Des erreurs en plus…


Dialogue de Nairobi avec les groupes armés : une nouvelle œuvre de déconstruction de notre grande nation, la RDC. Sommes-nous toujours condamnés à perdre ?

Aujourd’hui je suis de nouveau déçu de constater que nous jouons à l’imbécile à Nairobi en accueillant des groupes armés dont nous savons qu’ils sont constitués des éléments rwandais et burundais, sinon des rwandophones, activistes de l’expansion rwandaise en RDC. J’ai comme l’impression que la majorité des groupes armés… des autochtones ne répondent pas présent à cette rencontre.

Dès le début du mandat de l’actuel Président de la République, j’avais encouragé la ministre d’État aux affaires étrangères de l’époque d’envisager toutes les voies diplomatiques afin d’obtenir la tenue des dialogues politiques entre le Rwanda et ses groupes armés qui opèrent en RDC (FDLR, RNC, NGUMINOS etc.), le Burundi et ses groupes armés (FOREBU et de la RED- TABARA etc.) [et l’Uganda et ses groupes armés (ADF, NALU, etc.)]. Et nous disposions de deux opportunités contextuelles majeures qu’il fallait mettre à profit : d’abord la rupture des relations diplomatiques entre le Rwanda et l’Uganda d’une part, et d’autre part entre le Burundi et le Rwanda. Cette isolation du Rwanda devrait nous être profitable. Et enfin, la présidence congolaise de l’Union Africaine.

Malheureusement pour la première opportunité rien n’avait été fait, les gens jubilaient encore pour la conquête ethnique du pouvoir, et pour la deuxième opportunité, la RDC avait curieusement focalisé son mandat sur la culture et la masculinité positive, au lieu de se focaliser sur des questions existentielles de notre nation.

Point n’est besoin de rappeler que toutes les violences armées qui secouent la partie orientale du pays sont essentiellement des guerres par procuration, bien que camouflées sous des revendication communautaristes des populations non-autochtones, qui sans ethnie, revendiquent brutalement une certaine souveraineté coutumière et un quelconque pouvoir sur des terres appartenant aux autochtones. Atmosphère cyclique qui n’a toujours eu qu’un seul perdant à coup sûr : la RDC.

En l’absence de la volonté politique d’en découdre militairement, les populations comme les Ba Nande , les Bembes et les autres sont celles qui, en servant de bouclier anti-balkanisation du Grand Kivu et la cession de leurs territoires, sont aujourd’hui victimes du vrai génocide.

Diplomatiquement , tout en sachant que la diplomatie Britanique ne nous arrange pas depuis un temps , la RDC peut profiter de la tenue du sommet des pays du commonwealth envisagé à Kigali en Juin pour demander à ces Etats Anglophones d’exiger au Rwanda de tenir un dialogue politique avec les groupes armés Rwandais opérant en RDC.

Militairement et cela dans un premier temps, mobiliser et déployer au front oriental les unités armées issues du MLC et du RCD/KML ayant intégré les Forces Armées de la RDC. Et exclure l’idée d’une force régionale.

Et enfin je réitère mon inquiétude sur la présence des forces armées de défense du Rwanda en Centre-Afrique dans le cadre des casques bleus de la MINUSCA dirigée par une Rwandaise. Nous veillerons à ce que le Rwanda ne serve de cette mission pour implémenter sa stratégie d’encerclement de la RDC.

Ambassadeur Arthur Omar Kayumba.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=411618610966877&id=100063562252104


Un dialogue un urgent n’a pas encore eu lieu : celui à avoir avec le congolais.

Que voulons-nous ? Quelle attitude souhaiterions-nous prendre, en tant que nation, vis-à-vis des groupes armés dont plusieurs sont des émanations des choix de nos peuples, alliés ou pas à des peuples frères ?

La politique gouvernementale est-elle en phase avec les désirs de nos peuples pour être viable et à soutenir ?

Existe-il des voies alternatives plus efficientes pour la résolution de l’insécurité dans notre pays ?

Qu’est-ce qui expliquerait les échecs politiques cumulés depuis 1960 dont nous n’aurions pas encore tenu compte dans le passé ou dont ne tiendrions pas compte aujourd’hui ?

Qui sont capables de conduire un mouvement qui provoque le changement indispesable, nécessaire ou utile ; et comment les promouvoir de manière efficiente ?

Publié par Graphèle Paluku Atoka Uwekomu

Développement personnel holistique ; développement communautaire, national et planétaire démocratique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :