/22, 10:21 : Je suis impressionné par la verve oratoire de l’interviewé. Que cache-t-elle ? Un cerveau ou la malice ? Comment le savoir ?

Kinshasa ne s’en sortira pas !


Kinshasa ne s’en sortira pas parce que le Président de la République s’est appuyé sur un tribalisme dégradant pour sa gente, qu’il a compté sur des pays qui, à tort ou à raison, sont considérés comme des ennemis numéro un des congolais par la majorité de nos concitoyens, il s’est entouré d’hommes au passé douteux et aux mœurs non-démocratiques, perdant ainsi sa crédibilité même auprès de certains qui, en 2018, comptaient sur lui, en désespoir de cause, après avoir compris, tardivement, que le précédent Président n’était pas celui qu’ils attendaient.

Au seuil de 2023, notre peuple va tout droit au gouffre : ceux qui sont pour les élections en 2023 et ceux qui sont contre ces élections 2023. En effet, l’impréparation est pire que qu’en 2018 et les conséquences des échecs seront plus déplorables.

[6/6, 10:46] +256 760 459337: La situation risque d’être confuse avec le renouvellement des opérations Sujaa UPDF-FARDC pour les deux autres mois de plus des opérations infertiles dans la région de Beni.

Les soldats ougandais seront mixés avec les rwandais. Le Rwanda a fait entrer ce jeudi ses véhicules et militaires via Tchanika. On ne sait pas pour quel pied joue Fatshi après la déclaration de l’Ouganda qui a dit officiellement qu’il se battrait aux côtés du Rwanda si la RDC mène une guerre contre Kigali.

Quel rôle joue Fatshi dans ce plan de ces deux beaux-frères camouflés ayant la même idéologie ?

Ouvrons l’oeil et le grand chers congolais ! Nous sommes sacrifiés et nos dirigeants jouent à la distraction.

Oeil du Peuple
[6/6, 10:46] +256 760 459337: Fizi: les affrontements continue ce dimanche 05 juin 2022 aux environs de la localité de MINEMBWE, entre les auto-défense populaire Maï Maï et la coalition Rwando-burundais GUMINO-TWIRWANEHO ANDROID des soi-disant Banyamulenge qui sont venus avec l’intention de faire les massacres de paisibles citoyens.
Il sied de signaler que cette coalition Rwando-burundais dont ses attaques sont dirigés par le colonel déserteur Mitabu a été financé sur le plan logistique par le commandant ops adjoint des FARDC à MINEMBWE Mr Alexis Rugabisha.

LA VOIX DU KIVU TV
+243858808330
lavoixdukivu45@gmail.com
[6/6, 10:46] +256 760 459337: Fizi: the clashes continue this Sunday, June 05, 2022 in the vicinity of the locality of MINEMBWE, between the Mai Mai people’s self-defense and the Rwandan-Burundian coalition GUMINO-TWIRWANEHO, so-called Banyamulenge who came with the intention of massacring peaceful citizens.
It should be noted that this Rwandan-Burundian coalition whose attacks are led by the deserter Colonel Mitabu has been logistically financed by the deputy ops commander of the FARDC in MINEMBWE Mr Alexis Rugabisha.

THE VOICE OF KIVU TV
+243858808330
lavoixdukivu45@gmail.com
[6/6, 10:46] +256 760 459337: Bjr mes chers frères et sœurs de la RDC je vous livre des informations très sûres qui émanent du service de sécurité de KAGAME bien filtrées qui stipulent ceci:
Kagame va distraire la RDC avec intention de négociation mais il est déterminé a faire une guerre foudroyante pour humilier le grand Pays (RDC)
Il se prépare avec la libération des tous les détenus de ses prisons et ceux ci sont en Formation chez lui au Rwanda
Il a fait appel aux Banyamulenges sur les hauts plateaux pour renforcer les rangs des M23
Il est sûr est certain avec l’appui des officiers Rwandais infiltrés dans les FARDC lui facilitera à avoir toutes les informations sur l’armée de la RDC et bloquer toute intention de mener la Guerre avec son armée
Il est sûr et déterminé car il reçoit jour pour jour information sur l’armée congolaise et les décisions prises au sommet de l Etat congolais
Rien ne l’empêchera de réussir son plan avec des officiers de son pays déjà a l’intérieur de la FARDC la victoire est de son côté il va faire le nom après conquête de la RDC, le monde va l’appeler Vladimir Putine d’affrique large diffusion chers congolais( Fungola miso, Bitumba ezali koya )

Le désenchantement…


[6/5, 18:49] +243 826 327 860:

C’est le pouvoir qui doit appliquer l’art 190 de la constitution. Le M23 a fait coulé le sang des militaires congolais. Comment faire cohabiter ces 2 groupes. On vit déjà des mauvaises leçons du passé de mixage. La majorité finira par gouverner au Rwanda comme au Burundi. Le combat actuellement doit viser la lutte contre la prédation des ressources naturelles et les autres deviendront sages.


