Enrichir le congolais…

Chers compatriotes chrétiens, démocrates et capitalistes,

[Si vous n’êtes pas de conviction et d’engagement chrétiens, démocrates ni capitalistes ; merci de ne pas perdre votre temps en lisant la suite.  Passez outre, tout simplement !]

Grâce au projet lancé par le Trésor National, le projet « Enrichissement du congolais » embrasera probablement la RDC, dans les années à venir.  Dans l’entretemps, nous savons désormais que Kabila peut être facilement arrêté. Il peut-être traduit en justice pour répondre de ses actes, avec tous ceux qui l’accompagnent jusqu’à présent, profitant de la pauvreté multiforme de notre population congolaise.

Cependant, il ne suffit pas de faire condamner la kabilie judiciairement pour en avoir fini avec l’imposture.  En effet, Mobutu a été plus ou moins démonté de force.  Cela ne nous a pourtant pas accordé le répit.  Notre conviction est que tant que nous serons majoritairement pauvres, nous resterons dominés, exploités, pillés, colonisés ; comme cela l’est jusqu’ici.

Pratiquement, le pays est pourri jusqu’à la moelle des ses os.  Il faudrait donc tuer tous les congolais si nous voulons ne garder que des patriotes dans le pays.  Il serait impossible, immoral d’agir de la sorte.  Comment nous départir des cerveaux du PPRD sans pour cela détruire tous les congolais de la surface du Congo ?  Comment avoir la sécurité, le travail bien rémunéré, rapidement, sans pour cela se lancer dans une élimination de toutes les pommes pourries ni demeurer dans la tolérance du mal ?  Comment connaître une indépendance, relativement vite, la durée de deux législatures par exemple, sachant que nous la recherchons depuis des décennies, sans succès ?

Plusieurs solutions ont été proposées aux congolais sur ce site.  Nos compatriotes ont choisi, à tous les coups, de suivre des méchants, des démagogues, des cupides, des niais, des pauvres – au sens large du terme, des politiciens aveugles, plutôt que d’écouter la voix de la Sagesse créatrice, de la raison, de la justice, de la civilité, de l’humanité.  La vérité est têtue, dit-on !  Nous avons à chaque fois eu raison de nous mettre du bon côté.  L’histoire a honoré notre pugnacité, notre détermination, notre attachement à la voix de la simplicité, de la vérité, de la citoyenneté, de la solidarité, du droit.  Des amis nous ont abandonné en cours de chemin, tel ceux qui ont trahi gravement leur gente kongo qui avait pourtant eu un bon et sage sursaut d’amour patriotique ; que les démons de la distorsion de la vérité, de la démagogie ont considéré à tort comme une volonté de balkaniser le pays.

Heureusement, Dieu ne dort pas.  1997, 2001, 2006, 2011 et 2016 nous ont parfaitement donné raison.  Toutes les collaborations avec l’imposture, tacites ou explicites ont échoué glorieusement.  En même temps, la rébellion et les soulèvement populaires à caractère non juridiques, cachant mal notre peur d’affronter la méchanceté de face, ont eux aussi, échoué tout aussi glorieusement : sous nos regards hagards.

Malheureusement, nos négligences, notre compromission avec le mal, notre éloignement des conseils divins nous ont coûté très cher.  Plusieurs amis politiques refusent de le reconnaître.  Des prétextes ne leur manquent pas.  On ne cuit pas des omelettes sans casser des œufs ; mais où sont nos omelettes ?  On ne bat pas l’adversaire sans l’approcher ; qui a battu l’autre ?  L’opposition ou Kabila ?  Toute libération demande des sacrifices ; mais où est notre libération ?  Ce qui nous la promettent pour demain matin, nous fournissent-ils les raisons objectives de leur optimisme, de leurs espoirs, visiblement chimériques ?  Le temps passe.  Beaucoup de congolais sont tombés sous les balles, la brutalité, l’empoisonnement, la torture, le viol, le carnage, la fuite, le déguerpissement, l’exil, la raillerie, l’ignominie, la faim, le deuil…  Ni la CENI ni la MONUSCO auxquelles nous continuons à nous accrocher ne nous ont sauvé.  Beaucoup de nos vedettes politiques sont morts, sont en prison, sont réduits à néant, sont paralysés…  Personne n’est là pour les réconforter, pour les soutenir, à part quelques rares amis, qui risquent leurs vies.  Quant à la foule, elle est souvent dans l’euphorie lorsqu’une intervention inconnue d’elle réalise une prouesse.  Nous avons pu le voir à la délivrance d’Eliezer Ntambwe : Éliezer pouvait donc sortir, sans coup de canon !  Le micro est donc plus puissant que le soulèvement populaire, le canon et la rébellion.  Que nous réserve l’avenir dans tout cela ? Comment pouvons-nous le savoir ?  Kabila fragilisé, le peuple aura-t-il raison de lui enfin ?  Où se trouve le salut ?

Ce que nous réserve l’avenir.

En 2019, en janvier 2019, nous sommes persuadés que notre regret nous congolais sera grand que ceux du passé.  En effet, tout restant égal par ailleurs, aux mêmes causes, il n’y a pas de raison de s’attendre à des effets différents.  Mais comme l’imposture ne capitule pas, elle sera obliger de renforcer encore la terreur.  Elle a déjà monté d’un cran de plus en revenant en force dans l’Ituri.  Ne nous avoir pas suivis, en choisissant les élections de 2018, après autant d’élections foireuses, nous vaudra la punition de Dieu.  Sa Parole le dit et nous le vivons : il résiste aux orgueilleux et fait grâce aux humbles.  Jusqu’ici en effet, nos coups restent roides.  Nos choix sont  des plus mauvais, ils s’empirent même.  Mais que vient faire notre pauvreté (morale, spirituelle, professionnelle, matérielle…) dans tout cela ?  Pourquoi nous faut-il nous enrichir ?  Pourquoi donc le Projet 2014, dès son début en décembre 1999 est-il non seulement chrétien et démocratique, mais aussi capitaliste – nous avons dit capitaliste, plus que libéral ?

Comment pouvons-nous le savoir ?

Nous sommes originaires du territoire de Mahagi, dans la province de l’Ituri, en République Démocratique du Congo.  Ce pays est celui de l’or jaune, de l’or rouge, de l’or noir.  Il est compté parmi les greniers agricoles potentiels de l’Afrique Centrale.  Cependant, voici que nous, congolais, ses fils, ne valons rien du tout devant les princes saoudiens ou koweïtiens, devant les milliardaires américains ou suédois…  C’est une anomalie que nous proposons à tous, ressortissants et habitants de la RDC, de corriger au plus vite…  Si notre futur et celui de nos enfants nous tient à cœur, nous voyons mal pourquoi nous nous tournerions le dos à cette requête !  C’est pourtant ce que la majorité d’entre nous décide de faire jusqu’ici en renouvelant à nouveau d’aller aux élections préparées par la CENI, la MONUSCO, la CENCO et la Communauté Internationale de Kabila.

Le peuple aura-t-il raison de lui ?

Dans le Projet 2014 (Apprenez ce qu’est le Projet 2014), l’enrichissement du congolais est une des missions que nous proposions déjà au travers de l’adoption du capitalisme comme modèle économique – le capital étant pris ici dans son sens le plus large.  La fédération de nos ressources, pour soutenir de projets rentables, pesants, de développement individuel ou communautaire, nous aurait déjà permis depuis longtemps de disqualifier les traitres, les esclavagistes, les colonisateurs, les imposteurs et les pilleurs de notre nation.  C’est dans cet ordre d’idée que nous avons proposé le passage d’un budget de quelques milliards à un autre budget, minimal, de 1560 milliards d’Euros.  Cette proposition ne tenait compte que des 2500 €/ménage/mois, nets, à garantir à la famille de 4 personnes (2 parents ayant 4 enfants) et de revenu moyen.  Notre peuple est-il assez mature pour s’organiser, pour mobiliser ses énergies et produire les 6500 €/ménage/mois qu’il faut pour atteindre cette objectif ?  La réponse est non !

Notre état d’esprit n’est pas au travail assidu.  Beaucoup de congolais sont encore obnubilés par l’aide de la Communauté Internationale, par l’aide de la diaspora, par les interventions des sociétés caritatives étrangères, par les fruits de la fraude et des trafics de toutes sortes.  Les leaders que nous nous sommes donnés, sur base des considérations familiales, tribales, claniques, ethniques, d’alliances, culturelles, linguistiques, régionales ou religieuses, se montrent défaillants.  Souffrant de carences intellectuelles, professionnelles et éducationnelles chroniques, ces hommes, sans projet de société valables ni viables, sont incapables de nous conduire vers un développement harmonieux.  Ici et là, ils ont construit, ils ont cultivé, ils ont monté des usines, voire-même des écoles.  Bien souvent, avec de l’argent sale.  Bientôt, comme le chateau de Gbadolite, certaines de ces infrastructures risquent de disparaître, laissant place à l’insalubrité.  Le peuple que nous sommes, investi dans la fausse religion, de l’animisme aux églises du réveil, est frappé d’aveuglement.  Dans le noir, nous nous battons sans trouver la porte de sortie, dans la chambre noire où nous nous sommes engagés nous-mêmes, le jour où nous avons arrêté le culte du Dieu vivant est vrai, pour celui de l’homme, en 1965, après avoir réalisé le même exploit le 30 juin 1960…

Appauvris, par les rebelles d’abord, par la dictature ensuite et par l’imposture enfin, nous sommes devenus un peuple sans pouvoir, sans capacité, sans inspiration, sans force ni esprit critique…  Nous nous sommes appauvris, intégralement !  Sans ressources suffisantes, spirituelles, matérielles, financières, intellectuelles, technologiques, sociales et autres, nous sommes devenus la proie facile de tous les rapaces de la terre : les prostitués, les démagogues, les ignares, les imposteurs de tout acabit, les gourous divers nous mènent où ils veulent, quand ils le veulent et le peuvent.

