Rose-Croix, franc-maçonnerie, carbonarisme et RDC

Décidé de mettre à la disposition des congolais la connaissance des ordres dits mystiques, Belothi nous livre ce qui suit.

La démarche nous paraît louable tant elle va dans le sens de la lutte contre l’ignorance qui tue plusieurs de nos nations.

Ayant l’avantage d’avoir rencontré et échanger, personnellement, avec deux membres de l’AMORC sur la raison de leur adhésion à l’AMORC, j’ai pensé qu’il serait utile de partager la livraison de Belothi avec vous pour vous inciter à une recherche qui vous éclaire sur la réalité de cet ordre.

********************************************************************************

[15:03:24] Belothi: Les frères de la Rose-Croix

Les Frères de la Rose-Croix étaient une association, d’abord tenue secrète, d’alchimistes qui mêlaient des questions politiques et religieuses à des débats hermétiques et aux conceptions les plus étranges. Les investigations des frères de la Rose-Croix avaient pour objets principaux : la transmutation des métaux; l’art de conserver la vie pendant plusieurs siècles; connaître tout ce qui se passe dans les pays les plus éloignés; avoir, par la cabale et la science des nombres, la conaissance des choses les plus cachées. Ils prétendaient être destinés à régénérer le monde; qu’ils pouvaient forcer et retenir à leur service les esprits et les démons les plus puissants; que les huit premiers frères de la Rose-Croix avaient la faculté de guérir toutes les maladies; que par leurs moyens la tiare serait bientôt réduite en poudre.
Ils se donnaient pour chef un gentilhomme allemand nommé Rosenkreutz (c.-à-d. Rose-Croix), qui aurait vécu plus de cent ans (1378-1484), et qui, au retour de voyages en Turquie et en Arabie, aurait rapporté des secrets merveilleux. Il est plus probable qu’ils ne remontent pas au delà du XVIIe s., et qu’ils eurent pour véritable chef J. Valentin Andreae, auteur probable des Noces chimiques (Chymische Hochzeit) attribué à Rosenkreutz (vers 1614). Ils se répandirent surtout en Allemagne au commencement du XVIIe s. On trouve l’exposition de leurs doctrines dans la Confessio Roseae Crucis, publiée en 1615 par J. V. Andreae lui-même, et dans quelques écrits de Robert Fludd.

Les Frères de la Rose-Croix ne reconnaissaient que deux sacrements, avec les cérémonies de la première Église, renouvelées par leur société, et l’Empereur pour leur chef, aussi bien que de tous les chrétiens.
[15:04:06] Belothi: =========================================
[15:04:16] Belothi: A cette espèce de profession de foi, ils ajoutaient six règles de conduite:
1° Dans les voyages ils sont obligés de guérir gratuitement les malades;
2° Ils doivent s’habiller conformément aux usages des pays où ils ont à vivre;

3° Ils doivent tous les ans se rendre au lieu de leur assemblée générale, ou en donner par écrit une excuse légitime;

4° Chaque frère doit choisir une personne capable de lui succéder, lorsqu’il lui plaira de mourir;

5° Le nom de Rose-Croix leur doit servir de marque pour se faire reconnaîtro réciproquement;

6° cette confrérie doit être tenue secrète pendant cent ans.

Chritian Rosenkreuz, fondateur supposé des Rose-Croix, aurait ordonné, en mourant, que son tombeau ne fût ouvert que dans cent ans. A l’ouverture de ce tombeau, en 1604, on aurait trouva un livre écrit en lettres d’or, contenant de très grands secrets.
[15:04:22] Belothi: =========================================
[15:05:09] Belothi: Quoi qu’il en soit de cette société, qui paraissait avoir été assez nombreuse vers le milieu du XVIIe siècle, il n’est nullement démontré, malgré son intérêt pour l’alchimie, qu’elle ait en rien contribué aux progrès des sciences. La plupart des membres ne pouvaient être que des illuminés, ou des charlatans. Potier, Michel Mayer, J. Sperber, étaient de cette société.

Dès que l’existence et les prétentions des frères de la Rose-Croix furent connues, elles devinrent l’objet de vives attaques de la part des savants éclairés. Al. Wormius (Laurea philosophica contra fratres Roseae-Crucis, 1614), J. Sivert (Entdeckte Mummenschanz oder Nebelkoppen, 1617), L. Conrad de Bergen (Montanus) (Gründliche Anweissung zu der wahren hermetischen, 1635 en manuscrit) et J. Schubert, etc., n’épargnaient pas leurs sarcasmes.

En France, la Rose-Croix fut moralement tuée par le manifeste de Gabriel Naudé, Avis à la France sur les frères de la Rose-Croix, imprimé en 1623, la même année où ils avaient essayé de faire à Paris des prosélytes par une affiche ainsi conçue :

« Nous, députés du collège principal des frères de la Rose-Croix, faisons séjour visible et invisible en cette ville, par la grâce du Très Haut, vers lequel se tourne le cour des justes, nous montrons et enseignons, sans livres ni marques, à parler toutes sortes de langues des pays où nous voulons être, pour tirer les hommes, nos semblables, d’erreur de mort. »
Cette affiche excita beaucoup la curiosité des Parisiens; mais elle manqua son but. On y répondit par des ouvrages anonymes, parmi lesquels on remarque : Examen de la nouvelle et inconnue cabale des frères de la Rose-Croix,. habitués depuis à Paris; effroyables pactes faits entre le diable et les prétendus invisibles.
Les doctrines cabalistiques et alchimiques des frères de la Rose-Croix furent défendues par Robert Fludd, et propagées par J. Risch, Ph. A Gabella, S. Gentersperger, Brotoffer, Grosscgedel Ab Aïcha, H. Neuhaus, F. Rieser, Schweighard, Spacher, Th. de Pega; par an grand nombre d’auteurs dont les noms sont supposés, symboliques ou anagrammatiques, comme Jesaias sub Cruce, Irenaeus Agnostus, Nigrinus, Philaretes, stellatus, etc.; enfin, par beaucoup d’ouvrages anonymes.

