Les congolais meurent…


En 2015, nous déconseillions vivement à notre peuple d’aller aux élections d’étrangers prévu pour 2016. Personne ne nous écouta. Certains nous prirent même pour un fou ! Notre message était clair : « choisir les élections était choisir notre mort. » Nous ne nous contentâmes pas que de cette prédiction : nous conseillâmes de rester chez soi pour ne pas mourir dans la rue comme des charognes.

Aujourd’hui, certains n’ont toujours pas encore vu ni compris que nous avions raisons et que notre avertissement ne tenait pas à un mystère, mais bien à du prévisible pour tout personne ayant du bon sens. Certes, vertu n’étant pas bien distribuée sur terre, d’aucuns voudraient encore savoir : quelle est l’étape suivante. Pourtant, la réponse est simple et sous nos yeux.

Dieu résistera aux orgueilleux et brisera les cous roides !

www.politico.cd › 2020/06/29 › rdc-…

6 hours ago – RDC: Dominique Ntambwe Wakanikipremier président de la Cour de cassationest mort. Par La Rédaction. 29 juin 2020 à 14:10. Facebook · Twitter · Pinterest.
Urgent: Dominique Ntambwe Wakaniki, premier président de …www.politico.cd › 2020/06/29 › urg…

7 hours ago – Le premier président de la Cour de cassation, le juge Dominique Ntambwe Wakaniki, vient de rendre l’âme au CMK, suite à la Covid-19.
RDC: Dominique Ntambwe Wakaniki, premier président de la …congo-rdc.niooz.fr › rdc-dominique-…

4 hours ago – Le premier président de la Cour de cassation, le juge Dominique Ntambwe Wakaniki, vient de rendre l’âme au CMK, suite à la Covid-19. Le corps de…
RDC: Dominique Ntambwe Wakaniki, premier président de la …congo.shafaqna.com › …

5 hours ago – RDC: Dominique Ntambwe Wakanikipremier président de la Cour de cassationest mort.
« Le Procureur général près la Cour de Cassation a décidé un …congo.shafaqna.com › …

2 hours ago – RDC: Dominique Ntambwe Wakanikipremier président de la Cour de cassationest mort. – politico · Le Premier Président de la Cour de Cassation, Ntambwe wa Kaniki Biselela Dominique est décédé ce 29 juin. – radiookapi …

Ne plus être dupes…


L’échéance de 2016 est proche. Si rien n’est fait : Kabila ou un des siens passent au pouvoir. Déjà, Tshisekedi est mis en mal et n’arrive pas à remplir son contrat de 2011 avec le peuple congolais, fatigué par les nombreux échecs de l’UDPS et terrorisé par le pouvoir sanguinaire qu’il a choisi ou toléré.

Cette fois-ci, comme avant, ne plus être dupes requiert de notre part de :

1. identifier et promouvoir nos vrais leaders

2. conduire notre développement par projets

Tel est le remède que nous proposons à notre peuple depuis 1999, mais que d’aucuns d’entre nous négligent.

Le futur président du Congo, pour nous mener vers la paix et la prospérité devrait, selon nous, d’abord avoir une vision, un projet de société accepté de tous et le plus complet possible, une mission, pour s’attaquer aux défis auxquels la RDC doit faire face aujourd’hui :

1. La colonisation

2. La dictature

3. L’imposture

4. La trahison

5. La médiocrité

Ce président, nous, nous le voyons vrai chrétien, de bon témoignage, pour avoir une moralité au-dessus de tout ce que les congolais peuvent espérer ; pas de ces chrétiens des églises qu’Epaphras Meok dit – à raison – être du sommeil plutôt que du réveil ;

Ce président, nous, nous le voyons libéral, capitaliste, pour être capable de laisser toutes les initiatives privées congolaises et non pas étrangères s’exprimer, se traduire en une production qui propulse la RDC à la tête des premiers producteurs de plusieurs produits provenant des ressources nombreuses dont nous disposons et que l’imposture pille et spolie ;

Ce président, nous, nous le voyons démocrate, pour, une fois pour toute, couper court aux diatribes entre ceux qui sont incapables d’avoir du respect pour eux-mêmes et pour nos peuples, pour nos compatriotes.

