Dépossédés, acculturés…

Nos peuples, nos populations construisent des villes, des cités, des localités, dans des esclavagismes, des colonisations, des dictatures sans non, abjectes. L’État s’en accapare, les pille pour enrichir des seigneurs, des bandits politiques ; les spolie, les abandonne à leurs tristes sorts après les avoir vampirisées.

Pour mettre fin à cet esclavagisme, ce néocolonialisme, congolais, il nous faut exiger, travailler, dans l’unité et l’humanisme pour :

  1. La codification, l’application et le respect des seuls droits coutumiers locaux sur toute l’étendue du pays.
  2. La simplification progressive de la division territoriale : pays, royaumes ou empires, ethnies, tribus, clans, patriarchies, familles.
  3. Le renforcement de l’armée qui devra utiliser les langues d’unité des congolais (français, anglais ou portugais) et les langues locales (vernacualaires ou tribales).

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.