Bilan 31/12/2017

[12/31, 20:35] :
Découvrez le Tweet de @TvLadiva :

[12/31, 20:38] : Découvrez le Tweet de @MichaelTshi :

12/31, 20:39 :
RÉPRESSION sanglante en RDC ce dimanche 31 décembre 2017 :
– Paroisse St Alphonse de Matete, deux morts de balles tirées par la police et de nombreux blessés parmis lesquels les prêtres.
– A Bandal, les manifestants et les prêtres sont séquestrés à la paroisse St Michel .
Paul Nsapu.
12/31, 20:39 : Infos Alerte : RDC/ Kinshasa :
– Dans nombreuses paroisses catholiques, les défenseurs des droits notent une répression brutale et sanglante de la police manifestants pacifiques. A la paroisse st Joseph de Matonge par exemple et en attendant le bilan, la police a, aux environs de 9h00, tiré à balles réelles sur les manifestants, beaucoup sont touchés. – C’ est depuis hier aux environs de 22h00 que le régime de Kinshasa a procédé à la coupure de l’ internet et sms. – Des rapts des jeunes, arrestations arbitraires et autres traitements inhumains opérés depuis hier par les forces de protection et de défense, se poursuivent ce matin dans plusieurs communes. La folie meurtrière du régime illégitime et illégal est désormais engagée.
A suivre.
Paul Nsapu.
RDC : Des civils en armes à côté de militaires qui parlent anglais

A Lemba, dans la paroisse saint-Benoît, un témoin nous explique que « tout avait commencé paisiblement. On pensait même qu’il n’y aurait rien à la sortie », explique-t-il, caché dans un nganda pas loin de la Fikin, « à l’abri parce que ça tire », poursuit-il alors que l’on entend distinctement les déflagrations.

« Au moment de sortir et commencer à marcher sur l’invitation du curé, des jeeps sont arrivées avec des gardes présidentielles, les Bana Mura avec leur béret rouge. A côté d’eux, il y avait des hommes en civils. Je suppose u’ils devaient faire croire qu’ils n’étaient pas des militaires, ce qui pouvait peut-être justifier l’intervention militaire. Mais ces gens en civil étaient des hommes de la garde républicaine. Nous en avons reconnu quelques-uns que nous étions plusieurs à connaître personnellement », explique notre témoin qui était au début des coups de feu « à côté du curé ». « J’ai essayé de vous appeler à ce moment-là parce qu’il voulait témoigner de la violence de ces interventions face à une foule de fidèles pacifiques. Mais il a été blessé à l’oeil par un tir de lacrymogène et emmené à l’hôpital ».

Militaires lourdement armés

Un autre témoignage nous vient de l’église Saint-Michel de Bandal où se trouvait notamment l’opposant Vital Kamerhe. « Les militaires ont fait irruption et n’ont pas hésité un instant à tirer à balles réelles juste au-dessus des têtes. Ils étaient lourdement armés, de vrais Rambo qui parlaient anglais. Ce ne sont pas des Congolais. Dites-le bien, insiste notre témoin, toujours caché pas loin de l’église.

A la paroisse Saint-Alphonse de Matete, on déplore les premiers morts. Deux fidèles auraient été tués « par balles tirées par la police. Il y a de nombreux blessés. Le prêtre est aussi touché », selon un fidèle.
[12/31, 21:10] ‪‬:
Bilan provisoire de la mobilisation populaire de ce dimanche 31 décembre 2017 :

  • Au moins 8 morts, dont 7 a Kinshasa et 1 à Kananga, la plupart par balles.
  • Au moins 300 blessés, dont certains très gravement, et dont quelque 50 l’ont été par balles. Parmi eux, 4 militants de la LUCHA à Kasindi.
  • Au moins 160 personnes arrêtées ou portées disparues, y compris plusieurs prêtres catholiques. De ces personnes arrêtées il y a au moins 38 militants de la LUCHA dont 3 à Kisangani, 9 à Beni, 7 à Kananga, 1 à Lubumbashi (relâché), 7 à Idjwi (relâchés ce soir), 1 à Bukavu, 3 à Matadi, et 7 à Mbandaka. 3 jeunes assimilés à la LUCHA ont aussi été arrêtés à Sake.

Plusieurs milliers de Congolais ont bravé la peur dans plus de 15 villes à travers le pays. D’autres ont manifesté à Paris, Bruxelles, et Londres.

Notre peuple doit être fier de lui-même. Il a gagné la bataille de la dignité en se soulèvent pacifiquement et dans l’unité. Son message a été entendu aux quatre coins du monde : il veut le changement, il veut le respect et la justice, et surtout il veut déterminer librement son avenir par des élections crédibles, inclusives et transparentes. Il a montré qu’il n’avait peur ni des chars, ni des mitrailleuses, ni des lacrymogènes. Les moyens de censure et de répression déployés par Kabila sont le signe de sa faiblesse et de la peur qui règne dans son camp, et pas l’inverse.

Bravo à tous les congolais qui ont répondu aux appels des laïcs catholiques et des forces sociales y compris la LUCHA. Bravo aux prêtres et évêques catholiques qui ont courageusement assumé leur rôle de bergers du peuple de Dieu, opprimé et dénie de tous ses droits. Hommages aux victimes de plus de la répression d’aujourd’hui, pensées pour les blessés et les citoyens qui terminent l’année en détention pour s’être levés pour défendre leurs droits.

La lutte exige de nous la persévérance. Kabila n’est pas parti aujourd’hui, mais il va partir tôt ou tard, pas parce qu’il le veut, parce que le peuple l’aura voulu. Il en est conscient. Gardons donc intactes notre détermination et notre foi dans un Congo Nouveau.

Dans quelques heures, l’accord de la Saint Sylvestre va expirer. Elle était l’unique semblant de légitimité politique pour Kabila et son gouvernement. Nous rentrons dans une période où désormais n’importe qui peut se proclamer président de la République car Kabila est lui-meme un individu comme un autre.

Ceux qui ont soutenu le soi-disant calendrier électoral doivent tirer les conséquences des événements m de ce jour, ou même des églises ont été profanées et des hommes de Dieu brutalisés sans raison. Il n’y a pas d’élections paisibles et crédibles qui puissent avoir lieu dans ces conditions.

Il n’y a rien à fêter ce 1er janvier 2018. Restons mobilisés, et faisons en sorte que ce soit le dernier nouvel an vécu dans ces conditions ! En ce qui nous concerne, nous ne baissons pas les bras. Pas de répit tant que notre peuple n’aura pas gagné sa liberté.

Travaillons pour faire de 2018 l’année de l’espoir et de la liberté retrouvée.

Vive le Congo uni et libre !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Bilan 31/12/2017

  1. Nos analyses à chaud suivent…
    Que pourra faire la CLC qui cache la CENCO derrière ?
    La diaspora a-t-elle une solution acceptable ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s