Trahison ou irresponsabilité ?

Plusieurs d’entre nous courent derrière les élections du 23 décembre 2018.  Certains, ont sans doute prix le chemin de l’Église pour atteindre leur objectif.  D’aucuns se posent la question de savoir ce que tout cela signifie.  Pour les uns, il est question d’en finir avec Kabila, dont ils sont sûrs désormais qu’il soit un vilain imposteur, soit un grand traître.  Pour d’autres, c’est l’accomplissement d’un devoir civique : élire leurs leaders pour avoir leur part du gâteau à la prochaine législature.  Pour une petite frange de congolais pourtant, dont nous faisons partie, ces élections sont une malédictions ; y participer est un acte de trahison grave de la nation ou d’irresponsabilité sans nom vis-à-vis au devoir que nous avons tous de protéger nos compatriotes, nos frères humains.  Auquel des saints doit se vouer aujourd’hui le congolais et pourquoi ?

Notre frère Honoré Ngbanda a fourni une réponse qui nous semble des plus raisonnables, claires et convaincantes.  Si les élections pouvaient délivrer, à elles seules, nous sérions déjà délivrés en 2006 ou encore en 2011 ; Kabila ne serait plus président de la RDC, nous n’aurions probablement pas la forme d’insécurité et de pauvreté du plus grand nombre que nous connaissons ou assumons aujourd’hui.  Tout congolais, qui a de la jugeote, sait, connait que Kabila ne veut pas respecter les congolais.  Son seul désir est de les assujettir à souhait, pour enrichir son clan ; et, pour s’assurer la survie de sa gente, tant que cela sera encore possible.  Notre égoïsme, notre peur et notre idolâtrie font la réussite de son projet et l’échec des nôtres.

Quelques congolais particulièrement irresponsables, vicieux et dangereux n’ont pas vu que Kabila soit arrivé au pouvoir par un coup d’Etat constitutionnel, qu’il ait tripatouillé en 2006 et en 2011, qu’il ait bloqué le processus électoral en 2016, qu’il ait violé tous les accords auxquels il était partie prenante.  D’autres, tout aussi méchants que les premiers, se taisent face au mal : l’insécurité grandissante, l’appauvrissement au sens large du terme du plus grand nombre et la décimation au grand jour de nos populations, sous la barbe blanchie artificiellement de Kabila.  Il ne sont donc plus excusables, ces faux compatriotes, toujours bien vêtus, mais qui sont de véritables loups vêtus de peaux d’agneaux dans la bergerie congolaise.

La triste réalité est que tous, sans exception et sous aucun prétexte, ne peuvent plus prétendre avoir du respect pour la vie du Congo.  Demain, comment pourront-ils implorer le pardon du Très Haut, lorsque dans sa justice, ce dernier nous réclamera à nous tous le sang des congolais que nous versons ou que nous laissons couler aujourd’hui ?

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s