Les 3 obligations…


L’insécurité de notre pays est aussi due à notre incapacité de dissuasion et de riposte. Peu sont ceux qui acceptent de considérer cette réalité.

Les contre-performances de notre peuple, de notre armée et de notre police résulte de notre bas niveau de formation. Si la majorité le sait, une minorité cependant en tient compte.

Le snobisme, la dépendance culturelle, économique et industrielle dans laquelle nous vivons, sont eux-aussi les conséquences de nos bas niveaux moyens d’instruction, de de formation et d’éducation.

Nous proposons depuis longtemps une solution que nos compatriotes, dans leur majorité,  foulent aux pieds.
1. L'obligation scolaire jusque 24 ans pour nos enfants.
2. L'obligation de travail pour tous les valides après 24 ans.
3. L'obligation de qualification officielle de tous les travailleurs via des enseignements et formations de qualification professionnelle.

Les nombreux échecs des gouvernements qui se succèdent à Kinshasa, où sont concentrés nos ministères de colonisation et domination, prouvent pourtant à suffisance que leurs stratégies demandent des révisions démocratiques profondent.

Tous nos partis politiques étant démissionnaires, il faudra attendre très longtemps avant que le pays ne soit mis sur les rails.

Une armée décolonisée ?


Faut-il ou pas soutenir les FARDC qui vont aux front, sacrifiés par le pouvoir, le gouvernement et le parlement ?

En effet, nos soldats sont mêlés aux ennemis, sont commandés par des étrangers, des personnes réputées ennemies du Congo… Ils (nos soldats) perçoivent des soldes d’esclaves, ne recoivent ni l’instruction ni la formation ni l’éducation ni les équipements auxquelles ils ont droit pour défendre la nation… Ils participes aux assassinats, aux vols, aux viols, aux pillages de nos ressources, aux brutalités contre nos concitoyens, faute d’évoluer dans une démocratie…

Soutenir notre armée est, pour nous, autre chose que les pousser à la traîtrise et au suicide aveugle. C’est obtenir qu’ils soient respectables et respectés, dissuasifs, efficaces, aimés du peuple.

Leur solde doit être, inconditionnellement, hissée : comme tous les salaires dans le pays. d’ailleurs !

L’armée doit maîtrisée le français et nos langues vernaculaires et ne pas continuer à imposer le lingala aux non-lingalaphones, manquant du respect pour nos cultures respectives plutôt que de les défendre !

Nous livrons ci-dessous notre discussion partielle de la question dans un groupe WhatsApp ; dans le souci d’œuvrer pour une unité vraie de notre Congo.

Frère,
Si les brutalités, les viols, les vols, les tracasseries, les tueries commises par nos FARDC et notre PNC, partout dans le pays, vous plaisent, suivez-les. Nous ne vous suivrons pas. Et sachez que bien que minoritaires, le pays nous appartient à nous tous. Si vous décidez de nous ignorer, volontairement, parce que vous êtes la majorité, comme le firent les lumumbistes que vous copiez, Dieu combattra pour nous qui recusons l’injustice, d’où qu’elle vienne ! Et nous verrons la suite.
Quant à nous, en effet, nous ne serons pas avec une armée commandée, en majorité, par des traîtres, des meutriers, des soulards, des étrangers, des ennemis du Congo, en son sein ; une armée qui impose le lingala à tous au mépris de nos langues à nous autres, non-lingalaphones, une armée considérée comme un fourre-tout, comme un repère aux rebelles et aux drogués, une armée esclavagisée…
Nous insistons pour que le Parlement commande au Gouvernement de moderniser, de professionnaliser, de décoloniser notre armée.

Sans cela, comment serons-nous protéger par elle ?

Quelle économie et quel social demain ?


Quelle type d’économie (gestion de ressources matérielles nationales) et de social (gestion de la ressource humaine) pour le Congo de demain, avec une équipe du Projet 2014 pilotée par nous, aux arènes du pouvoir ?

Consultez régulièrment les menus « Economie » (https://projet2014.com/economie) et « Social » (https://projet2014.com/social) pour prendre connaissance de nos propositions et laissez-nous vos commentaires, questions, avis, considérations, suggestions et critiques sur les pages correspondantes du blog.

Ce que je crois pour la RDC…


[16:34:59] SOFTKENS: Soyez demain nombreux à suivre en direct sur la chaîne Softkens Télévision ( http://softkens.com/SoftkensTV.htm ) votre émission Sosolasosola.  Le Pasteur Epaphras recevra l’ingénieur Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu de Bruxelles. Vous aurez la possibilté de poser des questions sur Skype.  Appelez  tewritoire.de.dimbelenge213.  L’émission passera de 9h00 à 10h00 heures de Toronto – Canada – soit 15h00 à 16h00 heure de Bruxelles.