Dans le cadre de nos travaux dans le Projet 2014, nous affirmons d’ores et déjà que cette initiative est pour l’heure un des rares lieux politiques congolais où nous trouvons le souci de rechercher et de promouvoir un tel président ; bien que, nous reconnaissons que nos compatriotes, spoliés par le lumumbisme, le mobutisme, le kabilisme et le josephisme, aient beaucoup de mal à saisir la portée de notre appel, de notre cri, depuis 1999 !

Objectivement parlant, 1994, 1997, 2001, 2006 et 2011 nous ont donné raison. Non seulement nos contradicteurs politiques, mais aussi toute l’opposition ou presque, reconnait aujourd’hui la valeur de nos analyses du passé. A ne pas nous suivre, le pays a, coup sur coup, opéré les pires des choix politiques de l’histoire de notre pays, depuis 1960 ! Le résultat en est la responsabilité collective que nous portons de la mort de ces millions de compatriotes et d’étrangers sur notre territoire où ils étaient en droit d’attendre de nous une protection, non seulement de leurs biens ou avoirs, mais aussi de leurs personnes physiques et morales !

Notre appel aujourd’hui demeure ce qu’il est depuis 1999 (http://www.paluku.net/2014, http://projet2014.com) :

1. commençons par identifier nos vrais leaders et par les promouvoir ;

2. sous la houlette de ces leaders, conduisons notre développement par projet et non pas par à-coups ni par caprices.

Dans cette logique, tout congolais, qui prétend être présidentiable doit pouvoir nous montrer son projet de société et nous convaincre de sa robustesse, complétude et démocratie ;

Son passé doit démontrer de son engagement indéfectible pour la cause de bien-être du congolais ;

Il ne peut avoir ni du sang congolais ni du sang étranger sur ses mains ;

Ses capacités à PRESIDER aux destinées de la nation doivent être objectivement non pas démontrables, mais démontrées ;

Son sens et son exercice – connus – de la justice doit le mettre au-dessus de la mêlée…

Ce sont-là, les raisons pour lesquelles, avec Albert Muya, nous avons entamé de pousser notre peuple à exiger de nos acteurs politiques la publication de leurs identités et aussi de leurs implications dans la recherche du bonheur des congolais. Cette façon de faire, pensons-nous, permettra à tous les hommes véreux d’avoir difficile à tromper notre peuple comme par le passé. Nous notons, sans surprise, que plusieurs de nos acteurs politiques aient difficile à se livrer à cette démarche et nous attirons l’ATTENTION de notre peuple sur ce SIGNE qui ne trompe pas !

Ce sont là aussi les raisons pour lesquelles nous encourageons nos compatriotes à soutenir des projets tels que ceux de la 3ème Voie, où une idéologie claire et une démarche résolue et ferme sont susceptibles de porter du fruit en termes de changement de mentalité et de comportement. A une condition toutefois : l’évitement de toute compromission avec des hommes qui portent la marque de flétrissure à leur front.

Plusieurs autres organisations de congolais, ont abattu un travail louable, qu’il faut finaliser, achever tout en l’améliorant : les combattants et résistants, l’APARECO, Mai-Masi, Enyele, etc.  Ces améliorations intéressent surtout : leurs projets de société, leurs visions, leurs missions, leurs méthodes de travail, la qualité de la ressource humaine, l’esprit d’unité et de démocratie…

La RDC vivra. Cependant, pas à n’importe quelle condition. Il nous revient de corriger nous-mêmes nos erreurs du passé qui ont consisté à commettre à la gestion de la chose publique des hommes véreux qui ne pouvaient que nous offrir ce qu’ils ont offert et que certains oublient déjà : l’insécurité et la pauvreté : morales et matérielles.

%d blogueurs aiment cette page :