Maîtriser l’économie

Maîtriser l’économie nationale avec Kongo ya Sika, notre parti politique en phase de recrutement de nouveaux membres.

L’économie congolaise est caractérisée aujourd’hui par une prépondérance de l’informel.  Difficile dans ces conditions de mesurer l’effort du congolais à sa juste valeur, pour pouvoir lui accorder le salaire que mérite son travail.

C’est la raison pour laquelle, au sein de Kongo Ya Sika, nous, personnellement, militons, démocratiquement, pour la cause d’un développement centré sur trois piliers : le christianisme, la démocratie et le capitalisme pur et dur.  Pour construire un état responsable, nous devons nous inscrire dans le dessein de Dieu et éduquer nos fils à s’y attacher.  Nous affirmons que sans le respect de nos peuples, il soit impossible de faire la paix dans le pays.  Enfin, il nous faut valoriser l’initiative privée et collective du congolais.  Cela ne sera possible qu’en construisant nos appareils de mesure, compatibles avec nos cultures pour évaluer nos performances.  Mais cela ne sera aussi possible qu’en formalisant notre économie de manière à pouvoir quantifier les efforts de tout un chacun et nous assurer qu’ils soient correctement récompensés.  Le folklore dans lequel travaille le congolais, depuis l’indépendance mensongère de Lumumba et ses acolytes, ne permet pas de jauger la compétence ni l’engagement du congolais dans le travail.  Depuis lors par exemple, personne ne peut nous dire ou ne voudra nous dire combien nos peuples ont produit et combien elles ont perdu.  Un flou artistique est entretenu pour garder nos peuples dans l’ignorance de tous.  Des experts sans expérience ni scrupule nous sont vendus pour nous distraire, afin que nous ne nous occupions pas de l’essentiel : le travail et le bénéfice de ses fruits.

Pour pouvoir mesurer la productivité de chaque congolais en âge et en capacité de travailler, il faut que le travail au sein du pays – pour nous, au sein de l’union des états indépendants du Congo – soit formalisé, contrôler par l’individu et par la collectivité, par l’État – directement ou via des sociétés accréditées.  De cette façon nous saurons, à la centime près, ce que produit la RDC dans le concert des nations et l’effort de notre peuple et de nos populations, ne sera ni sous-estimé ni surestimé.  Il en résultera forcément un respect de notre gente, pour nous-mêmes d’abord ; et ensuite, plusieurs âmes engagées à travailler pour leur salut, de leurs mains et de leurs esprits, viendront chez nous tandis que les paresseux et imposteurs n’oseront et ne pourront plus visiter notre territoire.  Tout cela est merveilleux et facile à dire et aisé à promettre à notre peuple qui traverse un moment très difficile de son histoire.  Comment modifier la culture nationale, les habitudes et les mentalités de nos populations ?

Depuis la traite d’esclavages, jusqu’à l’imposture qui sévit dans notre pays aujourd’hui, en passant par la colonisation, dont nous n’arrivons pas encore tirer des leçons bénéfiques pour notre développement, nous, congolais, nos royaumes et nos peuples, travaillons sous le commandement, sous le joug d’étrangers.  Si rien n’est fait pour conjurer cette ignominie, elle se renforcera jusque dans les 20 à 30 ans à venir avant de commencer à disparaître ; en espérant que nos arrières-petits-fils à nous, génération des années 50, se révoltent, non plus contre autrui, mais contre nous-mêmes qui nous laissons subjuguer. La grogne monte doucement : il faudra donc du temps pour que le peuple se décide de rompre avec le passé pour commencer une culture de “civilisés”, d’hommes libres.  Quoi faire en attendant ?

Ceux qui attendent la manne venant du ciel prendront du temps.  Dieu ne peut être juste s’il amadoue la fainéantise, la trahison, l’idolâtrie et la duplicité de la majorité de nos élus.  Les brimades d’aujourd’hui nous apprennent que Dieu punit les pères jusqu’à la 4ème génération même.  Cette génération-ci est celle de nos fils.  Génération de nos enfants, nous qui, en 1965, acceptâmes les premiers abomination dans le pays : le culte du Timonier, du Maréchal, Joseph Désiré Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga.  La longueur de son nom présageait celle de la crise qu’il instaura dans le pays avec ses fans : les membres du Mouvement Populaire de la Révolution.  Nous payons, moissonnons aujourd’hui ce que nous avons semé depuis hier…

Avec le PPRD de SE Joseph Kabila Kabange, comment espérer avoir mieux ?  Maîtriser notre économie demain passe par une action décisive, démocratique, contre l’imposture.  C’est intelligemment et sagement qu’il faut s’y prendre.  Ce qui signifie monter des projets robustes pour nous mettre tous au travail bien rémunéré.  Si ce combat paraît difficile, en réalité cela ne tient qu’à notre paresse.  Nous avons habituer nos hommes politiques à prendre le dessus sur nous.  Nous n’osons pas leur rappeler qu’ils sont non pas nos maîtres, mais bien nos serviteurs. Et c’est ici que nos cultures nous divisent.  Beaucoup d’entre nous se livrent volontiers à leurs gourous à qui ils confient volontiers la gestion de leur dessein.  Nous, congolais minoritaires, qui revendiquons l’indépendance de nos citoyens et de nos peuples, sommes persécutés par nos nombreux compatriotes paresseux et traîtres nés.  Le divorce d’avec de tels faux frères est la solution que nous sommes lents à adopter, quand bien-même nous la comprenons !

Personnellement, nous avons initié deux projets ambitieux pour nous mettre au travail : le projet Coopératives et le projet Mines.  Nous en avons confier la gestion à l’EAE ASBL, faute de voir les congolais s’en enchanter pour s’y investir.  Les projet Coopératives vise l’éradication du chômage par les chômeurs eux-mêmes ; tandis que le projet Mines se concentre sur la promotion des exploitants artisanaux des minerais et des minéraux précieux.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s