Égocentrisme est-il congolais ?

Honorable, C’est depuis la nuit des temps que nous déplorons l’égocentrisme du congolais. Nos tribus, avant l’arrivée des arabes, se sont, par exemple, battus à cause de cet égocentrisme.  Chacune voulaient occuper les terres jugées meilleures, mais occupée par la tribu voisine. D’autres rois s’appropriaient toutes les plus belles filles du royaume.  C’est aussi ce même égocentrisme qui a permis à ces chefs d’antan de nous vendre aux esclavagistes d’abord et aux colonisateurs ensuite. C’est le même vice qui fait qu’aujourd’hui encore nos populations s’élèvent les unes contre les autres et que cela profite à la colonisation, à la dictature et à l’imposture.  C’est le même comportement qui explique que beaucoup d’entre nous veuillent s’éterniser au pouvoir pour servir leurs gentes – patriarchies, clans, tribus, ethnies, alliances, ordres mystiques – au détriment des autres.  Comment stopper cette peste, ce choléra ?  Comment endiguer ce mal ?  Comment arrêter le congolais dans sa fuite en avant ?

Votre analyse, Honorable, dans votre livraison WhatsApp du jour, de ce jeudi 28 avril 2016, portant « égoïsme du congolais », est très limitée, au regard de ce que permet le forum dans lequel nous échangeons : Projet 2014.  En effet, pour aborder la question de l’égoïsme humain profondément, il faut montrer, dénoncer ses causes, ses origines, ses sources…  Il faut également identifier, saisir, comprendre les facteurs qui perpétuent sa pratique dans notre pays.  Il faut enfin, au regard de tout cela, entrevoir des solutions qui s’attaquent aux vraies racines du mal, sans se laisser effrayer par les iniques.  Bien souvent, ces derniers nous subjuguent aussi.  Ils nous poussent à maintenir la vérité captive et nos populations dans l’ignorance des lois spirituelles et prisonnières de l’ignominie.

Vouloir traiter l’égoïsme en considérant que tout homme serait disposé à être altruiste, c’est méconnaître la nature de l’humain, du descendant d’Adam.  Tous les hommes sont naturellement égoïstes.  Leurs cœurs sont tout aussi certainement mauvais.  Sans les changer, ces cœurs ne sont pas capables de produire l’altruisme, la générosité, la fraternité, le civisme, la justice et toutes les vertus semblables, auxquels certains d’entre nous aspirent de tout temps, en ignorant qu’il ne soit pas donné de les obtenir, par un simple coup de nos baguettes magiques.

La Bible, à laquelle j’ai appris à croire, est formelle : le jardin d’Éden est la source de tous nos maux.  Là, Adam et Eve pensent, veulent, se décident à devenir comme Dieu.  Ils ne veulent pas, ils refusent de se contenter d’être des hommes, des terriens…  La Bible est autoritaire, très affirmative et incisive sur ce point.  C’est par un seul homme que le péché est entré dans le monde (Romain 5:12), le premier Adam.  Ce n’est pas tout.  Il nous transmet son gène de la rébellion.  Avec lui, l’égoïsme nous habite tous.  L’expérience de tous les jours nous permet de voir combien nous sommes tous, naturellement et ostensiblement, nés et volontairement égoïstes.  Observez les plus jeunes enfants dans la cours de récréation : émerveillez-vous devant leur égocentrisme, leur égoïsme « naturels ».

Il est donc une erreur monumentale que de penser les hommes être, de nature, altruistes, bons, patriotes, bons… Pour devenir comme tel, pour revêtir progressivement le visage de Christ, il faut une œuvre dite de « nouvelle naissance et de sanctification ».  C’est un être qui habite en nous, lorsque nous l’invitons, qui est seul capable d’opérer cette formidable transformation de notre être « surnaturelle », mais toute aussi « réelle » que notre existence.  Il nous sanctifie par la Parole inégalable, de vérité et de Dieu lui-même.  Cette parole qui nous est au départ devenue étrangère, depuis le péché originel, édénique…  Tout cela est écrit depuis la nuit des temps dans des passages tels que Jean 17 :17, 1Thessaloniciens 5 :23, Hébreux 2 :11, etc.  Est-ce là, la seule voie à explorer ?  N’y aurait-il absolument pas « d’autres voies de salut » pour nous ?  Pourquoi ?  Comment le savoir ?

