Pilleurs, congolais

D’un contact WhatsApp

YUMA BRULE CINQ MILLIONS DE DOLLARS EN UNE SOIREE

Avez-vous besoin d’une chambre à l’hôtel Pullman de Kinshasa ce weekend ? Désolé, toutes les chambres sont occupées. Des chambres réservées par Albert Yuma pour loger les invités au mariage de la princesse Pricillia Yuma. L’hôtel a même demandé à certains clients qui voulaient prolonger leur séjour de libérer leurs chambres par ce que Yuma avait déjà occupé toutes les disponibilités sur la semaine. Des chambres ont été prises aussi à Kimpesky Fleuve Congo Hôtel pour recevoir les invités qui sont venus des cinq continents. La piscine sous location est inaccessible aux clients de l’hôtel Pullman pour toute la semaine parce que l’espace doit être aménagé pour la circonstance. Tous les salons pris également en location et réfectionnés jusqu’aux moquettes aux goûts et aux frais du super client. Pour cela, deux containers d’accessoires de décoration et de matériels sont arrivés d’Afrique du Sud avec quarante techniciens Sud-africains pour installation.

LE MARIAGE DU SIECLE

Près d’un million et demi de dollars américains rien que pour l’hébergement et les commodités des invités, sans compter les billets d’avion, la collation des prestataires, etc. Un jet privé pour amener Me Gims à Kinshasa, en dehors de son cachet estimé à plus de 100.000$. Deux autres orchestres européens sont également conviés pour agrémenter la soirée sans compter des orchestres de Kinshasa. Albert Yuma a voulu ainsi offrir à sa fille le mariage du siècle en RDC. Ça s’appelle de l’amour paternel, lorsqu’on est riche. Il est vrai que Yuma est riche et compte parmi les hommes les plus fortunés du pays.

L’ARGENT DE L’ETAT

Si l’hôtel Pullman peut se frotter les mains pour avoir réalisé les chiffres d’affaires d’un mois en une semaine, il y a lieu de s’interroger sur les sources de cet argent qu’on peut dépenser sans calcul. On sait que Albert Yuma est un homme d’affaires qui a des actions dans plusieurs entreprises, mais cela ne justifie pas une telle fortune qui peut pousser à des folles dépenses comme celles-là.
Sous d’autres cieux, la justice aurait ouvert une enquête pour connaitre les sources d’un tel enrichissement. Mais les magistrats et les responsables de la police qui sont parmi les invités à ce mariage et ne seront frappés que par la réussite d’une telle soirée extraordinaire qui ne manquera pas de les faire rêver d’ailleurs.

SOUPCON DE CORRUPTION

Pourtant Albert Yuma fait partie des personnalités congolaises dont la nomination a été contestée par le département d’Etat américain à cause d’une gestion peu orthodoxe. Mais les souverainistes congolais sont montés au créneau pour dénoncer cette ‘’ingérence des Américains’’ qui sont jaloux par ce que c’est Yuma qui a défendu le nouveau code minier et par conséquent, il est à même de défendre les intérêts congolais. Joseph Kabila tenait coute que coute à voir Yuma à la tête du gouvernement. Ce bras de fer a fait perdre au pays plus de trois mois jusqu’à ce que Kabila propose un autre nom. Yuma aurait été Premier Ministre aujourd’hui, n’eut été les américains.

CONFLIT D’INTERET

Albert Yuma est Président de la Fédération des Entreprises du Congo depuis 2005. Mais il est en même temps Président du conseil d’administration de la Gécamines depuis 2010. Lorsque les membres de la FEC qui évoluent dans le secteur des mines doivent négocier avec l’Etat congolais, c’est-à-dire avec la Gécamines qui est leur partenaire principal, Yuma devient juge et partie. Il représente en même temps les intérêts de ses sociétaires de la FEC auprès de l’Etat congolais dont il est en même temps mandataire. Et cette situation a perduré jusqu’aujourd’hui, sans que cela ne gêne ni les membres de la FEC, ni l’Etat congolais. Une situation atypique à laquelle tout le monde s’est accommodé.

CUMUL DE FONCTIONS
Jusqu’à la signature de la dernière ordonnance contestée nommant les mandataires au sein de la Gécamines et la SNCC, Albert Yuma était à la fois Président du Conseil d’Administration de la Gécamines et en même temps Administrateur Délégué Général. Il l’est toujours par ce que, contre tout principe de droit, l’ordonnance présidentielle qui pouvait réduire tant soit peu son pouvoir au sein de la Gécamines est bloquée par la ministre des portefeuilles. Donc Yuma trône toujours seul sur l’empire Gécamines, en plus d’être président de la FEC. Il cumule également le poste de directeur de la Banque Centrale du Congo où il est président du comité d’audit. Il préside également le conseil d’administration de Texico, une société qui produit les uniformes de l’armée et de la police. Autant de pouvoir et d’argent de l’Etat entre les mains d’une seule personne, sans mécanisme de contrôle. Mais pourquoi Joseph Kabila qui ne manque pas des cadres tient-il tant à Albert Yuma ? Pourquoi Yuma doit diriger seul la plus grande entreprise de l’Etat? Pourquoi il n y a que Yuma qui doit être Premier Ministre ?

