Occuper les terres congolaises ?

Plusieurs sont aujourd’hui les peuples qui, sur quasiment toutes nos frontières, mais aussi à l’intérieur du pays, et ce, jusqu’à la capitale, Kinshasa, essaient d’occuper nos terres, dans la violation totale des droits des congolais.  Il faut avouer que nous y sommes pour beaucoup ; et, cela est bien regrettable.  Certains, achètent nos terres avec des fortunes accumulées sur le dos de nos compatriotes mal payés.  Leur besogne est facilité par l’imposture dans laquelle nous vivons et qui met nos populations en position de faiblesse face à ces rapaces, à ces bandits, économiques.  Ils se disent que quand les congolais se lèveront de leur sommeil ce sera trop tard.  Cette erreur est grossière de la part de ces personnes, tant physiques que morales.

Elle dénote une méconnaissance de la gente congolaise.  Demain ne sera pas comme aujourd’hui.  Plusieurs regretteront de s’être investis, frauduleusement, inopportunément,  dans l’exploitation des terres qui ne leur appartiennent pas, espérant les garder pour de bon.  Pourtant, des congolais veillent !  L’APARECO parle de « l’œil du patriote »…  Elle n’est pas une chimère, mais une réalité.  Il est des congolais qui prennent des notes, qui constituent des bases de données.  Bientôt (20 à 30 ans sont possibles), elles permettront de confondre les roublards, les malicieux.  Parmi les infortunés se trouveront, hélas, quelques congolais : des traîtres, des collabos et mêmes, des irresponsables-mêmes.

Tous les congolais se préparent à réoccuper les terres de leurs aïeux.  Ils surveillent de près ceux qui les déciment et ceux qui pillent.  Ceux qui les massacrent pour essayer de faire disparaître des leurs villages, leurs villes, sont connus.  Comme dans la machine à remontre le temps, la redécouverte de leurs forfaits fera grincer beaucoup de dents.  Les soutiens deviendront brusquement rares…  Certains amis les fuiront, comme cela l’est des hommes non-régénérés.

Plutôt que de lorgner vers la RDC, ces peuples auraient tout intérêt à appeler les congolais à l’aide.  Appeler à l’aide pour disqualifier les dictateurs qui s’occupent à les induisent en erreur. Ces derniers, sachant qu’ils seront partis demain, d’une manière tragique ou « tranquille », ne se préoccupent pas de leur progéniture.  Et les fils passifs aujourd’hui, regretteront de n’avoir pas arrêter leurs pères dans leurs folies.  La situation qui prévaut chez nos voisins, prévaut aussi à l’intérieur du Congo.  Plusieurs, dans notre pays, en effet, sacrifient l’avenir de leurs enfants, qu’ils endettent trop lourdement.  Considérons quelques exemples.

Les molelistes ont tué beaucoup de congolais et d’étrangers sur notre territoire dans les guerres des années 60.  Aucun procès ne leur encore été intenté.  Parce que, celui qui prit le pouvoir en 1965 n’avait pas intérêt à le faire.  Plusieurs familles aujourd’hui sont en droit d’exiger que droit soit dit, que justice soit faite.

Les mobutistes, les kabilistes (ld-kabilistes) et les kanambistes ont tué et tuent encore.  Ils se consacre à cette pratique dans le mépris total de l’humanité, du droit, de la justice, de nos cultures congolaises.  L’impunité, favorisée par notre tolérance du mal, favorise ces comportements, ce que certains kinois ont baptisé « esprit de mort ».

Des congolais existent qui savent de quel côté les choses et de quelle manière celles pourraient être débloquées.  L’imposture et la terreur qu’elle impose dans le pays, retient le souffle de toute le monde.  Dans que le pays sera sous occupation, sous domination étrangère, il nous sera difficile de dire le droit, de rendre justice.  Notre premier devoir doit donc, forcément et logiquement, être celui de la libération de notre pays du joug de l’esclavage, de la colonisation et de l’imposture.

En effet, il nous sera impossible de prétendre être soucieux de la paix tant que nous ne nous efforcerons pas à restituer chacun dans ces droits les plus élémentaires : le droit à la vie, le droit à la possession du droit de son travail, le droit à l’expression de sa penser, etc.

Quant à ceux qui, depuis la nuit des temps, ce sont mis à lâchement dépecer les terres des peuples du Congo, qui profitent de leur ascendance militaire, il faut s’attendre que bientôt, ils prennent quelques décennies à nouer des relations utiles avec les peuples de la RDC.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s