Avec mes 50 ans de vie de foi chrétienne et d’observation active du comportement de l’homme, je peux affirmer, Honorable, que je n’ai jamais rencontré un seul altruiste, un seul patriote congolais, qui ne soit pas chrétien.  C’est à la fois embêtant, triste et instructif de l’apprendre soi-même et de le dire à notre peuple.  Désolé !  Les autres voies, faites vite que de les essayer !  Vous reviendrez alors, non pas à moi, mais à la Parole de Dieu, vous-mêmes, pour dire, pour confesser, pour attester, pour proclamer votre découverte.  Avec Jésus, non pas le gourou, mais bien avec le témoin venu du ciel.  Vous reconnaîtrez que sans la nouvelle naissance, les congolais demeureront égoïstes, ennemis du bien, de la vérité et des fils de la vérité.  Vous attesterez vous aussi que sans la nouvelle naissance, l’insécurité, comprise dans le sens plein du terme, sera notre lot quotidien et que l’ignominie nous poursuivra tant que nous aurons « le cou roide ».  Quelle est l’histoire de l’égoïsme dans notre pays qui nous permettent d’être aussi formels, aussi extrémistes ?

Frères, à cause de l’égoïsme, nos aïeux nous ont vendus aux esclavagistes noirs, arabes, blancs et jaunes.  Sans Christ en eux, plusieurs nous ont trahis auprès des colonisateurs, noirs et blancs.  Ceux-ci sont allés jusqu’à se nourrir de nos chairs, comme si nous étions des gibiers.  C’est aussi à cause de ce même égoïsme qu’aujourd’hui, nous sommes abattus comme des bêtes sauvages, vendus à des fonctionnaires d’organismes internationaux, pour servir à des expériences qui permettront de mieux nous asservir demain !  Quelles sont les conséquences de cette situation ?

Éluder, volontairement, la thèse de la nouvelle naissance, c’est faire montre du plus grand acte d’incivisme.  En effet, comment pouvons-nous mettre de côté un sujet qui nous aurait déjà valu 6 à 12 millions de morts, rien que de 1994 à ce jour ?  Comment pouvons-nous continuer à dormir sur nos lauriers, à boire à nos coupes, à nous marier, à chanter et à danser, avant de nous assurer que la vraie cause de notre égoïsme ne réside pas dans notre paganisme ?  Comment pourrons-nous dire aux congolais que nous les aimons, tant que nous ne saurons pas leur expliquer pourquoi ils sont égoïstes ni comment ils peuvent cesser de l’être ?  Comment pourrons nous contredire la Parole de Dieu sans apporter aux congolais la preuve de sa fausseté et prétendre en même temps être responsables ?  Pourquoi cette nouvelle naissance est-elle si importante ?  Sans congolais nés de nouveau, du feu, de l’eau et d’esprit, n’y aurait-il pas de sécurité possible au Congo ?  N’y a-t-il pas de paix ailleurs sans cette nouvelle naissance ?

L’importance de la nouvelle naissance tient à ce qu’elle soit donner place à l’Esprit du Dieu vivant dans nos cœurs.  C’est ipso facto dire non à l’indifférence face au sort que connaît notre population.  C’est dire ouvertement oui à l’amour total et inconditionnel de ses frères humains.  C’est alors – et alors seulement, que la transformation de notre être tout entier s’opère.  Nous devenons une nouvelle créature et les gens qui ont les yeux ouverts le constatent, le voient, soudainement ou progressivement.  Certains à leur salut, d’autres pour leur perdition.  L’égoïsme commence subséquemment à nous quitter jour pour jour.  L’altruisme prend place. Avec lui, le civisme aussi, qui fait la grandeur d’un peuple.  La compréhension de ce que sont les autres congolais pour nous – des frères, et non des ennemis – commence alors à prendre place.  Notre intelligence se renouvelle.  Notre veille homme nous quitte, nous connaissons la paix et nous l’exhalons autour de nous.  Les congolais reconnaissants peuvent alors confesser que nous sommes le sel de la terre.  La question qui se pose aujourd’hui, dans notre pays, dont 85% sont dits être chrétiens est : où sont les effets de cette nouvelle naissance ?  Avec un président chrétien, un gouvernement, un parlement et une administration presqu’à 100% chrétiens, qu’est-ce qui fait que rien ne marche ?  Qu’est qui explique tant de morts partout, depuis les vœux pieux des lumumbistes, jusqu’aux mascarades des kanambistes ?  À l’Est, dans le reste du pays, dans la diaspora, les congolais sont torturés, violentés, empoisonnés, tués, humiliés…  Où est donc cette nouvelle naissance ?  N’avons-nous pas là la preuve que le christianisme soit de l’opium, pour le peuple congolais ?  Celui-ci n’est-il pas tout entier devenu tout « alléluia et amen » ?  Nos hommes et nos femmes ne passent-ils pas tous par des jeunes à sec de 7 voire-même de 40 jours ?  Nos ménages chrétiens ne commencent-ils pas à battre les records de divorce et de désordre de toute sorte ?  Où sont donc les transformations dont parle notre Bible, nous chrétiens ?

