Sommes-nous prêts ?

Lorsque nous invitons à Bruxelles nos compatriotes à venir apprendre pour ne pas souffrir les conséquences de l’ignorance, nos compatriotes préfèrent se saouler ou se droguer spirituellement dans leurs églises dite du réveil.

Voici un exposé, plus ou moins technique, mais qui en dit long sur l’incompétence du régime, du gouvernement et du parlement qui trônent à Kinshasa.  Ce qu’il est important de retenir, c’est la capacité du régime d’investir autant dans des outils qui ne servent en rien la cause de la paix ni du développement.  C’est bien du contraire qu’il s’agit : diviser les congolais, les appauvrir sur tous les plans.

La balle est donc dans notre camp.  Comment nous en sortirons-nous sans nous mettre au travail ?  Comment nous mettrons-nous au travail dans un projet qui ne ressemble pas au Projet 2014 ?

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

http://desc-wondo.org/a-linstar-de-la-nsa-kabila-deploie-ses-oreilles-electroniques-en-rdc-par-le-dispositif-random-desc/

Kabila, inspiré par la NSA, installe un dispositif d’interception des SMS et d’écoutes via le système Random. Une source militaire proche du Colonel Alexis Mutombo – Directeur des transmissions de la présidence de la république et de la Garde républicaine[16], connu sous le nom de code mobile one, a signalé à DESC la mise en place d’un dispositif d’interception des SMS et d’écoutes téléphoniques qu’installe la GR en collaboration avec une firme de sécurité privée juive. Il semble que ce soit encore la firme BTS[17] (Beni Tal Security) qui serait choisi pour mener cette action. La même firme qui a livré en 2014 250 véhicules blindés PVP[18] de marque Plasan Sand Cat, un véhicule blindé à blindage composite de fabrication israélienne, dont une centaine est entreposée à Kibomango à Kinshasa et le reste à Kimbembe, au camp de la Garde républicaine à Lubumbashi. Ce sont des véhicules utilisés contre les Palestiniens dans les territoires occupés. C’est comme si la GR se préparait à des actions de guérilla urbaine au Katanga et à Kinshasa. Il s’agit là des indices qui tendent à montrer une fois de plus l’immixtion de cette unité d’élite dans les missions de police. Or, il est admis par tous que lorsque la Garde républicaine est déployée sur le terrain, ce n’est ni pour assurer le maintien de l’ordre, mais bien réprimer dans le sang citoyens congolais. Les répressions brutales des militants politiques anti-Kabila le 26 décembre 2011 le long du boulevard Lumumba à Kinshasa, le massacre des adeptes du prophète Mukungubila le 31 décembre 2013 à Kinshasa, au Maniema et à Katanga ainsi que le carnage des manifestants anti projet de loi électorale en janvier 2015 en attestent.

http://desc-wondo.org/a-linstar-de-la-nsa-kabila-deploie-ses-oreilles-electroniques-en-rdc-par-le-dispositif-random-desc/#sthash.y07oojKM.dpuf

Faute de soutiens diplomatique et difficile d’infiltrer les chancelleries occidentales comme en 2011, Kabila installe un dispositif d’interception des SMS et d’écoutes téléphoniques. Ce dispositif d’enregistrement du trafic des télécommunications est connu sous le nom de RANDOM. Il s’agit des dispositifs appelés GTRes (Système d’enregistrement du trafic GSM) et AGIS51 .

Le GTRes est un système multi-bande qui capte et enregistre des centaines d’heures de trafic dans la fenêtre entre les systèmes de transmission de base GSM ( BTS ) et les stations de base de téléphonie mobile d’un fournisseur de réseau – et à partir de plusieurs réseaux simultanément. Conçu comme une unité autonome, le GTRes fonctionne en utilisant à distance des antennes directionnelles, et est modulaire, de sorte que sa capacité peut être facilement augmentée. En fonctionnement, le GTRes intercepte voix, SMS et double tonalité multifréquence ( DTMF ). Le signal d’un périphérique mobile envoie automatiquement à son transporteur à chaque fois qu’un utilisateur appuie une touche sur le clavier – à peu près similaire à ce qui est connu aux Etats-Unis comme «toucher ton. » Ainsi , le GTRes commence à travailler dès que la cible commence à appeler ou envoyer des SMS.