Valorisation du travail


Qui et pourquoi valorisera le travail en RDC ?  Comment le savoir ?

Nous l’avions dit en son temps, dès mai 2011, que 2011-2016 verrait la condition du congolais s’empirer.  Et si rien n’est fait, nous avions aussi clairement annoncé que cette situation s’empirera de plus bel pendant 20 à 30 ans encore, clairement, jusque 2030 voire-même 2040.  Il est important que nous confirmions qu’après consultation des acteurs de la scène politico-militaire de la RDC : tous sont formels !  Les indicateurs sont au rouge comme nous l’avions annoncé.

Si mes compatriotes congolais soutiennent la stratégie démocratique que nous proposons (https://projet2014.com/2016-2), nous vous promettons qu’entre 2016 et 2021 un miracle s’accomplira, par rapport à la question de l’emploi qui fait l’objet du lien hypertexte ci-dessous et que notre parlement votera pour  :

  1. un REVENU minimum garanti à tout chef de ménage (congolais ou étranger en séjour régulier) sur toute l’étendue de la RDC équivalent au minimum vital démocratiquement calculé ;
  2. un SALAIRE minimum supérieur au revenu mimimum garanti ;
  3. une tension salariale (le salaire maximum divisé par le salaire minimum dans les services publics) démocratiquement ramenée à 4 ; ou 5, à la rigueur ;
  4. l’obligation scolaire jusque 18 ans pour tous les jeunes ;
  5. l’obligation scolaire ou de formation jusque 21 ans pour tout ceux qui n’ont pas encore une qualification reconnue en RDC avant 19 ans ;
  6. l’obligation pour les collectivités locales et les chômeurs de créer des emplois utiles pour tous ceux qui sont au chômage ; l’obligation pour ces collectivités locales d’organiser des formations qualifiantes de très haut niveau pour tous ceux qui sont au travail mais sans qualification reconnue en RDC, tout en ayant dépasser l’âge de la scolarisation ou de formation obligatoire.
  7. la mise en route d’une solidarité nationale moderne pour la prise en charge des soins de santé normaux de tous les citoyens sans discrimination et la prise en charge des handicapés mentaux et physiques du pays tout entier.

Pour qu’il en soi ainsi, nous avons besoin de nous entourer d’ores et déjà d’hommes qualifiés pour concevoir et tester les modifications et les innovations structurelles et fonctionnelles nécessaires dans les trois années qui nous restent, même dans l’actuel environnement d’imposture.  Pour nous joindre, utiliser Skype (uwekomu) ; ou bien, votre messagerie électronique (palukuatoka@skynet.be), avec dans le champ objet la mention « Projet 2014 ».

Nous avions annoncé l’échec garanti du gouvernement actuel : le voilà toujours présent, deux ans après sa mise en route : http://radiookapi.net/actualite/2013/09/20/bunia-les-fonctionnaires-decident-de-poursuivre-la-greve-declenchee-lundi/

Jeunesse : levons-nous et agissons ! (3)


Pourquoi ne fêtons-nous pas le 30 juin ?

Demain est la journée de la fête de l’indépendance qui nous aurait déjà coûté 6 à 12 millions que d’autres comptent pour nous !

Jeunesse congolaise, réfuse d’avoir un avenir compromis par de papa qui veulent éternelement.

Suivez une partie de la campagne que nous menons sous Skype et Facebook.

Vous pouvez appuyer l’initiative.

*****************************

[10:50:22] JAO: Bonne fête de l’indépendance en Bruxelles

[11:52:15] GPAU: Bonne fête ?

[11:52:22] GPAU: Qu’est-ce qui te prends ?

[11:52:37] GPAU: Où vois-tu le congolais indépendant ?

[11:53:13] GPAU: Avec des congolais qui enlèvent aux autres congolais leur nationalité ?

[11:55:01] GPAU: Avec un imposteur et incompétent à la tête du pays ; des assassinats, des meurtres, des viols, de vols, de populations déplacées, décimées, privées de leurs libertés et de la paix ; toi tu es en fête ?

[11:55:33] GPAU: Je n’ai jamais fêté le 30 juin !

[11:55:37] JAO: Ce malheureux mon frère maintenant vous avez quelle nationalité

[11:57:50] GPAU: Je réfléchis à comment faire pour convaincre mon peuple de traduire en justice les assassins de Lumumba, Tshombe, Chebeya, Tungulu et autres ; à traduire en justice ce qui s’arroge le droit de me priver de ma nationalité !

[11:58:40] JAO: Même moi mon frère j’en ai marre avec

[11:58:40] GPAU: Et toi, je pensais que tu étais à notre côté dans cette lutte pour l’indépendance des peuples du Congo !

[11:59:00] GPAU: 2016 approche, allez-vous commettre encore la même erreur ?