[6/5, 21:07] G. Paluku Atoka Uwekomu:

De quelle nationalité sont, officiellement, les membres du M23 ?

Les personnes qui gouvernent à l’étranger, auquel nous faisons allusion, ne sont-ils pas des congolais ? Demain, que savons-nous du camp qu’ils choisiront : le Congo ou l’étranger ?

Au projet2014.com nous pensons qu’il ne faut pas juger trop vite… Nos ennemis déchanteront un jour qui ne tient qu’à notre foi en Dieu.

M23 : Quelle vigilance ?


La meilleure façon de s’attaquer aux problèmes soulevés par le M23 est de bien expliquer à nos concitoyens qui sont les M23 pour la RDC.

Quant aux subterfuges qu’utiliserait ce mouvement, pour se faire des membres, il faut s’en prendre à nous parents. En effet, si nos enfants étaient bien éduqués, il ne se laisseraient pas prendre aux pièges des groupes armées, qu’ils soient M23 ou pas.

Au fondamental, sans même discuter la question de savoir qui sont les M23 pour les congolais rwandophones et non rwandophones, nous devons noter que les solutions qu’ils proposent ne sont pas à l’avantage du Congo, dès lors qu’elles sont extra-légales, illégales, lâches !

En effet, toute opposition armée est désormais anachroniques, même si elle croit se trouver une légitimité dans l’engagement de certains membres de la gente de ses fondateurs ou dans le droit de ses membres à l’existence, à la souveraineté nationale.

Pour les rwandophones congolais, la faute, l’erreur stratégique est monumentale que même Dieu ne peut bénir le projet. Les rwandophones sont en effet (1) divisés entre tutsi et non tutsi, (2) évoluent sur une terre où leurs hôtes ne veulent plus d’eux, à tort ou à raison et (3) il existe moult solutions légales, humaines, économiques, préférables, aux problèmes des rwandophones en RDC que la rébellion.

En tant que tribu bantoue, les hutu pourraient bien se liguer aux autres bantous pour former un front plus solide face aux tutsi qui leur ferait problème, qui les subjugueraient… De même, en tant que tribu proche des nilotiques, les tutsi avanceraient plus en s’associant à leur cousins qui sont nombreux dans les pays de alentours, vue leur minorité en RDC et au Rwanda. Sous peu, les hutu reprendront le contrôle du Rwanda. La vie redeviendra difficile pour les tutsi du Rwanda et au Congo il sera difficile de redorer la condition du tutsi dans son milieu actuel.

Un tutsiland était possible en raison de la difficulté qu’a le tutsi à composer avec le hutu au Rwanda et de sa minorité dans le pays, d’une part ; et, de sa difficulté à composer avec ses hôtes au Congo, après une coexistence pacifique éphémère, d’autre part.

Deux questions se posent donc à nous, congolais, rwandophones ou pas :

  1. combien de temps durera le tandem hutu-tutsi, s’il y en a une dans le M23 ou en dehors du M23 ?
  2. Que se passera-t-il si les hôtes des rwandophones revendiquaient leur droit à la souveraineté et à la paix sur leurs terres un jour ?

========

Tiré du groupe NZENGE AMANI RDC

Urgent Ouganda : l’organisation AFRIKA AMANI alerte sur un probable recrutement du M23 des jeunes en majorité des hutu congolais vivant dans les camps des réfugiés de Rwamwanja, cyaka, Nakivale et kyagwale en Ouganda.

L’organisation AFRIKA AMANI pointe les doigts complicité du HCR en Ouganda.

Selon les sources recoupées, les individus qui se présentent dans les camps des réfugiés, trompent ces jeunes qu’ils vont leurs donner de l’emploi à Kampala, Kabare et Mbarara.
C’est par la suite surprise, qu’ils parviennent à se retrouver dans les forêts de la RDC dans le rang du M23 et c’est à l’encontre de leur propre volonté.

Vigilance Vigilance

La prise du pouvoir est facile !


Il n’est pas difficile de prendre le pouvoir quand on est populaire. Sauf dans nos pays africains où il y a beaucoup d’intrigues à surmonter.

Il faut d’abord avoir un programme clair et accepté par la majorité. Au projet 2014, nos propositions ne recouvrent pas encore toutes les attentes des congolais. Nous n’avons encore rien dit ou presque, des arts, du sport, des relations internationales, de l’industrie, de la culture… Il nous faut des compétences congolaises pour produire des offres politiques alléchantes.

