Trahisons en série…


Les véritables Hutu congolais dont la référence est la chefferie des Bwisha, en territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu, sortent de leur silence et fixent les opinions sur l’identité des immigrés qui sèment tant de désolation dans la région de Beni et dans la partie sud de la province de l’Ituri, précisément à Tchabi, Mitego et Boga.

Il est urgent que certains dignitaires se justifient ou soient jugés

La justice populaire doit interpeller l’ex-président Joseph Kabila, l’ex-gouverneur Julien Paluku, l’ex-Maire de la ville de Beni Nyonyi Bwanakawa, l’ex-gouverneur de l’Ituri Adballah Penembaka sur l’implantation des milliers des personnes suspectes et inconnues en Ituri et au Nord-Kivu.

La genèse du fléau…

Depuis la période du phénomène de la rébellion du M23, un mouvement massif des personnes non autrement identifiées, mais suspectes de par leur caractère clandestin, en destination du grand Nord-Kivu et de l’Ituri, a été constaté à partir des frontières du Rwanda. La société civile du Nord-Kivu en avait aussitot fait l’alerte à l’intention des opinions nationales et internationales, qui sont toutes demeurées indifférentes.

La vérité fondamentale sur cette infiltration est que la Tanzanie venait de refouler les réfugiés Rwandais qui vivaient sur son territoire. Kagame, le président du Rwandais, considérant ces personnes comme inutiles et de trop, s’est arrangé avec son homologue congolais de l’époque, de surcroit lui-même rwandais de sang, en la personne de Joseph Kabila, en vue de déverser ces “indésirables” sur le territoire congolais pour des objectifs multiformes. D’une part, Kagame voulait se débarrasser d’un surpeuplement. D’autre part, en fournissant tous les moyens requis pour aider ces réfugiés et autres volontaires rwandais à s’implanter en République Démocratique du Congo, Kagame préparaient des combattants devant exécuter les opeérations préliminaires pour l’aider dans son plan d’occuper certaines régions bien ciblées dans l’est de la RDC.

Voici comment Joseph Kabila installa les faux ADF à Beni…

Des massacres contre les civils explosent dans la région de Beni le 02 octobre 2014. On les imputera aux “présumés ADF” jusqu’à nos jours. Vrai et faux.

“Vrai”, du fait que Joseph Kabila venait de tout faire pour diviser les véritables ADF en deux groupes en excitant Baluku contre Jamil Mukulu pour des différends propres avec ce dernier que lui (Joseph Kabila) et le feu Laurent-Désiré Kabila avaient pourtant encadré pendant longtemps. Le groupe de Jamil Mukulu, qui porte l’étendard des vrais ADF sera livré à l’anéantissement presque total suite aux opérations qu’a menées le feu général Lucien Bahuma. Entretemps, d’énormes faveurs et moyens seront mis à la disposition de Baluku pour susciter des ADF qui devront travailler à l’accomplissement du plan de Joseph Kabila et de Paul Kagame.

“Faux”, parce qu’il y avait déjà dans la chefferie des Watalinga plus de deux mille rwandais qui venaient de s’y infiltrer avec la complicité du chef Bamukoka qui avait accepté la corruption lui proposée par les conspirateurs. Meme, dans la ville de Beni, d’autres rwandais venaient d’acquérir des domaines terriens par le canal des personnes interposées, et avec l’influence des autorités politico-admnistratives, dont sur place Nyonyi Bwanakawa, le Maire de la ville. Joseph Kabila placera tous ces rwandais sous l’encadrement du groupe de Baluku pour constituer les faux ADF, auteurs de la désolation de ces jours à Beni et en Ituri.

Mais la connexion de ce groupe d’assassins et terroristes au sein des FARDC, l’armée officielle congolais, se fera par des officiers rwandais infiltrés et d’autres pro (comme le général Mundos) qui les ont toujours cotoyés, soit en se trouvant dans le cercle rapproché du président Kabila, soit à travers les rébellions du RCD, du CNDP et du M23. La plus grande védette qui n’hésitera pas à se manifester ouvertement est le colonel Richard Bisambaza, qui en déclarant sa défection en 2013, avait mis à la disposition de Baluku une unité d’une soixantaine de militaires de son commandement, pour poser la base de ceux qui seraient un peu après les egorgeurs, en vue de lancer les massacres dans le terrain qu’il venait de préparer dans le triangle Eringeti – Mbau – Kamango, au nord et au nord-est du territoire de Beni. Et voilà tout au sujet du lancement des activités des faux ADF en oeuvre du terrorisme à Beni et en Ituri.

