Qu’attendez-vous de 2016 ?

Le pouvoir de Kinshasa est-il une dictature ?  Comment le savoir ?

Les partis au pouvoir forment une majorité écrasante au parlement jusqu’à présent.  Un parlement élu par nous, congolais.

L’impopularité du pouvoir ne sera prouvée que lorsqu’une majorité écrasante quittera la Mouvance Présidentielle (MP).  Ce moment est encore loin devant nous, si nous lisons les indicateurs politiques et sociologiques congolais.  Que faut-il faire dans une démarche démocratique, citoyenne, quand on est de l’opposition ?

C’est prouver au congolais que ce pouvoir n’est plus celui du peuple.  Montrer que le peuple ne l’aime plus.  Qu’il le suit plus en parce qu’il travaille à la pérennisation de l’esclavage, de la colonisation, de la dictature, de l’imposture et de la médiocrité en RDC.

Une démarche de complexés, qui consiste à toujours compter sur le « secours » de l’Occident ne mène le Congo nulle part depuis 1960.  Ainsi, certains quitte Kanambe, non pas qu’ils aiment la paix et la prospérité pour tous.  Ils le fuient uniquement pour faire plaisir aux occidentaux.  Il le quittent par peur des représailles que ces occidentaux brandissent, eux qui ont beaucoup de moyens de coercition contre Joseph Hyppolite Kanambe.

Si donc une telle démarche devait aboutir, que faut-il en attendre, logiquement ?  C’est ce que nous discutons sommairement à la lecture d’un article tiré de de C-News par le Générale Kawele Kata Moto du groupe Skype Projet 2014.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Bientôt une nouvelle vague des départs au sein de la majorité de Kabila

Un ministre, d’un portefeuille rayonnant, serait à la tête de huit partis politiques de la majorité présidentielle, qui s’apprêteraient à quitter la navire du sortant Joseph Kabila un de ces quatre matins. « J’en ai marre d’être tourné en bourrique par notre autorisé morale et certains responsables de notre famille politique », se plaint l’homme à la tête du G8, avant de lancer: » advienne que pourra.

Je les avais averti, mais comme ils ne veulent pas résoudre mon cas, tout à fait légitime, en tout cas, je suis obligé de m’en aller avec les miens ».

Ce deuxième départ fragilisera encore une fois la majorité – si pas l’enfoncer à jamais, puisque ce ministre compte s’en aller avec près d’une trentaine de députés.

Le groupe dont il est question serait en connivence avec le candidat, Mutungulu de retour au pays, il y a quelques semaines.

Matungulu fait la ronde de différents partis depuis son retour. Il rencontre des personnalités politiques de tous bords. Même celles de la majorité au pouvoir.

La fragile majorité, de 315 députés ne tient plus que sur le bout du fil. Déjà que lors de l’élection du premier vice-président du bureau de la chambre basse et le rapporteur, sur 315 députés enregistrés, Luhonge a obtenu 271 voix.

C-NEWS

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

315-30=285
C’est encore rien !
Il faut amener Kanambe à 125 députés ou moins. Ce jour-là, le divorce du congolais d’avec le mal sera clair et net !
Pour le moment, nous sommes de faux chrétiens…
Mon Dieu et ton Dieu attend la repentance des 85% de chrétiens congolais prostitués.
Le mouvement qui a cours, sous l’effet de la peur des États-Unis, n’est pas celui qu’il nous faut.
Nous avons besoin de congolais qui se lèvent contre la trahison, la médiocrité, l’esclavage, la colonisation, la dictature, l’imposture, d’ où qu’elle vienne.
Ça, c’est le Projet 2014 !
Le mouvement en cours n’apportera qu’une accalmie de quelques mois.
Et puis, les démons du tribalisme, de la démagogie, de la fausse religion continueront l’oeuvre de Kanambe et les siens…
1. Disqualifier les bandits politiques, nous-mêmes.
1. Promouvoir nos vrais leaders.
Toutes les autres voies sont des démissions politiques que mon Dieu et ton Dieu, sanctionnera.
Puisque tu le sais comme moi, pourquoi perdre notre temps dans des projets à plaisirs éphémères ?
Disons à nos frères ce qui est : nous devons démettre tous les honorables véreux pour les remplacer par des hommes faits, patriotes, intelligents, sages, convaincus, matures…
Agir autrement, c’est perpétuer l’insécurité, la pauvreté du plus grand nombre.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s