Les impasses

Notes provisoires préparatoires aux conférences-débats sur « Les impasses en RDC »

Dimanche 23 novembre 2014

Pourquoi ce thème ?

  • Tout le pays se trouve devant des impasses :
    • Le pouvoir ne tient pas ses promesses
    • Les partis politiques du pouvoir comme ceux de l’opposition brillent par la médiocrité de leurs prestations
    • Les masses populaires ne s’en sortent pas, sont décimées chaque jour un peu plus et un peu plus violemment
    • Les combattants et les résistants sont essoufflés, ont beaucoup échoués et échoueront encore très probablement s’ils ne changent pas fondamentalement de stratégie
    • La communauté internationale s’est bien fait prendre dans son propre piège
  • Les solutions que proposent les uns et les autres sont pour nous suicidaires
  • Nous proposons des voies alternatives en porte à faux total avec celles qui courent les rues

Pourquoi venir débattre ce soir ?

  • Notre intime conviction est que l’erreur domine dans la sphère politique tant nationale qu’internationale
  • Des solutions élégantes, humanistes, efficaces existent ; elles n’ont pas encore été testées sur terrain ; bien qu’elles soient déductibles logiquement des problèmes rencontrés si on analyse bien ces derniers
  • Si rien n’est modifié dans les agendas actuels, tout le monde se cassera encore la figure dans les cinq prochaines années

Comment proposons-nous que le débat de ce soir se passe ?

  • Allons à l’essentiel pour racheter le temps, mais avec le souci de rompre d’avec la médiocrité
  • Que les points non traités le soient dans nos prochaines rencontres
  • Épinglons les problèmes, expliquons-les, trouvons leurs de vraies solutions pour faire l’excellence
  • Il serait souhaitable que de bonnes volontés se manifestent pour traduire dans nos langues vernaculaires ; puisque les conférences sont enregistrées

Le pouvoir

  • Le pouvoir ne tient pas ses promesses
    1. Le printemps noir semble être sérieux, mais ne l’est pas vraiment
    2. La communauté internationale n’arrive pas à lui trouver une alternative valable quand bien-même certains pensent le contraire
    3. Les masses populaires manquent cruellement des leaders intelligents, sages et capables pour les aider à corriger leurs fautes et réellement inquiéter ce pouvoir qui essaie de ce fait de se maintenir

Les partis politiques

  • Les partis politiques du pouvoir comme ceux de l’opposition brillent par la médiocrité de leurs prestations
    1. La peur de la persécution politique renforcée
      1. « La sécurité du président » signifie musèlements, brimades, brutalités, empoisonnements, assassinats, emprisonnements
      2. « La sécurité du président passe devant la loi » signifie que le régime soit bel et bien conscient de son illégitimité et de la méchanceté de son projet politique de subjuguer les congolais : sa brutalité devient de plus en plus humainement insupportable
      3. Des moyens financiers, militaires, diplomatiques importants ont été investis pour museler, faire taire l’opposition partout : dans le pays comme à l’étranger
    2. La malhonnêteté des cadres des partis
      1. Elle est criante partout : du côté du pouvoir comme du côté de l’opposition
      2. La déstructuration des partis nous interdit tout espoir de changement dans les 5 prochaines années
    3. La carence de compétences managériales (troupes, temps, argent, relations)
      1. L’histoire étant le juge suprême en politique : le verdict est claire. Nos responsables sont incompétents, irresponsables ou mal corrompus, pour la plupart

Les masses populaires

  • Les masses populaires ne s’en sortent pas, sont décimées chaque jour un peu plus et un peu plus violemment
    1. La répression
    2. La trahison de l’armée et de la police
    3. Les insuffisances des animateurs politiques
    4. La trahison de la communauté internationale (MONUSCO, forces d’interposition…)

Les combattants et résistants

  • Les combattants et les résistants sont essoufflés, ont beaucoup échoués et échoueront encore très probablement s’ils ne changent pas fondamentalement de stratégie
    1. L’essoufflement
    2. La peur de la CPI
    3. La peur des pays d’accueil
    4. La peur des brutalités et des empoisonnements

La communauté internationale

  • La communauté internationale s’est bien fait prendre dans son propre piège
    1. Sa démagogie ne la paie pas, mais la dessert très sérieusement pour un futur plus ou moins proche (20 à 30 ans)
    2. Elle est incapable de corriger ses erreurs : ce n’est pas de sa nature, elle n’en aurait pas les moyens, le coût étant une perte de vitesse au Nord au profit d’un gain de vitesse au Sud : la restitution de la vérité historique et biblique. Le salaire du péché, c’est la mort.

