Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous et que serons-nous ?  Une vision stratégique du développement du Congo demande à ce que nous rentrions tous dans le laboratoire du congolais.

Elle signifie également un apprentissage du travail collaboratif en ligne pour synchroniser le travail intérieur avec celui de la Diaspora.  Nous examinons ici bas un cas d’espèce qui nécessite un traitement de fond, démocratiquement.

Général-Kawele

LUMBALA RASE LES MURS À PARIS ET PLEURE

Hier vendredi 9 juin2017, Roger Lumbala wa Tshitenga, l’homme à la bêtise illimitée et à l’éducation totalement ratée, était sorti pour prendre un verre avec des amis. Ils se sont tous retrouvés dans un « resto » congolais. On ne vous donne pas l’adresse pour protéger les intérêts de ce resto. Une fois installé, Roger Lumbala, liboma [folie], a demandé que la porte soit fermée à d’autres clients de peur de se faire agresser [qu’il ne se fasse agresser]. Ce qui fut fait. La bière a coulé, le vin et le whisky aussi [comme cela se passe souvent, chez les mondains.  Cela appelle à la réfléchir sur notre consommation de l’alcool. « Ne vous enivré pas de vin. »].

Et l’alcool aidant, l’homme de «mbala» s’est livré à ses proches : «Kabila asilisi nga pema. J’ai tout fait, j’ai tout donné, nafingifingi Félix na famille naye mais rien, petit wana aboyi. Nazui eloko te. Naza na kanda parce que soki nazui te c’est parce que Félix alingi tosolola te. Ye, nakosala tout, il faut kaka nasilisa ya pema po aratissé masolo».

[«Kabila m’a vidé de mon souffle, m’a épuisé. J’ai tout fait, j’ai tout donné, j’ai insulté Félix et sa famille, mais rien n’y fait : ce petit refuse.  Je n’ai rien eu, je n’ai rien gagné.  Je suis en colère parce que, de sorte que, si je ne gagne rien en retour, c’est parce que Félix ne voudrait pas que nous nous entretenions, que nous négociions.  (Pour) lui, je ferai tout, il faudrait que lui coupe le souffle, parce qu’il m’a fait perdre des négociations, des affaires, des opportunités.]

À la fin [en fin de compte], la propriétaire lui a fait payé [payer] une note salée comprenant le manque à gagner dû à l’interdiction d’entrée aux autres clients. Le «mbaliste» n’a pas du tout apprécié : «Awa eza boye ? Nakoya lisusu te» [C’est ainsi que cela se passe ici ?  Je ne (n’y) reviendrai plus]. Voici l’homme.

Paluku-Atoka Uwekomu

N’y aurait-il pas de médias pour étayer ces allégations ?

Quelles conclusions faut-il en tirer, si ces allégations s’avéraient vraies ?  Nous aurions porté l’homme sur un trône et nous aimerions donc tous la bière ou le vin comme lui.  Nous serions donc nous-mêmes le problème congolais.  C’est nous-mêmes que nous devrions commencer par résoudre avant de nous en prendre aux hutus qui dans l’entretemps réclament Bogoro en Ituri.  Là-même où, un chef coutumier congolais, les accueille à bras ouverts, contre le vœu de sa population.

Peuple congolais, mettons de l’ordre dans note maison providentielle : le Congo.  Nous pouvons y préparer un bel avenir pour nos enfants et pour tous ceux qui veulent partager avec nous nos valeurs congolaises, à l’écart des mœurs que nous récusons journellement des lèvres, mais pas assez en acte.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s