PNC et FARDC

Plusieurs de nos compatriotes comptent encore et toujours sur la PNC et les FARDC désormais devenues des intruments aux mains de l’imposture. C’est le résultat de l’abrutissement de notre peuple par le lumubisme, le mobutisme et le ld-kabilisme qui ont tous, pareillement, tuer l’éducation des citoyens de notre pays.

En effet, tous ces régimes ont considéré la police et l’armée comme une poubelle où devaient être jetés tous les congolais jugés bons à rien d’autre, par eux ! Le résultat est une police et une armée majoritairement constituées d’ignares, de paresseux physiques et mentaux, de délinquants sexuels, d’inciviques de toutes sortes, d’ivrognes, voire-même de faiblars et de lâches viceraux…

Plusieurs officiers se sont élevés contre cette situation, héritage de la colonisation, qui envoyait à l’armée et à la police, prioritairement, les congolais considérés comme incultes, manipulables et dociles. Leur minorité – de ces officiers – a facilité leur muselement par les dictateurs et les imposteurs qui ont, eux aussi, besoins d’une police et d’une armée peuplés de faibles d’esprit, de dociles, d’aliénés ; comme dans toutes les republiques du monde entier. Ne dit-on pas que le policier et le soldat doivent être méchants et brutes comme un chien de garde ?

Notre politique de sécurité et de défense divorce totalement d’avec ce schéma colonial, républicain, archaïque, ségrégationiste. La vision que nous proposons aux congolais aujourd’hui est plutôt celle d’une police et d’une armée où un graduat sera le minimun attendu du fatassin et du policier ; et, où une licence sera exigée avant d’accéder au rang du sous-officier ; tandis que, le lingala cessera de ce fait d’être la langue de l’armée et de la police. Celles-ci devront apprendre l’anglais, le francais et le portugais jusqu’au niveau 800 sur une échelle de 1000.

Cette façon de faire, pensons nous, nous permettra de mieux gérer notre défense contre les envahisseurs potentiels et la sécurité de nos citoyens et de leurs biens. En même temps, cette politique effacera l’injustice qui consiste à imposer à certains congolais une langue qui n’est pas leur, par le biais de ceux-là même qui sont censés les protéger, les défendre et les sécuriser. Ce faisant, nous permettrons également au Congo de mieux maîtriser la question linguistique qui jusque-là a été résolue au désavantage du congolais. En effet, plusieurs de nos licenciés ratent des opportunités professionnelles après avoir investi plus de 6 ans dans l’anglais sans en maîtriser les bases en même temps que nous sommes mal préparés à communiquer, efficacement, avec nos frères anglophones et lusophones !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s