Partira-t-il ?

SD (Facebook) : Brothers and sisters this man so called Kabila must go or else it’s us to suffer

GPAU : Pesons nos mots !

Il doit partir ne veut pas dire il va partir.

Il va partir, dit sans force de dissuasion c’est de la complaisance en politique.

Pour ce qui est de Kabila, puisque nous voulons que tout se décide à Bruxelles et à New York, je vous dirais que l’Occident ne trouve personne de valable pour le remplacer.

En tout cas, pas parmi les gens qui se présentent, quoi qu’ils vous disent.

Les décisions actuelles de Bruxelles et de Washington sont que Kabila parte en effet.
Les inquiétudes de Bruxelles et de Washington sont que ni Tshisekedi ni Katumbi ne soient les personnes qu’il faudrait pour garantir les contrats.
Bien plus :
Pour l’Occident, le choix serait clair.
Katumbi, capitaliste, américanisé, arrangerait les affaires des Occidentaux et des israëliens, leurs protégés, arrangerait toute la swahiliphonie et permettrait de barre la route à l’islamisation de l’Afrique ; Kamerhe étant trop jeune et conflictuel ; Mbusa étant en retrait et susceptible de faire l’objet des contestations qui l’amène à la CPI ; Matungulu ne démontrant pas d’une capacité de sortir de sont Kinshasa et son Bandundu, Fayulu étant lui aussi encore à ses premières expériences de la gestion de l’État ; Kengo étant bubmergé par les défenseurs la « congolité », etc.
Pour les congolais du Kasaï, Tshisekedi reste l’icône. Avec eux, beaucoup d’autres adeptes de l’UDPS dans le pays, très peu nombreux dès que Kabila dès qu’il n’est plus question de faire face à Kabila. Mais, ce Tshisekedi n’a jamais rassuré les occidentaux ni les non-luba, à cause de ses prises de positions extrémistes, de la gestion calamiteuse de son parti, du rôle qu’il a joué à la mort de Lumumba et à la création du mobutisme, des compétences managériales de son équipe qui laisse à désirer.
La décision de l’Occident tient à ce qu’il se dit et croit qu’il lui convient à forcer les congolais à se démocratiser ; congolais qu’il trouve encore immatures, désorganisés, au pouvoir comme dans l’opposition !
L’idée est donc d’aller aux élections pour laisser les plus malin gagner et travailler avec ce plus malin, sachant que définitivement, les congolais soient des esclaves qui se refusent de leur asservissement à l’Occident.

 

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s