Qui vole, spolie ?


Tel que reçu par WhatsApp

Consternation à la Maison Blanche et à la Banque Mondiale à Washington D.C., les principaux contributeurs d’aide au développement en République démocratique du Congo qui viennent d’apprendre à travers un rapport documenté de l’Inspection Générale des Finances (IGF) que la moitié des forêts du Bassin du Congo n’appartiennent plus à la République démocratique du Congo !

Et pour cause ?

Près de la moitié des concessions forestières de la République démocratique du Congo n’appartiennent plus aux congolais ils étaient vendus d’une façon illégale et irrégulière par des congolais eux-mêmes à « vil prix » et de gré à gré pour enrichir un seul individu à outrance il s’agit du dénommé Joseph Kabila!

En effet, la République démocratique du Congo avec ses 2.345.409 km² de superficie compte 155.500.000 hectares de forêt (soit 67% de son territoire national) mais plus des 60% de ses immenses forêts n’appartiennent plus à ce pays.

Le monde entier se moque des congolais qui se comportent comme des grands enfants qui ne réfléchissent qu’à moitié face au développement de leur pays mais qui attendent tout de l’état providence et des investisseurs étrangers !

Pour enrichir à outrance le dénommé Joseph Kabila les nommés Bienvenu Liyota et Nyamugabo sont cités parmi les six (6) anciens ministres de l’Environnement que l’IGF accuse d’avoir vendu des concessions forestières sans reverser un sou à l’Etat (rapport)

Le rapport d’audit de l’Inspection Générale des Finances (IGF) sur la légalité des contrats des concessions forestières, dont la publication était réclamée depuis presque 2 ans par les bailleurs de fonds et les organisations de la société civile, a finalement était rendu public le vendredi 1er avril 2022 par le gouvernement.

Selon les mots propres de l’IGF, ce rapport a dévoilé « la défaillance totale, le favoritisme délibéré ou encore le laxisme » avec lequel les concessions forestières sont attribuées en République démocratique du Congo depuis plusieurs années.

Sur une période de 6 ans, soit de juillet 2014 à mai 2020, le ministère de l’environnement et de développement durable a connu 5 ministres et 1 intérimaire. Et tous se sont compromis, d’après l’IGF.

La palme d’or de ces compromissions est remporté par Claude Nyamugabo, qui dirigea ce ministère pendant 1 an et 7 mois, pour le compte du gouvernement du somnambule Sylvestre Ilunkamba.

  1. Entre septembre 2019 et mai 2020, en violation du code forestier et du moratoire, Claude Nyamugabo avait vendu en procédure de gré à gré 11 concessions forestières pour enrichir le dénommé Joseph Kabila!

Toutes ces transactions sont considérées comme étant des actes de cession, location d’échange ou même de donation entre concessionnaires et pourtant c’était des nouvelles vente », lit-on dans ledit rapport.

  1. En 2ème position, vient Amy Ambatobe Nyongolo, qui fut ministre de l’environnement dans le gouvernement de Bruno Tshibala. Cet’ individu malveillant avait aussi vendu une partie des forêts du Congo pour enrichir le dénommé Joseph Kabila. Actuellement, ce criminel est député national comme Claude Nyamugabo.

L’IGF reproche à cette crapule d’avoir bradé 7 concessions forestières sous mode de gré à gré, au grand dam du trésor public et des communautés locales.

  1. Vient en 3e position Robert Bopolo Bogeza. Il était ministre de l’environnement pendant 1 an et 3 mois dans le gouvernement d’Augustin Matata Mponyo Mapon. Cet aventurier avait aussi vendu une grande partie des forêts du Congo juste pour enrichir le dénommé Joseph Kabila

L’IGF lui reproche d’avoir vendu illégalement 5 concessions forestières sans que le trésor public et les communautés locales n’en tirent un rond.

  1. Le suivant en terme du nombre de concessions bradées est Bienvenu Liyota. Il fut ministre de l’environnement pendant 9 mois et 17 jours, également dans le gouvernement d’Augustin Matata Mponyo Mapon 2. Cette tête à claque avait aussi vendu une très grande partie des forets du Congo juste pour enrichir le dénommé Joseph Kabila

Il est reproché à cette énergumène d’avoir vendu 3 concessions forestières du domaine privé de l’Etat sans que le trésor public n’en tire aucun bénéfice. Bienvenu Liyota est actuellement député national.

  1. Il y a ensuite Athy Kabongo Kalonji. Il fut ministre de l’environnement dans le gouvernement de Samy Badibanga, qui n’avait duré que 4 mois et 20 jours. Pendant son règne de courte durée, l’IGF l’accuse d’avoir vendu illégalement une concession forestière.

