Notre possible HRW

Nous passons notre temps à confier à d’autres du travail que nous pourrions mieux réaliser.  Dresser objectivement et professionnellement les statistiques de nos vivants, morts, blessés, emprisonnés, empoisonnés, brutalisés, volés, violés et autres, nous permettre d’avoir des données justes, plus complètes et sérieuses.  Confier ce travail à d’autres nous prive du travail que nous payons par la subtilité du néocolonialisme.  Il faut y penser sérieusement…

[15:26, 12/22/2016] +243 991 103 378: Human Rights Watch a mis un numéro spécial pour dénoncer les violations de droit de l’homme. Tel:+19172130939.
Veuillez passer le message a nos frères et sœurs.

[02:38, 12/23/2016] +32 486 74 17 04: Dénoncer ?  Et après ?  Quel secours concret sera fourni aux victimes ? C’est HRW qui endors nos frères à l’Est en leur conseillant de compter sur des politiciens véreux, traîtres et incompétents au lieu d’apprendre aux populations leurs droits et obligations et la manière d’en tirer partie dans un contexte d’imposture. Soyons raisonnables dans ce que nous pouvons accepter. HRW est là par la bénédiction d’un pouvoir sanguinaire : il ne peut qu’être sanguinaire lui-même !  Réfléchissez bien et vous arriverez à la bonne conclusion.  Quand y sera sur invitation du peuple, les relations de HRW au gouvernement et au peuple seront autres et un tel numéro deviendra une opportunité d’accès au secours d’un ami.  Pour l’instant, Kabila tue et que fait la HRW ?  Du reporting, les statistiques de nos morts, sans nous apprendre à le faire par nous même ; parce que sinon, elle croit qu’elle serait inutile ; ce qui n’est qu’une erreur !  Travaillons à notre indépendance.  Nous pouvons organiser nous-même les statistiques de nos morts, de nos blessés, de nos disparus, de nos concitoyens appréhendés et emprisonnés par la police, l’armée ou les services de renseignement de l’imposture aux fins des procès à venir.  Au Projet 2014, ce sont les volontaires qui manquent parce que nous ne voulons pas investir dans un tel projet.  Notre est : qui paie la HRW si ce n’est pas nous-mêmes par voies détournées ?

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s