Insigne Rose-Croix.
Insigne rose-croix (recto et verso).
La société cabalistique de la Rose-Croix, dont bientôt en n’entendit plus parler, ne doit pas être confoudue, comme l’ont fait Langlet-Dufresnoy et Bergmann, avec une autre société du même nom, qui s’était formée vers la même époque en Dauphiné, et dont le fondateur s’appelait Rose. Cette dernière société s’était proposé de résoudre les problèmes du mouvement perpétuel (perpetuum mobile), de l’art transmutatoire des métaux, et de la médecine universelle. Pierre Mormius, après avoir fait de vaines démarches pour intéresser les états généraux de la Hollande au plan de cette société, publia en 1630 un livre sur les travaux des membres du collegium Rosianum.

Notons enfin que dans la franc-maçonnerie, le nom de Rose-Croix désigne un des grades qui viennent au-dessus de celui de maître. (F. Hoefer / A19).

*******************************************************************************

[05-12-13 00:35:19] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: BREAKING NEWS Le Président de la République, François HOLLANDE, présidera le Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique, qui se tient à Paris les 6 et 7 décembre 2013, en présence d’une quarantaine de chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation des pays africains.

PROGRAMME

Vendredi 6 décembre 2013

13h00 Accueil par M. le Président de la République, des chefs de délégation (Elysée)

14h00 Séance d’ouverture du Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique

Allocutions :

– M. François HOLLANDE, Président de la République

– M. Hailemariam DESALEGN, Premier ministre d’Ethiopie et Président de l’Union africaine

– M. Herman VAN ROMPUY, Président du Conseil européen

– M. José Manuel BARROSO, Président de la Commission européenne

– M. BAN Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

16h00 Séance « Paix et Sécurité en Afrique » en présence du Président de la République et des chefs de délégation (CCM)

21h00 Dîner officiel en l’honneur des chefs de délégation et de leurs conjoints (Elysée)

Samedi 7 décembre 2013

9h/10h30 Séance « Partenariat économique et développement » (CCM)

10h30/12h Séance « Changement climatique » (CCM)

12h15/12h30 Séance de clôture du Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique (CCM)

15h00 Conférence de presse conjointe (Elysée)

– M. François HOLLANDE, Président de la République

– M. Hailemariam DESALEGN, Premier ministre d’Ethiopie et Président de l’Union africaine

– M. BAN Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

– M. Herman VAN ROMPUY, Président du Conseil européen

– Mme Nkosazana DLAMINI-ZUMA, Présidente de la Commission de l’Union africaine

  Consultez le dossier de presse consacré au Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique
[05-12-13 02:04:02] kinsala.jules: Très chers Compatriotes,
Contrairement aux informations véhiculées ici et là afin de vous mener sur des fausses pistes, je vous informe que  » Joseph KABILA » est déjà dans l’HEXAGONE et il a installé ses pénates à l’Hôtel INTERCONTINENTAL. Sa Sécurité est assurée na ba moyuda.
Peuple Congolais, fungola miso; car le moment est venu de constater par vous-mêmes makambo ekoleka,nani azali nani.mutu akoliya kwanga na kobombama ayeba lobi na tongo matiti ya kwanga ekofunda ye
[05-12-13 02:04:24] kinsala.jules: Très chers Compatriotes,
Contrairement aux informations véhiculées ici et là afin de vous mener sur des fausses pistes, je vous informe que  » Joseph KABILA » est déjà dans l’HEXAGONE et il a installé ses pénates à l’Hôtel INTERCONTINENTAL. Sa Sécurité est assurée na ba moyuda.
Peuple Congolais, fungola miso; car le moment est venu de constater par vous-mêmes makambo ekoleka,nani azali nani.mutu akoliya kwanga na kobombama ayeba lobi na tongo matiti ya kwanga ekofunda ye
[05-12-13 08:18:05] Chawan Kal: (mooning)
[05-12-13 09:30:25] ikumus: oui vous vous royez encore du temps de MOBUTU ou le mot de passe etait LITI mboka et vous vez un ticket de retour pour Kinshasa gratuit
[05-12-13 09:30:38] ikumus: muta yamba
[05-12-13 09:31:48] ikumus: A ti a matee ya nskoka ,ibufia bwa nkoko (tmi)
[05-12-13 11:59:25] ikumus: oui vous vous royez encore du temps de MOBUTU ou le mot de passe etait LITI mboka et vous vez un ticket de retour pour Kinshasa gratuit
muta yamba
A ti a matee ya nskoka ,ibufia bwa nkoko
[05-12-13 12:30:15] benimungala: [mercredi 4 décembre 2013 22:23] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao:

<<< BREAKING NEWS IL FAUT KOBOMA KANAMBE LE 6/12/2013 NA PARIS OPERATION BOMA LELO KUNDA YE PE LELO SUIVEZ CA  http://www.youtube.com/watch?v=4BzY7z5hZTk&feature=youtu.be
[05-12-13 12:30:54] benimungala: [mercredi 4 décembre 2013 20:06] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao:

