JP Bemba…

La sortie prochaine possible de Bemba de la prison de la CPI inquiète plus d’un observateur.

Ses fans s’interrogent sur la suite des événements : c’est depuis longtemps que l’on annonce la sortie, l’acquittement de leur président du MLC, mais que ce dernier se retrouve à chaque fois réparti dans d’autres procès.  On pense à tout : le racisme, la protection de Kabila qui serait plus manipulable, ou encore protection des tutsi qui pourrait voir leur sort basculer en drame à une libération éventuelle de Bemba, etc.

Ses adversaires politiques, dont notamment les sbires du régime de Kinshasa, sont dans la peur de voir resurgir l’homme qui avait le courage et la capacité de les contrer, étant lui-même armé comme eux et drainant une foule des adeptes de la thèse du soutien de « mwana mboka ».

Le reste de l’opposition qui lui hésite entre le soutien à un autre sanguinaire présumé et le maintient au pouvoir d’un  sanguinaire avéré, impénitent.

L’analyse ci-dessous soulève chez nous des questions auxquelles nous tentons quelques réponses et des problèmes auxquels nous proposons quelques pistes de solutions.


D’un contact WhatsApp.

Voici une analyse intéressante :

QUE PÈSE (PÈSERA ) JEAN PIERRE BEMBA DANS LE PROCESSUS ÉLECTORAL EN COURS EN RDC ?


Il y a plusieurs hypothèses:

1. Supposons qu’on le libère avant juillet ! Qu’Il ait le temps de faire le Congrès de son parti et de se faire désigner Candidat présidentiable !

◇Vu son poids politique « émotionnel » (et physique !), il écraserait les autres potentiels candidats de l’opposition (les Katumbi, Kamerhe, Fatshi, Fayulu, Matungulu et autres virtuels candidats )…

☆Question : les autres lui feront-ils ce cadeau ?

DIFFICILE DE LE CROIRE! Leurs déclarations de sympathie actuelles frisent l’hypocrisie !

2.Il peut jouer au  » *faiseur* de roi » en ne se présentant pas comme candidat pour plusieurs raisons :

▪Financièrement, est-il à même d’affronter une campagne électorale? (à moins que ses amis occidentaux qui ont obtenu sa relaxation lui donnent les moyens!)
▪Il peut craindre des poursuites judiciaires pour ses autres crimes internes en RDC (affaires d’exactions, de cannibalisme en Ituri, les violences post-électorales à Kinshasa en 2007) etc.
▪IL peut craindre une invalidation de sa Candidature à cause de sa Nationalité belge!
▪ Sa longue absence hors du territoire national peut constituer au terme de la loi un motif d’invalidation de sa candidature;

Mais, mais…ON SE RAPPELERA QUE PAR DEUX FOIS, JPB EST INTERVENU POUR SAUVER LE PROCESSUS DU DIALOGUE : IL A DONNÉ L’ORDRE À SON PARTI DE SIGNER, ET L’ACCORD, ET L’ARRANGEMENT PARTICULIER DE L’ACCORD contre l’avis de ses lieutenants!

☆Apparemment, l’Opposition a.plus à craindre de sa présence que la Majorité au pouvoir!

Malgré les supputations des uns et des autres, 10 ans de prison ça touche un homme!

● JPB sait qu’aucune aventure militaire ne lui est plus possible! Il ne peut plus endosser le costume d’un homme brutal et sans foi ni loi: il sait où cela peut mener!
● IL n’a plus le même poids.politique qu’en 2006: il a perdu des « poids lourds » politiques et il va devoir composer avec les nouveaux venus qui ne seront pas prêts à se laisser avaler par le « Requin »!

●Le message négatif de sa campagne de 2006 appelant à la haine contre les « Baswahili » et les gens de l’Est, lui ont définitivement fermé l’Électorat Important de l’EST du pays (60% d’électeurs! ) Difficile de gagner dans ces conditions ! (une vidéo malsaine circule à ce propos actuellement, promettant le massacre des Baswahili si JPB
revient!).

☆À mon avis, il sera « arbitre » ! Le camp qu’il soutiendra dans les prochaines joutes électorales sera assuré de prendre une longueur d’avance !

