Décrispation impossible.

Logiquement, on ne peut gérer un pays avec des décrispations. C’est de la paix et de l’enrichissement que nous avons besoin. Les bandits politiques de Kinshasa vont faire avaler à l’esclave congolais que nous sommes, la pilule plus qu’amère d’une prochaine cure…

On ne peut pas prétendre à la décrispation tant qu’on passe son temps à négocier avec un illégal. Nous devrions parler d’un suspense. Au bout de ce suspense : c’est la désolation ou le soulagement qui nous attend.
Les chrétiens congolais, catholiques en premier, sont un gros problème pour notre pays, avec leurs superstitions. Le CLC devrait rentrer accomplir sa mission dans l’église et ne pas passer son temps hors de la bergerie avec les loups. La conséquence dehors serait L »arrestation, depuis 2001, de l’imposteur JKK.
Puisqu’à ce stade-ci, aucune élection crédible et paisible n’est possible. Le CLC ne doit pas avoir honte d’avouer son incapacité congénitale à aider les congolais à aller en direction de la paix. Il en edt de même des filles de la Grande Prostituée dont les oeuvres sont comparables à celles de leur mère.
Katumbi lui-même sait et dit que Kabila soit un homme infréquentable. En même temps, il crois pouvoir se faire élire sous ce même imposteur qui fomente des troubles à Bunia, comme ailleurs. Comment, cet ennemi du peuple congolais sera-t-il capable de s’investir dans un acte qui soulage les congolais qu’il doit absolument asservir pour vivre ?

Pour montrer que l’on se moque de nous, voici ce que nous pouvons lire sur la question.


Le CLC rappelle son ultimatum du 30 avril et l’urgence d’appliquer les mesures de décrispation.

Alors que le débat sur la double nationalité de Moïse Katumbi prend son ascenseur et l’affaire de mercenaires refait surface, le Comité laïc de coordination vient taper du point sur la table pour remettre les uns et les autres dans l’esprit et la lettre de l’accord de la Saint-Sylvestre qui exige l’abandon des poursuites judiciaires contre les opposants et le retour en RDC des politiciens en exile comme mesure décrispation devant favoriser la tenue des élections apaisées et crédibles le 23 décembre 2018.

 »Le CLC continue de suivre avec attention jusqu’au 30 avril 2018, le débat sur l’urgence et l’impérieuse nécessité de la mise en application des mesures de décrispation politique conformément à sa lettre au Secrétaire général des Nations-Unies du 10 mars », indique le communiqué du CLC datant du 24 mars.

 »Et d’interpeller toutes les parties prenantes à la crise actuelle qui secoue la RDC, sur d’urgence d’aboutir avant le 30 avril à l’assainissement total de l’environnement préélectoral, de manière à garantir l’égalité de chances à tous les candidats potentiels dans les compétitions électorales à venir ».

Allusion faite ici à Moïse Katumbi qui risque d’être exclut du processus électoral.

Le 10 mars, le CLC a adressé une correspondance au secrétaire général de l’ONU lui signifiant qu’il suspendait ses actions de terrain jusqu’au 30 avril 2018, en attendant qu’Antonio Guterres obtienne du pouvoir de Kinshasa l’application intégrale de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Source : WhatsApp


A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s