Notre faiblesse, notre force !

Hier, à 12:36, dans la livraison de GÉNÉRAL, que nous reprenons ici-bas, on pouvait redécouvrir ce qui fait notre faiblesse, nous, peule congolais.  À la fin de notre livraison, vous pouvez vous engager à participer au miracle : l’indépendance véritable du peuple congolais !
1° penser que ce sont les américains (Tantôt l’Occident, tantôt l’Orient) et l’ONU qui fabriqueront la paix et le développement pour nous ; ignorer que c’est à nous congolais de travailler pour obtenir la paix dans notre pays et pour notre développement harmonieux ;
2° s’imaginer que des élections qui ne sont pas nôtres soient la solution à la question de l’esclavage, de la colonisation, de la dictature, de l’imposture et de la trahison combinés en RDC ; oublier que tant que les élections en RDC ne seront pas nôtres, elles ne nous apporterons que malheurs sur malheurs, insécurité sur insécurité, enrichissement du plus petit nombre et appauvrissement du plus grand nombre, au sens complet du terme : matériellement, spirituellement ;
3° s’imaginer en plus qu’un dictateur, qu’un imposteur ou qu’un incompétent soient capables du respect de la constitution, fût-elle la leur ; ignorer que jamais ni un dictateur ni un imposteur ni un incompétent ne peuvent fait du bien à une nation ;
4° s’imaginer que nos dieux, nos fétiches, nos sentiments, nos religions, nos marches, nos rebellions, sit-in et pétitions, changerons la donne au Congo ; oublier que le c’est notre démarche politique qui compte : la prise en main de notre destiné, par un travail journalier, mener avec sérieux et détermination qui régleront nos comptes avec les esclavagistes, les colonisateurs, les dictateurs, les imposteurs et les traîtres…
Notre conviction est que sous plusieurs égards, nous, congolais, patriotes, combattants, résistants ou pas, nous fourvoyons et payons les conséquences de nos propres turpitudes !
Que Dieu nous aide à nous résoudre un jour à changer, RADICALEMENT, nos modes de pensée, nos méthodes de travail… C’est alors, et alors seulement, que la RDC entrera dans un tunnel. Ce tunnel nous conduira, logiquement, paisiblement, vers cette Union d’États Indépendants du Congo, états fondés sur nos affinités culturelles, à laquelle nous appelons tous les congolais depuis décembre 1999, sans broncher.

Concrètement, que proposons-nous pour que la volonté de Dieu soit faite ?

1° apprenons à travailler ensemble : le Projet 2014 est un cadre où se travail peut se faire, le plus démocratiquement que partout ailleurs !

2° déboutons les hommes véreux que nous avons commis de nos mains à la gestion de la chose publique en commençant pas les parlementaires.

3° avec les nouveaux parlementaires patriotes, qui s’appuient totalement sur nous, nous pourrons contraindre les esclavagistes, les colonisateurs, les dictateurs, les imposteurs et les incompétents qui nous subjuguent aujourd’hui à la CAPITULATION.

4° engageons notre nation, sur la voie du développement intégral par projets pesants, démocratiques et endogènes.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

[28-08-15 12:36:55] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: Aux yeux de Martin Kobler, Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en République Démocratique du Congo et de Tom Perriello, Envoyé spécial du président américain dans la région des Grands Lacs, les législatives et la présidentielle de 2016 sont plus importantes. Kinshasa l’entend-t-elle de cette oreille ? Décryptage.

Deux propos identiques, mais prononcés à des milieux différents. Le mercredi 25 août, à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis, Tom Perriello, envoyé spécial de Barack Obama dans la région des Grands Lacs a insisté qu’il est important que les deux élections les plus importantes se tiennent dans un climat apaisé et pacifique, conformément au délai du calendrier électoral de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le même jour, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission des Nations Unies au Congo (MONUSCO), Martin Kobler, Représentant spécial de Ban Ki-Moon en République Démocratique du Congo a, lui aussi, utilisé les mêmes mots : « Il est très important que les deux élections se tiennent » conformément au délai édicté par le calendrier électoral. En effet, le discours de la communauté internationale reste inchangé au regard de l’alternance politique en RDC. Le successeur de Russ Feingold a campé sur la position de son prédécesseur, à savoir : le respect de la Constitution. Pour lui, cela est un élément extrêmement important pour tout pays. Les élections, dans l‘entendement américain, ne se limitent pas seulement au jour du vote. Elles sont plutôt un processus complet dont toutes les étapes doivent être – scrupuleusement respectées. Et Martin Kobler, de son côté, de tacler : «Notre position est très claire. Les législatives et la présidentielle doivent être respectées en 2016 ». Un discours que Kinshasa n’entend visiblement pas de cette oreille.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Oui ! je veux travailler, moi aussi, pour le développement de la RDC, dans le cadre du Projet 2014.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.