Évaluer notre enseignement nous-mêmes !


[5/8, 09:15] Kavulikirwa Edmund 1: Mes frères et collègues, on a déjà suffisamment débattu cette question des professeurs. Je pense que cela suffit. En ma langue on : ‘parler trop n’est pas synonyme à se faire comprendre ‘. Sommes toutes on ne voit pas un modèle à suivre de nos éminents professeurs. Voyons comment sortir de cette crise scientifique et académique. Merci
[5/8, 09:40] G. Paluku Atoka Uwekomu: À quoi servent les professeurs ?

  • la recherche,
  • l’enseignement,
  • la gestion.
    Pour les motiver au travail, il faut les juger sur la base de leur production dans les trois axes.
  • publications,
  • taux de réussite des encadrements (<>examens !),
  • mérites en tant que gestionnaire.
    [5/8, 09:42] Kavulikirwa Edmund 1: Alors nous faisons ça. Merci
    [5/8, 09:55] G. Paluku Atoka Uwekomu: Comment ?

Moi, je suggère la création d’une base de connaissances sur les productions des scientifiques congolais.
Cela permettra à chacun de suivre en temps réel les faits, gestes, réalisations et productions de nos cerveaux de manière plus stricte et plus objective.

C’est pareil, pour nos hommes politiques et religieux…
[5/8, 09:55] G. Paluku Atoka Uwekomu: Tout comme de nos apprenants et apprentis !

Revoir absolument l’école napoléonienne !


[13/7, 16:08] G. Paluku Atoka Uwekomu: Kuingia ku EAC itatusaidia kama tunajua kujikinga na tabia mbaya na kutumikisha tabia nzuri ya jirani yetu ya EAC, inchi 6 : Sud-Soudan, Uganda, Kenya, Tanzania, Rwanda na Burundi.
[13/7, 16:14] G. Paluku Atoka Uwekomu: Kama hatuwezi kukinga wala kuendelesha inchi yetu sisi wenyewe, tuombee Mungu akili, nguvu na yote inayotajiriwa.
[13/7, 16:40] G. Paluku Atoka Uwekomu: Notre groupe du Projet 2014, quoiqu’on puisse en penser ou en dire, est une des chevilles ouvrières dans l’œuvre de la vraie décolonisation et libération du Congo.
Dans les semaines qui suivent, mettez-vous au travail !
[13/7, 18:17] G. Paluku Atoka Uwekomu: Voici pourquoi des hélicoptères survolent Bruxelles depuis mardi matin https://www.lalibre.be/regions/bruxelles/2022/07/12/voici-pourquoi-des-helicopteres-survolent-bruxelles-depuis-ce-matin-WBKIJQPZNFFGBDIG7KWTR3AP4U/#.Ys7v-R64Rq0.whatsapp
[13/7, 18:25] G. Paluku Atoka Uwekomu: Voici ce que nous avons toujours dit :
La Belgique et le Congo – qui la copiait – était bien côtés internationalement. Dans les jours qui suivent, nous entrevoierons sérieusement synergie même si la partie congolaise est en perte totale de vitesse !

À 12 ans, le Belge Laurent Simons décroche un master en physique

https://www.lalibre.be/belgique/enseignement/2022/07/12/a-12-ans-le-belge-laurent-simons-decroche-un-master-en-physique-6YYSNIYUI5F7REJJU2W27IMQFE/#.Ys7w1gaAv10.whatsapp

La RDC ne s’en sort pas !


Dans la province du LOMAMI, précisément dans la ville de « MWENE-DITU », ça chauffe : les élèves ne veulent pas payé les 96.000 CDF demandés pour les inscriptions aux examens. La population assiste au film SARAFINHA.


Les parents des élèves contestent aux autorités le droit d’exiger ces 96.000 CDF pour une participation aux examens.

Tel que reçu d’un contact WhatsApp

La RDC ne s’en sort pas et ne s’en sortira pas si le Président de la République ne change pas de fusil d’épaule ; c’est-à-dire, s’il refuse de se munir d’une équipe de patriotes sans taches ; tant que le peuple ne l’y obligera pas, pacifiquement, démocratiquement. Ce qui est parfaitement possible.

Un homme ne peut pas subjugués 90 millions de ses semblables non consentants !

Notre Dieu est vivant : nous le répétons, sans une table ronde congolaise, il nous sera impossible de faire la paix dans le pays.

Tous les politiques que nous invitons à un table ronde en ligne se refuse de participer. Nous comprenons par là que tous, sauf Georges Alula Makita et Albert Muya Ilunga, ne veulent pas quitter la logique exclavagiste et colonialiste dans laquelle nous sommes restés depuis 1960.

Au peuple de nous rejoindre ici (https://projet2014.com/inscription), dans une démarche démocratique résolue, déterminée, massive, pour la disqualification des méchants que nous avons commis à la gestion de la chose publique, nous-mêmes, par ignorance ou enfermés dans le népotisme.

Les mathématiques…


Dans le territoire de Mahagi, la section math-physique serait une espèce en disparition. C’est une nouvelle qui nous parvient d’une source généralement fiable…

Pour tous les administrateurs qui se succèdent dans mon territoire, cette situation n’est pas préoccupante. En effet, à ma connaissance, aucune mesure pratique n’a été prise pour remettre à l’honneur ces sciences (mathématiques et physiques), structurantes et éducatives pour nos concitoyens de Mahagi.