Les pistes de solutions

Le pouvoir

  1. Le printemps noir
    1. Ne peut pas fonctionner au Congo comme ailleurs : les mœurs diffèrent
      1. La gestion de la mixité est encore très mal maîtriser par nos politiques qui s’enferment dans l’hypocrisie, cachant mal leur népotisme et leur volonté de dominer les uns sur les autres
      2. Ceux qui ont compris les vrais problèmes existent, mais restent encore minoritaires pour déterminer un changement
      3. La perte de confiance du peuple en l’unité du Congo, mal caché ne facilite pas un engagement massif derrière les projets salvateurs pour la nation et les peuples n’ont pas de leaders valables pour s’affirmer et s’unir librement et de manière responsable : gage d’une paix durable et d’une prospérité garantie
    2. Produira des effets très retardés
      1. Il faut que la génération lumumbiste et mobutienne, corrompue jusqu’à la moelle des os, disparaisse d’abord et que de vrais patriotes vrais s’accroissent en nombre
      2. Il faut que la misère fasse son travail : l’enfantement de la vraie repentance du congolais
      3. Une révolution aujourd’hui produirait un autre désordre
        1. Les leaders ne sont pas préparés en nombre suffisant pour la taille du pays
        2. Les méthodes des acteurs se fondent sur l’usage de la violence et non pas de la persuasion du péché et de la nécessité d’une nouvelle naissance
        3. L’unité vraie est encore à faire, contrairement à ce que pensent plusieurs de nos compatriotes : un état de droit requiert des hommes acquis au droit et non pas ceux qui aujourd’hui sont investis dans la fausse religion et la violence
  2. Le soutien de la communauté internationale
    1. Dans la naïveté, beaucoup de congolais s’y investissent : ils font les tours des ministères des affaires étrangères occidentaux ; non pas parce ce qu’ils y croient, mais pour s’assurer leur tour de pouvoir patronné
    2. Sans une reconnaissance du crime colonial passé et présent, il est impossible qu’un tel soutien profite à nous congolais ; mais il continuera à nous diviser jusqu’à la balkanisation du pays, si la résistance à la pression ne se maintient pas
    3. Plus fondamentalement, il est une perpétuation de la colonisation, au minimum culturel, mais logiquement politique, économique, industriel, technologique, culturel et social
  3. La révolution populaire
    1. Le pouvoir sait qu’il est encore un leurre et profite de ses minutes de sursis
    2. Son organisation correcte ne peut se faire par des rébellions, mais par des oppositions à la colonisation, à la dictature, à l’imposture, à la trahison, à la médiocrité
    3. Elle n’est pas une valeur en soit. Les preuves sont nombreuses autour de nous : du Nord au Sud. Elle ne sera bénéfique aux congolais que si elle est murie par des congolais indépendant patriotes et indépendants d’esprit ; c’est-à-dire, des congolais nés de nouveau. Le travail des églises du réveil que nous cautionnons, dans notre majorité, sape, l’avancement dans la bonne direction.