Le décryptage et le déchiffrement des données interceptées se font automatiquement dans les réseaux GSM – A5/1 et A5/2. Une autre capacité du système AGIS51 est l’interception entièrement passive des GSM en temps réel. Avec 16 récepteurs à bord (8 pour l’avant, 8 pour les canaux arrière , l’AGIS51 peut intercepter 8 canaux duplex à la fois, et le même nombre de systèmes de transmission de base. L’ AGIS51 fonctionne en mode ciblé en plus aléatoire . Sinon, l’appareil est un peu comme les GTRes , et intercepte les voix, les SMS et la DTMF.

Ce dispositif – constitué des antennes installées par les services du colonel Alexis Mutombo – est mis en place dans une aire géographique bien déterminée, pour surveiller certaines personnalités bien ciblées. Pour Kinshasa, il s’agit du quartier administratif et du quartier des ambassades à Gombe, la MONUSCO, les ambassades des Etats-Unis, de la France et de la Belgique étant les premières ciblées. Les résidences des ambassadeurs et de certaines personnalités politiques de l’opposition, de la société civile et celles de la majorité présidentielle soupçonnées par le régime d’être peu loyales au chef, situées à Kinshasa (Gombe et Ngaliema principalement), au Katanga, et au Nord-Kivu (Goma) sont également visées. Certains périmètres précis de la capitale et de la ville de Lubumbashi ainsi que les sièges de certaines institutions internationales seraient surveillées par cette pratique inspirée la NSA américaine.

Si le dispositif semble impressionnant à première vue, DESC doute de son efficacité. En effet, en matière de renseignement, l’écoute téléphonique reste une des méthodes les plus couteuses et les plus complèxes à décrypter, du point de vue de l’analyse stratégique de l’information.

Pas de panique, ce dispositif n’est pas aussi performant faute de ressources humaines

Enregistrer un flux de dizaines de milliers de communications est une chose mais les analyser exige des moyens humains très importants à même de les décrypter, les interpréter, les analyser et leur soumettre les procédures ad hoc du cycle de renseignement. Pendant que les quelques techniciens (moins d’une dizaine) de la GR sont occupés à les analyser, d’autres informations interceptées ou enregistrées s’accumulent en file d’attente. Au final, l’entreprise devient inefficace et en terme générale, peu de 1% des communications interceptées sont correctement traitées. En plus, pour le cas de la RDC, il manque du personnel compétent, techniquement, et même des analystes qualifiés pour opérer un traitement adéquat des informations récoltées. Autant le régime dépense son argent pour rien en payant des hackers cyber-mercenaires pour tenter en vain de s’introduire dans notre serveur (toutes les deux minutes depuis le 9 juillet jusqu’à ce jour, pour détruire notre base de données), tels que les rapports de sécurisation de DESC nous le montrent. De même il sera quasi impossible aux hommes de Jean-Claude Yav d’exploiter avec efficacité ce dispositif Random, très onéreux.

Sachant que les Américains et les juifs ont toujours travaillé dans la mutualisation des stratégies dans le domaine militaire et géostratégique, il est fort à parier que le travail effectué par les mercenaires juifs au profit de Kabila soit parfaitement connu par les Etats-Unis et que nous serions juste en face d’une arnaque financière. Les juifs et les Américains, ne peuvent pas travailler simultanément pour et contre leurs objectifs commun au travers d’une même personne. Parlant des juifs (officiels), nous avons plus d’indications précises – sur base de nos sources israéliennes actives dans le dossier RDC – sur la personne qu’ils comptent soutenir à l’échéance du mandat de Kabila.

Chers frères d’armes des renseignements militaires attachés à la Présidence de la RDC, payez correctement les militaires clochardisées des FARDC, au lieu de jeter l’argent du contribuable congolais par la fenêtre dans des pratiques d’outre-siècle, qui n’empêcheront pas la chute régime de Kabila en décembre 2016, voire avant. Le ver est déjà dans le fruit. Vous le savez mieux que moi et il le sait lui-même tout autant…

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.