[11:59:15] GPAU: Malu Malu est déjà mis en place…

[11:59:31] GPAU: Vous irez encore à ces élections-là aussi ?

[12:00:27] GPAU: Ce serait très dommage et appeler une malédiction sur une autre !

[12:00:33] JAO: Moi non je n’irai

[12:01:00] JAO: Vraiment ce drôle d’histoire

[12:02:33] JAO: Ce pourquoi je dois tjrs les dénoncer

[12:03:47] GPAU: Je préviens déjà que le mot d’ordre doit être clair : dès maintenant, pas d’élections avec des bandits politiques, des miliciens ou ex-miliciens, des hommes qui ont des comptes à rendre à la nation du fait de leurs implications dans des guerres, dans des pillages, dans des brimades du peuple : nous devons nous lever contre ces vices qui font la honte de notre Etat, de notre nation naissante !

[12:03:48] GPAU: Je préviens déjà que le mot d’ordre doit être clair : dès maintenant, pas d’élections avec des bandits politiques, des miliciens ou ex-miliciens, des hommes qui ont des comptes à rendre à la nation du fait de leurs implications dans des guerres, dans des pillages, dans des brimades du peuple : nous devons nous lever contre ces vices qui font la honte de notre Etat, de notre nation naissante !

[12:04:46] GPAU: Je vous invite tous à participer au Projet 2014 pour que nous mettions pied, démocratiquement, le plan d’arrestation propre de tous ces bandits qui pullulent l’espace politique congolais !

[12:04:47] GPAU: Je vous invite tous à participer au Projet 2014 pour que nous mettions pied, démocratiquement, le plan d’arrestation propre de tous ces bandits qui pullulent l’espace politique congolais !

[12:05:09] JAO: Papa je suis derrière vous

[12:05:52] GPAU: Je ne vois pas de voie de salut dans les compromissions auxquelles certains d’entre nous se livrent en acceptant d’aller négocier avec des bandits qu’il faut déloger de la maison qu’ils occupent pour notre malheur !

[12:05:53] GPAU: Je ne vois pas de voie de salut dans les compromissions auxquelles certains d’entre nous se livrent en acceptant d’aller négocier avec des bandits qu’il faut déloger de la maison qu’ils occupent pour notre malheur !

[12:06:18] GPAU: Que fais-tu concrètement ?

[12:06:18] GPAU: Que fais-tu concrètement ?

[12:06:29] GPAU: Comment mobilise-tu autour de toi ?

[12:06:30] GPAU: Comment mobilise-tu autour de toi ?

[12:07:36] GPAU: Où est la liste de personnes que tu as convaincu de se mettre de notre côté pour dire non à l’insécurité, non à la médiocrité, non à l’imposture, non à la colonisation, non à la dictature ?

[12:07:37] GPAU: Où est la liste de personnes que tu as convaincu de se mettre de notre côté pour dire non à l’insécurité, non à la médiocrité, non à l’imposture, non à la colonisation, non à la dictature ?

[12:08:14] GPAU: Nous attendons être au moins 50% des électeurs fin 2014 pour gagner en 2016, Dieu voulant.

[12:08:15] GPAU: Nous attendons être au moins 50% des électeurs fin 2014 pour gagner en 2016, Dieu voulant.

[12:09:53] GPAU: Nous devons avoir la liste des participants au Projet 2014 ; nous devons rédiger un projet de société qui soit le plus complet et le plus démocratique d’ici décembre 2014. Projet que nous proposerons aux Congolais pendant 2 ans avant de battre démocratiquement ceux qui voudraient encore induire nos peuples dans l’erreur !

[12:09:55] GPAU: Nous devons avoir la liste des participants au Projet 2014 ; nous devons rédiger un projet de société qui soit le plus complet et le plus démocratique d’ici décembre 2014. Projet que nous proposerons aux Congolais pendant 2 ans avant de battre démocratiquement ceux qui voudraient encore induire nos peuples dans l’erreur !

Chômage à Kinshasa


Voici enfin le résultat brut de notre enquête préliminaire sur le chômage dans la ville de Kinshasa.  Elle succède à une enquête similaire que nous avons commanditée dans la ville de Goma et dont les résultats ont déjà été publiés ici :
http://eae-asbl.blogspot.be/2013/03/le-chomage-goma-notre-enquete.html et
http://eae-asbl.blogspot.be/2013/03/60-chomeurs-de-goma-2-repartition-par.html.

