Wamito ang’o ?

An, Paluku-Atoka Uwekomu man Jean Paul Ukumu Jamundu, waweco cil 1h35 pi yaro i lembe muneno ponji pi awiya mwa mi Djupio, man mi Mahagi zo i oro mubino.  Wec meni mito wat mwa mi Mahagi zo ung’eye man umed toke.  En’e e.


(…)
Bien, à Kinshasa nous sommes les cadres de l’association des étudiants alur appelée : LERO ATENNE ISTA/KINSHASA.   Nous avons élaboré un projet de construction d’une école technique à Djupio, dans la province de l’ Ituri, territoire de Mahagi, chefferie des anghal, groupement des djupio.

Graphèle

An atimo oro 5 i Butembo, 3 i Panduru, 10 i Bunia, 1 i Mbandaka, 11 i Kinshasa, 30 i Bruxelles.

Jugoro Ang’al kuno ke Anghal ; kumeni ungo nia ?

Ang’ eyo wecho dhu alur cu ! Djadith.

Eni tye dok pa kwaruwa ma gi weko ko wa !

Anda, ang’al. 1 ku Ang’al 2 ( Djalasiga).

Graphèle

Wa nen bor : « Complexe d’Enseignement de Djupio » kuno ke « Centre des Savoirs de Djupio ».

Savoirs, avec « s » = savoirs purs + savoir-faire + savoir être !

Ni yero wa gier école primaire, école secondaire, université man centre multidisciplinaire de recherches de pointe !

OK eno utye, cire moyen financier re mubedwoko wabor nyanok ! Acungo ni acel pi kelo dongo ng’om surtout pi ba écoles techniques ku bâ universités !

Graphèle

Umira, lim le dit i Mahagi.

Ulworo pilembe umaru Mahagi andha ungo.

Meno teng’ ng’om rwoth umiyo ?

 

Wamitho gyero oda yo pi nyi tindo mwa !

Graphèle

Mito 1000 ha kokoro. Campus copo bedo dupa. 1. Gardienne, 2. primaire, 3. secondaire, 4. université man 5. recherches de pointe et développement de produits.

 

Pir avenir ! Enke moyen financier kuno ke kony.

Graphèle

Moyen le dit. Abinyutho iwu ka ma lim utie i iye.

Concession, man plans utie ko ?

 

Le terrain pour la construction utye enke un appui , moyen financier ce qui pose problèmes.

Graphèle

Hectares adi ? Plans utie ?

Ot mi classes adi ?

An aparu wa kwon ku section 5 : informatique du logiciel, gestion : du personnel, des finances, de la logistique, des projets.

Plans mutie Acel pi moyen financier mû mbe !

Graphèle

5 sections x 6 années d’études = 30 salles de 8×6 m².

Oui Ainsi !

Graphèle

Iwinja ungo ? Lim le i Djupio. Abinyutho iwu kare ma lim utie i iye !

Ah! Jadith !

Lim re mube nen nyanok !

Kakare mi nwag’ u lim echa nenedi ?

Graphèle

Par mu ucikire ni neno gir ang’o ma ci kwong’o pio. Laboraoires maku nindo dhupa pi kwong’e. Muketho ayero wa kwong’ ku gin mumito chaises, tables ku ordinateurs kende pi kwong’o.

Oui oui, Laboratoire copo bedo i Mahagi ! Enke école i DJUPIO.

Graphèle

Lim wabi timo campagne mi levée de fonds i Internet : Google, Facebook, emails, réseaux sociaux ; man wabi mobiliser églises ku leta mi Kongo ku mi Ulaya pi konyo wa. Cire, localement, concession unen, fondation bende ku équipe mi gestion complète mi niveau ma malu !

 

I projet, lembe ceke cikire ni bedo i Djupio ! Re phases mi projet bibedo dhupa. Nangu umito primaire 》secondaire 》université 》R&D. Ceke i Djupio !

Mahagi utie ku projet le mubino.

War ku Palara copo kwong’o doublon i Mahagi kuno ke i udi mange, en parallèle kudwa !

Watie 2.500.000 i territoire mwa. Mito awiya maciromo 600.000 unwang’ somo mutie i top mi technology. Cibedo 40 complexes madongodongo mi 15.000 apprenants ku ba complexe. Ceke ci timo campus maromo 130-200 !!!

120-200…

Tic utie le. Lim utie bende. Wabici game ka m’etie i ie.

Wake vut !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Wamito ang’o ?

  1. Développer notre enseignement n’est pas qu’une question de Djupio, chez les ang’al à Mahagi en Ituri. C’est une question qui touche chaque localité, chaque village, chaque quartier de notre territoire.
    Organiser l’enseignement ne doit pas nécessairement attendre Kinshasa. La localité peut travailler un projet qui aboutisse à l’offre d’un enseignement de grande facture que l’État homologue pour cette dernière raison. L’initiative locale est donc déterminante dans la réussite.
    Peu de localités pensent avoir les moyens nécessaires pour faire fonctionner un enseignement complet en leur sein. La réalité est pourtant qu’il y a beaucoup d’argent dans le pays. Nos populations laissent des pilleurs s’en occuper au grand jour, tel en Ituri en ce moment.
    Nous pouvons rapidement reprendre notre envol des années 60 en vérifiant quelques paramètres que sont :
    Le nombre minimum, moyen et maximum d’apprenants par salle, par enseignant ?
    Le rapport apprenants/enseignants.
    L’existence ou pas d’une infirmerie et d’un médecin à l’école.
    Le respect ou pas du programme minimum imposé par l’État dans le secteur ou la filière.
    Le niveau d’instruction, de formation et d’éducation des enseignants.
    La qualité et la modernité de l’infrastructure.
    La prise en charge de toutes les dépenses par la localité et non pas par l’État, par le gouvernement central. L’implication des parents de jeunes apprenants doit être obligation sous peine de sanction pour démission des parents face à leur obligation d’envoyer leurs enfants à l’école pour recevoir une instruction, une formation et une éducation qui complète l’oeuvre des parents en famille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.