Paida à Beni…

Paida, à Beni, dans le Nord-Kivu, vit, connait l’insécurité de longue date.  Combien de temps durera-t-elle encore ?  Que peut-il fait pour conjurer le mal ?  Faut-il recourir au secours divin por le salut des habitants de Paida ?  Nous proposons des pistes de solutions.  Pistes que les congolais n’aiment souvent pas empruntées.  Après une livraison de MCGOD sur Skype, voici ce que nous lui renvoyions.

[06:53:07] MCGOD: Flash!Flash!Flash Info++Monde
DES BANDITS A PAIDA CETTE NUIT DU SAMEDI 01 AU DIMANCHE 02 AVRIL 2017. Munis des couteaux et marteaux, selon les dires des rescapés, des bandits ont fait incursion dans la paroisse de Paida à Beni. Ils ont forcé les portes des chambres des abbés Benoît, Olivier et Etienne. Nous louons l’Éternel parce que malgré leur agressivité, aucune perte de vie humaine n’est signalée. Seulement quelques égratignures lors des tentatives de « camouflage ». Il sied de relever tout de même, le fait que ces assaillants prononcent :  » Apa njo kwa économe. …  » Nous joignant au telephone pour prévenir le pire chez le voisin, vers 02h25, l’abbé a signalé la perte de certains biens de valeur comme ordinateurs et autres. Par ailleurs, la presence tardive de la police a remis à cette communauté l’espoir de revoir au matin le soleil du cinquième dim de carême. Une nuit pas comme les autres. Depuis ce temps, je suis resté en attente. Craintif et tremblant pour avoir été vite alerté, j’ai interdit tout sommeil à mes yeux et tout répis à mes paupières. En effet, j ai cru comprendre qu’une deuxième cible ne manquerait pas. Soyons donc prudents. Oui très prudents même. De fait, Ce n est plus loin de nous, à Luebo. C’est chez nous…
Don Jean-Filston
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++
[16:21:57] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Tout cela n’est que le commencement de la douleur. Nous avions bien avisé nos compatriotes. Il ne fallait pas choisir la voie des élections. Celles-ci ne sont pas nôtres. Et qui plus est, elles ne nous servirons à rien pour l’instant. Même si elles pouvaient être transparentes, justes et équitables.
L’urgence selon nous est double.  Primo, il s’agit d’arrêter, de juger, de condamner les esclavagistes, les colonisateurs, les dictateurs, les imposteurs. Nous pensons ici à des congolais et tout comme à des étrangers. Nous évoquons ceux qui nous prennent pour des sous-hommes depuis la nuit des temps.  Nous pointons du doigt ceux que nous commettons malgré tout à la gestion de notre nation. Nous laissons de côté pendant ce temps les hommes faits, rares, qui sont soucieux de notre véritable paix et de notre réel enrichissement.  Secundo, il s’agit de s’engager à travailler autour d’une table, tous les peuples congolais de l’opposition réunis.  Produire notre projet de société à nous.  Un projet de société qui soit le plus complet et le plus démocratique que le Congo ait jamais connu.  L’objectif devra être la gestion du pays par projets, démocratiquement élaborés, en toute transparence.  C’est quitter définitivement la conduite du pays en nous soumettant aux caprices de quelques gourous, des quelques autorités, de quelques illuminés.
Rejoignez-nous au projet 2014 pour avoir des propositions qui résultent d’analyses solides, approfondies de nos problèmes.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s