Honorable, le mal congolais est profond.  Le mensonge est grand, flagrant, immonde.  Hypocrisie n’est pas dans le monde politique : elle déborde tant de nos cœurs qu’elle noie l’espace politique congolais.  Avec des présidents chrétiens et qui tuent cruellement, emprisonnent sans remord, empoisonnent et brutalisent tout venant, condamnent arbitrairement ; avec des parlementaires chrétiens qui tolèrent tout cela et n’adopte ni motions de censure ni motions de défiance contre de tels concitoyens, avec un peuple chrétien qui vote et soutien de tels « chefs », mais récuse les hommes droits et patriotes, comment pourrait-il en être autrement ?  Quel est donc le travail à faire, Honorable ?  Savons-nous changer nos cœurs souillés, nous congolais ?  Pourquoi n’y arrivons-nous pas ?

Nous agissons en fonction de nos convictions, dans nos vies de tous les jours.  La nôtre est que tous, nous sommes encore bien loin de connaître les voies insondables de Dieu, que nous ne confessons que des lèvres.  Seule une compassion de Dieu ou un changement dans nos options politiques peuvent participer au changement de notre sort en 2016.  Autrement, c’est d’une conversion des « chrétiens congolais » que nous devons nous occuper d’abord.  Il y a là, Honorable, un vrai travail d’évangélisation à abattre.  Non pas de ces orgies où nous scandons des alléluias et des amen, sur les places publiques, mais des vies, des pensées, des propos et des comportements qui traduisent notre soumission bienfaisante au seul Dieu d’amour. Il ne s’agit ni de rencontres qui enlèvent au christianisme toute sa valeur, ni de ces prières incessantes et inopérantes, qui ne produisent qu’empoisonnements, divorces, querelles entre nous, chrétiens congolais, pertes de raison et d’intelligence.  Il s’agit plutôt de se mettre à l’écoute et au service dans la soumission à notre maître et Seigneur, Jésus, à la gloire et non à la honte de notre Père commun.  Et s’il ne peut en être ainsi, que devrions-nous faire ?

S’il ne peut en être ainsi, alors, il nous faut nous rendre compte d’une chose : vanité, tout est vanité sur cette terre.  Mourrons !  Essayons nos dieux, nos gourous, nos vedettes, nos idoles.  Pourquoi pas ?  Nous reviendrons alors à Dieu vrai ayant goûté au mal que produit l’iniquité.

Parce que, ni le lumumbisme, ni le mobutisme, ni le kabilisme, ni le kanambisme – et comme nous le pressentons déjà – ni la prochaine idéologie politique ne nous apporteront la paix et la prospérité du plus grand nombre qui nous font cruellement défaut.

Parce que, pendant que le torchon brûle, plutôt que de se mettre au travail, nos politiques font des navettes, non pas auprès du peuple, mais auprès des leurs maîtres, pour savoir, comment, par la force, se maintenir au pouvoir ou s’accaparer de celui-ci.

Pendant ce temps, nos populations laissent faire.  Honorable, qu’en peut-il sortir de bon, tant que la paresse, l’opportunisme et l’égoïsme demeureront les maîtres mots ?

 

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s