Boga et Tchabi : Banyabwisha…


Tel que reçu

[22:58, 6/13/2021] Territoire d’Irumu: l’implication des Hutu dits “Banyabwisha” dans les tueries de Boga et Tchabi confirmée par l’armée.

L’armée congolaise a mis au clair l’implication des Banyabwisha, ces populations Hutu d’expression Kinyarwanda, dans les dernières attaques sur les localités de Boga et Tchabi dans le sud du territoire d’Irumu en Ituri.

Dans une communication faite à la presse ce dimanche 13 juin 2021 à Bunia, le porte-parole des FARDC dans cette province a confirmé la rédition de 5 parmi eux, munis de 5 armes de type AK-47.

“ Suite à l’intensification de la pression militaire exercée sur les ADF et leurs alliés, nous avons enregistré 5 réditions des sujets Banyabwisha munis de 5 armes ” à dit le Lieutenant Jules Ngongo dans des propos recueillis par @buniaactualite.

Les 5 détenus sont déjà transférés à l’état-major du secteur opérationnel FARDC à Bunia, a indiqué la même source.

Cette révélation de l’armée vient conforter la thèse déjà avancée par la communauté Nyali de Tchabi, principale victime des tueries, qui dans un communiqué, avait déjà pointé du doigt des “ personnes d’expression Kinyarwanda ” comme auteurs des attaques ayant conduit à la mort de plus d’une centaine de civils.

Pourtant, dans un élément sonore qui a circulé sur les réseaux sociaux, la communauté des Hutu congolais, a démenti toute implication de ces migrants installés dans le sud Irumu, prétendument à la recherche des terres arables, dans les violences en cours, s’en prenant même à un député national élu de la contrée qui avait soutenu du haut de l’hémicycle de l’assemblée nationale, l’alliance entre les ADF et les Banyabwisha pour exterminer les populations autochtones de Tchabi, Boga et Mitego.

La Rédaction/buniaactualite
[22:58, 13/6/2021] Ces gens, depuis leur arrivée et installation dans cette partie du Territoire d’Irumu, les voix se levaient pour savoir qui sont ils exactement ? Le Gouverneur Abdallah avait écrit aux chefs des différentes pour interdire leur enrôlement par la CENI, mais, certains des politiciens Ituriens avaient réagi comme cette prise de position de l’autorité Provinciale, en disant que, ce sont des Congolais et ont droit de se faire enrôler. Ensuite, le Gouverneur JBS à son temps, à eu à créer une commission spéciale pour identifier ce peuple appelé Banyabwisha mais en mouvements massifs en Ituri, précisément installé dans la région couvrant les Chefferies des Bahema Boga et des Banyali tchabi. Personnellement nous n’avons d’information sur le résultat de travail de ladite commission. Si quelqu’un en a eu l’écho, il peut éclairer l’opinion à ce sujet.
Une question était posée à son temps par un Iturien, celle de savoir, « si les Autorités politiques et Administratives de ce pays, Députés Nationaux et Sénateurs, Gouverneur de la province de l’Ituri peuvent chercher à connaître les causes réelles de ces moments masse des populations Bwuisha vers l’Ituri depuis un certain temps, et de connaître si réellement il existe parmi les 450 groupes ethniques de la RDC, un groupe identifié au nom de Banyabwisha dont l’origine de localise dans quelle province et dans quel Territoire de ce pays, pour en avoir le coeur net.? ». Certains se souviendraient que, lors du rencontre de caucus des parlementaires de l’Ituri, il a été clairement déclaré ce qui suit : – ces gens, aussitôt installés dans cette partie de l’Ituri, réclamaient la création d’un groupement propre eux, or, dans notre pays, est appelé Groupement, une entité coutumière, composée des villages/localités au niveau de la base qui a son espace géographique et la population originaire du milieu. La question serait de savoir, si en formulant cette demande, ils avaient déjà créé sur cet espace leurs villages ? Si oui, sur quel espace où Territoire ? Puisqu’ils n’y sont pas originaires ? Ensuite, il s’était aussi dit autour de la même question, que, après avoir été informées de l’arrivée massive d’une catégorie des gens dans cette région, les humanitaires s’étaient déployés sur les lieux pour évaluer la situation enfin de planifier les assistances à leur apporter. En réponse de la part de ces gens était qu’on ne pouvait pas les identifier, car, ils n’avaient besoins de rien. Que devrait signifier cela ? Enfin, par la bouche officielle, dans ce même caucus des parlementaires de l’Ituri, il était entendu que ces gens, dans leur vie quotidienne, chaque jour, de 3h à 5h du matin, ils étaient dans les exercices militaires, avec morceaux de bois comme armes. Et que de 5h à 7h, ils rentraient chacun dans sa maison pour prendre du café, donc à manger, de 7h à 12h, tout le monde était aux travaux champêtres, de 12h à 14h, ils étaient dans leurs maisons et de 14h à 18h ils étaient aux travaux divers exécutés collectivement, soit dans les champs, soit dans les marchés, soit dans leurs camps/villages etc. Et encore, ils se sont créés leurs propres Églises et Écoles où les adeptes et élèves prient et apprennent dans leur langue (kinyarwanda). Dans une des publications sur les réseaux sociaux, quelqu’un avait oublié un article selon lequel, que, ces gens, avant de faire mouvement vers l’Ituri, passent par la formation militaire dans des centres de formation Militaires situés dans l’espace de la province du Nord Kivu. D’autres informations faisaient état de la complicité même des autorités Politico administratives du Nord Kivu, qui leur délivraient des documents de voyage telle que des feuilles de route du Nord Kivu vers l’Ituri etc. Lors du même caucus, il était aussi signalé que quelques vaches, identifiées grâce au mariage, dans les troupeaux se trouvant dans l’espace occupé par ces gens, comme celles du Territoire de Djugu, alors que, ce caucus à eu lieu quelques jours après l’opération Zaruba de Djugu plus précisément sur Wago etc. L’ensemble des réponses et réflexion à ces questions et sujets peuvent rafraîchir la mémoire pour tirer au clair une ou des conclusions concernant ces toutes ces préoccupations déjà soulevées à son temps, mais, sans résultats. Et voilà les conséquences sur la population et sur la province de l’Ituri toute entière.

Publié par Graphèle Paluku Atoka Uwekomu

Développement personnel holistique ; développement communautaire, national et planétaire démocratique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :