Qu’ils se découragent !

RL

Lorsque nous serons au pouvoir c’est bien dit mais, il faut encore nous dire comment vous allez y arriver.

  1. Tout le monde sera au travail-obligatoirement.

C’est beau à dire mais pour mettre les gens au travail il faut déjà savoir le créer.

  1. Tout travailleur aura un salaire supérieur au minimum vital – obligatoirement

Mon frère, il est évident que tout travailleur doit avoir un salaire. Cependant, il reste de nous dire comment le garantir.

  1. La tension salariale sera inférieure à 5 – obligatoirement

Bravo pour tous ceux qui rêvent mais jusqu’à présent je ne vois toujours pas comment y arriver

  1. tout habitant de notre pays, âgé de moins de 21 ans, devra être à l’école payé avec un crédit octroyé par l’État – obligatoirement

Des rêves que des rêves mais je ne vois toujours pas comment y arriver et après combien de temps. N’oublions pas que la kabilie aussi à son temps avait émis des rêves mais hélas on en ait où.

SVP, boyokela biso pe mawa muke, trop des promesses tue les promesses.

RM

Bonjour, moi pour réagir ,il va falloir savoir qui détient le pouvoir congolais

Ceci est 1 condition . Une fois ce détenteur identifié , alors on le connaîtra et on verrait commenté

Comment interagir. jusqu,ici tout ceci est flou. Classe politique est manipulée,le peuple est chosifié, les vrais opposants sont  sont dans une situation sans force,ni économique ni politique. Généralement pas de soutient de la soit-disant communauté internationale qui a sa politique… personne n,a intérêt que le Congo soit bien dirigé. Seul le souverain primaire c’est dire le peuple. Il ya une cacophonie personne n,écoute personne… dans un état pareil, il faut un leadership qui incarnerait ce pouvoir….l,option deNMN EST une de solutions.

GP

En effet, Rémy.

Tu as parfaitement raison d’insister pour qu’un plan stratégique soit dressé de nos mains et pas des mains étrangers.

Nous avons, pour notre part, un plan résumé et détaillé sur notre site.  Nous le PROPOSONS aux congolais depuis décembre 1999 et continuons à l’améliorer chaque jour qui passe.  Tes remarques nous y aide énormément : nous t’en sommes reconnaissants !

En revanche, la majorité des congolais n’aime pas notre plan pour plusieurs raisons que je résume ici-bas.

  1. Nous y exigeons un projet de société qui soit le plus complet et démocratique, détaillé, d’au moins 3000 pages. Le congolais est paresseux pour se lancer dans un tel travail. Moi, j’y tiens parce que je suis conscient que sans un plan de travail, nous multiplierons à l’infini les échecs.  Voilà pourquoi j’élabore un plan que je léguerai à la génération future : nos petits-enfants, très probablement qui, excédés par la crise, se révolteront et se mettrons au travail.
  2. Nous y proposons une union d’états indépendants, états fondés sur nos affinités culturelles. Cela signifie que nous proposons la mort et le divorce définitifs d’avec la république que nous affirmons avec force être une abomination : elle est porteuse en son sein de la dictature qui nous décime depuis le 30 juin 1960. Le peuple congolais lui, croit encore et toujours à la république et de ce fait ne peut nous suivre, jusqu’au jour il y sera obligé, parce que Dieu résiste à ceux qui ont les cous roides, tel mes compatriotes qui ne veulent pas reconnaître que TOUTE RÉPUBLIQUE soit en soit, par essence, une dictature.
  3. Nous appelons les congolais à un état chrétien, capitaliste et démocratique. Les congolais s’évertue à rechercher la laïcité, le communautarisme et la dictature en âme et conscience. Comment veux-tu que nous marchions sur la même voie avec un tel peuple, tant qu’il ne se sera pas converti ?

Nous ne sommes pas des congolais pressés, Rémy.  Nous ne sommes pas non plus attentistes.  C’est pour cela que :

  1. En attendant que le peuple congolais vive par lui-même les conséquences de notre sottise, nous continuons à proclamer ce qui pour nous est évident : pas de salut avec la république. Nous sommes en train de travailler pour essayer de mettre quelque leaders sur la voie de la gestion collégiale et non pas hiérarchique afin d’ATTÉNUER la douleur du peuple… D’ici septembre au plus tard, nous saurons comment nos amis aurons réagi.
  2. Nous ne nous laissons pas tomber dans la tentation de la démission pour réclamer une deuxième colonisation de nos peuples par l’ONU ou l’Occident comme tu le proposes. Nous pensons que tu sous-estimes beaucoup notre capacité à nous prendre en charge, mais nous sommes de cœur avec toi lorsque tu dénonces notre mauvaise foi. Les congolais en effet, cher Rémy, ne sont pas prêts, à l’inverse de ce que tu fais, à se mettre autour d’une table pour pondre des stratégies ou même pour examiner tes propositions et les critiquer positivement. Les congolais attendent que tu leur amènes amène Kabila ligoté et ensuite que tu leur dises ce qu’il doivent faire pour devenir tes esclaves, pour un temps.  Tous nos diplômés universitaires sont totalement démissionnaires.  Ils préfèrent la bière ou le vin au travail auquel tu nous invites, comme nous le faisons depuis 1999, dans le cadre du Projet 2014.  Ce sont des ignares qui prennent leurs places d’animateurs du développement.

Cher Rémy,

Tous mes amis admirent, félicitent, encouragent le Projet 2014 : des lèvres seulement !  Et crois-moi, nous ne sommes pas des dupes !  Dans la culture nilote, il n’y a pas plus bas qu’être un étourdi.  Nous gardons les yeux bien ouverts.  Toi, fais de même, pour ne pas d’épuiser psychologiquement, spirituellement.  Christ disait : laisser les morts aller enterer leurs morts…

Cependant, pour poursuivre ma penser, après cette parenthèse importante, sais-tu que deux seulement de mes amis évoqués ci-dessus, dans la période qui vas de décembre 1999 à juillet 2017, ont mis la main à la patte.  Aucun ne m’a jamais envoyé un stylo pour rédiger les brouillons de la production de 111 Go que comporte ce projet.  J’ai lu un camerounais qui, une fois, me disais : « ne perds pas courage ».  Je me demande s’il y en a, parmi ses amis, qui font le détour du site, qui n’en est qu’à ses 100.000 clics depuis 18 ans déjà !

Vois en comparaison les nombres de clics sur les publications YouTube des musiciens, des comédiens ou des prédicateurs des églises du réveil, de la gente congolaise…  Il faut savoir bien conclure une analyse.

C’est, dire, cher Rémy, que nous devons travailler avec intelligence : il est patent que le congolais se plait dans ses magouilles, dans ses prières, dans ses dièses, dans ses cops, dans ses slogans et qu’il mourra encore abondamment avant de se réveiller un jour ; très probablement quand moi et toi seront dans nos tombes.  Seulement, cher Rémy, nos petits-fils, nous lirons, se souviendront de nous, ferons de nous des héros, à titre posthume.

Le Congrès est un cadre que nous avons rejoint, moi et toi, dans le souci d’apporter notre contribution à la proposition de notre ami Albert Muya Ilunga, que nous croyons soucieux de nous mettre au travail bien accompli, pour un Congo meilleur.

Tu auras constaté la difficulté qu’il rencontre, comme nous tous, d’amener du monde autour de la table.  Où sont en effet nos 200 à 300 compères ?

Pourquoi ne faut-il pas se décourager ?

Parce que tous les peuples que nous connaissons sont passés par des hauts et des bas.

Nous, peuple d’origine coloniale, il ne faut pas s’étonner que nous ayons plus difficile à quitter la culture de la traitrise qui nous a conduit à devenir des esclaves, puis, des colonisés.

Très honnêtement, Rémy, l’esclavage et la colonisation, ne sont-ils pas la traduction de notre propension à l’égoïsme suicidaire ?

Voulons-nous, nous aussi, entrer dans cette logique majoritaire ?  NON !

Restons minoritaires : pour vivre et voir mourir une majorité entêtée.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s