Le ministre Mwangu Famba et la Banque Mondiale sont responsables des morts en RDC

Voici donc comment le ministre Mwangu Famba et la Banque Mondiale affament les congolais et les tuent ; et, comment les congolais les écoutent en bons colonisés et subjugués.

Faisons parler les chiffres ci-dessous.

Frais de fonctionnement pour 2012-2013

5.852.867,00

USD

 

Nombres d’écoles concernées

26.210

Ecoles

 

Par école

223,31

USD/école

Comment ce montant peut-il faire fonctionner toute une école ?

Prenons une école de 500 élèves à 50 élèves par classe. Cette école devrait avoir 500/50 = 100 enseignants au moins, mais idéalement 500/25 = 200 enseignants ! Si l’on ajoute le personnel administratif (10 personnes par exemple), une telle école aurait entre 110 et 210 membres du personnel et n’aurait fonctionné qu’avec 223,31 USD pendant les 12 mois que durent une année ?

Chers frères humains, qui font qu’il y ait des voleurs en RDC et pourquoi ?

Dans le cadre du Projet 2014, nous proposons que pour ces écoles, rien que pour les salaires, il faille prévoir un minimum annuel de dépenses de 12*110*1500*26.210 = 5.1895.800.000,00 USD !

C’est la raison pour laquelle, au Projet 2014 nous conseillons vivement aux congolais de se préparer à débouter tous ces hommes véreux et irresponsables que nous avons commis à la gestion de la chose publique par le fait de nos propres turpitudes.

From: africa-t@googlegroups.com [mailto:africa-t@googlegroups.com] On Behalf Of Jean Kadima-Schipa
Sent: lundi 2 septembre 2013 05:43
To: africa-t; kasaiwetu-list@yahoogroupes.fr; cokin; congocitizen@yahoogroups.ca; Front Com. des Patr. Congolais; Communauté Catholique Congolaise de Montréal cccm; Congo Bana Congo; Congo Bololo; Congo Libre; Udps Multimé; Kivu Avenir; Jean Kadima-Schipa; bandundu.idiofa@yahoo.com; Congo Bana Equateur; Union Congolaise; banayolo@yahoo.com
Subject: !_____Rentrée scolaire 2013-2014 : des frais de fonctionnement pour 26.210 écoles_______________________Le Phare de 2 sept.2013

Rubrique :  Société

Rentrée scolaire 2013-2014 : des frais de fonctionnement pour 26.210 écoles

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba, a procédé au lancement solennel des opérations de paiement de la dernière tranche semestrielle des frais de fonctionnement de l’année scolaire 2012-2013. Au total,  environ 26.210 écoles primaires publiques, mécanisées, budgétisées et disséminées sur toute l’étendue de la Rd Congo sont bénéficiaires de cette dotation. Le montant global de cette tranche est de 5.852.867 USD pour toutes ces écoles primaires ciblées par la Banque mondiale à travers son Projet d’Appui au Redressement du Secteur de l’Education (PARSE).

L’événement s’est déroulé le mardi, 27 août 2013, à Kenge, dans la Province de Bandundu. Cette province compte 4.847 écoles ciblées par ce projet pour un montant total estimé à 1.090.346 USD ; tandis que la Province éducationnelle de Bandundu 3 (Division provinciale/Kenge) compte 940 écoles primaires pour un montant estimé à 205.315 USD. Ces montant, il convient de le souligner, vient s’ajouter à l’enveloppe que le Gouvernement alloue mensuellement aux écoles pour leur fonctionnement.

Prenant la parole à cette occasion, devant des dizaines des notabilités tant scolaires que civiles et religieuses de de Kenge, Maker Mwangu a souligner que cette tranche devra impérativement servir à la préparation matérielle et pédagogique de la rentreé scolaire 2013-2014, prévue pour le 02 août 2013. Par contre, il a averti que le ministère de l’Epsp ne pourra tolérer qu’une école primaire éligible à ces frais perçoive des frais supplémentaire auprès des parents d’élèves. Parce que, a-t-il noté, le paiement des frais de fonctionnement aux écoles primaires vise la réduction progressive des frais supportés par les parents d’élèves pour la scolarisation de leurs enfants dans le cadre de la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement primaire, telle que consacrée par la Constitution de la République en son article 43. Conscient des difficultés que pourraient rencontrer certains territoires bien identifiés à cause du manque des institutions bancaires pour payer les salaires des enseignants, le ministres a confirmé la décision déjà prise de confier la paie dans ces territoires à la Caritas Congo ASBL pour réduire le retard.

