Civilisés ou sauvages ?

De Brazzaville à Kinshasa, les peuples, les mêmes, par ailleurs, sont en souffrance.  Qu’en pensent les congolais de Brazzaville et de Kinshasa ?  Qu’en pense les autorités françaises et belges, directement concernées ?  Comment vont-ils, tous, gérer l’expression d’une révolte légitime, mais sans doute mal exprimée ?  Une réaction présentée dans le contexte européen ?  Plus fondamentalement : comment l’Occident gérera-t-il l’afflux d’africains qui viennent chercher travail, asile, études, paix, prospérité et développement en l’Europe ?  Une Union qui contribue au maintient de dictateurs sur leurs territoires où ils se retrouve dans le devoir d’exprimer leur vengeance contre le colonisateur ?

Si nous nous refusons de répondre à ces questions, l’histoire nous y obligera.  Elle ne fait que commencer à nous rappeler quelques lois fondamentales de la géopolitique.  Ce que la colonisation a semé, elle commence à le récolter.  L’Europe se trouve devant un dilemme.

Répondre à la vengeance africaine par la violence, précipitera l’avènement du Armageddon dont tout le monde a secrètement peur.  Répondre à la vengeance africaine par la mollesse, aboutira au partage du chaos.  Une répartition du désordre entre l’Occident et l’Afrique.  Pourtant, le monde est devenu un petit village.  Les rebellions ne peuvent plus s’entretenir en Afrique seule.  Impossible.  Si rien n’est fait, bientôt, nous aurons des rebelles en Occident aussi.  Nous ne parlons pas de l’ETA (terroristes basques), pas non plus du FN (Front National belge ou français), pas même du KKK (Ku Klux Klan arméricain), pas non plus des néonazis.  Nous parlons des Boko Haram, des M23, des ADF/NALU  et des autres qui sont désormais dans nos mûrs et non plus à l’extérieur, en Afrique seulement.  Vendre des réfugiés à la Turquie ne fonctionnera pas longtemps.  Très vite, la ce pays nous retournera notre marchandise défectueuse.  Les événements de Paris peuvent-ils nous apprendre ? Quoi ?

En son temps, nous avons écrit à plusieurs ministres de notre patrie, le Royaume de Belgique.  Nous ne cessons de tirer la sonnette d’alarme, depuis…  Dans le cas présent, ce n’est qu’un rappel que nous lancent les brazza-congolais.  Il y quelque temps, nous avions droit à la fermeture du ring de Paris par les rd-congolais.  Jusque-là – Dieu merci – ce ne ne sont que quelques combattants en fureurs, révoltés par ce que nous permettons en Afrique, mais pas chez-nous !  Parce que nous sommes civilisés et que les africains sont des sauvages.  Non, messieurs !  Nous ne sommes pas civilisés : nous sommes des distraits, des étourdis.  C’est dur de se le dire, mais il nous faut en avoir le courage.

La réalité est en effet autre.  C’est l’Afrique qui est civilisée : elle a pitié de nous !  Elle use de patience à notre égard.  Une patience qui dure 60 ans déjà.  L’Afrique connait déjà bien pas mal sur nous.  Elle a déjà visité nos labos, nos usines, nos bureaux, nos maisons.  Plus rien ne lui échappe, chers compatriotes.  Il n’est pas question de loisir ici : c’est une question d’obligation !  Il faut reconnaître à l’Afrique son identité, sa dignité, ses droits, mais aussi ses tares, ses obligations !

Si nous nous refusons à le faire, très bientôt nous connaîtrons ce que nous refusons de reconnaître.  Nos métros, nos administrations, nos usines, nos femmes, nos enfants et nos vieillards seront éventrés, violés, empoisonnés – s’ils ne le sont pas encore – comme en Afrique en ce moment.  C’est alors, et alors seulement, sans doute, que nous nous rendrons compte à l’évidence : que l’Afrique est plus civilisée que nous.

Plaise à Dieu que nous apprenions de nous-mêmes, plutôt que de nous voir obligés d’apprendre des sauvages d’Afrique !  Nous le regretterions amèrement.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

[17:39:26] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: Congo: huit opposants au référendum en garde à vue à Paris après des dégradations à l’ambassade

Paris – Huit personnes ont été placées en garde à vue jeudi après avoir fait irruption et provoqué des dégradations à l’ambassade du Congo-Brazzaville à Paris pour demander l’annulation d’un référendum constitutionnel controversé, a-t-on appris de sources concordantes.

Douze autres personnes qui manifestaient autour de l’ambassade ont fait l’objet d’un simple contrôle d’identité, a-t-on précisé de source judiciaire.

Selon une source policière, les forces de l’ordre sont intervenues sur réquisition écrite de l’ambassadeur du Congo.

Nous sommes levés, le peuple congolais de la diaspora, pour dire non à ce référendum qui permettrait au président Denis Sassou Nguesso, 72 ans, de briguer un nouveau mandat, a déclaré à l’AFP un des opposants en garde à vue, Roland Nitou.

Nous sommes partis à l’ambassade avec un texte que nous avons rédigé. On nous a empêchés de lire le texte, de remettre le courrier, d’être reçus par un responsable de l’ambassade et à un moment donné la police a donné l’assaut, a-t-il précisé.

Selon une source à l’ambassade du Congo, il ne s’agissait pas d’opposants mais de combattants, qui sont venus faire de la casse. Les CRS les ont sortis et un bilan des dégâts est en cours au sein de l’ambassade.

Il y a eu des dégradations qui sont en cours d’évaluation, ont confirmé les sources policière et judiciaire. Selon la source judiciaire, il y a des incidents récurrents depuis plusieurs mois, avec un regain depuis quelques jours avec déjà une précédente intrusion suivie de dégradations mardi.

Quand on parle avec eux, il ressort qu’ils sont au chômage, qu’ils ont des problèmes financiers. Le référendum ne les intéresse pas du tout, c’est un prétexte, a ajouté la source à l’ambassade.

Le président Sassou Nguesso, qui cumule plus de 30 ans au pouvoir, a annoncé au début du mois l’organisation d’un référendum le 25 octobre en vue d’adopter une nouvelle Constitution qui ferait sauter les deux verrous qui l’empêchent de présenter une candidature à la présidentielle de 2016.

La Constitution limite à deux le nombre de mandats que peut exercer un chef de l’État, et à 70 ans l’âge maximal pour être candidat à la magistrature suprême.

L’opposition congolaise a dénoncé un coup d’Etat constitutionnel.

bur-chp-mw-ng/fff/tmo/prh/fra
(©AFP / 15 octobre 2015 17h15)
[17:55:04] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: BREAKING NEWS RETAIT TOTAL DE UDPS DU DIALOQUE SUIVEZ JACQUEMAIN SHABANI LA 2e LETTRE DU PRESIDENT DE L UDPS SUIVEZ CA SVP https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=JcZa8xTuD2E
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
[18:30:08 | Edited 18:52:30] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je pense qu’il y a un pas qui reste à franchir. Un acte à poser avant la chute avec fracas du régime de Kinshasa.
Il nous faut un mot d’ordre de toute l’opposition au régime de Kinshasa. Une instruction adressée au peut pour le boycott total, pur et simple, des élections de 2016. Et pour parfaire le travail, la concentration de tout l’effort de la nation sur un projet précis. La traduction en justice, sans ambages, de ceux qui sèment le trouble au Congo impunément. À quelque endroit qu’ils se trouve !
Pour que cela se fasse, il revient au peuple mobilisé, de rappeler tous ses parlementaires. Les rappeler pour les instruire d’arrêter un processus électoral qui ne nous apportera aucun bénéfice. Ni en terme de démocratie, ni en terme de progrès.
Ne pas vouloir le faire est facile, mais d’ici 2016, nous grincerons les dents encore plus, si nous n’arrêtons pas la folie meurtrière de Kinshasa.
La question est : de quel côté se trouve véritablement le peuple ? Comment le savoir sans se tromper, avec certitude ? Est-ce possible ? Et si le peuple était (est) bâillonné et ligoté, que pouvons-nous faire pour le libérer de ces entraves ?

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s