La question salariale…


Les politiques salariales de nos adversaires politiques sont en train d’échouer sous nos yeux. Cela, sans que personne ne pense à prendre parti pour nous. Kongo Ya Sika, le parti politque que nous avons créé, ne compte que 12 membres, dont un seul est actif ! Or, il nous faut un minimum de 2,5 millions de membres pour que nous soyons en mesure de faire passer nos propositions aux Parlement, démocratiquement, les mains en l’air.

Aucune politique salariale concurrente de la nôtre ne peut réussir nulle par au monde. En effet, avec le salaire plancher plus bas que le minimum vital (44 €/3.250 €), la paix est impossible dans une nation. L’injustice suscitera toujours des mécontents. De même, avec une tension salariale de l’ordre de 295 (13.000 €/44 €), il est impossible de faire la paix dans un État : la voix des esclaves se lèvera toujours.

Remarquons que le cas de notre pays soit grave : les autorités tout comme les administrés croient pouvoir pacifier le pays un jour avec de l’esclavage, la démagogie et l’hégémonisme. Dieu dit : non ! Il résistera toujours à nous qui, volontairement, tenons à garder les cous roides.

Rappelons que le Projet 2014 propose de passer des 44 €/mois à 3.250 €, à Euros constant, en 25 minimum et 50 ans maximum, suivant nos ambitions. Chaque localité du Congo peut décider de s’y mettre en imposant un salaire minimal qui monte continuellement, mensuellement, en le multipliant chaque année par un facteur allant de 1,090 à 1,188. Notre proposition est d’agir légalement en imposant une multiplication par 1,015 des bas salaires, tous les mois et sans emparer, pendant 25 ans, en contrôlant nos frontières et en protégeant nos emplois. Par manque d’autorité et de foi, ni le Parlement ni la Présidence ni le Gouvernement ne sont en mesure de prendre une telle décision.

Le projet 2014 reste le seul projet que nous connaissions qui soit capable de mettre le pays sur ces rails. Les congolais le foule au pied, pourtant !

L’esclavagisme, la colonisation et la dictature que nous vivons, sous le joug congolais et étranger, sont les ennemis que nous invitons les congolais à se lever pour les terraser. Les bas salaires inférieurs à la 75ème partie des minimums vitaux et à la 295ème partie des salaires élevés, sont les premières manifestations de l’esclavage que tout congolais devait rejeter vigoureusement après avoir répudié le belge. Sinon, pourquoi aurions-nous fait déguépir les belges et accepteé la colonisations de nos peuples par des congolais ? Sérions-nous donc volontairement des racistes qui croient tromper Dieu ?

Publié par Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :