Vers un état de droit

D’aucuns se demandent comment conjurer la violence dans notre pays.  Très peu sont ceux qui voudraient trouver une solution humaine, humaniste à la question qui se pose.  Les combattants, comme le pouvoir, croient pouvoir arranger la RDC avec la violence.  Pour les premiers, cette violences s’adresse contre les bandits politiques qui nous subjuguent dans notre propres pays.  Pour les seconds, ces brutalités s’adressent contre les perturbateurs de l’ordre public.  La vidéo suivante est une monstration de ce que nous affirmons : .

Cette arrogance des combattants de la MP ou proches de celle-ci s’explique par le fait que le pouvoir leur appartient désormais. Et comme nous avons de nos mains instauré et maintenu la dictature et l’imposture même dans notre pays, nous voici en train de continuer le cycle de violence et de l’appauvrissement du plus grand nombre. Si nous voulons aller vers un état de droit, dans notre Congo, nous devons nous-mêmes montrer l’exemple en respectant le droit du citoyen congolais. Il est possible de traîner, avec succès, les casseurs, les barbares en justice avec succès, sous quelques conditions ! Nous proposons des solutions sur http://projet2014.com.

Que nous soyons du pouvoir ou de l’opposition, tant que nous ne travaillerons pas pour l’instauration d’une justice dans notre pays, nous sommes des maux équivalents pour notre peuple.  Or, depuis 2001, nous avons accepter une injustice : elle s’appelle Joseph Kabila Kabange.  Elle n’est pas la première que nous ayons acceptée !  En 1960 déjà, nous avons accepté que des innocents, congolais et étrangers, soient dépouillés de leurs biens, de leurs souffles mêmes.  En 1965 et en 1997, nous avons accepté deux coups d’état successifs dans le pays : celui de Joseph Désiré Mobutu et celui de Laurent Désiré Kabila.

Jusqu’à présent, tout celui qui nous dit la vérité sur nos forfaits et qui nous exhorte au changement de nos mentalités et de nos comportements est considéré par nous comme un ennemi.  La certitude demeure : Dieu résiste à des hommes qui nous ressemblent, qui ont les cous roides.  Il ne nous reste donc que bien peu de choix en termes d’objectifs, de méthodes de travail et de ressources à mobiliser dans notre projet « état de droit ».

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Vers un état de droit

  1. Cette vidéo sera utilisée par le régime pour « prouver », à la Communauté internationale, que l’opposition ne fera pas mieux que lui !
    Comme par le passé, plutôt que de changer de partenaire, l’Occident, duquel plusieurs congolais attendent, béatement, le salut, choisira le candidat qui garantit les contrats et non celui qui « serait » avec le peuple.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s