Dans le cadre de notre projet FEEC, Fonds pour les Élèves et Étudiants Congolais, nous estimons qu’il faille, sans délai, organiser au moins 280 écoles secondaires, ayant chacune une section mathématiques-physique et une section biologie-chimie, conventionnelles, dans un premier temps.

Mieux que cela, nous proposons à la nation congolaise et aux belges d’aller vers une séparation des « sciences » de l’abstrait des « sciences » du concret, et bien plus que cela, de séparer, par la même occasion, les sciences du « mort » des sciences du « vivant« .

Cela nous conduirait vers une restructuration plus logique et belle telle que :

  1. Les sciences mathématiques (y compris la logique mathématique, la logique inférentielle…) ;
  2. Les sciences du non vivant ;
  3. Les sciences du vivant.

Plus tard, nous pourrions offrir à nos enfants du secondaire de choisir entre :

  1. Les mathématiques ;
  2. La physique ;
  3. La chimie ;
  4. L’anatomie (humaine) ;
  5. La botanique ;
  6. La zoologie ;
  7. La microbiologie ;
  8. La virologie.

Cette façon de faire nous permettra de mieux préparer nos élèves à :

  • quitter chacun le secondaire avec une qualification exploitable dans le monde du travail ;
  • bien être préparés pour achever l’université en 6 ans et pas plus ;
  • étudier ce qui leur plait sans être encombrés par ce qui ne les intéresse pas ou ne leur convient pas ;
  • être des citoyens plus dépendants les uns des autres, contributions actifs de l’unité nationale…

Cela demande un budget à Mahagi – et non pas à Kinshasa : 197 millions d’euros par an environ, tout compris ; soient 395 €/ménage/an. Ceci, en payant 3250 € bruts, par mois, aux professeurs et en travaillant dans des salles de classe, des laboratoires et des bureaux des plus hautes technologies du moment. Cette estimation est valable pour Mahagi (RDC) comme pour la Belgique !

Comme nous pouvons le voir, dans la condition actuelle qui prévaut au Congo, il est possible de démarrer un tel projet avec 10 fois moins, tout en évitant l’esclavagisme que nous impose le régime de Kinshasa : 40 € par ménage et par an, 3,33 €/ménage/mois !

Où sont nos diplômes ?


Que des diplômes se vendent dans les institutions de l’enseignement congolais n’étonne personne.  Dans les années 70 déjà, ce système fit beaucoup d’émules.  Arrivés à l’étranger certains acheteurs finiraient par faire la honte dudit enseignement, au cours de leurs stages sur lesquels ils construisent leurs projets d’insertion professionnelle, surtout, lorsque leur pays d’accueil est le Canada, aux nouvelles qui nous parviennent !  La conséquence en est que beaucoup d’entre nous n’ont jamais pu voir leur diplômes…

Les signatures des diplômes universitaires par les minitres de tutelle feraient, elles aussi, l’objet d’un commerce tout spécial dont les universitaires et diplômés du supérieur font les frais.  Lorsque la chaîne de transmission de argent de ces forfaits disfonctionne, ce sont les diplômes qui tardent à venir, mettant plusieurs diplômés dans l’embaras.

C’est dire que l’imposture comme les dictatures qui la précédèrent, s’occupe elle aussi, à tuer l’enseignement congolais dans l’oeuf !  Comment pourrons-nous corriger demain cette culture ?  Qui arrêtera ce commerce auquel se livrent certains de nos ministres depuis plus de 4 décennies déjà, sans être inquiéter le moins du monde ?

Tout cela ne fait que rajouter au défi que doit relever l’opposition, quand elle aura réussi à provoquer l’alternance du pouvoir au Congo.

Privatiser…


Privatiser est la façon la plus aisée d’assurer la qualité de l’enseignement dans notre pays tout en responsabilisant les acteurs : l’État, les institutions d’enseignement, les parents, les apprenants. Pourquoi ?

1. Elle signifie l’arrêt de l’instrumentalisation de l’enseignement par l’État. C’est aller dans le direction opposée à celle que nous imposent ceux qui veulent tout contrôler juste pour dominer les autres, comme le fit le mobutisme et le kabilisme ; et, comme le fait encore le kanambisme.

2. Elle signifie la responsabilisation de nos peuples. Ceux-ci créeront d’office les écoles, instituts ou universités dont ils ont besoin et non pas celles dont Kinshasa pense ou prétend qu’ils auraient besoin. À eux reviendra de déterminer leurs objectifs d’enseignement, les moyens à mobiliser et les modalités de leurs exploitation pour atteindre les objectifs fixés. L’excuse que nos peuples n’aient pas de moyens pour leur politique d’enseignement, nous le savons, est un mensonge ridicule ; puisque tout État indépendant est celui qui est financé principalement par son peuple, via les impôts. Le hic dans notre Congo est que la jeunesse de notre pays, pur héritage colonial, ne permet pas encore à l’État congolais de mériter ce financement : il n’a encore ni la volonté ni la capacité managériale nécessaire pour nous fournir un service de qualité, contrairement aux différentes régions qui constituent notre pays qui elles, savent très bien comment s’y prendre et souffrent depuis toujours d’avoir difficile à obtenir les autorisations nécessaires pour réaliser leur autonomies, à cause de la vérosité de nos parlementaires pauvres matériellement et spirituellement, pour la plupart.

