Arrêtons de mentir aux congolais !

Voici des mensonges que nous entretenons et qui sont repris ici : http://www.snel.cd/pagedaccueil.htm

La République Démocratique du Congo ‘‘ RDC’’ est un grand pays situé au cœur de l’Afrique, avec : 2.345.000 km² de superficie; 60.000.000 d’habitants (Nous serions 72 millions, aujourd’hui : 2014) ;

Probablement vrai !  Comment être sûrs que nous soyons 60 millions d’habitants sans que nous n’ayons nous-mêmes effectué le recensement de notre population ?  Kanambe n’a pas su le faire.  Tshisekedi se sent incapable de le faire sans recourir à l’aide des suisses…  Misérables que nous sommes.

Un sol et un sous-sol très riches avec d’immenses forêts (122.000.000 d’hectares) constituées d’essences variées et rares ;

C’est ce qui nous est dit par des experts extérieurs au Congo.  Si nous tenons compte de la manière dont ils travaillent et qui ne nous est plus inconnue, il faut être prudent et attendre que nous ayons vérifié ces choses nous-mêmes.  Il n’est pas rare que l’on exagère ou que l’on minimise en fonction des visées hégémoniques et colonialistes que l’on poursuit.

Des ressources minières (cuivres, diamant, or, cobalt, etc.) et d’autres matériaux de construction qui font de la RDC un scandale géologique ;

Notre étude progressive de ce qui nous a toujours été présenté comme tel, montre qu’il y a bien des choses à revoir et à dire à notre peuple, pour que demain, il ne soit pas surpris de se découvrir pauvre ou moins riche qu’il ne le pensais.  Une motivation correcte de notre peuple n’est possible qu’après un travail assidu de nos ingénieurs qui pour l’instant meurent, si pas empoisonnés, avant de n’avoir donné à la nation ce que celle-ci est en droit d’attendre d’eux.

D’immenses ressources hydroélectriques constituées du fleuve Congo et de ses affluents;

Le Projet 2014 attend démystifié ce que plusieurs présentent mal au peuple Congolais, faute d’avoir un esprit critique et d’être scientifiquement et technologiquement indépendants ; se fiant à des experts colonialistes et parfois même incompétents tout simplement !  Nous y reviendrons sur ce site souvent.

Un riche patrimoine environnemental et un gisement inépuisable d’énergie électrique capable d’alimenter toute l’Afrique.

Faux !  Si l’énergie solaire elle paraît inépuisable au regard de ce que nous présente la physique nucléaire aujourd’hui, il n’en est pas ainsi de l’énergie hydroélectrique !  Non seulement certaines nappes aquifères finissent par s’épuiser, mais aussi, le prélèvement d’une puissance hydraulique d’une rivière à pour effet d’en perturber le régime d’écoulement.  Il y a donc une limite à la puissance électrique que nous pourrions générer au départ de nos eaux, sans compromettre la survie de notre écosystème.  A ma connaissance, les ingénieurs congolais n’ont pas encore pris le temps d’évaluer nos limites : ils se contentent des chiffres que nous fournissent des experts étrangers, dont nous savons aujourd’hui qu’ils ne sont pas plus probants que les politiciens qui les pilotent !
Il est donc urgent que notre peuple se dote des hommes capables d’initier un travail de font dans le développement de notre savoir et de notre technologie pour répondre avec la justesse et la précision voulues à ces questions cruciales d’un point de vue stratégique.
La réserve en énergie hydroélectrique du Congo serait évaluée à une puissance de 100 GW, dont 2,5 seraient seulement disponibles dans les barrages existants (source : SNEL).  Dans ces conditions, avec nos 60 millions d’habitants (72 millions ?), aujourd’hui, il nous faudrait près de 120 GW pour alimenter correctement notre pays en hydroélectricité…  Or, notre pays peut encore, avec l’état actuelle de la technologie, supporter jusque 700 millions d’habitants, soi dix fois la population actuelle.  Nos besoins, dans ces conditions là sont donc à porter de 120 à 1200 GW.  Où allons-nous les trouver sans nous investir dès aujourd’hui dans le nucléaire, le solaire, l’héolienne, la biomasse, le pétrole, la houille ou que sais-je d’autre ?  Strictement parlant, nous devrions vite faire que d’oublier l’exportation de notre production d’électricité vers qui que ce soit, pour être responsables !  Et pour que cela soit possible, il faut arrêter Kanambe est ses sbires et titiller Tshisekedi.

Cette énergie est produite, transporté, distribuée et commercialisée parla Société Nationaled’Electricité, en sigle ‘‘ SNEL ’’.

Le peuple congolais se doit, pour être responsable, demander des comptes aux menteurs pour qui nous avons pourtant payer des études afin que nous ne soyons plus mentis !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique économique, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s