Pourquoi et comment mourons-nous ?

Tout d’abord, nos condoléances à la famille éprouvée de Dieumerci Kanda.

Il est mort, dans un commissariat de police, selon ce que nous pouvons lire ici-bas.  Pourquoi et comment ?  Qui saura jamais la vérité ?  Pouvons-nous faire confiance à notre police ?  Pourquoi et de quelle manière ?

Cette mort est un signe qui ne trompe pas.  Tant que nous ne prendrons pas nous-mêmes la défense de nos intérêts, nous resterons la cible de pas mal de souffrance : physique ou morale !

Cette mort doit nous apprendre une chose : si nous ne nous rencontrons pas pour nous structurer, nous serons la victime de toutes vicissitudes de la vie.

Nous l’annoncions en mai 2011 : tant que nous ne réagirons as correctement, il ne faut pas s’étonner que nous mourrions, partout dans le monde, impunément.

Le Congolais D. Kanda retrouvé mort dans un poste de Police à Bruxelles : mort naturelle ou assassinat?

Selon la presse belge, le Congolais, venu porter plainte pour vol, a tenté de se suicider dans une cellule du commissariat de la rue Démosthène. Thèse invraisemblable pour ses proches qui le connaissent mieux. Le parquet a ouvert deux enquêtes pour comprendre les événements.

Le Congolais D. Kanda retrouvé mort dans un poste de Police à Bruxelles : mort naturelle ou assassinat?  
Dieumerci Kanda, âgé de 40 ans est venu porter plainte mercredi, pour le vol de sa carte d’identité. Il est arrivé au commissariat de la rue Démosthène, à Anderlecht, à 7h35. Il était ivre et très agité selon la police. Les policiers n’ont pas pu prendre sa déposition et l’ont placé en cellule pour le dégriser.

Toutes les cellules de cette zone de police Bruxelles Midi sont équipées de caméras de surveillance. Les policiers ont vu sur les images de ces caméras de surveillance, plus tard dans la matinée vers 11h30, que l’homme s’était pendu au moyen de son T-shirt. 

Le parquet de Bruxelles a ouvert deux enquêtes. La première sur les circonstances de la pendaison. La seconde est une enquête interne. Elle devra lever les zones d’ombre de cette matinée au commissariat Démosthène : qu’est-ce qui a amené un plaignant à se retrouver en cellule ? Y a-t-il eu, ou non, défaut de surveillance pendant ces 4 heures au commissariat ? 

Mais pour les Congolais qui connaissent les méthodes de la police belge vis-à-vis des étrangers et africains en particulier, Dieumerci Kanda a sans doute succombé de suite de mauvais traitements. 

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.