3. Elle permettra une compétition positive, jusqu’ici rendue impossible par les dictatures et l’imposture que nous tolérons dans le pays dont nous disons pourtant qu’il nous soit cher.

4. Dans notre proposition, l’État sera à l’école de l’apprentissage de l’autorité vraie qu’elle ne connait pas : réguler, contrôler, sanctionner, pour le bien du plus grand nombre.

5. Notre vision est donc la seule de permettre à nos peuples de recouvrer l’indépendance qu’ils ont perdu depuis l’esclavage pour certains et depuis la colonisation pour d’autres !

6. Toute autre façon de faire, sciemment, est vécu aujourd’hui par les congolais, comme une autre brimade : celle du congolais par le congolais lui-même et non plus pas l’agent présumé de Paul Kagame.

Comme dans toute innovation politique, l’histoire est le maître qui nous donnera tort ou raison, dans les 20 prochaines années. Dans les faits, les universités créées par les communautés locales, présentement, en RDC, sont celles qui réussissent le mieux. Ouvrons donc bien les yeux !  En même temps, l’observation de ce qui se passe ailleurs montre clairement que le libéralisme tire les sociétés humaines vers le haut et jamais le contraire.

GPAU


From: Congokin-tribune [mailto:congokin-tribune-bounces@congokingroupes.com] On Behalf Of Shungu M. Tundanonga-Dikunda via Congokin-tribune
Sent: mardi 11 novembre 2014 12:33
To: selemani11@yahoo.com
Cc: congokin-tribune@congokingroupes.com
Subject: Re: [Congokin-tribune] Erratum – RDC : Calvaire des étudiants à l’Université de Kinshasa

Ma contribution au sujet:

De l’Université Lovanium en passant par l’Unaza-Campus de Kinshasa à l’Unikin.

Dr. Shungu M. Tundanonga-Dikunda – Consultant (Berlin/Allemagne)

Saisir la balle au bond a ses risques: la balle peut être de plomb, de la glue, une boule chaude ou de la glace. Nous sommes de ceux, qui avaient vu du jour au lendemain et vécu la genèse de la déchéance de la colline inspirée, de cet alma mater.

Quelle est la situation de logement des étudiants dans les autres universités et instituts supérieurs publics en RD Congo : Lubumbashi, Kisangani, Mbandaka, Kananga, Goma etc. ?

En RD Congo, ces  ministères sont en charge de l’enseignement supérieur et des infrastructures, dont le bien-être du personnel académique, administratif et des étudiants sur les sites :

  • le ministère de l’Enseignement Supérieur, Universitaire et Recherche Scientifique ;
  • le ministère du Plan et Suivi de la Mise en œuvre de la révolution de la modernité ;
  • le ministère de l’Aménagement du Territoire, Urbanisme, Habitat, Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction ;
  • le ministère des Affaires Sociales, Action Humanitaire et Solidarité Nationale ;
  • le ministre Délégué auprès du Premier Ministre, chargé des Finance, et,
  • le ministère du Portefeuille.

Lovanium était conçu pour une capacité maximale de 5.000 étudiants. La faculté de droit, la faculté des sciences économiques, politiques et administratives, sciences sociales partageaient le même bâtiment (dos à la chapelle, à gauche), la faculté de philo et lettres, théologie (en face). La faculté d’agronomie venait d’être achevée (entre la Polytechnique) et la médecine/pharmacie.

(…) A mon avis, tous les étudiants des universités publiques de la RD Congo sous l’initiative des étudiants de l’Unikin devaient faire un état de lieu des conditions de vie dans les homes (infrastructure), rédiger un mémorandum avec des propositions des solutions, faisant intervenir le facteur « partenariat public-privé (PPP) » :

<http://ppp.worldbank.org/public-private-partnership/fran%C3%A7ais/%C3%A0-propos-des-ppp/%C3%A0-propos-des-partenariats-public-priv%C3%A9; http://ppp.worldbank.org/public-private-partnership/fran%C3%A7ais/%C3%A0-propos-des-ppp/qu%E2%80%99est-ce-qu%E2%80%99un-ppp/partenariats-public-priv%C3%A9-qu%E2%80%99est-ce-que-c%E2%80%99est>. (suite: annexe).

Dr. Shungu M. Tundanonga-Dikunda
Public & Policy Affairs Consultant
PF 62 02 45
D-10792 Berlin (Germany)

Gesendet: Dienstag, 11. November 2014 um 02:47 Uhr
Von: « Manyongo Selemani via Congokin-tribune » <congokin-tribune@congokingroupes.com>
An: « Lumona1@aol.com » <Lumona1@aol.com>, « congokin-tribune@congokingroupes.com » <congokin-tribune@congokingroupes.com>
Betreff: Re: [Congokin-tribune] RDC : Calvaire des étudiants à l’Université de Kinshasa

Des Erreurs dues a la frappe (excusez)

1. nous sommes en 19985-1990). J’allais dire 1985-1986

2. Je cris le premier ministre. J’allais dire je crois.

M. Selemani

(Paisible citoyen)

On Monday, November 10, 2014 7:57 PM, Manyongo Selemani <selemani11@yahoo.com> wrote:

Chers compatriotes,

Quelle honte pour un pays comme le notre!