Cette crapule sans foi ni Dieu avait aussi vendu une très grande partie des forêts du Congo juste pour enrichir le dénommé Joseph Kabila

  1. Enfin, vient Franck Mwedi Malila Apenela. Il avait assumé l’intérim au ministère de l’environnement pendant 6 mois, du 5 mars au 9 septembre 2019, dans le gouvernement de Bruno Tshibala, alors que le Président Félix Antoine Tshisekedi venait de remplacer Joseph Kabila à la présidence de la République.

Ce délinquant avait aussi vendu une très grande partie des forêts du Congo juste pour enrichir le dénommé Joseph Kabila

Malgré qu’il n’était qu’un intérimaire, Franck Mwedi avait vendu une concession forestière à l’entreprise Booming G. Le trésor public n’avait rien bénéficié de cette transaction illégale, allègue l’IGF.

La conclusion des enquêteurs de l’IGF sur ces transactions est sans détour. Elle explique que « les concessions du domaine privé de l’Etat ont été aliénées par les ministres successifs en violation du moratoire et des dispositions du code forestier ».

Notons que cet audit avait été réalisé sur demande de l’ancien Premier Ministre somnambule Sylvestre Ilunga Ilunkamba !

[27/4, 07:51] +243 820 040 056 : Qu’est ce qu’il faut pour que le pays décolle?

[27/4, 08:09] Graphèle Paluku Atoka Uwekomu : Se mettre autour d’une table pour donner à chaque peuple de prendre son indépendance librement et totalement et pour nous approprier le Congo, ensemble et définir notre destin en tant que nation dans la concorde ? Dans l’unité et la solidarté nationales laisser chaque peuple déterminer sa destinée et adhérer au projet fédéral librement !
Sans cela, nous serons toujours en guerre les uns contre les autres en raison de velléités coloniales et esclavagistes qui dominent dans le pays chez plusieurs politicailleurs !

La paix et le développement du Congo qui s’en suivront sont à ce prix.
Tous les autres projets que nous voyons fleurir au Congo sont passagers, parce qu’ils vont à l’encontre des intérêts, du respect, de la liberté de nos peuples qui vivent encore dans des peurs injustifiées, créées par les terroristes politiques qui ont une emprise forte sur ceux qui les ont élus librement, ceux qui les tolèrent patiemment ou ceux qui les subissent volontiers. C’est la conséquence logique d’une vie dans la fausse religion, dans notre choix du moment !

Il y a un reste voué à Dieu, que personne ne saura détruire, pour l’instant. Dans les décennies qui viennent, les dormeurs se réveilleront pour livrer une bataille politique farouche contre les amoureux de la démagogie. Peu à peu, le congolais commencera à se repentir de n’avoir pas écouté les prophètes de son Dieu !

C’est alors que commencera le salut du congolais, le déboire de ses ennemis… Pas avant. D’ici là, deux régimes politiques seront probablement nécessaires : le premier, pour donner zu peuple de secrendre à l’évidence de son échec ; et, le second, pour assurer une transition culturelle indispensable.

Cécité spirituelle et politique.


La façon dont la CENCO, l’ECC, le KIMBANGUISTE et toutes les autres confessions religieuses se mobilisent fermement dans les affaires de la CENI. Bah, j’ai du chagrin.

S’ils se mobilisent ainsi pour la situation de BENI, une chose devrait se produire.

D. L.

Nous ne la voyons pas, cette mobilisation prometteuse. Ça et là, nous voyons des prophètes qui prêchent dans le désert. Comme nous le faisons ici, depuis décembre 1999.
Lorsqu’il s’agit d’un pays de 90 millions de personnes, ce ne sont pas les cris de 5 personnes illuminées qui suffisent à provoquer un changement durable.
Certes, si les ecclésiastiques et leurs fidèles ne nous trahissaient pas, le Congo seraient bien loin. Ceux qui abîment la RDC, ce sont nous les chrétiens, catholiques, protestants et autres. Les menteurs, les violeurs, les impudiques, les dictateurs, les pilleurs, les empoisonnées, les traîtres sont dans notre rang. Qui peut le nier ?
Nos Présidents sont des présumés chrétiens ! Nos opposants aussi le sont. Mais quelle politique pratiquent-ils ? Celle de l’amour christique ou celle des assassinats politiques ?
De deux choses l’une : ou bien la chrétienté est dangereuse ou bien nous, chrétiens du Congo, sommes tous, ou presque, des imposteurs infréquentables, extrêmement dangereux.