Une réalité absurde: des immigrés qui affluent par milliers dans une zone en proie aux massacres…

Plus les massacres montaient d’ampleur dans le territoire de Beni, plus il a été constaté l’intensification des personnes en migration vers cette zone en proie à l’insécurité, sous prétexte de venir chercher de terres arables. Est-il nécessaire d’être philosophe ou lisencié ou docteur en antropologie ou en sociologie pour comprendre que ce n’est pas possible qu’un groupe de personnes prétendent venir chercher une vie heureuse et meilleure dans un milieu qui est en train d’être déserté par les autochtones forcés de s’en fuir à cause de la cruauté des massacres qui y sévissent?

On comprend dès lors comment les égorgeurs de Beni ont continué de recevoir régulièrement des renforts rwandais avec la complicités des autorités officielles pour exterminer les autochtones.

Julien Paluku, Nyonyi Bwanakawa et Abdallah Penembaka doivent se justifier…

Des groupes massifs d’immigrés clandestins rwandais ont envahi le grand Nord-Kivu et l’Ituri en bénéficiant de la protection et de la couverture des autorités officielles congolaises. Leur mouvement de Goma vers Beni et vers Ituri a été toujours couvert et sécurité par des feuilles de route collectives dument signées à Goma, au gouvernorat de la province du Nord-Kivu sous le mandat de Julien Paluku, après que ces clandestins aient été dotés de fausses cartes d’électeur congolaises délivrées par une mafia installée à Gisenyi, au Rwanda. Quelques fois, il a été également observé des escortes militaires qui les protégeaient le long de leur trajectoire. Et quand les populations autochtones cherchaient à sonder pour savoir plus de ce genre de mouvement suspect vers des zones en insécurité de haute tragédie, elles étaient réprimées par les forces de l’ordre jusqu’au sang, tout cela pour assurer le maximum de protection aux personnes non autrement identifiées au détriment des fils et filles du pays. Quelle trahison!

Nyonyi Bwanakawa a aussi une lourde responsabilité à porter. Il n’a cessé de faire traquer les autochtones de Beni qui tenter de se plaindre du comportement d’indifférence des autorités aussi bien civiles que militaires face à l’ampleur de l’insécurité grandissante dans son entité. Il confirmait lui-même qu’il est en contact avec les leaders desdits égorgeurs et pourtant il n’a jamais donné la preuve de faire mieux pour aider l’opération Sokola 1 à mettre ces ennemis hors d’état de nuir.

Quant à Abdallah Penembaka, il était gouverneur de province de l’Ituri, à Bunia. Plus de cent mille personnes non identifiées se sont installées dans sa juridiction sous son regard. La population locale a fait part de la souffrance que lui infligent ces immigrés, mais absolument rien n’a été fait pour sécuriser les autochtones. Bien au contraire, l’autorité provinciale de Bunia a formulé des menaces pour intimider les notables et les chefs coutumiers des communautés qui se plaignaient, en l’occurrence les Banyali-Tchabi, les Bira et les Hema. Paradoxalement, on a plutot assisté au renforcement des dispositifs de protection militaire en faveur des mêmes inconnus, même au moment ou ils commencaient à piller et à tuer des civils parmi les autochtones. Les communautés locales ont suggéré à l’autorité provinciale d’organiser ne fut-ce que l’identification de ces inconnus, mais en vain. Et aujourd’hui, ces inconnus se donnent même l’audace de dire avec arrogance : “Nous allons continuer à massacrer cette population qui ne nous permet pas de nous établir dans ces terres que nous avons choisies pour pratiquer notre agriculture”, tel qu’un d’entre eux déclarait le 9 juillet à Otmaber, après avoir massacré et incendié les passagers dans les véhicules de transport en commun qui les acheminaient de Bunia vers Beni et Butembo.

Il est urgent que Joseph Kabila, Julien Paluku, Nyonyi Bwanakawa et Abdallah Penembaka disent à la population de Beni et de l’Ituri qui sont exactement ces personnes qui massacrent fièrement les autochtones sous leur propre protection, ces immigrés que les vrais Hutu “Banyabwisha” de Rutshuru ne reconnaissent pas comme faisant partie de leur communauté. Tout le monde découvre enfin que les égorgeurs qui exterminent les autochtones sont ces immigrés qui ne sont pas des congolais (- car ils utilisent abusivement le nom des “Banyabwisha” -) en se revetant du masque des ADF. Ces autorités et dignitaires doivent expliquer qui sont ces criminels qu’ils ont choisi d’installer à Beni et en Ituri, et pourquoi ils préfèrent les protéger au détriment des fils et filles du pays.