En effet, si ce qui est dit par Mambo wa Lumona est ce qui vient de la bouche de l’UNIKIN, je note:

1) Que le Recteur de l’UNIKIN manque un peu a ses devoirs et devrait etre vite interpelle et/ou remercie et

2) Que le pouvoir n’est pas en train de suivre de pres la vie au quotidien du citoyen.

Du Recteur de l’UNIKIN

S’il s’agit encore du Prof. Labana: tout en le saluant, et avec tous les respects que j’ai pour lui, pour l’avoir connu a l’UNILU, quand bien meme il ne me donnait pas cours, il me fait revivre, par ce genre d’attitude, la fameuse phrase : « l’etudiant a tout dit », lors de la defense des Memoires des etudiants des Relations Internationales de notre epoque (nous sommes en 19985-1990). Ca veut dire ce que voudrait dire. Mais ca n’etait pas une bonne experience du tout. J’exhorte le Prof. Labana, si c’est encore lui au Rectorat, de partager la peine des etudiants. Sinon, penser a un Licencie, que « defeque » en brousse mais qui doit devenir Ministre de l’Education ou Recteur de l’UNIKIN apres Labana!

Du pouvoir en place: Si je ne m’abuse pas, Son Excellence Matata Ponyo est mon aine de l’economie, du temps de Mwalaba Kasangana. J’etais en G1 en 1985-1986. Juste pour un rappel. Je ne sais pas ce qui lui revient dans la tete lorsqu’il voit des messages des etudiants qui « DEFEQUENT » en brousse! A l’UNILU, nous avions le bloc XI.Quand cette jeune fille dit des infections genitales et des odeurs qui derangent les passants sur KIMWENZA, je cris le premier Ministre peut encore revoir les Blocs II et III de nos filles ou l’on jetait ce que je ne peux, par respect, dire ici! Bref, a moins de ne pas etre au courant d’une telle situation, mais j’invite le premier Ministre, qui a ete temoin d’une telle vie des etudiants, de songer non seulement a l’UNIKIN, mais a tous les etudiants., les eleves et les ecoliers de la RDC. Je ne crois pas que c’est des moyens qui manquent.

Ne me dites pas que je n’ai rien propose. Je dis de penser a ces etudiants. Comment? Les moyens ne manquent pas. Donc, sortir l’argent de l’Etat (notre Coltan, notre Or, notre Diamant, notre Bois, notre Petrole, etc.) pour et donner a l’etudiant ce qu’il lui faut pour bien apprendre. Au besoin, negocier avec MINAKU et KENGO pour que l’on reduise des salaires des gens du gouvernement et des Elus pour repondre a ce besoin-la.

Quelle honte pour un pays comme le notre!

M. Selemani

(Paisible citoyen)

On Monday, November 10, 2014 7:14 PM, Lumona1— via Congokin-tribune <congokin-tribune@congokingroupes.com> wrote:

Monday, November 10, 2014

10/11/2014 16:16:00

imageUNIKIN – Home des étudiants de l’Université de Kinshasa [UNIKIN]

Vivre aux homes pour les étudiantes et étudiants de l’Université de Kinshasa est un calvaire. Tout est dans un état de délabrement très avancé. Le bâtiment, la tuyauterie, les installations hygiéniques et électriques ainsi que la capacité d’accueil de ces homes, tout est à refaire. Cette situation se vit depuis plusieurs années sans que cela ne soit une priorité pour le comité de gestion de la  » Colline inspirée. « 

Depuis leur construction en 1954, ces résidences des étudiants présentent un visage d’enfant abandonné. Apparemment, elles n’ont jamais été réfectionnées. Aux homes des garçons comme ceux de filles, c’est une odeur nauséabonde qui accueille le visiteur.  » Nous ne pouvons pas dire que nous sommes habitués à ça. Malheureusement, nous n’avons pas de choix. Mes parents vivent à l’intérieur du pays. Je n’aime pas rester chez les membres de famille, donc je suis obligée de vivre dans ces conditions malgré moi. Je suis sous cure de paludisme et de typhoïde. A cela, s’ajoutent des infections génitales fréquentes, ce qui explique l’insalubrité dans laquelle nous vivons « , a laissé entendre une étudiante sous couvert d’anonymat.

Les pensionnaires de ces homes ne comprennent pas comment ils vivent dans la crasse depuis des années sans que le comité de gestion de cet établissement soit inquiet. Ils dénoncent cependant la mauvaise gestion de leurs responsables. « Ce n’est pas l’argent qui manque dans notre université pour réhabiliter nos résidences », lâche un étudiant en terminal à la faculté d’économie.  » Nous avons écrit plusieurs lettres à la hiérarchie de notre établissement, mais sans suite. Nous ne savons maintenant s’il faut recourir aux bailleurs de fonds pour réfectionner nos homes. C’est ridicule ! « . 

Et pourtant, chaque interne paie 30 USD par an, explique-t-il avant de noter qu’il y a quatre étudiants. Si,  » nous faisons le total de nombre des pensionnaires hébergés dans tous les homes, nous allons faire un chiffre important qui pourra aider à reconstruire niveau par niveau et ainsi de suite « , confie-t-il. En dehors de frais d’internement, il y a les frais d’inscription perçus chaque année pour organiser ces épreuves, explique-t-il. Avant de relever que quelle que soit la situation, il y a des reliquats. 