Ensuite, une équipe électorale monte la stratégie de propangande et mobilise les ressoucres, une fois le peuple conquis sur papier (sondages).

La candidature posée, il n’y a plus qu’à suivre, surveiller, publier ses résultats des élections, pour assurer les électeurs de la validité des résultats officiels des élections et participer ainsi à la paix dans le pays. C’est le moment de renégocier, éventuellement, les chiffres, au sein des alliances.

Notre méthode de travail est telle que les négociations seront toujours faciles : nous travaillons avec des objectifs SMART.

Quel est notre problème aujourd’hui, sinon que l’absence d’engagements suffisants, le manque de professionnalisme chez les amis ou camarades de parti ?

Qui veut l’indépendance et le développement du Congo, tel que nous le propose le Projet 2014 ?

L’Ituri peut lancer la libération


L’Ituri est aujourd’hui la terre de l’insécurité.
L’intelligentsia iturienne ne joue pas son rôle : chacun s’occupe de son ventre, de son projet personnel, au dépens d’un peuple sous-instruit, paresseux, qui ne veut pas et ne sait s’organiser pour prendre son destin en main.
Nous, ituriens, servons désormais Dieu et Mammon, comme les batoka chini ; et nous sommes étonnés du résultat de notre travail…
Personne ne veut porter le flambeau des patriotes que nous avons connus en son temps.
La jeunesse se rebelle contre ses parents pour se livrer à des charlatans, sombrer dans la débauche, la beuverie et la malédiction prononcée sur ses parents idolâtres.
Le Projet 2014 invite les ituriens à être les premiers à sortir des griffes de Satan pour sauver la nation congolaise en prônant l’amour et la vérité.
Nous, congolais, avons déjà prouvé assez nos limites et nos vraies intentions. Nous savons le chemin du salut, mais nous préférons celui de la perdition.
Si l’Ituri donne le ton de la responsabilité et de l’indépendance, le reste suivra son exemple avec reconnaissance.
Concrètement, que faut-il faire ?

  1. Identifier nos vrais leaders et les promouvoir.
  2. Avec ces leaders, concevoir et mettre en œuvre notre projet de développement provincial qui tienne compte de notre volonté de rester congolais, mais aussi de celle de refuser tout joug étranger.
    Qui veut se lever et s’inscrire dans cette démarche, avec nous ?
    https://projet2014.com/inscription.
    L’avenir de l’Ituri est dans nos mains !

La traite d’esclaves…


[1/9, 13:06] Véronique Mangwanda Nzumba: https://youtu.be/WF01zfB5nrQ

Chronique : En finir avec la traite négrière en Afrique

Difficile d’imaginer que dans nos pays se pratique encore la traite négrière, difficile d’imaginer qu’au 20e siècle, l’on ait réduit des centaines de milliers de nos populations en esclaves. Cette fois-ci, c’est sur leur propre terre, dans leur propre village qu’on les a réduit en esclavage. Avec encore une fois la complicité de leurs chefs. Les mines en RDC ne sauraient être une malédiction pour les congolais. Il faut rapidement le transformer en opportunité. Cela ne dépend que des dirigeants.