Les combattants et résistants

  1. L’essoufflement
    1. l’accumulation d’échecs et de contre-performances : mutakalisations, lumbelumbe, sabotages, boycott, sit-in, marches, mémorandums et autres ; les blessés, les handicapés, les morts violentes d’hommes par tortures, par empoisonnements, par mauvais traitements physiques et psychologiques, par suicides, etc.
    2. le manque de projets formels sur papier qui permettent une critique objective, détaillée
    3. la carence d’un professionnalisme dans le combat et la résistance
    4. l’insuffisance des ressources nécessaires à la réalisation des projets : penseurs, acteurs, gestionnaires, sponsors, bailleurs ou pourvoyeurs de fonds, d’hommes et de matériels
  2. La peur de la CPI
    1. La violation des droits de l’homme, vraie ou pretexte à la domination du congolais doit faire peur aux combattants et résistants parce que, de fait, c’est une arme que le Nord peut utiliser encore longtemps contre le Sud.
    2. Dans leurs recours à la violence et aux poisons, certains combattants mal instruits versent dans le même pot que l’imposture, de manière souvent totalement irresponsable. D’où la nécessité d’instruire, mettre à l’épreuve, avant de responsabiliser.
    3. L’arbitraire et la violence comme méthode de travail est abjecte et inacceptable : elle ne contribue ni à faire la paix, ni au développement de la nation.
    4. Il faut en revanche reconnaître que sans sacrifice intelligent pour sa nation, on ne peut pas le faire avancer cette dernière. Or, ce sacrifice intelligent est difficile en dehors de la démocratie. Quitte à ne pas avoir peur ni nier l’existence des peuples méchants, dans le camp ennemi comme dans le nôtre. Un discernement des esprits est donc à apprendre et à appliquer.
  3. La peur des pays d’accueil :
    1. Les expulsions vers le pays de la violence (connivence ou application des lois internationales ?)
    2. L’humiliation des congolais par les ministères des affaires étrangères (complicité ou nationalisme)
    3. Les racismes de nouveaux concitoyens, des autochtones contre les allochtones
    4. La difficulté de l’accès au travail et à l’homologation des diplômes
    5. Le soutien de la dictature ou de l’imposture pour des raisons d’intérêts économiques et stratégiques, mais aussi de plus en plus pour des raisons mystiques ou religieuses
  4. La peur des récupérations politiques, des brutalités et des empoisonnements : l’intelligence, la sagesse, la solidarité vraie ;
    l’évaluation correctes des risques et des opportunités ;
    l’évitement des démarches qui se fondent sur la violence physique ou morale ou qui y conduisent ; la priorité à accorder à la voie judiciaire, en ce compris la traduction des fautifs à la CPI, etc.

Les partis politiques

  1. La peur de la persécution politique renforcée :
    1. la sécurité du président de la république qui est garantie par la loi
    2. le droit du congolais à défendre leur patrie contre une imposture, une occupation, une dictature, un totalitarisme, une trahison…
  2. La vérosité des cadres des partis de l’opposition comme de ceux qui soutiennent l’imposture
    1. La passivité d’une majorité devant l’injustice : collaboration tacite
    2. La participation à des élections non congolaises
    3. L’absence d’une évaluation des cadres des partis et des mandataires publiques
  3. La carence de :
    1. compétences managériales (troupes, temps, argent, relations)
    2. un savoir idéologique, technique, politique, sociologique, géopolitique
    3. une éthique politique

Les masses populaires

  1. La répression – les massacres, les viols, les pillages, les assassinats (la réaction, la mobilisation : téléphone, Internet, les médias…)
  2. La trahison de l’armée et de la police
    1. les violences infligées à nos compatriotes
    2. les exécutions extra-légales
    3. les pillages des populations
    4. les rançonnements de nos populations
  3. Les insuffisances des animateurs politiques
    1. Incompétences – manque de maîtrise de la politique, de la géopolitique
    2. Démagogies – usage répété du mensonge politique, manipulation des esprits faibles en passant par les églises du réveil et des faux combattants et de faux résistants, etc.
    3. Collaboration avec les dictateurs, les colonisateurs, les imposteurs, les médiocres
  4. La trahison de la communauté internationale (MONUSCO, forces d’interposition…)
    1. Le soutien à des régimes fantoches
    2. La participation aux pillages du pays (minerais et minéraux) et la décimation de notre population (commerce des cadavres), à l’occupation de notre territoire (installation)
    3. La spoliation de nos mœurs (participation aux viols physiques et moraux)
  5. Les carences :
    1. Éducationnelles – comportements, attitudes, réactions (Élections : erreurs stratégiques en 2001, 2006 et 2011, projets de développement local : mendicité sans fin et éhontée)
    2. Intellectuelles – incompréhension, erreurs
    3. Professionnelles – contre productivité

La communauté internationale

  1. La connaissance de la géopolitique nous permettra de la domptée. Le paternalisme n’est pas la bonne voie indiquée vers cette maîtrise ; non plus que la témérité ni la complaisance ni l’hypocrisie naïve.
  2. Elle ne peut en aucun cas être considérée comme solution. Elle est un terrain de participation à l’humanité, grâce à un génie humaniste à développer dans notre pays librement et consciemment par nous-mêmes, avant de l’apporter aux barbares, ceux qui renient nos valeurs.
  3. Sur un fond de racisme, la présence de cette communauté au Congo, sous une bannière onusienne ou africaine, nous est préjudiciable et le demeurera. Parce que cette présence est une négation de notre capacité à résoudre nos problèmes ; capacités pourtant incontestables au regard de notre histoire pleine d’alliance (Le phénomène noko, batani ou muyomba).

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s