Amour de la dictature et de la dépendance…

[29/6, 21:22] +243 819 885 205: 🖕🏽☝🏾👆🏿🇨🇩✍🏿🔊 LA LUCHA APPELLE À TRAVERS UN SIT-IN,FATSHI À METTRE FIN AUX TUERIES DE DJUGU (ITURI), MANIFESTATION VIOLEMMENT REPOUSSÉE PAR LE SERVICE DE L’ORDRE

Ils étaient dans un sit-in ce Vendredi 28 Juin 2018 devant le Gouvernorat de province pour exprimer leurs protestations contre les tueries enregistrées ce jour à Djugu dans la province de l’Ituri. Ils, sont les militants du mouvement Lutte pour le Changement (Lucha).

Ces jeunes activistes ont choisi le jour de la cérémonie de remise et reprise entre le Gouverneur intérimaire sortant et le nouveau Gouverneur entrant, pour faire entendre leurs voix. Peu avant ce sit-in, les jeunes de la Lucha ont organisé une marche du point connu sous le nom d’entrée Présidentielle dans la ville de Goma, jusqu’au le gouvernorat de la province du Nord-Kivu.

Des chants de deuil et slogans de solidarité aux congolais de l’Ituri, victimes de ces tueries, ont caractérisé cette action citoyenne des militants de la Lucha. On pouvait voir aussi des calicots et banderoles avec des messages forts au Président Félix Tshisekedi.

« Les autorités de Kinshasa particulièrement le président Félix Tshisekedi en personne doit s’investir pour trouver une solution rapide à ces tueries qui endeuillent la population congolaise, surtout celle de Djugu (Ituri). Sans oublier les massacres perpétrés dans la région de Beni. Il doit matérialiser dans l’urgence sa promesse de relever les anciennes unités de l’armée longtemps servies dans la région qui est parmi les solutions. Mais aussi traquer sérieusement l’ennemis qui perpètrent des attaques contre la population civile » a demandé Emmanuel BINYENYI, un des militants de la Lucha.

Notons que Les éléments de l’ordre (Police) ont repoussé violemment cette manifestation de la Lucha devant le gouvernorat de province du Nord-Kivu. Ils ont fait recourir aux bombes à gaz lacrymogènes pour perturber l’action de la Lucha devant plusieurs invités venus rehausser de leurs présences à la cérémonie de passement d’étendard entre le Gouverneur sortant et le Gouverneur entrant. Certains journalistes présents ont été même la cible des éléments de la police. C’est par exemple le reporter de larepublique.net qui a été contraint d’effacer les images prises pendant cette manifestation de la Lucha par un officier de la police nationale congolaise.

Des actions similaires ont été organisées dans quelques villes de la RDC par les militants de la Lucha.

Pour rappel, les territoires de Djugu, Mahagi et d’Irumu dans la province de l’Ituri font depuis Mai 2019 face à des actes d’insécurité caractérisés par des attaques répétitives marquées par des tueries, des blessures de personnes et des biens pillés par les présumés hors-la-loi. Il y’a une semaine, la société civile de l’Ituri a dressé un bilan à l’agence de presse ANADOLU de près de 200 morts depuis le début des violences qui risquent de basculer selon Jean-Bosco Lalo, Président de cette structure, cité par cette agence, « dans une guerre communautaire si l’Etat n’impose pas son autorité ».

BARAK MUNYAMPFURA Héritier
[29/6, 21:42] Paluku-Atoka Uwekomu: D’où nous vient cet amour acharné de la dictature, de la dépendance ?
Qui est responsable de la crise actuelle ? Est-ce l’État ou nous citoyens congolais ?
Logiquement, à qui revient-ils de solutionner les problèmes soulevés ?

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.