Les Banyabwisha de Rutshuru ont raison de briser le silence et de dire toute la vérité…

S’il faut être franc, les Banyabwisha, nos frères Hutu congolais de Rutshuru, sont en train de traverser les mêmes souffrances que les Nande de Beni et les Hema, Banyali, Babira en Ituri. Les mêmes étrangers qui massacres les autochtones à Beni et en Ituri font la même opération contre les Hutu congolais à travers le territoire de Rutshuru. C’est pourquoi, de très nombreuses familles Hutu Banyabwisha de Rutshuru ont été forcées a fuir leurs terres pour devenir réfugiés ou demandeurs d’asile aux camps de l’UNHRC à Kyaka II, à Nakivale et à Kyangwale en Ouganda. Mais aucune de ces familles n’a pris la destination de Beni ou de l’Ituri. Ceci est un fait réel que n’importe quel enquêteur peut vérifier.

Il faut se méfier du président Félix Tshisekedi – collabo !

En tout cas la population du Nord-Kivu et de l’Ituri mourra de sa naiveté et de sa confiance aveugle. Beaucoup ont applaudi à l’accession au pouvoir de monsieur Félix Tshisekedi, clamant que cette fois-ci un véritable congolais a enfin mis fin au règne rwandais dans le pays. Et pourtant la situation sécuritaire est d’emblée passée du mal au pire dans l’est du pays. Tshisekedi Antoine Tshilombo n’ignore pas que c’est la main de Kigali qui trempe dans le sang des congolais tués comme des mouches dans plusieurs coins de Beni, de l’Ituri et des hauts plateaux du Sud-Kivu. Et pourtant, il se permet, malgré tout de signer des accords qui renforcent la capacité d’influence, de controle et l’emprise de Paul Kagame dans cette partie de l’est du territoire national congolais tant convoitée par le Rwanda.

Cet accord officiel que Félix vient de signer avec Kagame lors de sa dernière tournée à l’est de la RDC n’est que la petite face visible de l’Iseberg des multitudes d’accords secrets que les congolais ne découvrirons pas peut-être bientot, lesquels demeurent pour lui la seule garantie de continuer à se tenir au pouvoir.

Illustration: camp de transit officiel des clandestins rwandais à Nyongera (Kiwanja/Rutshuru)

Aujourd’hui, il est vrai qu’il n’y a pas de guerre ou d’insécurité du genre de la région de Beni et de l’Ituri. Et pourtant les autorités ont permis l’érection d’un très grand camp (soi-disant des déplacés) sur le terrain de l’état situé à Nyongera, non loin de la prison de Kiwanja. Aucun autochtone de la communauté des Banyabwisha de Rutshuru ne se trouve dans ce camp qui abrite actuellement plus de 2000 personnes dont l’origine est indéterminée.

Les autorités doivent honnêtement édifier les opinions en précisant qui sont les habitants de ce camp, car ils ne sont pas issus des communautés autochtones congolaises, et surtout que rien ne justifie l’opportunité d’eriger un tel camp dans le Rutshuru dans le contexte actuel.
Il s’agit en fait d’un camp de transit expressement mis en place pour canaliser des immigrés clandestins vers le grand Nord-Kivu et vers l’Ituri: ce sont des personnes qui transitent par ce camp de Nyongera qui affluent dans les zones de massacres à Beni et en Ituri en se camouflant sous l’identité des Banyabwisha qui ne les reconnaissent malheureusement pas. Ainsi, même le régime de Félix Tshisekedi évolue-t-il dans la ligne de complicité et de trahision lui léguée par son prédécesseur, en défaveur de la Nation.

Pour prouver son innocence, si du moins il prétend l’etre, Félix Tshisekedi doit faire identifier sans délai l’origine des assassins et terroristes de Beni et de l’Ituri trompant les opinions qu’ils seraient des Banyabwisha, les faire retourner à leur provenance originelle et stopper l’insécurité et les violences non justifiables imposées aux congolais de Beni et de l’Ituri.

Christian Lukinga

©️Beni-Lubero Online.

36 hommes égorgés à Beni


L’information nous parvient d’une source digne de notre confiance : 36 personnes ont été égorgées à Beni, la nuit du samedi 6 au dimanche 7 à Beni.

Voilà qui nous donne raison : nous l’écrivions en mai 2011 : le pire est à venir !

Dans nos 3 dernières émissions sur Softkens Radio, nous l’avons dit : le régime congolais est devant une impasse.  La MONUSCO n’est plus en mesure elle non plus de se racheter.  Il ne saura pas faire quoi que se soit de bon pour les congolais : il lui est désormais impossible de se racheter.