Nos partenaires locaux (Kinshasa et Goma) s’organisent très bien et méritent d’être soutenus par la diaspora congolaise.  Nous collectons nos fonds avec l’ASBL AUPC.  Pour ce projet-ci, indiquez : “Projet Coopératives/Kinshasa” ou “Projet Coopératives/Goma” ou alors “Projet Coopératives” dans votre communication.
(IBAN: BE24 7795 9821 8838 BIC: GKCCBEBB – ASSOCIATION DES AMIS DE L’AUMONERIE UNIVERSITAIRE PROTESTANTE DU CONGO – AUPC ASBL)

Le ton vient donc d’être donné pour la publication régulière des résultats engrangés sur terrain par nos partenaires kinois qui ne manquent de nous annoncer d’autres prouesses pour pas très longtemps.

On notera que tous les 60 chômeurs interrogés sont sans emplois indépendamment de toute leur bonne volonté.  49 s’estiment empêchés de travailler ; parce que le travail est caché par les employeurs (45 enquêtés) ; parce qu’ils manquent de pistons (42 enquêtés) ; 27 pensent que le travail fait défaut – et l’EAE ASBL étudie comment en créer dans les mois à venir ; tandis que 7 pensent que les mauvaises conditions de travail sont un obstacle à le mise à l’emploi.

Chers compatriotes, ces résultats qui viennent de nous parvenir aujourd’hui ressemblent étrangement ceux qui nous sont parvenus de Goma.  Nous commençons donc à nous faire une opinion objective sur les causes du chômage dans notre pays :
1. le manque de civisme : le favoritisme des employeurs ;
2. la carence de travail, faute d’initiative et à cause de l’insécurité des biens et des personnes ;
3. les mauvaises conditions de travail : en l’absence d’une autorité de contrôle et des syndicats digne de ces noms.

Nous espérons bientôt pouvoir, avec le soutien de toutes les forces vives de la nation, et les chômeurs en premiers, pouvoir étendre cette enquête de manière à confirmer ou infirmer ces conclusions préliminaires.

Dans la ville de Kinshasa, nous avons déjà, avec nos 11 protégés, lancer des offres de services.  Nous attendons les premiers résultats dans le mois qui suivent.  La création d’emplois est à l’étude et des possibilités ne manquent, mais les initiatives font encore grandement défaut.  L’EAE ASBL se propose donc d’apporter son plus ; non seulement pour les populations kinoises, mais aussi pour les populations de l’UE à terme.

Faisons remarquer enfin que notre échantillon présent n’est pas représentatif des chômeurs kinois.  La plupart ici ont poussé leurs études très loin (gradués, licenciés).

Tableau 1 : Le pourquoi du chômage à Kinshasa

Numéro

Oui

Non

Total

Je suis au chômage parce que :

     

1.    Je ne veux pas travailler

0

60

60

1.1. Par paresse

0

60

60

1.2. Pour une autre raison

0

60

60

1.3.   Autre.

1

59

60

2.    Je veux travailler, mais

60

0

60

2.1. Je suis empêché de travailler

49

11

60

2.1.1.    Par la maladie

0

60

60

2.1.2.    Par un handicap physique

0

60

60

2.1.2.    Par un handicap mental

0

60

60

2.1.3.    Par les d’études

0

60

60

2.1.4.    Par le manque de moyens nécessaires pour en chercher

9

51

60

2.1.5.    Par le manque de relations, de pistons

42

18

60

2.1.6.    Par les mauvaises conditions de travail

7

53

60

2.1.7.    Autre

1

59

60

2.2. Je ne trouve pas de travail

50

10

60

2.2.1.    Le travail fait défaut

24

36

60

2.2.2.    Le travail est caché

45

15

60

2.2.3.    Autre

1

59

60

2.3. Je trouve du travail mais (le chômage est préférable)

1

59

60

2.3.1.    Le salaire est tout le temps prohibitif

1

59

60

2.3.2.    Les conditions de travail sont tout le temps mauvaises

1

59

60

2.3.3.    Le travail ne correspond pas à ma qualification, à chaque coup

1

59

60

2.3.4.    J’échoue toujours aux tests d’embauche

2

58

60

2.3.5.    Autre

0

60

60

3.    Je ne songe pas à travailler

0

60

60

3.1. Je n’y ai jamais pensé

0

60

60

3.2. On ne m’a jamais parlé du travail

0

60

60

3.3. Je n’en vois pas l’intérêt

0

60

60

3.4. Je n’ai pas besoin du travail

0

60

60

3.5.   Autre

0

60

60

4.    Autre ..

0

60

60

4.1. Spécifier :

0

60

60

4.2. Spécifier :

0

60

60

4.3. Autre

0

60

60

 

Tableau 2 : répartition des chômeurs suivant l’âge

(à venir)

Tableau 3 : répartition des chômeurs suivant les filières de fomation

(à venir)

Tableau 4 : répartition des chômeurs suivant le nombre d’année passé au chômage.

(à venir)

Tableau 5 : répartition des chômeurs suivant le nombre d’années d’études égrenées

(à venir)

%d blogueurs aiment cette page :