Abonnez-vous et activez la cloche de notification pour être les premiers à visionner les prochaines sorties.
[1/9, 13:32] G. Paluku Atoka Uwekomu: Difficile d’imaginer que dans nos pays se pratique encore la traite négrière, difficile d’imaginer qu’au 20e siècle, l’on ait réduit des centaines de milliers de nos populations en esclaves.
Qui ne sait pas que nos peuples sont des esclaves les uns des autres depuis la nuit des temps? Les Chinois ne font que profiter de notre incapacité de nous approprier un pays que Lumumba et les siens croyaient nous confier. Il s’avère aujourd’hui clairement que Lumumba n’avait pas de vision pour le Congo, qu’il s’est trompé en vilipendant et persécuant les membres du PNP qui lui disaient clairement que l’indépendance auquel il revaient n’était pas possible dans l’état où la colonie se trouvait ; qu’il fallait préparer des cadres capables. Cette fois-ci, c’est sur leur propre terre, dans leur propre village qu’on les a réduit en esclavage. Beaucoup de nos peuples étaient en esclavage avant l’arrivée des colonisateurs, avant même l’arrivée des esclavagistes. Et aujourd’hui, ce ne sont pas les chinois qui soient forcément les pires de nos ennemis. Ils comptent sur les millions de traîtres qui se comptent dans nos rangs pour nous exploiter, nous fouéter quand ils croient avoir intérêt à le faire. En étant à ce stade, nous devons, pensons-nous, commencer par libérer chacun de nos peuples qui vit encore tout forme d’esclavage lui imposé par Kinshasa ou par des étrangers. Le discours qui consiste à ne pointer que les étrangers, passe de moins en moins. Les congolais commencent à comprendre que nous devons commencer nous-même par nous débarasser de nos velléités colonialistes et esclavagistes, nous, peuples congolais, peuples du Congo. Avec encore une fois la complicité de leurs chefs. Les mines en RDC ne sauraient être une malédiction pour les congolais. Il faut rapidement le transformer en opportunité. Cela ne dépend que des dirigeants. La prison dans laquelle nous nous maintenons est celle de penser que ce qui nous arrive ne soit que les conséquences des agissement de nos leaders politiques, en oubliant que ce sont nous qui les avons élus ou qui les avons tolérer et tolérons.
[1/9, 13:42] G. Paluku Atoka Uwekomu: L’intelligentsia congolaise est démissionnaire. Si elle ne l’était pas, aucun étranger ne serait en train d’exploiter pour nous nos minérais.
Si réellement nous aimons le Congo, comme certains aime à le prétendre en insuttant en même temps ce pays sans bouger son auriculaire, rien ne changera.
Les questions-mêmes que nous nous posons trahissent nos méchancetés.
Nous payons moins de 3 € à nos frères par jour et nous voulons prétendre être de libérateurs…
La vérité est autre : tant que le congolais ne se lèvera pas pour s’occuper de ce qu’il prétend être son pays, sa condition ne s’améliorera guère. Il y aura certes de plus en plus de milliardaires congolais ; mais encore et toujours au détriment de la grande masse.
Seul, le Projet 2014 et quelques autres rares et timides projets du genre, invite les congolais à se mettre ensemble, autour d’une table, pour décider du destin du Congo.
Le refus catégorique des politiciens en lisse de se mettre autour d’une telle table est la preuve que leur désire de coloniser et d’esclavagiser demeure intact !

La congolité encore ?


L’ARTICLE 72 DE LA CONSTITUTION KONGOLAISE EZA KOLOBELA BA SOI DISANT BA POLITICIENS NA BA SOI DISANT BA OPPOSANTS RIEN ? POUR POSTULER NA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE IL FAUT ETRE DE MÈRE ET DE PÈRE 100% KONGOLAIS DE SOUCHE; WANA SELON ARTICLE 72 YA CONSTITUTION; DONC LES: LEON KENGO, VITAL KAMHERE, MOISE KATUMBI, ADAM BOMBOLE, AZARIAS RUBERWA, DEO GRACIAS BUGUERA… BAKOKI JAMAIS KOKOMAKA PRÉSIDENT YA RÉPUBLIQUE NA R.D.C. ET EN PLUS LEON KENGO AVANDA WANA NA KITI YA PRÉSIDENT YA SÉNAT ILLÉGALE PCQ AZALI NI DE MÈRE, NI DE PÈRE 100% KONGOLAIS, ALORS NAYEBI TE SOKO BA OYO BAZA KOLOBA QUE BAZALI BA DOCTEURS EN DROIT BAZALI KOMONA TE OU BAZALI INCONSCIENTS NA SITUATION EZALI KOLEKA NA MBOKA NA BISO KONGO… BANA YA MAYELE BAYOKAKA

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Chers compatriotes, faisons attention aux pièges juridiques et techniques.
Il est dangereux de se servir d’un outil juridique ou d’une technologie qui nous appartiennent pas, qui n’est pas notre création.
Etre de père congolais et de mère congolais, ne veut pas dire être de grand-père ni de grand-mère congolais : c’est une question de logique élémentaire.
Si nous nous en tenons à la constitution du régime de Kinshasa, sachons apporter aux congolais les preuves matérielles que ceux à qui nous contestons la nationalité congolaise d’origine soient nés pendant que leurs parents n’étaient pas tous congolais !  Sinon, nous seront ridicules et des illégaux condamnables discrimination au regard de la loi.
C’est pour cela que, dans notre parti, Kongo ya Sika, nous éviterons de présenter à la candidature aux postes importants des personnes dont les parents, et mêmes les grands-parents, ou arrière-grands-parents n’étaient pas congolais à leur naissance…  Question de ne pas distraire le congolais dans la quête de son indépendance véritable.

Kabila est donc parti !


La déclaration d’Albert Muya Ilunga, qui s’adresse aux vrais congolais (élevés, dignes, patriotes, courageux, actifs, motivés…), produira certainement le changement qu’une frange de plus en plus importante de congolais entendent réaliser, depuis le 30 juin 1960.  Il ne reste plus qu’à connaître le temps que nous voudrions accorder à l’imposture de nous assujetir encore.

https://www.youtube.com/watch?v=ixSZGWqtkVU

%d blogueurs aiment cette page :