Où se trouve la voie du salut ?

Le concept que nous vous proposons n’est pas de nous au départ et n’est qu’une des corrections à apporter à nos comportements pour retrouver la porte de sortie de l’enfer qui est la répentence.  Il nous vient du Trésor National, du Congo-Libre (La plateforme de la RDC-Libre), où nous nous représentons le territoire de Mahagi au Conseil National et conseillons la Présidence de la RDC-Libre (Qui est Albert Muya Ilunga, Président de la RDC-Libre ?).  Nous l’avons adapté à la vision chrétienne, démocratique et capitaliste qu’a notre proposition de projet de société pour l’Union des États Indépendants du Congo à laquelle nous appelons les congolais.  Le choix des outils Microsoft et Google que nous avons opéré est une préférence qui nous est imposée par le fait que ces sociétés sont déjà partenaires de notre autre projet EAE ASBL (Connectez-vous au site officiel de l’EAE ASBL).

Pour ce projet d’enrichissement du congolais, nous avons besoin de plusieurs équipes de pilotage de projets.  Des équipes de proximité, constituées de patriotes, chrétiens, démocrates et capitalistes.  Ils auront pour mission de mobiliser les congolais, de collecter les données, les participations aux financements et les projets des adhérents.  Ces équipes suivront et conseilleront et accompagneront au besoin les bénéficiaires des financements dans l’exécution de leurs projets respectifs.  Elles utiliserons des technologies de pointe de l’informatique nuagique pour accomplir leurs missions.  Les membres de ces équipes doivent donc absolument être connecté au Net.  En plus, ils doivent savoir utiliser efficacement les outils bureautiques et nuagiques de Microsoft et Google.  Cette façon de faire nous permettra de prétendre à la compétitivité et de redorer plus rapidement l’image de la nation congolaise.

Le projet à financer est retenu en raison de sa rentabilité, pour son caractère chrétien, visionnaire et innovant, ainsi que pour sa contribution à l’enrichissement effectif d’un ménage congolais isolé ou de plusieurs congolais structurés en une entreprise.  Il reçoit un financement complémentaire à celui mobilisé par son initiateur.  Il est remboursable, avec intérêts.  Il doit permettre au projet d’avoir une taille qui le rende viable, pesant, responsable et compétitif.  Le montant du financement mobilisé, une fois remboursé est affecté au financement d’un autre projet retenu par l’équipe de pilotage.  Les intérêts produits seront redistribués sur les parts des participants aux proratas des mises.  Nous ne financerons que les adhérents au projet « Enrichissement du congolais »  !  Les retraits des parts ne seront possibles – sans demande de justification – qu’uniquement à la remise ou à la clôture du projet dans lequel les parts auront été engagées, sur une base libre.

Notre objectif ultime est de :

  1. produire proprement des milliardaires congolais qui soient chrétiens, démocrates et capitalistes ;
  2. contaminer par l’exemple, par une action solidaire de sponsoring interne à notre nation.

Nous attendons ainsi participer au renforcement du développement de la RDC toute entière ; et, par contamination, de l’Afrique.

Qui se jette à l’eau ?


Moi !


Je suis :

  1. né de nouveau en Christ,
  2. démocrate et
  3. capitaliste,

de conviction et de fait.

Je veux participer activement à cette action humaniste, innovante et enrichissante.

Je m’inscrivant comme participant au projet « Enrichissement du congolais ».  Je verse une part minimale de 100 € sur le compte du projet dans ma localité, avec comme objectif de participer activement à faire des millionnaires congolais dans ma localité ou dans mon pays, la RDC, légalement et le plus rapidement possible.

Les données que je fournis dans le cadre du projet « Enrichissement de l’alur de Mahagi » ne seront utilisées par la section locale ou régionale du Projet 2014 que dans le cadre du projet et ne serviront sous aucun prétexte à d’autres fins que celles de la communication avec moi, sur ma participation. Le fichier des données est centralisé à Bruxelles par Paluku-Atoka Uwekomu, initiateur et administrateur principal (initial) du projet.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s