JL, analyste politique.
(Lu pour vous )!*


  1. Les questions
    1. Bemba sera-t-il libéré ou pas ?  Pourquoi, comment et quand ?
      1. En réalité, nous ne sommes pas dans le secrêt des dieux.  À s’en tenir à toutes les erreurs que commet l’Occident qui est visiblement aux commandes de ce drôle de revirement dans le procès de Bemba, il faut rester prudent.
      2. À supposer que Bemba soit libéré, il n’est pas certain que ce soit vraiment pour des raisons juridiques.  Tout semble indiquer que cette libération soit la conséquence de l’entêtement de Kabila qui ne veut pas céder le pouvoir à un autre.  Une punition du nègre qui veut se montrer indépendant pendant que somme toute il est coupable de plusieurs crimes contre l’humanité et crimes de guerre…
      3. À s’en tenir aux informations qui nous parviennent, tout viendrait des USA qui en ont marre avec Kabila et cherche à trouver se débarrasser de lui ; pour lancer de nouveaux programme d’exploitation des ressources du Congo ou de soutien humanistes aux peuples paupérisés d’une république bananière.
      4. En tout état de cause, si une libération devait avoir lieu, il faudra qu’elle se fasse avant les éventuelles élections du 23 décembre 2018, même si nous devenons de plus en plus nombreux à ne pas adhérer aux inepties de cette chose immonde.
    2. S’il était libéré, que ferait-il ?
      1. Comme dit ci-haut, Bemba libéré n’aurait pas la tâche facile…  Il faut absolument éviter de commettre les erreurs du passer qui n’ont pas sali que lui, mais tous ceux qui croyaient utile de soutenir son projet de rebellion.  Aujourd’hui, les sages ont compris l’inutilité de la manipulation lâche d’un peuple démuni de tout moyen de défense en raison de son ignorance et du manque de sa cohésion politique, conséquence de son origine colonial et de ses égoïsmes millénaires, non encore traités jusque ce jour.
      2. Même ses affaires ne sont pas faciles à relancer, théoriquement parlant. Toutefois, dans un pays où ce sont les immoraux qui règnent en maîtres, il faut craindre que nous repartions dans de nouvelles aventures diaboliques.
    3. S’il n’était pas libéré, quelle sera la suite de l’histoire du Congo ?
      1. Il faut craindre que le radicalisme, déjà lancé, prenne le devant dans la solution des problèmes congolais et que l’islamisme qui tente de conquérir le Congo ne soit encourager de continuer son projet, au dam des chrétiens congolais, d’abord, et de l’Afrique Centrale chrétienne par la suite.
      2. Si la crédibilité de l’Occident n’existe plus depuis belle lurette ; contrairement à ce que d’aucuns pensent.  La non libération de Bemba demain ajoutera à la colère des congolais qui ne fait que croître, quand bien même la désorganisation de leur État ne permet pas sa libération des griffes de l’Occident, comme de l’Orient d’ailleurs.  Il faut en revanche craindre que les opportunismes de plusieurs d’entre nous ne profitent en fin de compte à l’impérialisme, à l’islamisme, au communisme, comme cela continue à l’être de plus bel depuis quelque temps déjà – voici bientôt 28 ans environ.
      3. Globalement, le banditisme et la rébellion d’accroîtraient ; et, la situation sécuritaire du congolais ira de mal en pis, pour les profits de tous les bandits politiques dont la gente s’accroître.
  2. Les problèmes
    1. Quels problèmes soulève l’annonce du jugement de la CPI ?
      1. Les questions du droit.
      2. Les questions de la sécurité des biens et des personnes.
      3. Les questions du développement intégral et intégré de nos localités.
    2. Quels sont les solutions possibles aux problèmes ?
      1. Un État de droit est impossible au Congo tant que des congolais patriotes ne se mettrons pas autour d’un table pour décider du destin des congolais : que faire du pays hérité de l’indépendance de Lumumba et de quelle manière acceptable pour tous ?  La solution est donc dans la main des congolais qui aiment leur pays et qui sont capables de décider d’aider le peuple congolais à prendre son destin dans sa propre main.
      2. Tant que Kabila sera au pouvoir et tant que les congolais confieront à la MONUSCO pour la sécurité de leurs biens ; personne ne connaîtra la sécurité au Congo parce que ces acteurs participent sciemment à l’entêtement de la
    3. Qui mettra les solutions en oeuvre ?
      1. Il est difficile de répondre à cette question, la RDC étant totalement pilotée de l’étranger par des pays qui se trompent tout le temps et modifient leurs stratégies à tout bout de champ.
      2. Les compétences congolaises internes sont trop insuffisantes pour espérer une mise en oeuvre de solutions valables par les congolais eux-mêmes.
      3. Les pays dominateurs sont timides dans leurs démarches respectives dans la peur du terrorisme qu’appel leurs mainmises réelles ou imaginées sur les richesses du Congo.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s