Il ne reste plus donc qu’une solution logique : préparer le départ de l’un comme de l’autre.

Beni : détresse


Il se passe des choses insupportables dans la ville de Beni en ce moment. Suivez le cri de détresse lancé depuis Beni en direction de la diaspora congolaise toute entière, de la ville-même.

Comme on peut le voir, notre population est aujourd’hui coincé entre les éléments des FARDC et ceux de la rebellion ou des envahisseurs.
Demain, espérons avoir des précisions !

[16-10-14 16:28:41] Notre contact : bonjour

[00:12:34] Notre contact : Il y à concert des bidon en ville cette nuit

[00:59:19] Où précisément ?

[01:00:02] Notre contact : Vers le quartier Kanzulinzuli

[01:00:27] Notre contact : Pas moyen de dormir

[01:01:08] Notre contact : Ce toute la ville qui est alerté par ce concert de bidon,

[01:03:38] Pourquoi dans ce quartier là ?

[01:04:36] Notre contact : Il y à incursion des hommes militaires dans le parcelles des gens

[01:06:45] La population saura se défendre ?

[01:07:25] Dis-moi, ces hommes en armes, ne s’attaqueraient-ils pas aux barons du régime, par hasard ?

[01:08:05] Si c’est le cas : j’ai une explication au phénomène !

[01:10:29] Notre contact : Les militaires sont furieux du faite qu’ils ne sont pas bien payé, puis ont ne leurs donne pas l’ordre de poursuivre l’ennemi jusqu’au bout.

[01:10:56] Notre contact : Le morts passe de 27 à 30 personnes

[01:11:09] Notre contact : L’heure est grave!

[01:11:22] Ce sont les militaires qui tuent ?

[01:11:56] Notre contact : Non les rebelles

[01:12:47] Notre contact : Les militaires vole le bien de la population,

"SON ARABIE SAUDITE"


Nous ne l’aurons pas dit assez : ni Médine ni aucun autre endroit sur la terre n’est la solution à notre problème.
Au Projet 2014, nous continuons à croire que la vraie solution passe par les 2 étapes inévitables que sont :
1ère étape : l’identification nos vrais leaders et leur promotion ;
2ème étape : sous leur conduite, l’enclenchement d’un développement par projets qui commencera par la disqualification des hommes véreux que nous avons erronément commis à la gestion de la chose publique et que nous n’arrivons pas à démenteler parce que nous nous y prenons mal.
Pour vous en convaincre, lisez, entre les lignes, la livraison de Magloire Paluku et jugez par vous-mêmes.
********************************************************************************
Magloire Paluku (https://www.facebook.com/mapalvav)
A ajouté 3 nouvelles photos.
4 h
BENI SAMEDI 14H…BAHATI BARIK MUBARAK : UN ADF MADE IN GOMA
IL A ETE RECRUTÉ POUR ALLER AUX ETUDES A MEDINE MAIS SON ARABIE SAUDITE S’ EST ARRÊTÉE DANS LA FORÊT DU TERRITOIRE DE BENI.NE A MUJA DANS LE TERRITOIRE DE NYIRAGONGO, IL AFFIRME AVOIR RECU UNE FORMATION TERRORISTE RESIDUELLE.
IL S’ ETAIT INFILTRÉ DANS LA VILLE DE BENI AFIN D’Y OPÉRER AVEC DES ATTENTATS AU MARCHE CENTRAL ET AILLEURS.  C’EST SON GROUPE QUI AVAIT TUÉ UN AGENT DE LA MONUSCO A BENI, LANCE DES OPERATIONS CONTRE UN CONVOI DES CASQUES BLEUS ET CONTINU A SEMER DE L’INSECURITE. IL EST MEME MARIÉ A UNE FEMME DE BENI.
EN CONVERSATION EXCLUSIVE AVEC RADIO KIVU1, CET ELEMENT ADF AUX ARRETS CONFIRME TOUT CE QUE LES SERVICES DE SECURITE LUI REPROCHE.

Beni : 10 fléaux.


Résultats de notre enquête dans la ville de Beni.

Nous avons demandé à 60 personnes, dans la ville, quels étaient les 10 problèmes majeurs de la ville, classés par ordre d’acuité décroissante.

Voici ce que les 60 considèrent comme étant les problèmes les plus cruciaux !  Les 60 sont donc plus préoccupés par :

  1. le chômage ;
  2. les bas salaires ;
  3. l’insécurité ;
  4. l’enseignement ;
  5. les conflits fonciers.