<<< BREAKING NEWS MARTIN SALI PARLE SUR L.OPERATION BOMA LELO KUNDA YE PE LELO  http://www.youtube.com/watch?v=0mXnuLjWWfI&feature=player_embedded
[05-12-13 12:32:02] ikumus: Bunfia bua nkoko
[05-12-13 12:32:29] ikumus: imbwa bana mupikiyaka ata mambo ya zamani
[05-12-13 12:52:47] fillingdoc.11: mutamufwania nini mwe ba reveurs ni rafiki yenu ba kasai
[05-12-13 13:08:19 | Removed 13:08:46] Albert Muya – Président du CNT: This message has been removed.
[05-12-13 13:09:08] Albert Muya – Président du CNT: Kalwira a-t-il tort ou dit- il la vérité en retracant la vérité que les congolais avertis connaissent ? Je sais et confirme personnellement que la classe politique congolaise est vagabonde, immature, sexistes, incivique et immoral. C´est la vérité et nous devons plutôt chercher à mettre de l´ordre. Je pense que ce n´est pas avec la politique de « saint Nicholas » de distribuer de l´eau et le courant gratuitement que nous sauverons ce pays. Quelle compétence peut-on décéler dans un tel politicien??
[05-12-13 13:12:43] etienne12242: (y) (handshake)
[05-12-13 13:15:03] THIERRY: MUTA YAMBA MULETUMPA SANA
[05-12-13 13:20:09] *** Albert Muya – Président du CNT added viviane.ngalula ***
[05-12-13 13:22:28] etienne12242: IKUMUS, NAKUOMBA UJITAHIDI KUWA NA TABIA YA MTU ALIYELELEWA NA WAZAZI WENYE AKILI TIMAMU… UMUOGOPE MUNGU, NA NAKUOMBA UACHE TABIA ZAKO ZA UBAGUZI WA KIKABILA….. UKIWABAGUWA WATU WA MAJIMBO MENGINE, MWISHO WA SIKU UTAWABAGUWA HATA WATU WA JIMBO LAKO NA KABILA LAKO……… TAFADHALI BWANA IKUMUS ACHA MATUSI, BALI LETA HAPA JUKWAANI NGUVU YA HOJA NA SI KUTUKANA WATU ?
[05-12-13 15:54:43] fillingdoc.11: Mangeurs des chiens
[05-12-13 15:59:41] THIERRY: sasa etienne weyw auone vile ba na tu chambulaka unawaza ya kama ba mupika kweri ka bila ikusaa kuijondola na mupanga
[05-12-13 16:18:22] viviane.ngalula: Yo.
[05-12-13 16:22:42] viviane.ngalula: Nini ule eko nasema mambo ya imbwa ?
[05-12-13 16:25:20] Chawan Kal: (rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)
[05-12-13 16:32:39] Chawan Kal: après miviombo ita tota je ?
[05-12-13 16:50:24] LE DIVIN ETIENNE: NIMEKUELEWA MON FRERE IKUMUS, SEULEMENT NILIKUWA NAWAOMBA HII PLATEFORME TUITUMIE KWA VITA YA MA ARGUMENTS NA SIO KUCHAMBULANA, KWA SABABU WOTE NI WATOTO WA KONGO.
[05-12-13 16:53:19] LE DIVIN ETIENNE: MON FRERE YAV, NAKUOMBA UACHE MAMBO YA KUTUKANANA AU YA KUWACHAMBULANA WENGINE, WOTE NI NDUGU NA NI WANADAMU TULIOUMBWA KWA MFANO WA MUNGU… TUJITAHIDI TUFANYE LA GEURRE DES ARGUMENTS ILI TUENDELEZE KONGO YETU…
[05-12-13 16:56:00] Belothi: [3:25:40 PM] Chawan Kal: (rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)
[3:32:39 PM] Chawan Kal: après miviombo ita tota je ?
[05-12-13 16:56:16] Belothi: [3:25:40 PM] Chawan Kal: (rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)(rofl)  kwi jondola na mupanga (rofl)  (rofl)
[3:32:39 PM] Chawan Kal: après miviombo ita tota je ?
[05-12-13 16:59:43] LE DIVIN ETIENNE: JE VOUS DEMANDE COMME VOTRE FRERE, A VOUS TOUS MES FRERES ET SOEURS CONGOLAIS ( E ) DE SE PARDONNER POUR LES CHOSES PASSEES, FAISONS DE CETTE PLATEFORME UN ENDROIT D’ ECHANGE POUR LA RECONSTRUCTION DE LA R.D.CONGO….. BELOTHI LES INJURES SI SOUVENT NI ART YA BATU AMBAO WAKO FAIBLE, MUTU AMBAYE ANAZO AKILI TIMAMU HAWEZI KUFANYA MAMBO UNAYO YAFANYA… TAFADHALI UJICOMPORTE KAMA MTU AMBAYE ALIZALIWA NA WANADAMU NA SI WANYAMA, SAWA ?
[05-12-13 17:06:28] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: oyo azali kokoma azali Rwandais ya solo bakota esika yaba Kongolais bofongola misu.
[05-12-13 17:08:03] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: oyo azali kokoma azali Rwandais ya solo bakota esika yaba Kongolais bofongola misu.
LE DIVIN
[05-12-13 17:13:02] Belothi: Voici un petit exemple, celui du pouvoir.
Imaginons que vous êtes le nouveau roi d’un pays et que vous voulez avoir l’assurance de
le rester. Alors vous convoquez séparément deux personnes dont vous êtes certain qu’elles
feront ce que vous leur direz. A l’une vous donnez des directives « de gauche » et la financez
pour qu’elle puisse créer un parti. Avec l’autre vous agissez de même en lui faisant créer un
parti de « droite ».
Vous venez de donner la vie à deux partis d’opposition, vous financez la propagande, les
[05-12-13 17:13:18] Belothi: RWANDAIS TEYAMA
[05-12-13 17:13:40] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: oyo azali kokoma azali Rwandais ya solo bakota esika yaba Kongolais bofongola misu.
oyo akomi makambo oyo azali mutu ya Kivu te. ezala mutu ya mboka ya Shaba te. azali Rwandais ya solo na ndenge azali kokoma amifundami kaka ye moko.
[05-12-13 17:14:33] Belothi: Voici un petit exemple, celui du pouvoir.
Imaginons que vous êtes le nouveau roi d’un pays et que vous voulez avoir l’assurance de
le rester. Alors vous convoquez séparément deux personnes dont vous êtes certain qu’elles
feront ce que vous leur direz. A l’une vous donnez des directives « de gauche » et la financez
pour qu’elle puisse créer un parti. Avec l’autre vous agissez de même en lui faisant créer un
parti de « droite ».
Vous venez de donner la vie à deux partis d’opposition, vous financez la propagande, les
[05-12-13 17:16:36] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: oyo azali kokoma azali Rwandais ya solo bakota esika yaba Kongolais bofongola misu.
oyo akomi makambo oyo azali mutu ya Kivu te. ezala mutu ya mboka ya Shaba te. azali Rwandais ya solo na ndenge azali kokoma amifundami kaka ye moko.
[05-12-13 17:16:59] Belothi: Prenons un autre exemple : l’argent.
Pendant la guerre de Sécession (1861-1865) les Etats du Nord (opposés à l’esclavage)
combattaient ceux du Sud (favorables au maintien de l’esclavage).
Avant la guerre, la famille ROTHSCHILD envoya des agents pour renforcer une prise de
position « pour l’Union » chez les Etats du Nord, et en même temps d’autres agents
Rothschild suscitaient une attitude « contre l’Union » chez les Etats du Sud.
Lorsque la guerre éclata, la banque Rothschild de Londres finança les Etats du Nord et
celle de Paris ceux du Sud. Les seuls a avoir gagné cette guerre furent les ROTHSCHILD.
Résumons brièvement ce système :
