Comment gagner ?

D’aucuns se demandent comment arriver à bout de l’imposture au Congo ?  Comment réagir face aux mensonges du régime, à la méchanceté et à l’incompétence du gouvernement, à l’irresponsabilité du parlement ?  Comment gagner dans notre lutte contre les anti-valeurs ?

La livraison qui suit donne un cas où l’exercice de notre discernement est nécessaire pour que nous ne lancions pas des coups d’épée dans l’eau.  Nous terminons sur quelques rappels de ce que nous aimons à dire à notre peuple, dans le but de nous aider à faire un pas en avant, sans recul.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

[00:53:37] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao:

https://youtu.be/C9hnYeCaaNs
Mgr Fulgence Muteba: « Katumbi recrute des mercenaires ? C’est une hallucination! Alexis Thambwe Mwamba a annoncé avoir ordonné une enquête contre Katumbi pour un dossier de recrutement de mercenaires. L’Evêque du diocèse de Kilwa Kasenga dans l’ex- Katanga, Mgr Fulgence Muteba a rapidement réagi à ce sujet.

« Je suis parmi les personnes qui sont sensibles à la question de la sécurité de mon diocèse. Chaque fois que la sécurité a été rompue, je n’ai pas hésité à éléver la voix. Je circule sur les territoires de Kasenga, Pweto, de Mitwaba, je n’ai jamais vu un seul mercenaire ou un rebelle. Je considère cette information comme une invention, une hallucination. (…). Aucun milicien, camp d’entrainement. Des gens qui sont à la recherche d’un positionnement politique, à cours d’argument qui essaient d’inventer des choses comme ça. » https://youtu.be/C9hnYeCaaNs

[01:19:04] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu:

Chers frères,

Une preuve doit être une preuve.  On ne combat pas le mensonge par un autre mensonge, qu’il soit volontaire ou involontaire.  Que voulons-nous dire par là ?

Ne pas avoir rencontré de rebelles ni de mercenaires ne prouve pas qu’il n’y en ait pas ; bien que cela puisse expliquer la présomption que le gouvernement mente ou tente de mentir aux congolais.  Affirmer que le Katanga soit dans une tranquillité relative, c’est nier, sans s’en rendre compte, l’insécurité qui prévaut dans le Katanga, dont Katumbi lui-même parle, bien qu’elle soit le fait du gouvernement ou de bandits de droit commun !  Notons de plus que prendre la « communauté internationale » ou la MONUC à témoin n’est plus de bon aloi ! Aujourd’hui, les congolais qui ne nous donnaient pas raison en 1994, dans l’affaire de l’Ituri, reconnaissent leurs erreurs.  Ils commencent à comprendre que les institutions que nous dénoncions ne sont susceptibles ni de nous aider à faire la paix ni à réaliser la prospérité ni à connaître la vérité qui nous affranchirait.

Cela dit, rappelons, soulignons et insistons.  Répétons que le salut du Congo commencera par l’identification et la promotion de nos bons et vrais leaders, la disqualification des hommes véreux que nous avons commis à la gestion de la chose publique, la conduite de notre développement sur la base d’un projet de société qui soit congolais, le plus complet et le plus démocratique possible.  Or, sans un cadre de travail comme le Projet 2014, il nous est impossible d’atteindre d’accéder à ce salut.  Les paresseux, les « dépendantistes », les démagogues, les traîtres, les colonialistes, congolais et étrangers, continuent d’induire  en erreur notre peuple.  Notre population qui est maintenue dans l’ignorance par les régimes qui se succèdent à Kinshasa et par les pasteurs des « églises du sommeil » qu’ils laissent pulluler sur l’espace national, stratégiquement.

Pour l’heure, nous sommes peu nombreux à aller dans cette direction. Notre désenchantement en 2017 est donc prévisible.  Et nous devons savoir que beaucoup de ceux qui quittent JHK aujourd’hui, ne le font pas de bon cœur. C’est par peur d’être pris dans le piège de l’histoire. La communauté internationale est en effet de plus en plus obligée à changer de camp. Elle doit faire volte-face pour calmer les congolais qui sont sur le point d’atteindre le point de non retour. Ils sont dans la crainte des congolais qui lorgnent déjà ou qui sont déjà convaincus par les thèses de l’État islamique. Ces congolais tentent de changer de stratégie de lutte, les stratégies passées n’ayant pas donné les résultats attendus, comme nous le prédisions…

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s