UNE PIECE DU PUZZLE
Albert YUMA fait partie du quarto qui a dépiécé la Gécamines. Il s’agit de Joseph Kabila, Katumba Mwanke, Moïse Katumbi et Albert Yuma. Les deux derniers étant désormais absents, Yuma est le seul à garantir les intérêts économiques de Kabila.

Alors que Mobutu s’était battu pour arracher aux belges l’Union Minière du Haut Katanga, une entreprise privée, pour la nationaliser et en faire le fleuron de l’économie congolaise, un groupe des katangais a décidé de privatiser en leur compte l’essentiel du patrimoine de la Gécamines pour créer des entreprises privées où ils sont actionnaires, au nom d’un programme de joint-venture avec des partenaires étrangers. Comme des charognards, ils ont procédé au pillage systématique des propriétés de l’entreprise qui faisait la fierté du Katanga et le bonheur Congo tout entier. Pire encore, après avoir privatisé l’essentiel, ils placent Yuma pour veiller à leurs intérêts sur le lopin de terre qui reste encore à la Gécamines. Et pour mieux s’assurer que tout se passe bien, Yuma doit négocier seul les permis d’exploitation avec les autres miniers sans aucune supervision des institutions de l’Etat.
Selon les contrats que les enquêteurs américains ont pu étudier, seulement 5 % des dividendes sont reversés au trésor national en termes des taxes. C’est ce qui a justifié la méfiance du département d’Etat américain sur la candidature de Yuma à la primature. Matata Mponyo comme Premier Ministre à l’époque, avait toujours déploré la gestion opaque de la Gécamines par Albert Yuma.

LA GECAMINES N’APPORTE RIEN
Albert Yuma a lui-même reconnu que ‘’Quand la Gécamines était le seul producteur du cuivre, elle produisait près de 500 000 tonnes par an et représentait 60 à 70% des revenus de l’Etat. Aujourd’hui, avec le code minier de 2002, on a cédé nos mines et on a produit plus de 1 millions de tonnes. Et ces entreprises internationales ne contribuent même pas à 20% du PIB de l’Etat congolais’’.
C’est cette manne qui avait permis à Mobutu de construire le barrage d’Inga, la sidérurgie de Maluku, la CCIZ devenu Hôtel Kimpeski, l’échangeur de Limete, etc. Aujourd’hui, la RDC produit plus d’un million de tonnes de cuivre par an et le commun des congolais ne bénéficie aucunement des dividendes de cette surproduction de cuivre. La population ne ressent aucunement les retombées de cette manne cuprifère. Tout l’argent est partagé entre les entreprises étrangères privées et le quarto congolais.

LA SNCC AUSSI A GENOU
Non seulement qu’ils ont choisi de s’arracher comme des vautours la Gécamines, la poule aux œufs d’or ; mais ils ont décidé aussi de mettre à genou la SNCC, entreprise de transport des minerais. Ils ont préféré créer leurs entreprises privées pour transporter les minerais par véhicules. Ils ont oublié la fameuse phrase de Stanley : ‘’sans chemin de fer, la Congo ne vaut pas un penny’’. Pourtant, la SNCC ne servait pas seulement à transporter les minerais, mais permettait aussi à la population de la région de se déplacer et de faire le petit commerce. Ils ont tué la poule et ont écrasé même les œufs. Etonnant qu’une telle décision viennent des katangais.

LE REVE CONGOLAIS
Le Congo, c’est comme les Etats Unis où on peut débarquer avec une petite valise et le lendemain, on devient milliardaire. A la différence que là où le rêve américain passe par la valorisation de ses talents et les affaires, le rêve congolais passe par la politique car les affaires sont faites sur le dos de l’Etat. On peut être rien la veille et devenir multimillionnaire au lendemain, sans que ni la justice, ni l’opinion ne s’en émeuve. Au contraire, ceux qui crient à l’enrichissement sans cause sont des jaloux.
Dans un pays où le dernier des fonctionnaires n’a même pas 100$, où les travailleurs de la Gécamines et de la SNCC sont sous-payés avec plusieurs mois d’arriérés de salaire, où les fonctionnaires stressent déjà à l’idée de la rentrée scolaire à peine que l’année vient de se terminer, un mandataire public peut bruler au vu et au su de tout le monde cinq millions de dollars en une soirée, sans que ce soit un problème pour l’opinion et la justice. Au contraire, les absents à cette soirée regrettent de n’avoir pas été invités car c’est toute la jetset kinoise qui y est conviée. Si vous n’y êtes pas, ce que vous ne comptez pas pour la Kabilie.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.