RDC : ressource humaine

Avec notre compatriote Élie Mwaka, nous débattons ci-dessous de notre ressource humaine.  Lisez !

[08:11:42] Elie Mwaka :

Cher Graphèle, si vraiment telle est la condition, alors nous ne sommes pas en retard puisque toutes les capacités nous les avons. Seulement, comme il n’y a pas d’école spécifique pour former les Présidents, les sénateurs, les parlementaires … bref, les gestionnaires de la chose publique manque une éducation de base qui puisse stimuler leur bonne volonté. Surpris de se retrouver au pouvoir, il ne considère que leurs familles biologiques comme étant le seul peuple susceptible de bénéficier de leur gouvernance. Le Projet 2014, ne doit rester à la diaspora. Il doit aider à sélectionner des cadres qui auraient un meilleur profil visant l’intégrité du territoire congolais et le bien être du peuple congolais. Il y a lieu de mettre en RDC un cadre d’échange démocratique qui ne peut pas pas être corrompu ou téléguider à l’instar de la société civile ; d’ailleurs qui [celle-ci] ne parvient pas à satisfaire les civils qu’elle représente en analysant ses démarches.

[10:52:43 | Edited 11:15:27] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu :

Élie,
Relis bien ton texte. Il contient beaucoup de contradictions et de contre-vérités.

1. Nous sommes en manque CRUEL de capacités dans notre pays, depuis 1960, jusque aujourd’hui. C’est faux de prétendre que le Congo soit doté en suffisance des capacités dont il a besoin. C’est plutôt tout le contraire. Nous manquons de tout : ingénieurs, médecins, politologues, sociologues, enseignants, historiens, philosophes, économistes, agronomes, vétérinaires, mécaniciens, tailleurs… Même si les 10 millions de congolais de la diaspora rentraient tous aujourd’hui au Congo, nous serions encore en carence de compétences et expertises. Ce n’est pas tout. Il faut lire le travail que nous avons fourni pour montrer ou démontrer que la ressource hydroélectrique dont nous nous vantons n’est qu’une grande supercherie. Nous avons déjà montré que que l’Ituri n’a de la viande que pour 2 semaines de survie au maximum, que la réserve exploitée par Kibali Gold Mining ne représente pas 2 ans de salaires pour les ituriens (seulement), etc. C’est dire que nous devons revoir toutes nos statistiques complètement faussées.  Données incomplètes ou mal présentées par ceux qui veulent que nous ignorions nos misères et ne nous précipitions au travail salvateur, libérateur.

2. Il existe beaucoup d’écoles [des écoles] pour former les présidents, les parlementaires et tous les autres responsables. Du moins, dans les pays qui s’attachent à l’excellence. Nous sommes en retard, nous avons même reculé sur certains points que je ne détaillerai [n’aborderai pas ici : ENA, ISTA] pas ici.

3. Quasiment, toutes les réalisations du Projet 2014 ont eu lieu [bénéficié] au Congo jusqu’ici : FEEC, CNTIC, Formations, KYS, Mines, Bureau virtuel, etc.

Mon frère Élie, arrêtons de suivre des aveugles !
Nous congolais devons absolument instruire, former et éduquer tous nos citoyens, systématiquement, pour être compétitifs sur la scène internationale.  Cela est possible, sans aucun secours de l’UNESCO !  C’est ce que nous faisons dans tous nos projets : Projet 2014, Kongo ya Sika, EAE ASBL. Celui qui ne veut pas se former, s’instruire, s’éduquer ne travaille pas avec nous. Mes associés (EAE ASBL, Projet 2014), mes camarades filleuls (Kongo ya Sika) sont en formation, éducation et instruction permanentes et peuvent le témoigner ! Voici bientôt deux semaines que le réveil de la diaspora scolarisée nous encourage. Nous pensons de ce fait que d’ici quelques mois, la donne politique changera significativement en RDC.  Signalons au passage l’initiative de notre frère Albert Muya qui demande un soutien MASSIF de tous les congolais ; ou encore celle de Rémy Luvumbu, qui peut aider de nombreux chômeurs à trouver du bon travail.  Cela, sans oublier les grosses pointures en quête d’un soutien politique conséquent pour réaliser leurs rêves politiques, qui bénéficierons aux congolais.

[13:25:42] Elie Mwaka :

Merci Graphèle et moi je comprends, probablement avec mon entourage puisque nous tirons l’éducation de la société dont nous appartenons.

[13:40:25] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu :

Nous instruire, nous former, nous éduquer ne demande pas que nous allions nécessairement à l’école de l’homme blanc.

Toi, tu peux nous rejoindre, intégrer une autre structure ou créer une entreprise pour participer activement à un projet de mise à l’école des enfants non scolarisés et de mise au travail des adultes qualifiés, mais sans emploi.

Nous t’y encourageons vivement.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s