Objectif : Universalisation de l’enseignement fondamental pour tout jeune congolais

Expliquant les visées du gouvernement, le ministre de l’Epsp a constaté que le but recherché par cette politique est la réduction, et à terme, la suppression des frais qui constituent pour les parents un obstacle majeur à la scolarisation des enfants congolais. Ainsi, on permettra d’accroitre l’accès à l’école à tous les jeunes, tout en améliorant la qualité de l’enseignement et l’universalisation de l’enseignement primaire. A l’endroit du Secope et des écoles ciblées, il a recommandé le respect strict des principes de gestion contenus le «Manuel de procédures». Ce respect évitera, a-t-il enfin souligné, au gouvernement d’avoir à rembourser l’argent utilisé en dehors de toute procédure de gestion de la Banque mondiale. La cérémonie s’est clôturée par la remise des dictionnaires à ces écoles, instruments qui sont appelés, selon le ministre, à contribuer grandement à l’amélioration de la qualité de l’enseignement.

Auparavant, le coordonnateur du PARSE, Simon Kayoyo, a dit sa satisfaction de pouvoir continuer le payement des frais de fonctionnement qui a connu un temps mort après la libération en fin octobre 2012, de la première tranche semestrielle de la dernière année scolaire 2012-2013, suite à certaines contraintes d’ordre administratif. Il a relevé que l’activité du jour visait à « faciliter l’accès et favoriser l’égalité des chances à l’école primaire ». Il a aussi insisté sur la nécessité d’atteinte des objectifs visés en veillant sur la bonne gestion des frais mis à la disposition des gestionnaires et directeurs d’écoles primaires ainsi que des comités scolaires de parents.

SAKAZ

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Banque Mondiale, Mwangu Famba, Politique, Politique congolaise, Politique de l'enseignement, Politique sécuritaire, Politique scientifique, Politique sociale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le ministre Mwangu Famba et la Banque Mondiale sont responsables des morts en RDC

  1. Fidos Mbala dit :

    1er paragraphe, deuxième phrase, j’allais dire : « anthropologique »
    Fidèle MABANZA

  2. Fidos Mbala dit :

    C’est quand même effarant de considérer un telle bande de « gouvernement »! Notre pays sombre encore dans la misère idéologique et même anthologique. L’effort que nous devions tous en vue de construire un état fort et prometteur d’un avenir meilleurs à son peuple, se dissipe dans une polémique assombrissant notre éveil de conscience sur les vraies questions. Cet état de conscience a fait abandon de poste depuis plusieurs années. Je ne viens pas ici prétendre faire une analyse méthodique sur l’écrasement de la chose politique de notre pays. Par contre, il s’avère qu’à l’heure actuelle, il nous faut une bonne réforme idéologique sur le système de la croissance économique et d’appel à la responsabilité du peuple face à une bande d’ un « gouvernement » absent et suicidaire (qui mène à l’échec). Je me demande personnellement s’il est possible de trouver des esprits libres et honnêtes qui puissent conduire notre pays hors de cette violence économique et militaire face à la misère qui tapit sur l’ensemble du pays.
    Loin de parler des inégalités qui sévissent au sein de différentes instances politiques, sociales, etc., les rapports interpersonnels, je voudrais dire que tous, nous devons faire un arrêt sur notre façon de penser et envisager d’autres mécanismes qui puissent nous mettre à distance face à ce jeu de pouvoir qui nous guette…
    Monsieur, j’avais bien lu votre retour sur mon commentaire publié le 30 avril 2012, au sujet du projet 2014. Vous m’aviez dit : « Nous expliquons pourquoi la RDC ne s’en sort pas. Nous proposons une voie pour qu’elle s’en sorte. Montre nous l’erreur dans notre schéma ou indique nous la voie meilleure à celle que nous proposons : nous serons les premiers à te suivre. Dans tous les cas, merci pour cette critique constructive dont nous tiendrons compte pour la préparation de l’échéance de 2016  »
    En effet, j’apprécie beaucoup votre prévisibilité et votre projection dans un futur lointain (projet 2016). Néanmoins, je risque une fois de plus de dire que c’est schématiquement très académique.
    La construction d’un pays tel que le notre, à ce stade où il se trouve, demande la participation de tout un chacun et surtout, la force imaginaire du peuple. Si l’histoire a fait preuve d’un basculement, dans le miracle grec et égyptien, d’un tout petit peuple, les « grandes gestes dans le domaine culturel ou scientifique », aujourd’hui, sans nous faire croire à l’utopie, disons-nous que certains modèles de développement ne sont pas à suivre. Nous devons nous arrêter pour envisager ensemble un modèle unique, personnalisé et capable de défendre nos valeurs socio-culturelles…
    Je suis fidèlement vos publications et je ne cesse de réfléchir sur une proposition pouvant aider vos réflexions sur ces problèmes qui nous concernent tous.
    A bientôt!
    Cordialement
    Fidèle MABANZA

  3. Ping : Ils se sont dit… | Projet 2014

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.