En sommant insécurité et guerre, l’insécurité arrive en deuxième position après le chômage.  Cependant, si l’on sommait en même temps la pauvreté et les bas salaires, la question salariale garderait sa deuxième position, avant l’insécurité et la guerre.

Le salaire, l’insécurité, l’enseignement (bas niveau et corruption), ainsi que les conflits fonciers sont les quatre autres problèmes qui taraudent l’esprit des beninois.

Problème Un Deux NbUn NbDeux
chômage chômage   13 0
salaire insignifiant salaire   9 0
Insécurité insécurité   7 0
pauvreté pauvreté   4 0
bas niveau de l’enseignement universitaire enseignement université 4 2
Basse qualité de l’enseignement enseignement   4 0
conflit familial famille   4 0
guerres guerre   4 0
Manque de moyen pour assurer la scolarité pauvreté   4 0
pauvreté pauvreté   4 0
conflit foncier terre   3 0
Corruption en milieu universitaire université corruption 2 1
manque d’infrastructure de base infrastructure   2 0
manque d’investissement finances   2 0
retard dans la réalisation des infrastructures infrastructure   2 0
hausse coûts de dédouanement douane prix 1 1
logement logement   1 0
Manque de maris célibat   1 0
manque de soin de santé de qualité santé   1 0
Manque d’une justice de qualité justice   1 0
qualité de nos prisons prisons   1 0
Réciprocité réciprocité   1 0

RDC : sécurité et paix


Chers compratriotes, le pouvoir de Kinshasa et ses amis veulent faire croire au monde que les guerres dans l’est de notre République soient du passé.  La réalité est tout autre ; vous le savez.
J’apprends à l’heure même où je couche ses lignes que la tension soit forte dans les environs de la cité d’Oicha, dans le territoire de Beni ; et que des armes auraient même été utilisées comme moyen d’expression les protagonistes.  Nous attendons d’avoir une confirmation de l’information et des précisions sur les mobiles, les acteurs et leurs objectifs : notre source présente nous étant peu connue, incomplète et imprécise.
Ne baissons donc pas de garde : l’imposture, la rebellion et nos ennemis habituels continuent leurs ravages et les continuerons tant que nous leur déploieront nos flancs par notre refus de structurer et d’organiser plus intelligemment et sagement notre combat pour l’indépendance véritable du Congo !

Kasindi, Beni-Komanda, Oicha, Virunga…


[8:54:27 AM] DK: Cette nuit, un motard a été tué par à Kasindi à la frontière avec l’Uganda

[8:57:42 AM] DK: Aussi, plus de contact Beni-Komanda par route suite au pont de Mont Hoyo qui est coupé, un camion de marque ACTROS d’un commerçant de Butembo est tombé dedans alors qu’il voulait traverser

[8:59:02 AM] DK: il y a des informations qui circulent que cette nuit à Oicha il y a eu des tirs de balle, pas encore eu des précisions sur la cause; la suite vous l’aurez

[9:00:27 AM] DK: Dans le parc de Virunga du coté Kyavinyonge et Karuruma l’on signale l’entrée des hommes armés en provenance de l’Uganda, en uniforme et bien armée

[9:01:25 AM] DK: Information confirmé par la société civile du coin

[12:08:14 PM] GPAU: Merci beaucoup pour ces informations qui nous permettent de suivre au jour le jour ce qui se passe dans notre terroir et d’ainsi mieux connaître comment nous pourrions aider.

[12:08:27 PM] GPAU: A très bientôt !

BENI INSECURITE


Tembos Yotama (Facebook)
Jules Ndagana
BENI INSECURITE:commune Mulekera,Quartier NGONGOLIO,cellule KANGAEMBI,vers 20h la population uni à une seule personne apres creputement des balles tiré par les bandits à main armée chez un tailleur connu sous le nom de LIWA qui a eté touché et sa fille aussi blessé par balle,sous une pluie la population a recuperé une arme ,tuer un bandit et captuer 2 autres vivants.chapeau bas aux habitants de KANGAEMBI
  • Merveil Kalmer la paix ne viendra pas d’ailleurs mais plus tôt du peuple congalais,felicitation
  • Richard Kalemberya Félicitation à la population de Beni pour cette autodéfense populaire, nous devons nous prendre en charge car ceux qui sont censé nous sécuriser ont échoué, donc bravo ………..
  • Prince Kambale Marora Bravo, Malheureusement les 2 détenues seront peut être lâchés une fois remis à la police.,,

  • Patience Kamate que tout les beniciens imite cet comportement de habitant de kanga imbi

%d blogueurs aiment cette page :