Par ailleurs, certains étudiants de l’UNIKIN constatent qu’il y a un manque de volonté criant dans le chef des autorités académiques de cet alma mater pour entamer les travaux de réhabilitation de ces différents bâtiments afin de changer son image. « Toujours des promesses qui ne sont pas honorées », indique une étudiante en 2ième graduat SPA. « Les tuyauteries qui ont cédé pour la plupart à l’intérieur comme à l’extérieur dégagent une odeur difficile à décrire », ajoute-t-elle. 

 » Nous vivons dans un environnement malsain qui ne nous permet pas de donner le meilleur de nous même dans notre cursus « , a martelé cette jeune fille.  » Aux environs du home 150, des montagnes d’immondices sont visibles depuis des années. Quelque fois, nous nous organisons pour bruler, mais ce n’est pas toujours facile parce que nous n’avons pas de matériels adéquats pour l’évacuation « , laisse-t-elle entendre. 

Un autre étudiant résident au Home  » Plateau « , nous relate que dans leurs homes, les douches et les WC ne fonctionnent pas depuis belle lurette. Pour palier cette situation, nous avons construit des installations hygiéniques de fortune en dehors des homes. Et là, nous nous organisons pour l’entretien à tour de rôle, fait savoir cet étudiant. Notons que ces WC de fortune dégagent une odeur qui indispose les passants de la route de Kimwenza. Certains étudiants par manque d’organisation défèquent dans le sachet pour jeter ce colis dans la nature ou encore ils vont se soulager dans la nature. 

Ainsi, ces étudiants, élite du futur, sont l’avenir de la RDC, sont fatigués de vivre dans la crasse. Cette situation ne leur permet pas de donner des résultats escomptés. Un obstacle à leur épanouissement. Pour ce faire, ils appellent le comité de gestion de leur établissement au bon sens. Partout à travers le monde, les élites sont formées dans un environnement sain afin de leurs permettre de bien assimiler la matière. 

[Mathy MUSAU]

Mambo wa Lumona

Kinshasa tue sa polytechnique !


Chers frères,

Le moins que nous puissions dire est que Kinshasa tue sa polytechnique. Pour vous en convaincre, j’apporte une des plusieurs pièces à conviction que je possède.

J’accuse le gouvernement de Kinshasa de tuer non seulement nos frères et sœurs, partout dans le monde, mais aussi de tuer notre culture, notre enseignement, et notamment, la faculté polytechnique de l’UNIKIN où nous avons eu à passer 9 années pour terminer les études d’ingénieur civil, qui normalement en prennent 5 ! Pour ceux d’entre vous qui ont connu cette dernière avant 1990, et qui êtes du monde des sciences appliquées, lisez l’entretien suivant, du mercredi 9 juillet 2014, échange entre nous et un candidat ingénieur de cette faculté.

Nous avons en effet, dans le cadre de notre du Projet 2014 et EAE ASBL, sous forme du projet « Questions et réponses », décidé de combattre la déliquescence de nos enseignements, l’enseignement belge et l’enseignement congolais, en permettant aux acteurs (Apprenants, enseignants, parents, entrepreneurs) de voir de face ce qui se passe dans nos institutions.

Lisez !

Bonsoir !

J’ai vraiment du mal à me connecte la connexion est vraiment mauvaise chez moi.

J’ai des questions en G.E.A

En utilisant le raisonnement de géométrie analytique :

Je te suis !

Je reviens devant mon ordinateur !

Tu ne me poses pas de question du tout je trouve !

Moi, j’t’en aurais déjà posé des centaines !

Soit dans un system orthonormé Oxy, un point A de coordonnées (x=4,y=3), un point C appartient à Oy et un point B tel que A,B,C soient colinéaire et que AC=-(k.AB) ou k est une constante positive.

En utilisant le raisonnement de GA

Par exemple, calculer tous les pendules à 1, 2 éléments articulés, normaux et inversés, le cas échéant !

A(4,3), C(0,c), B(x,y), AC=-k.AB

a)Déterminer le point B en supposant qu’il appartient à la droite d d’équation (y=x/4)

(0-4,c-3)=-k(x-4,y-3)

y=x/4

Ok

Tu ne sais pas résoudre ce système de 3 équations en trois inconnues ?

Le point B n’est pas la

Je sais le résoudre svp

En effet vectoriel s’écrit, en scalaire :

-4=-k(x-4) et c-3=-k(y-3)

B=(x,y)

Quel autre B veux-tu ?

Ah oui ! Tout est clair comme l’eau pure

On dit comme l’eau de roche, par ici !

Merci pour la correction.

Calcule l’équation d’un escalier en colimaçon et supposant celui-ci lisse !

On donne, le rayon, la hauteur, le nombre de tours.

Émettre les hypothèses complémentaires de travail !

On n’a pas ça sur le programme je maitrise tout le coin de mon syllaba

Calculer la surface située entre les cercles C1(x1,y1,r1) et C2(x2,y2,r2) dans un cas parfaitement général !

-:)

On procède comment ?

On dessine deux cercles quelconques dans 0xy

Et ?