Revenons à l’essentiel : lequel des chrétiens entrevoit de citer le Président de la République en justice ou de lui prodiguer des conseils de frères en Christ ? Qui pense à nous débarrasser de la CENI, cet outil créé par nos ennemis pour nous garder dans la soumission, sous leur joug ? Qui titille nos parlementaires pour obtenir un salaire juste dans le pays ? Qui veut, désire, cherche à interpeller nos ministres et administrateurs de la chose publique qui saccagent le pays ? Qui dans nos fora veut développer une stratégie qui nous libère de la colonisation et de la dictature définitivement ?
Certes : quelques rares chrétiens que compte la RDC agissent, même dans la minorité. Personnellement, dans mon entourage politique congolais, je n’en connais pas 10 qui travaille à la libération du Congolais. Pourtant, plus de la moitié de mes amis politiques belges sont près à voler au secours des congolais, s’ils leur criaient au secours plutôt que de souvent les calomnier !
J’ai demandé à mes frères de l »Ituri et du Grand-Nord kivutien de demander, formellement, un secours des belges humanistes : personnes ne s’est levé. Tous croient mordicus que se sont les belges qui nous IMPOSENT des dictateurs, qui seraient des méchants et pilleurs nés, à cause de la blancheur de leur peau !
Dans une telle cécité spirituelle et politique, comment aider ceux qui oublient que c’est à cause d’eux que nous sommes, nous, en exil en Belgique, pour la vie ?

Nous souffrons, nous frappés d’une cécité spirituelle et politique, d’une sanction divine, nous, dont le Président consacra le pays à Dieu, au début de son mandat !

Quelle économie et quel social demain ?


Quelle type d’économie (gestion de ressources matérielles nationales) et de social (gestion de la ressource humaine) pour le Congo de demain, avec une équipe du Projet 2014 pilotée par nous, aux arènes du pouvoir ?

Consultez régulièrment les menus « Economie » (https://projet2014.com/economie) et « Social » (https://projet2014.com/social) pour prendre connaissance de nos propositions et laissez-nous vos commentaires, questions, avis, considérations, suggestions et critiques sur les pages correspondantes du blog.

Moloto : pas le seul empoisonné !


Alain Moloto ne serait pas le seul empoisonné.

[01:37:11] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: BREAKING NEWS LE REGIME DU SALAUD RWANDAIS KANAMBE  SONT PORTE PAROLE BAKOMI NA BILOBELA MONDE NA BANGO YA MOLILI ESIKIEEEEEE

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=aq1rWHr2HF0
[01:43:21 | Edited 01:43:44] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Témoignage contre ceux qui essaient de tordre ou de cacher vainement la vérité.

Moloto ne serait pas le seul empoisonné : https://www.youtube.com/watch?v=aiNiNBtIErg

Peuple congolais, levez-vous pour nous aider à débouter l’imposture et la traitrise de notre RDC au plus vite !

Notre iniquité


[00:51:33] PHOENIX: [mercredi 7 août 2013 23:47] PHOENIX:

<<< Ce que nous devons retenir d’essentiel dans ce combat c’est d’abord : qu’il concerne la survie d’un pays et de son peuple. Chacun de nous étant ce peuple, nous avons l’obligation de nous departir de nos egos pour ne privilégier que l’objectif principal de ce combta qui est : de libérer notre pays de la dictature déshumanisante qui animalise notre peuple et de répondre au défi de l’occupation de notre territoire. Les clivages politiques doivent céder le pas à la seule conjonction d’objectif. C’est là  le premier palier d’une lutte harmonieuse. Mais oublier les clivages ne supposent aucunement rayer le disque dur des 52 ans de notre histoire d
[…]
[19:27:31] Albert Muya – Président du CNT: Merci beaucoup Phoenix. Vos contributions sont d´une valeur que seuls ceux connaissent la vérité peuvent estimer la portée de ce message.
[19:52:45] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: La question difficile démeure : pourquoi les clivages politique doivent-ils céder la place à la seule conjonction d’objectif ?
C’est à vouloir répondre à cette question que nous sommes ramener à l’équation première : sans l’Esprit divin, l’homme est-il capable de bien ?  Et de quel bien alors ?  Et pourquoi alors ?
Le Projet 2014 est le seul qui apporte la réponse à cette question embarassante, dérangeante, qu’aucun acteur politique ne veut aborder  : un état chrétien ! Dans cet état, personne ne dira plus à son concitoyen : fait ceci ou fait cela !  Parce que tous recevront du Père l’ordre et la capacité d’accomplir les bonnes oeuvres que Dieu a préparé d’avance pour qu’ils les accomplissent.
Notre refus d’accepter cette implaccable vérité s’appelle INIQUITE !  Et c’est elle qui nous tue.

Prostitution : méfiez-vous !


RDC
La prostitution : les politiciens, les policiers, les pasteurs et les femmes des politiciens en ont aussi besoin !  Tout ce monde en a besoin, mais pas de la même manière.  C’est en tout cas ce qui ressort de ce témoignage très instructif à plusieurs égards :
http://www.youtube.com/watch?v=Y_RzN-fCeT0

%d blogueurs aiment cette page :