1. On provoque des conflits qui font que les hommes se battent entre eux et non contre
ceux qui sont à l’origine de la dissension.
2. On ne se montre pas comme le véritable instigateur.
3. On soutient tous les partis en conflit.
4. Ou passe pour une « instance bienveillante » qui pourrait mettre fin au conflit.
[05-12-13 17:18:54] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: oyo azali kokoma azali Rwandais ya solo bakota esika yaba Kongolais bofongola misu.
oyo akomi makambo oyo azali mutu ya Kivu te. ezala mutu ya mboka ya Shaba te. azali Rwandais ya solo na ndenge azali kokoma amifundami kaka ye moko.
[05-12-13 17:19:20] Belothi: oyo azali kokoma azali Rwandais ya solo bakota esika yaba Kongolais bofongola misu.
oyo akomi makambo oyo azali mutu ya Kivu te. ezala mutu ya mboka ya Shaba te. azali Rwandais ya solo na ndenge azali kokoma amifundami kaka ye moko.
[05-12-13 17:19:33] Belothi: gbanda aza wapi???
[05-12-13 17:20:58] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: yo na yebi yo ozali Rwandais ya solo ozali ya kobombama kati ya bana ya Kongo.
[05-12-13 17:21:41] Belothi: (chuckle)
[05-12-13 17:22:04] Belothi: benoni nvuluzi (chuckle)
[05-12-13 17:22:04] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: bino oyo bozali koya komi lakisama lokola bozali bana ya kongo. omoni ndenge na kangiyo na emomeli nayo soli esaliyo (bow)
[05-12-13 17:22:47] Belothi: okeke aza na cheri ya rwandais
[05-12-13 17:23:25] MFUMUETO KIMBANGU MVULUZI – BENONI: likambo te ndeko na biso moko tobuaka yete.
[05-12-13 17:23:56] Belothi: mbongo ya manduki eza wapi
[05-12-13 17:42:43] Belothi: LES NATIONS UNIES
Lors du congrès des francs-maçons du 28 au 30 Juin 1917 à Paris, ceux-ci décidèrent de
principes directeurs qui furent aussitôt votés : ce fut l’heure de naissance de la Société des
Nations qui vit le jour en 1919 à Genève. Les Nations unies naquirent de cette Société des
Nations en 1945 à San Francisco. Cette institution créée par les Illuminati représente la
plus grande loge franc-maçonnique du monde où doivent se réunir toutes les nations. Ainsi
qu’il est écrit dans l’article 4 de Machiavel qui a été mentionné dans la préface, ses
fondateurs furent les instigateurs des guerres menées durant ces deux derniers siècles.
Quelle ironie du sort de voir, de nos jours,les hommes de toutes les nations demander aux
Nations unies d’aplanir les problèmes, d’arbitrer les guerres et d’y mettre fin !
Pour les peuples, l’ONU est l’ami sur lequel ils peuvent compter pour qu’il « prenne les
choses en main ». Lors de sa fondation, au moins 47 personnes Parmi les délégués
amériains présents étaient membres du CFR dont David Rockefeller. Il saute aux yeux que
l’emblème de l’ONU est un symbole franc-maçonnique. Je vais le décrire ici en le
comparant au sceau d’Etat américain franc-maçonnique. (134)
Le globe des Nations unies et la forme circulaire du sceau de l’Etat américain avec
l’inscription « Annuit coeptis » (« notre entreprise – en fait, notre conjuration – est couronnée de
succès ») et en dessous « Novus Ordo Seclorum » (« Nouvel Ordre mondial ») montrent le but
poursuivi : celui d’une hégémonie mondiale.
Les 33 parcelles du globe des Nations unies et les 33 pierres de la pyramide représentent
les 33 degrés du « Rite écossais » des francs-maçons.
Le chiffre 13 qu’on retrouve dans les 13 épis à gauche et à droite du globe, dans les 13
marches de la pyramide et dans les 13 lettres des deux mots « Annuit Coeptis » est le chiffre
juif de la chance. Ce chiffre 13 est le chiffre le plus important chez les francs-maçons et a
différentes significations. Jésus avait douze disciples et fut lui-même le treizième. Dans la
cabale, en numérologie et dans la
13ème carte du tarot, « la mort », ce chiffre 13 symbolise la transformation, l’alchimie, la
renaissance, le phénix qui renaît de ses cendres, la connaissance des mystères et donc la
faculté de matérialiser ou de dématérialiser, c’est-à-dire la faculté de créer à partir de
l’éther (ce que firent Jésus, saint Germain, Bouddha, Hermes Trismegistos, Ramtha et
beaucoup d’autres qui, par exemple, matérialisèrent du pain a partir de rien » (de l’ether), ce
qu’on appelle la pierre philosophale »).
Nous avons, de plus, sur le verso du sceau américain le phénix qui symbolise le chiffre 13.
la transformation. Ses ailes ont 13 plumes, ses griffes à droite ont 13 flêches et celles de
gauche serrent un rameau de 13 feuilles. Au-dessus de lui se trouve l’inscription « E
Pluribus Unum » (« Du multiple à l’un ») composée de 13 lettres, surmontée de 13 étoiles
présentées sous la forme d’une étoile de David, et sur sa poitrine la bannière aux 13
[05-12-13 17:49:38] Belothi: =======================================
[05-12-13 17:49:43] Belothi: Tous les ordinateurs des caisses des Etats-Unis sont reliés à
un ordinateur géant à Dallas, au Texas, appelé « The beast » (la bête). Celui-ci est, à son
tour, relié à deux autres ordinateurs à Bruxelles et à Amsterdam, portant, eux aussi, le nom
de « The Beast ». (137)
[05-12-13 17:54:34] Belothi: =========================================
[05-12-13 17:54:40] Belothi: 666 = 6 + 6 + 6 = 18. Ce chiffre 18 est en relation, en numérologie cabalistique, avec les
émotions, les secrets, le mensonge, l’égoisme, la criminalité, la destruction, la disposition
aux accidents, avec les difficultés, la maladie, le danger.
[05-12-13 17:54:47] Belothi: =========================================
[05-12-13 18:02:09] Belothi: …Seul un occultiste peut en reconnaître un autre. »
Un athée ou un matérialiste ne pourront jamais comprendre la façon de pensée d’un
occultiste ni les motifs qui le font agir. Distinguons les occultistes qui travaillent a des fins
positives – appelés aussi spiritualistes – de ceux qui poursuivent des buts négatifs. Les
premiers utilisent leurs connaissances des lois spirituelles pour une meilleure
compréhension de la vie, pour aider leurs prochains et eux-mêmes. Quant aux autres, ils
emploient ces connaissances exclusivement pour eux-mêmes, pour assouvir les désirs de
[05-12-13 18:02:16] Belothi: —————————————————————————–
[05-12-13 18:13:05] Belothi: Ainsi que le diait déjà Ramtha :
