Projets d’études…

Que ce soit Lumumba, Mobutu, Kabila ou son fils : tous ont dirigé le Congo dans une optique socialiste ou communiste.  Tous, ont construit leur règne sur la dictature, l’autoritarisme, le génocide du congolais et de l’étranger sur notre territoire.

Il faut un long exposé pour éclairer celui qui est dans le doute.  Des discours, des gestes, des actions montrent très clairement que tous ce monde n’a pas de souci pour le droit à l’autodétermination de nos peuples du Congo.

Aujourd’hui, plusieurs encore s’efforcent de continuer sur la lancée de ces ténors de la politique congolais.  Parce que ces hommes se soucient plus de leur confort matériel et moral que de celui du congolais sur le dos de qui ils voudraient vivre.  Dans pareil condition, ce n’est pas de ces hommes qu’il faut attendre la promotion de la jeunesse congolaise.  Nous affirmons que la solution au problème de l’éducation, de l’enseignement, de la formation, n’intéresse pas ce hommes et surtout qu’ils ne sont pas en tout état de cause de nous proposer des solutions.

Dans l’EAE ASBL, nous travaillons au développement local et aux échanges entre l’Union Européenne et l’Afrique, par projets.  La jeunesse ne peut pas y échapper.  Nous traitons ici du cas du Congo, parce que, avec la Belgique, c’est un pays que nous connaissons bien.

Lumumba et ses adeptes, dans un esprit démagogique, de paresse et raciste, avait promis aux parents congolais naïfs, sous-instruits, superstitieux, que l’école serait gratuite.  Le Parti National du Progrès (PNP, pene pene na mundele, par ironie, par les lumumbistes), avaient beau démontrer que les lumumbistes trompaient, que les sorciers ne fussent pas en mesure de payer l’école pour nos enfants ; personne, dans la rancœur de la post-indépendance, ne pouvait supporter leur discours de « traîtres », de néocolonialistes, de sorciers même.

L’histoire, le maître de la politique, donna pourtant raison au PNP.  Ni Lumumba avec son AFDL, ni Mobutu avec son MPR, ni Kabila avec son AFDL, ni son fils avec son PPRD n’ont été de nous proposer un projet d’études pour nos enfants.  C’est bien le contraire, depuis Mobutu, le diplôme congolais se déprécie ; et qui pis est, de plus en plus de jeunes ne savent plus finaliser leur projet d’études.  Pendant ce temps, quelques riches congolais, plutôt que d’investir dans un enseignement de qualité au Congo, investissent des sommes allant de dix fois à cent fois ce qu’ils investiraient dans de bonnes études de leurs enfants dans le pays, dans des études à l’extérieur du pays, qui ne sont pas nécessairement à envier.

Notre proposition est une invitation à corriger la faute, l’erreur.  Et pour bien faire, comme dans toute initiative, il faut d’abord bien épingler les problèmes, les motivations, les objectifs et ensuite, les stratégies et les ressources.  Que faut-il pour que tous nos enfants étudient dans de bonnes écoles ?  Quels doivent être les motivations des acteurs ?  Quels objectifs précis devons-nous poursuivre ?  Quels types de stratégies nous sont à adopter pour atteindre ces objectifs et quelles ressources aurons-nous à mobiliser pour y arriver à coup sûr ?

 

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s