Se former, s’instruire, s’éduquer…

Pourquoi le congolais doit-il se former, s’instruire, s’éduquer ?

Dans notre émission du mercredi 25 février, nous avons plaider pour le boycott des élections de 2016 et pour la préparation de nos élections à nous congolais pour faire œuvre utile : démanteler l’imposture, jeter les bases d’une société de droit et de travail.

Dans notre émission d’aujourd’hui, nous voulons parler de la nécessité qu’il y a pour nous de nous former, de nous éduquer, de nous instruire, à cette fin ; c’est-à-dire, pour :

Préparer nos élections à nous congolais ;

Jeter les bases d’une société de droit et de travail.

En effet, comment est-ce que des ignares, des indisciplinés et des incompétents pourraient-ils réaliser le développement de notre pays ?  C’est impossible !

    1. Se former
    1. Nous permettre d’avoir des capacités de réaliser les changements dont nous avons besoin pour :
    2. Connaître la paix – la paix ne s’obtient pas sans travail – Ce travail doit être l’œuvre de personnes qui s’y connaissent
    3. Accumuler du capital (s’enrichir), progresser, vite, requiert que les acteurs du développement national aient de la qualification, soient bien formés.
    1. Humainement parlant
    2. Matériellement parlant
    3. Spirituellement
  • Être en mesure d’exporter nos compétences dans le monde entier en raison de la qualité de nos services, de nos produits ; comme résultat de la qualification de nos travailleurs.
  • Nous choisir comme responsable politique et administratif des hommes capables d’organiser efficacement la formation qualifiante en RDC et d’exploiter à bon escient les compétences acquises.
  • Identifier, dénicher et investir dans des congolais talentueux et volontaires ; investir dans les congolais qui ont la vocation de transmettre leur savoir-faire – mais aussi est avec, leurs savoir-être et leurs savoirs, à d’autres.
  • S’instruire
    1. Nous avons besoin d’accumuler la connaissance
    1. La connaissance du monde dit matériel et celle du monde dit immatériel.
    2. La connaissance du monde dit rationnel et celle du monde dit irrationnel.
    3. La connaissance du monde dit temporel et de celui dit spirituel (intemporel).
    4. La connaissance de notre pays et de l’étranger.
  • Cette connaissance doit viser le changement de nos attitudes, de nos comportements, de nos cultures, de nos usages, de notre politique.
    1. En tant que résultat de notre perception de notre univers.
    2. En tant que conséquence de nos aspiration nouvelles.
    3. En tant que effet de nos nouvelles capacités intellectuelles, spirituelles et professionnelles.
    4. En tant que suite de notre élévation intellectuelle, spirituelle.
  • S’éduquer
    1. La discipline est nécessaire pour la réussite dans nos projets, en ce compris le projet de disqualifier l’imposture.
    1. Une des explications de nos échecs du moment est l’insuffisance voire-même l’absence de discipline dans certaines de nos démarches.
    2. La discipline nous permettra de gagner du temps, d’accroître notre confiance les uns aux autres, de nous fortifier contre les ennemis visibles et invisibles de nos âmes, de notre État, de notre nation.
  • La gestion efficiente de notre patrimoine physique et non-physique requiert  que nous nous disciplinions, que nous nous impositions, démocratiquement, des règles de conduite strictes, des modes de pensées positifs, des méthodes de travail efficaces et éprouvées pour :
    1. Changer radicalement le cours de l’histoire de notre pays.
    2. Être capable de nous choisir des leaders de qualité : intelligents, sages, travailleurs, loyaux.
    3. Nous accroître notre capital psychologique et effacer notre pauvreté dans ce domaine.
    4. Créer et renforcer notre capacité de dissuasion face aux ennemis de notre nation, de notre État.
  • Nous éduquer c’est aussi régenter nos relations aux tiers et notamment nos rapport aux pays étrangers.
    1. Cela nous impose d’être sérieux avec nous-mêmes d’abord.
    2. Cela nous impose de choisir nos amis et à rejeter les complaisants, les distracteurs, les malicieux, les païens, les méchants.
    3. Cela signifie que nous puissions à tout instant évaluer l’impact de nos relations avec les tiers.

Naturellement, il faut encore se poser la question de savoir quand, et comment s’instruire, se former et s’éduquer ?

  1. Pour ce qui n’ont pas encore commencé, nous ne pouvons que dire une chose
    1. Il se fait tard : il n’y a pas de temps à perdre, le pays est un torchon qui brûle…  Il faut sauver les meubles !
    2. C’est aussi le moment de commencer, si l’on ne l’a pas encore fait.  Des méthodes éprouvées existent qui permettent d’aller plus vite, toujours plus vite.
  2. Pour ceux qui se demandent où se former, s’instruire et d’éduquer :
    1. Soit qu’ils ignorent que l’école n’est plus ni le meilleur, ni le préférable endroit pour tout cela…
      Nous sommes une génération qui a l’avantage de pouvoir d’instruire, se former et s’éduquer où elle veut et quand elle veut.
      Il faut plutôt profiter de cet avantage.  L’école conventionnelle est dépasser par les développement technologique ; il n’y a plus que les nostalgiques pour y voir le foyer de l’éducation, pendant que bien souvent, nos enfants s’y fourvoient.
    2. Comme nos sociétés regorgent désormais d’outils de tout genre pour apprendre, se former et d’éduquer, c’est à nous que reste la décision de nous mettre au travail là où nous sommes, avec des moyens et des méthodes appropriés, adaptés.
  3. Enfin, pour ceux d’entre nous qui ne savent toujours par encore comment s’instruire, se former ou s’instruire : nous les renvoyons à l’Internet.  Il s’y trouve beaucoup de ressources qui nous aident à décider de quelle manière nous y prendre.
    1. Les supports d’apprentissage existent, qui ne se ressemblent pas, forcément, mais qui permettent tous d’aller dans la direction voulue, tant que le choix soit bien fait.
    2. Des méthodes éprouvées, développées par nos congénères d’autres cieux existent qui permettent d’aller vite et bien.
    3. En faisant travailler notre imagination, nous pouvons en créer de nouvelles (méthodes), adaptées à nos conditions, à nos circonstances de travail.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.