VOUS DESIREZ VOIR COMMENT EST DIEU ?
PRENEZ UN MIROIR,
VOUS LE VERREZ FACE A FACE !
L’unique aide que vous avez toujours cherchée, c’est vous-même, Ayez confiance en vous,
prenez des risques. Ce n’est qu’ainsi que se forgera votre confiance.
La vie terrestre est une aventure merveilleuse ; si nous le voulons, nous pouvons tous créer
ici-bas notre paradis. C’est vous-même qui décidez ce que vous allez obtenir de la vie, par
ce que vous laisserez venir à vous.
[05-12-13 18:43:58] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Belothi, qu’attendent les africanistes pour créer leur loge ?
Incapacité congénitale, circonstantielle ou subjugation illuminati ?
Propose-nous autre chose que le bokoko qui reste trop raciste et obscurantiste !
Moi, voici bientôt 14 ans que j’invite – sans doute mal – autour d’une table de travail, sans succès.
[05-12-13 18:59:11] Belothi: Nous en avons deja
[05-12-13 18:59:27] Belothi: pure kongo
[05-12-13 19:00:18] Belothi: Notre loge c SAMBILONGA
[05-12-13 19:00:29] Belothi: c recent
[05-12-13 19:00:37] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ah bon !
[05-12-13 19:00:44] Belothi: oui
[05-12-13 19:00:53] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Toutes mes félicitations !
[05-12-13 19:01:22] Belothi: l’esprit mange en connaissance, conscience et enfin comprehension
[05-12-13 19:01:26] Belothi: merci
[05-12-13 19:01:55] Belothi: Ns faison la culte de raison
[05-12-13 19:02:10] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: C’est plus concret et nous pourrons voir à l’oeuvre ce dont le Sambilonga est capable.
[05-12-13 19:02:24] Belothi: promis
[05-12-13 19:03:12] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Oui…  Je connais le pilier de la pensée que tu prêches sur nos fora.
[05-12-13 19:03:26] Belothi: le kl
[05-12-13 19:03:32] Belothi: (facepalm)
[05-12-13 19:03:46] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Le culte de raison !
[05-12-13 19:04:01] Belothi: c c en francais
[05-12-13 19:04:14] Belothi: komi tuna
[05-12-13 19:05:22] Belothi: ns entrons ds ns meme pour faire sortir, c que ns sommes et avons
[05-12-13 19:05:30] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Et que veut dire Sambilonga ?
[05-12-13 19:05:42] Belothi: en francais
[05-12-13 19:06:00] Belothi: or en englais pour etre mieux compris
[05-12-13 19:06:07] Belothi: SWOT
[05-12-13 19:06:47] Belothi: Force faibless opportunite et dange
[05-12-13 19:07:34] Belothi: ns utilisons , le sol l’air et l’eau comme element
[05-12-13 19:07:58] Belothi: sol,l’air ainsi que de l’eau
[05-12-13 19:08:07] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Comme les sorciers occidentaux ?
[05-12-13 19:08:13] Belothi: no
[05-12-13 19:08:17] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: (rofl)
[05-12-13 19:08:27] Belothi: rien avoir (chuckle)
[05-12-13 19:09:19] Belothi: l’eau n’est pas seulement chez les europeen, dear
[05-12-13 19:10:12] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Un jour, dans un métro bruxellois, j’ai suivi passivement la conversation entre deux personnes blanches qui parlaient du comment utiliser ces éléments et prétendaient l’un à l’eau que le maniement de l’air était le plus difficile…
[05-12-13 19:11:01] Belothi: c pas difficile
[05-12-13 19:11:19] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Oui, je connais plusieurs congolais qui me parle de leur féticheur qui utilise l’eau pour voir de loi, agir de loin sur leurs victimes…
[05-12-13 19:11:28] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: (rofl)
[05-12-13 19:12:08] Belothi: ns communiquons   grace a l’air
[05-12-13 19:12:40] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ce qui m’épate chez tous ces hommes, c’est qu’ils n’ont jamais dit ce qu’ils en font de BON pour l’humanité à part tuer leur ennemis ou les ennemis de leurs clients naïfs…
[05-12-13 19:13:00] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Arrête, Belothi…
[05-12-13 19:13:14] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Kanambe ne serait pas là ! (rofl)
[05-12-13 19:13:45] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Epaphras a raison : vous vous amusez dans ces loges, Belothi !
[05-12-13 19:14:59] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Vous entrez sous la terre d’Akuala (?) aussi ?
[05-12-13 19:15:24] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Pourquoi ne faites vous rien de bon pour la RDC avec autant de pouvoir mystique ?
[05-12-13 19:17:48] Belothi: kobota, bokoli bokokisi
[05-12-13 19:18:12] Belothi: transition tjr
[05-12-13 19:18:32] Belothi: un etat vers un autre (flex)
[05-12-13 19:19:29] Belothi: toi Graphele, tu cherche les miracles… alors tu tape sur une mauvaise porte
[05-12-13 19:20:07] Belothi: chez ns c le travail pas de miracle, compris
[05-12-13 19:20:17] Belothi: (angel)
[05-12-13 19:21:14] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Moi, je suis chrétien depuis 1966.  Depuis ma tendre enfance j’observe, j’écoute et je lis ces histoires.  En tout cas, Belothi, mon observation, mon écoute et mon expérience de plusieurs cas du genre me font conclure : les mystiques (africains, occidentaux et orientaux) sont tous de piètres et bien méchantes personnes !  Pourquoi, toi qui a connu la Vérité, travailles-tu pour de telle cause ?
[05-12-13 19:21:19] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ouf !
[05-12-13 19:21:28] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je suis rassuré, Belothi !
[05-12-13 19:21:49] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je voyais mon frère perdu dans le monde des faux mystiques !
[05-12-13 19:22:32] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Mais dis-moi, chrétien, tu n’en savais pas plus et mieux que maintenant, Belothi ?
[05-12-13 19:23:14] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Tu es plus à l’aise maintenant que quand tu étais chrétien ?  Est-ce vrai ça ?
[05-12-13 19:23:28] Belothi: oui
[05-12-13 19:24:00] Belothi: j’ete chretien par education
[05-12-13 19:24:01] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Qu’est-ce qui s’est accru chez toi depuis que tu es du Bokoko ?
