Hutu : dans la nuit !

Des citoyennes et citoyens Hutu interceptés cette nuit de vendredi, le 25 mai 2018, dans la ville de BUTEMBO au cours de leur migration nocturne vers BENI et IRUMU. L’ordre venu de la hiérarchie oblige les autorités locales de les accompagner par véhicule de la PNC jusqu’à TSHABI/BOGA en territoire d’IRUMU, la future préfecture rwandaise dans notre pays à l’instar d’une partie du territoire de MASISI où la langue de l’enseignement est uniquement le KINYARWANDA et où tout enfant est initié à manier un fusil. D’autres hutu viennent du Rwanda par l’Ouganda pour atteindre IRUMU. Une partie de notre territoire national est train de cesser d’appartenir à la nation congolaise ; conformement aux propos du 16 Avril 2018 ? Ne diriger un peuple souverain qu’au profit d’une tribu torpilleuse : quelle facilitation ?


Force est donc de constater que le congolais cède aux caprices de Kabila et ses mentors : par peur, par ignorance. Ces derniers, quant à eux, dans leur soif de la domination et du sang innocent, sont sûrs de n’avoir rien à craindre ni à se repprocher en occupant la RDC et en subjuguant les congolais. Ce faux pays est effet divisé par sa multiculturalité, que l’ABAKO et le MNC n’ont pas su maîtriser, manager.

Organisés en République, les congolais vivent sous les caprices d’une imposture commencée en 1965. Cette occupation, cette domination, nous sommes incapables de nous en défaire, sans nous repentir de notre idolâtrie. Tant que nos peuples accepterons la domination étrangère sur leurs territoires, par peur de la mort, le régime de Kinshasa aura sa paix.

Puis , viendra le jour où les peuples du Congo revendiqueront leurs terres. Les hutu se souviendront alors d’avoir aussi la leur. Les tutsi connaîtrons de leur côté, par la main puissante du Dieu vivant et vrai, que ce Dieu n’est pas du côté des fourbes, mais des justes, contrairement à ce qu’ils clament aujourd’hui. C’est aussi en ces temps-là que les tutsi se tourneront vers leurs vrais frères qu’ils s’évertuent d’ignorer aujourd’hui !

Très probablement, surviendra alors, dans une soixantaine d’années, la disparition du peuple tutsi ; non pas par occupation ni génocide, mais bien par une absroption qu’elle refuse mal aujourd’hui. C’est alors que de nous, le peuple congolais, se souviendra, en sortant de la cendre et de la poussière. Bantou et nilotique reconnaîtrons alors que sans cette bienfaisante union des états indépendants du Congo, la paix et la prospérité soit impossible.

Du sein du Père, je ma soulagerai d’avoir averti…

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s