On hachure la surface entre les deux

C’est fait

C’est fait

On constate que la que la position relative de droite des intersections des cercles et 0x (ou 0y), détermine les limites de l’intégral à calculer pour déterminer l’aire entre les deux !

On constate que la position relative de la droite des intersections des cercles et 0x (ou 0y), détermine les limites de l’intégral à calculer pour déterminer l’aire entre les deux !

Sorry !

J’avais un prof de l’ULB au téléphone pour une personne qui a besoin d’une aide en math !

Donc on calculera la surface du plan OXY qui sera sous forme d’une intégrale bornée puis on soustrait les surfaces de ces 2 cercles

La surface est donc int(x1,x2) de (y1(x)-y2(x)) où

La surface est donc int(u1,u2) de (y1(x)-y2(x)) où

(y1(x)-y1)²+(x-x1)²=r1²

Et

(y2(x)-y2)²+(x-x2)²=r2²

u1 et u2 sont les solutions en x (en y) ordonnées du système de deux équations ci-avant : c’est-à-dire : u1<u2.

int(u1,u2) veut dire intégrale de u1 à u2.

(y1(x)-y2(x)) et la fonction sous le signe intégrale !

C’est intéressent on a discutera plus après l’examen car j’ai examen de GEA demain

Tu es fort en classification des coniques ?

Très fort

x²-2xy-9y²-3x+5y-10=0 représente quoi ?

Hyperbole

Oui !

Plus précisément encore…

Les éléments focaux ?

Non ! Position relative aux axes…

Définie pour tous les x ou pour tous les y ?

Pour tous les y !

Maintenant, comment as-tu fait

Je m’excuse la connexion dérange.

Je calcul puis je vous passe ca

delta=B²-AC

Si c’est delta >0 elle est une hyperbole, delta=0 parabole, delta<0 ellipse

Bonsoir, l’examen d’aujourd’hui est bien passe on nous a donné une équation de la conique puis on a demandé de déterminer les éléments focaux c’était trivial

OK !

Je viens juste de revenir !

J’étais sorti pour une réunion dehors…

Mais une question seulement m’a mis par terre car il n’y avait que 3.

Pour un examen de combien de temps ?

Chaque question comportait des sous questions ?

Ok. On a donné le coordonnée du centre (2,3), la longueur de grand axe 24 parallèle à OX et de petit axe 12.

  1. a) déterminer l’équation de la conique

Chaque question avait 2 sous questions sauf pour l’équation de la conique il y avait qu’une question

Si l’ellipse avait (0,0) pour centre, tu saurais écrire son équation, CandidatIr ?

Tu es encore là ou pas ?

Non je n’ai pas a et b

Ô là !

(x/a)²+(y/b)²=1

Quand x=12, y=0

Bien sûr !

Donc, (12/a)²=1

a=12

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh!!!!

De même, b=6

D’où, (x/12)²+(y/6)²=1

Mais l’examen était tellement facile

En translatant le tout suivant (2,3), nous obtenons

(x-2)²/144+(y-3)²/36=1

Équation demandée !

Que dis-tu ?

C’était de la soupe à boire, CandidatIr !

Et maintenant que faire s’il n’est pas centré à l’origine des axes

Dis à ton prof que je suis scandalisé par l’amusement que représentait son examen dans une faculté polytechnique.

(x-2)²/144+(y-3)²/36=1

Tout simplement !

Tu veux quoi ?

Tu n’as pas appris l’effet d’une translation (a,b) sur une équation f(x,y)=0 quelconque ?

f(x-a, y-b)=0 !

C’est TOUT !

Et si la courbe est donnée par y=f(x) au départ,

La translation change l’équation en y-b=f(x-a) !

Quoi de plus simple ?

Tu ne savais pas tout cela ?

Tes professeurs devraient tous démissionner ! Ils n’ont pas fait leur boulot !

L’année prochaine, commence avec un pro des mathématiques, de la physique de la chimie non-organique à tes côtés !

Le problème chez nous est que les TP sont pas bien assures

Vous êtes à l’université : vous n’êtes plus au secondaire.

La chimie c’est de l’eau à boire pour moi

Théoriquement – et cela se fait parfois – il suffirait que l’on vous donne le programme et que l’on vous rencontre à l’examen et vous seriez encore mieux formés que tu ne le crois !

C’est parce que on vous a habitués à attendre les profs et les assistants que vous n’apprenez pas bien !

Peut-être bien

Les seules excuses que vous pouvez avoir c’est :

Ne pas avoir les livres, ne pas avoir l’accès au Net, ou ne pas avoir des assistants aux labos !

Le reste c’est de la blague !

Donnez-moi l’occasion et je vais vous mettre tout ce monde au travail, pour vous !

C’est depuis le début que je t’ai dit de me brancher sur ta classe pour que nous puissions surprendre tes profs !

Tu ne veux pas !

J’attends tes questions qui viennent à compte-goutte !

Vous participer à la mort de notre faculté polytechnique de l’université de Kinshasa !

Bien sûr que je veux bien vous aurez des candidats pendant les vacances.

Branchez-vous sur l’EAE ASBL : vous aurez la matière, les questions, les corrigés de vos travaux par Internet !