[05-12-13 19:24:08] Belothi: de mes parents
[05-12-13 19:24:22] Belothi: je suis responsable mtn
[05-12-13 19:24:32] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ah !
[05-12-13 19:24:41] Belothi: je ne suis pas de bokoko
[05-12-13 19:24:45] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Responsable ou rebelle ? (rofl)
[05-12-13 19:24:54] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ne prends pas cela mal !
[05-12-13 19:24:56] Belothi: je suis koko moi meme
[05-12-13 19:25:14] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je ne comprends pas, je ne le vois pas, Belothi.
[05-12-13 19:25:37] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je te vois homme quand je te lis et t’écoute dans nos fora.
[05-12-13 19:26:01] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je pense que ton christianisme forcé n’était pas ce qu’il fallait…
[05-12-13 19:26:59 | Edited 19:27:37] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Qu’à cela ne tienne.  Tu dis être responsable : qu’est-ce à dire exactement ?  Que tu as décidé de ne plus être ce que tes parents voulaient que tu sois et que tu trouverais cela être une valeur en soi ?
[05-12-13 19:29:35] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Moi, j’ai l’avantage d’avoir grandi dans une famille évangélique où j’étais libre d’être chrétien ou sataniste.  C’est la vie de mes parents qui m’ont donné l’envie de devenir chrétien.  Leur paix, leur calme quand tout le monde perdait l’équilibre m’impressionne jusqu’aujourd’hui.
[05-12-13 19:31:24] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je rends grâce à Dieu que depuis que j’ai résolu de suivre leur pas, j’ai bénéficie de la présence de l’Esprit de Dieu en moi et j’ai la paix intérieur qui surpasse toute paix que les hommes me proposent !
Je rends grâce à Dieu lorsque ceux qui me fréquente le constatent en me demande la source de mon calme !
[05-12-13 19:32:17] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: J’ai un « ami » témoin de Jéhovah à l’UNIKIN qui était plus ou moins dans ton cas…
[05-12-13 19:32:53] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Il avait lui aussi changé « d’adresse »…
[05-12-13 19:33:47] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Plusieurs années après, j’ai connu la joie d’apprendre qu’il se soit rendu compte de s’être trompé.
[05-12-13 19:34:39] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je suis persuadé que bientôt, dans son amour, Dieu te montrera clairement que tu aies quitté la bonne part !
[05-12-13 19:35:34] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Il te reviendra de décider de rentrer à la foi en Jésus, celui-là qui nous a révelé notre Créateur !
[05-12-13 19:38:21] Belothi: suis de retour
[05-12-13 19:39:15] Belothi: toute sorte de religions est diabolique
[05-12-13 19:39:27] Belothi: ca bloque la pensee
[05-12-13 19:39:59] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: La raison dont tu parles, je m’y suis appliqué à la rechercher de toutes mes forces…  J’en suis sorti AS des math.
Mais aujourd’hui je peux t’affirmer que tous ceux qui me connaissent, savent la vraie source de mon savoir.
Et demain, je te vois, reconnaître ta pérégrination dans n’est que la voie que Dieu a choisi pour t’aider à mieux le connaître.
[05-12-13 19:40:26] Belothi: Moi , je suis un homme spirituel et no religieux
[05-12-13 19:40:50] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Mais, ce que tu prêches dans nos fora est en soi un religion dont tu ne te rends pas encore compte.  Mais aujourd’hui-même, tu t’en rendras compte, très vite !
[05-12-13 19:40:57] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: C’est promis, Belothi !
[05-12-13 19:41:41] Belothi: moi, j n preche pas un dogme
[05-12-13 19:41:50] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Juste : tu es spirituel.  Il te manque d’être religieux pour être complet !
[05-12-13 19:42:02] Belothi: rubbish
[05-12-13 19:44:23] Belothi: La spiritualité n’est pas un système religieux, mais une expérience naturelle qui permet à l’être de s’épanouir dans sa véritable grandeur.
[05-12-13 19:44:52] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ta réaction montre que tu souffres d’un manque !  N’est-ce pas, Belothi ?
[05-12-13 19:45:15] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Ah !  Telle est donc ta définition de la spiritualité ?
[05-12-13 19:45:57] Belothi: La spiritualité est une fonction naturelle, un état de connexion avec Soi. Mais comme cette fonction est délaissée, elle nécessite d’être retrouvée et développée. Le développement spirituel n’est pas autre chose qu’un développement personnel dont le but est la reconnexion avec notre Essence. (flex)
[05-12-13 19:46:00] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Pour moi, l’homme spirituel est celui qui exploite ces capacités intellectuelles à bon escient.
[05-12-13 19:46:16] Belothi: t’as compris
[05-12-13 19:46:24] Belothi: et un religieux
[05-12-13 19:46:36] Belothi: religieux?????
[05-12-13 19:46:45] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Si tu y croyais vraiment, tu n’ajouterais pas la question : « tu as compris »…
[05-12-13 19:47:09] Belothi: religieux?????
[05-12-13 19:48:09 | Edited 19:48:24] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Un religieux est pour moi celui qui rend un culte à une divinité existante ou créée dans son imaginaire !
[05-12-13 19:48:38] Belothi: une fonction naturelle de l’être humain
le développement de la dimension divine en soi
la reconnection à notre Essence
la confiance et le lâcher-prise
la simplicité, l’authenticité et la spontanéité
la conscience claire de notre réalité
l’abandon à la joie
vivre l’instant présent
réaliser la liberté intérieure en se faisant sa propre vérité
maitriser ses sentiments, ses pensées et ses actes
la création consciente et responsable de sa vie
l’élévation vibratoire des corps physique et énergétiques
[05-12-13 19:48:56] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Le culte que tu rends à la raison est en soi une religion.
[05-12-13 19:49:29] Belothi: Un religieux est paresseux poltron
