Riposte contre Ebola ou pillage ?

Ebola: Les Agents De Riposte Dans La Rue À Goma
Posted on février 18, 2019 Authoradmin Comment(0)
Les agents de la riposte contre la maladie à virus Ebola dans la ville de Goma sont descendus dans la rue ce lundi en ville de Goma.
C’est une soixantaine d’agents commis au service de lavage des mains à la grande et à la petite barrière congolo-Rwandaise, au port de Goma et dans plusieurs autres milieux de la ville de Goma.
« Nous réclamons 4mois impayés » dit une manifestante dans la suite des autres grévistes.
Un greviste a révélé qu’ils ont été engagés par le service d’hygiène aux frontières financé par l’OIM.
Dans une conférence tenue dernièrement en ville de Goma, le coordonnateur adjoint de la riposte a indiqué à la presse que le payement des agents pourra intervenir incessamment car l’identification biométrique est terminée.

[23:20, 2/18/2019] Paluku-Atoka Uwekomu

S’il vous plait, quels sont les salaires promis ou versés à ces personnes par fonction ?
Il ne faut pas appeler salaire, ce qui ne l’est pas.
Plus essentiel, quand il s’agit de la santé d’hommes, faut-il se faire soigner par des mécontents dans un pays de corruption, de tribalisme ? C’est tuer des congolais par des congolais…
[23:38, 2/18/2019] JBK

Ça na pas de prix fixé mais un moment :
15$/jr, 20$/jr, 25$/jr, 30$/jr.

[01:17, 2/19/2019] Paluku-Atoka Uwekomu:

En réalité, ce ne sont pas des salaires : tout cela tient à de l’esclavage pur et simple, que nous acceptons.
Réfléchissons bien. Le minimum vital pour un ménage le plus pauvre est de l’ordre de 6500 €/mois soit en salaire, pour 22 jours de travail par mois : 295 $/jour ; pour une personne isolée, ces chiffres sont respectivement de 3250 €/jour et 147 €/jour. Retenons ces derniers chiffres.
Nous sommes en face des personnes qui manifestent pour avoir 1/5ème ou 1/15ème de ce qui leur est dû.
Nous pensons pour notre part que le congolais doit s’arrêter un instant et se résoudre à changer radicalement sa condition de vie.
Il est clair que les enfants doivent manger et qu’il ne faille pas attendre demain pour leur apporter la nourriture. Il faut cependant constater que nous vivons de la débrouillardise et de la mendicité.
Ne serait pas judicieux dès lors de couper le cordon ombilical qui nous lie à la mendicité et à la soumission ?
Comment ?
Graduellement, intelligemment et résolument créer nos propres entreprises qui produisent de quoi nous avons besoin pour manger, nous vêtir, nous soigner, étudier, nous loger, nous divertir. Parallèlement, avoir des parts dans les entreprises qui pour l’instant nous emploie, nous utilisent.
Lorsque les 100% des capitaux dans les entreprises seront congolais, nous proclamerons notre indépendance : pas avant !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.