Et je passerai toutes les vacances avec vous

Vous chaterez, mois, mais tiendrez plus vos croyons et vos gommes !

Mon objectif est : changer le visage de l’enseignement des sciences de l’ingénieur en Belgique et en RDC !

C’est mon projet « Questions et réponses » !

Vous savez tout le monde se méfie de l’internet il pense qu’on utilise seulement pour s’amuser or c’est un meilleur outil pour la formation

 

Coacher la jeunesse…


Bonjour, Tacon !

Au retour, tu n’étais déjà pas là.

Quelles sont les nouvelles ?

Où vas-tu passer tes vacances ?

Le cyber de maman marche bien ?

La connexion est plus rapide que par le passé ?

Marimun est toujours à son poste ?

Quels sont tes résultats aux examens ?

Bonjour ; excuse pour les absences

Je suis bien et malgré tout pas de bonnes nouvelles ; je veux passer mes vacances ici à Goma ; le cyber marche correctement bien ; la connexion a été rétablie ; Marimun n’est plus ici à Goma, il est pour le moment à Butembo et concernant les résultats nous attendons Kinshasa.

Tu n’as pas de pronostic fait ?

Je ne savais même pas que tu passais déjà les examens d’État !

Tu es confiant ou pas ?

Que pourrions-nous faire ensemble ?

Je suis confiant ; on peut faire tout ce que vous voulez

Tu as été en math-physique ou en biochimie ?

Je te propose que nous écrivions des livres !

J’ai été en biochimie

Quelles livres

Des livres scolaires et académiques de grande facture que nous allons tout simplement vendre !

Au début, ce sera très difficile.

Qui parlent au sujet de quoi ? Ou concernant quelle matière ?

Mais, si nous les rédigeons les plus complets possible tant pour les étudiants du Congo que pour ceux de la Belgique, nous pouvons rapidement gagner du terrain !

Math, physique, chimie, biologie et toutes les sciences connexes !

Vous pouvez parler avec le ministre de l’éducation

En ce moment-ci, je suis en train d’écrire un mémoire sur l’informatique en nuage…

Oui !

Je préfère que ce soit avec des livres sur la table !

Informatique en nuage qu’est ce

https://secure.edps.europa.eu/EDPSWEB/edps/lang/fr/EDPS/Dataprotection/QA/QA10

C’est l’offre sur le Net ou l’utilisation des ressources informatiques provenant du Net !

Je veux t’associer au projet de rédaction ; surtout que bientôt tu entâmes des études supérieures et que tu aimes bien le savoir !

Vous êtes un Ingénieur en Informatique. Oui c’est génial. Je suis d’accord

J’ai des multiples questions à vous poser !

Vraiment, c’est travail que peut te permettre d’aller très très loin dans les sciences !

J’en ai besoin

Quand tu veux te rappeler ce que je suis et ce que je fais, va tout simplement ici : https://projet2014.com/2014-2/initiateur-et-gestionnaire/

N’est-ce pas que tu veux faire la médecine ?

Nous pourrions ouvrir sur ton blog un grand espace sur la médecine de base et de pointe !

Dans un premier temps, tu peux par exemple constituer des bibliographies pour les gens qui en manquent…

Juste ça !

Pose tes questions ?

Oui ; c’est sûr

La première question est la suivante, existe- il un logiciel capable de détecter toute les connexions wifi d’une ville ?

Sur le marché, non !

A la CIA, probablement oui !

Ou bien un truc capable de faire ça ; n’existe è il pas aussi ?

Ce ne déjà pas facile d’afficher rien que les connexions Wifi des machines d’un réseau local

Il est possible d’écrire une application qui fasse cela ; mais, je ne peux pas tout faire dans la vie et tu dois savoir aussi que les données clients sont difficiles à obtenir auprès des fournisseurs de services Internet.

Vous êtes Ingénieur, moi je ne suis pas encore là, vous oui et si vous le faites ; vous pouvez gagner beaucoup

Tu as peur !

Pour rien !

Après les humanités, c’est toi qui devras désormais apprendre !

Les professeurs du supérieur ne sont pas là pour t’apprendre, mais pour t’aider dans ton apprentissage !

Tu vas voir la différence entre le secondaire et le supérieur ou l’universitaire !

Hu ; j’ai pas peur ; je pense à ça. Si possible je dois le faire. Ce n’est pas le cas ici.

Je suis sûr que tu peux être un très bon collaborateur !

Tu vas être mon assistant : au début !

C’est promis.

Vous ; vous avez fait quoi au secondaire ?

Après, tu vas vite toi-même devenir auteur scientifique !

La section mathématiques-physique !

Pouvons-nous commencer dès aujourd’hui ?

Là, tu es où ?

Au cybercafé ou à la maison ?

C’est ça mon rêve ; oui mais je suis au cybercafé

As-tu un ordinateur disponible à la maison ?

Sur une machine libre ou sur celle du bureau de gestion ?

Oui mais le soir et quelques fois la journée

Machine libre

Super !

Est-ce que cela te dérangerait de faire de la recherche bibliographique ?

Non ; je suis content ; je suis pour ; et cela me permettra à m’épanouir ; me développer davantage

Tu veux travailler sur quoi surtout ?

Chimie, anatomie, biologie, histologie, etc. ?

Biologie et anatomie

Je peux m’efforcer sur Biologie et Anatomie

Un premier travail peut consister à compiler tous les liens qui renvoient à la biologie et à l’anatomie sur le Net !

Une deuxième étape peut consister à les regrouper en :

1. initiation

2. fondement

3. connaissances poussées, avancées

4. technologies de pointe

Que dois- je faire alors ?

Éclaircissement

Une troisième étape peut consister à écrire des ouvrages pour étudiants de 1ère année en biologie et en médecine !

Dans Google, si tu frappes : « initiation à la biologie », tu obtiens la liste de toutes les pages qui traitent de l’initiation à la biologie !

Oui et qu’est-ce que je fais par suite

Tu copies tous ces liens sur ton blog dans une page dédiée à l’initiation à la biologie

Je peux commencer à cette heure

Bien sûr !

Initiation à la biologie : https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=%22initiation%20%C3%A0%20la%20biologie%22

Initiation à la biologie moléculaire : https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=initiation%20%C3%A0%20la%20biologie%20mol%C3%A9culaire

Initiation à la biologie végétale : https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=initiation+%C3%A0+la+biologie+v%C3%A9g%C3%A9tale

Initiation à la biologie humaine : https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=initiation+%C3%A0+la+biologie+humaine

Initiation à la biologie animale : https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=introduction+%C3%A0+la+biologie+animale

Ça te permet déjà de connaître les filières de biologie :

1. générale

2. moléculaire

3. végétale

4. humaine

5. animale

Question d’électrostatique…


P.,
Tu aimes à perdre du temps.  Si tu avais laissé ta question, tu aurais déjà ta réponse !
C’est dommage…
Moi, j’ai une question d’électrostatique.  Je l’adresse à toi, à tes amis et à tes assistants.  Si vous ne trouvez pas la réponse, demandez-la à votre professeur !
Une charge ponctuelle Q est placée près d’une boule sphérique conductrice.  Calculer le champ résultant dans en dehors de la boule supposée pleine et en équilibre électrostatique.
Indications : 1. Commencer par calculer le champ créé par deux charges Q1 et Q2, dans leur espace environnant.  2. Utiliser des cordonnées sphériques dans vos calculs.  3. Trouver les équipotentielles sphériques.  4. En déduire la réponse à question posée.

La tricherie à l’ULB


La tricherie à l’ULB (http://www.telebruxelles.net/portail/info/255-info-regionale/29619-un-detecteur-contre-la-fraude-a-lulb) ?  Quelle honte pour cette prestigieuse université et pour notre Région de Bruxelles-Capitale, à vite effacer ; et, quel défi à relever, absolument, en supprimant rapidement cette dérive inacceptable dans une université qui se veut du libre exam et qui de plus n’est déjà pas si mal prositionnée, entre la 100ème et la 200ème au monde (http://www.shanghairanking.com/ARWU2013.html, http://www.shanghairanking.com/World-University-Rankings-2013/Belgium.html).

La culture du libre examen n’est plus défendue de manière franche et suffisante depuis quelques décennies.  Entre 1988 et 1994, nous y avons étudié et suppléé à la conduite des travaux pratiques sur le RED, réséau expérimental et didactique, travaux de simulation de défauts sur les réseaux HT et THT (Haute tension et très haute tension).  Ce temps nous a permis de nous rendre compte du travail qui reste encore à faire pour que les étudiants intériorisent, le principe du libre examen, pour le bien de notre nation et de notre culture occidentale qui, nous y croyons fermément, en tireront des bénéfices appréciables.

Chez la plupart de nos enseignants, la volonté existe de transmettre la culture.  Cependant, la défense de l’identité culturelle de l’ULB n’est pas toujours assurée chez tous avec l’ardeur suffisante pour faire face à la tendance globale qu’a notre société à s’acculturer sans prendre le pouls des conséquences ; parce que le tri n’est pas toujours fait rigoureusement à l’entrée, en terme d’engagement moral !  Chez les étudiants, la mixité rend un peu plus difficile le dialoguqe et la prise de décisions pour travailler, ensemble, à la préservation de l’image de notre université.  La crise identitaire est forte et c’est elle qu’il faut juguler, pour facilité le travail qui consiste à mettre tout le monde au travail et ne plus tolérer des vices tels que la tricherie au sein d’une institution qui se veut modèle dans le secteur.  La cause de la tolérance qui nous ravage n’en sera que mieux défendue, contrairement à ce que la gauche voudrait nous faire croire.

Dans le projet 2014, nous proposons aux congolais la séparation de la fonction enseignante de la fonction d’évaluation de la connaissance, de la compétence et de moralité tant des apprenants, des enseignants que des parents (http://users.skynet.be/bs245857/2014/contributions/graphelepalukuatokauwekomu/enseignement.htm).

L’ULB peut sérieusement et utilement se pencher sur cette stratégie dans une optique du long termne (plus de 5 ans) pour juguler une fois pour toute les tricherie en salle.  Ce qui ne garantit pas encore que tous les défis que nous pose la tricherie aux examens seront relevés.  Un serveur d’examen peut en effet être piraté de différente manière de même.

Une raison de plus pour que nous travaillions à soutenir le projet « Bruxelles, capitale informatique de l’Europe », projet BCIE, pour anticiper la criminalité dans ce domaine.

%d blogueurs aiment cette page :