[05-12-13 19:49:56] Belothi: un croyant
[05-12-13 19:50:05] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: J’espère que tu en aies déjà évalué la valeur pour toi et pour ceux que tu portes sur ton coeur ; si du moins tu en portes.
[05-12-13 19:50:13] Belothi: un demandeur de miracle
[05-12-13 19:50:40] Belothi: un religieux est croyant
[05-12-13 19:51:00] Belothi: demandeur de miracle (facepalm)
[05-12-13 19:51:26] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Logiquement, on est peut pas ce reconnecter à son essence : on peut la reconnaître ou ne pas la reconnaître.  Du moins si l’essence veut dire ici sa nature à soi !
[05-12-13 19:51:40] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je suis un être humain !
[05-12-13 19:51:48] Belothi: comme tu voudrais
[05-12-13 19:52:02] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je peux ou pas le reconnaître : cela ne tient qu’à moi !
[05-12-13 19:52:08] Belothi: moi, je suis un homme spirituel
[05-12-13 19:52:48] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Cependant, Belothi, l’homme qui n’est pas encore né d’eau, d’esprit et de feu, n’est pas capable de saisir ces choses…
[05-12-13 19:53:46] Belothi: La religion considère qu’il existe un paradis qui est réservé à ceux qui ont fait preuve de bonne conduite, selon le jugement de Dieu ou des prêtres (highfive)(highfive)(highfive)(highfive)
[05-12-13 19:54:10] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Exacte, lorsqu’on considère ceux qui ont fait pour objet de leur culte le créé en non pas le créateur !
[05-12-13 19:54:43] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je sais que le jugement de Dieu te fait très peur !
[05-12-13 19:54:46] Belothi:  La spiritualité enseigne que chacun a la possibilité de s’épanouir totalement, tel un bourgeon qui se déploie et fleurit (y)(y)(y)(y)(y)(sun)(sun)
[05-12-13 19:54:46] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: C’est normal !
[05-12-13 19:55:47] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Je connais bien peu d’hommes spirituels que je me permet de mettre un bémol sur ton assertion !
[05-12-13 19:56:05] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Es-tu sûr de bien observer le monde qui t’entoure ?
[05-12-13 19:56:34] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: As-tu investi ton esprit à l’analyse de l’homme non regénéré ?
[05-12-13 19:57:03] Belothi: je suis tres conscient,mon fr
[05-12-13 19:57:11] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Moi, je n’ai pas encore rencontré dans ma vie un homme sérieux qui ne soit pas chrétien !
[05-12-13 20:00:12] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Tu est bien heureux : plusieurs humains, Belothi, ne savent même pas ce qu’ils sont !  Pense un instant aux propos de Socrate…  Ce que je sais est que…
Je trouve qu’il a dit beaucoup.
Mais il n’a fait que dire ce que Dieu la Parole inégalable de Dieu dans le livre des Proverbes particulièrement…
As-tu bien lu ce livre ?
[05-12-13 20:00:33] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Merci pour le temps consacré et partagé.
[05-12-13 20:00:52] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Que Dieu te garde à l’ombre de ses grands bras, Belothi.
[05-12-13 20:01:05] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Souviens-toi qu’il n’est pas loin !
[05-12-13 20:01:55] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Et que c’est en toi qu’il veut habiter.  Je ne t’apprends rien de toute manière.  Je suis là, juste pour te le rappeler.
[05-12-13 20:01:59] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Paix chez toi.
[05-12-13 20:23:25] Belothi: LE TRAFIC D’OPIUM DE LA FAMILLE ROYALE ANGLAISE AU 18EME
SIECLE
Avant d’entamer ce sujet sur l’Angleterre, clarifions, d’abord, quelques concepts.
La « REINE » est le chef de la famille royale anglaise et de l’Empire colonial britannique,
avec Londres comme capitale, régi par un Premier ministre et un cabinet d’étroits
collaborateurs.
A Londres se trouve, cependant, comme à Rome avec le Valican, un Etat séparé,
indépendant, la « CITY ». La « CITY », qualifiée comme le « mile carré » le plus riche du monde,
occupe au coeur de Londres 2,7 kilomètres carrés. Elle passe pour avoir 4.600 habitants et
500.000 emplois. Le gouvernement de la « CITY » c’est la « COURONNE », composée de 13
hommes régis par le roi de la « CITY », le « LORD MAYOR ». C’est là que se trouvent les plus
riches et les plus puissantes institutions économiques d’Angleterre, comme la Banque
d’Angleterre contrôlée par Rothshild, la Lloyd’s of London, la Bourse de Londres, les
bureaux de konzerns commerciaux à la renommée internationale ainsi que la « Fleet Street »,
le coeur du monde de la presse et de l’édition. La « City » ne fait pas partie de l’Angleterre.
Elle n’est ni sous le contrôle de la monarchie ni sous celui du Parlement britannique. La
« City » est le véritable gouvernement de l’Angleterre puisque la reine comme le Premier
ministre relèvent du « Lord Mayor » et lui obéissent : le Premier ministre et le cabinet font
croire qu’ils dirigent le jeu alors qu’ils ne sont, en réalité, que les pures marionettes de la
« City ».
[05-12-13 20:25:09] Belothi: Quand la REINE rend visite au LORD MAYOR, celui-ci vient l’accueillir au « Temple Bar »,
porte symbolique de la ville. Elle s’incline et demande la permission d’entrer dans son Etat
privé souverain. Il lui accorde l’entrée en lui présentant l’épée de l’Etat. Lors de telles
visites d’Etat, LORD MAYOR est d’autant plus rayonnant dans sa robe d’apparat que la
tenue « de service » de la suite royale est modeste. Lorsqu’il accompagne ensuite la reine à
travers la ville, celle-ci marche à deux pas derrière lui.
C’est à William Paterson qui était un « agent de la City » que nous devons la fondation de la
« Banque d’Angleterre », comme nous l’avons déjà vu. D’après les explications de Des Griffin,
la CITY est contrôlée par l’empire Rothschild.
Pour éviter des malentendus, il nous faut savoir qu’il existait en Grandc-Bretagne deux
empires qui agissaient séparément. L’un fut l’Empire colonial britannique sous la direction
de la famille royale, l’autre l’Empire de la Couronne. Toutes les colonies peuplées de
blancs (l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada) étaient sous
l’autorité du gouvernement anglais. Toutes les autres colonies(l’Inde, l’Egypte, les
Bermudes, Malte, Singapour, Hong Kong, Gibraltar et les colonies d’Afrique centrale)
étaient la propriété privée de la Couronne, désignées comme les colonies de la couronne.
[05-12-13 20:26:12] Belothi: Cela ne synifie pas, cependant, qu’il n’y avait pas de coopération. En agrandissant ses
colonies anglaises, la compagnie britannique EAST INDIA MERCHANT COMPANY
(BEIMC) accumula une fortune géante grâce au trafic d’opium. La BEIMC fonda l’ « Inland
Mission » dont la tâche principale était de rendre dépendants de l’opium des travailleurs
chinois pauvrement payés et de créer ainsi un marché pour écouler leur marchandise. La
famille royale britannique se félicita tant et si bien de ces immenses profits qu’elle se mit à
coopérer avec la BEIMC. La maison royale se mit à imposer les producteurs d’opium en
Inde. Des quantités colossales d’opium furent embarquées en partance des Indes sur les
« China Tea Clippers » et 13% environ du revenu économique de l’inde, qui était sous la
domination de la Couronne, étaient obtenus par la vente du pur opium Bengali en Chine, là
aussi sous contrôle de la Couronne.
[05-12-13 20:53:46] Radiosanseffet.com (France): FLASH;FLASH;FLASH KWEBE KIMPELE DENONCE ET QUITTE KALUIRA ET SON CCT MOUVEMENT DES INFILTRES RWANDAIS AU SEINS DE LA DIASPORA CONGOLAISE POUR EN SAVOIR PLUS SUIVEZ-NOUS EN DIRECT CE JEUDI 05 DECEMBRE 2013 A 20H00 HEURE DE PARIS SUR LA WWW.RADIOSANSEFFET,COM CONTACTEZ-NOUS SKYPE:RADIOSANSEFFET.COM1
[05-12-13 21:00:53] Belothi: LES ORGANISATIONS LES PLUS INFLUENTES AGISSANT DANS L’OMBRE
Le Council on Foreign Relations (CFR)
Fondé par la « Round Table » en 1921, on lui donne aussi le nom d’ « establisment », de
« gouvernement invisible » ou de « ministère Rockefeller des Affaires étrangères ». Cette
organisation à moitié secrète, dont les membres sont exclusivement des citoyens des
Etats-Unis, compte parmi les plus influentes de ce pays. Le CFR exerce, de nos jours, un
contrôle étroit sur les nations occidentales, que ce soit de façon directe, parce qu’il est en
relation avec des organisations du même genre, ou que ce soit I’intermédiaire d’institutions,
telles que la « Banque mondiale » qu’il préside. Depuis sa création, tous les présidents des
Etats-Unis, sauf Ronald Reagan, y étaient déjà membres avant leur élection. En revanche,
le vice-président de Reagan, George Bush, était membre du CFR. Il en fut même le
directeur en 1977. Le CFR est contrôlé par le syndicat Rockefeller et sert à concrétiser son
but : la création d’un « Gouvernement mondial unique ». (129)
Le cercle le plus intime du CFR est l’ordre de « Skull & Bones ».
[05-12-13 21:01:03] Belothi: ———————————————————————————
[05-12-13 21:01:33] Belothi: SKULL & BONES
Ses propres membres l’appellent « The Order » (l’ordre). Beaucoup le connaissent depuis
plus de 150 ans comme groupe local 322 d’une société secrète allemande. D’autres lui
donnent le nom de « Brotherhood of Death » (Fraternité de la mort). L’ordre secret de « Skull &
Bones » (traduction mot à mot : crâne et os) fut introduit par William Huntington Russel et
Alphonso Taft à l’Université de Yale en 1833. Russel, après avoir été en Allemagne où il fit
des études en 1832, l’introduisit ensuite à Yale. En 1856, il fut incorporé au « Russel Trust ».
Cet ordre forme, entre autres, le « noyau » (l’élite) du CFR. Le noyau de Skull & Bones, à son
tour, s’appelle la « Jason Society ».
[05-12-13 21:01:40] Belothi: ——————————————————————————
[05-12-13 21:02:32] Belothi: LA ROUND TABLE
La « Round Table » vit le jour le 5 février 1981 gràce à Cecil Rhodes en Angleterre. Ses
membres fondateurs furent, entre autres, Stead, lord Esher, lors Alfred Milner, lord
Rothschild, lord Arthur Balfour. La structure de ce groupe était – comme celle des SS de
Hitler – calquée sur la Société de Jésus, l’ordre des Jésuites.
Son but principal était d’élargir la domination britannique et l’utilisation de la langue
anglaise au monde entier. D’après mes sources, Rhodes visait à un gouvernement mondial
pour le bien des hommes mais la « Round Table » fut, plus tard, infiltrée par des agents des
Illuminati. Ce groupe est relié aux sionistes par la famille Rothschild ainsi qu’aux familles
américaines Schiff, Warburg, Guggenheim et Carnegie. Lord Milner en prit, plus tard, la
direction. En sont issus le « Royal Institute of International Affairs » (RIIA) et le CFR. Milner
est aussi un des membres principaux du « Comité des 300 ». L’ « Instifute for Advanced Study »
(IAS) pour lequel travaillèrent Robert Oppenheimer et Albert Einstein est issu de la « Round
Table ». Ceux-ci construisirent, plus tard, pour le IAS la première bombe atomique. (130)
L’organisation annexe allemande du RIIA et du CFR est la DGAP, la « Deutsche
Gesellschaft für Auswärtige Politik » (Société allemande de politique extérieure). Elle fut
fondée le 29 mars 1955 et se proclame indépendante, au-dessus des partis. Ses membres
débattent des problèmes politiques et économiques internationaux, et de ceux de l’Europe
[05-12-13 21:04:26] Belothi: L’homme est la copie fidèle de l’Univers macrocosmique. C’est pourquoi il est écrit
au-dessus de l’oracle de Delphes :
« Homme, connais-toi toi-même, alors tu connaîtras Dieu »
[05-12-13 21:08:11] Belothi: =========================================
[05-12-13 21:08:17] Belothi: VOUS DESIREZ VOIR COMMENT EST DIEU ?
PRENEZ UN MIROIR,
VOUS LE VERREZ FACE A FACE !
[05-12-13 21:08:24] Belothi: ========================================
[05-12-13 21:09:01] Belothi: L’unique aide que vous avez toujours cherchée, c’est vous-même, Ayez confiance en vous,
prenez des risques. Ce n’est qu’ainsi que se forgera votre confiance.
La vie terrestre est une aventure merveilleuse ; si nous le voulons, nous pouvons tous créer
ici-bas notre paradis. C’est vous-même qui décidez ce que vous allez obtenir de la vie, par
ce que vous laisserez venir à vous.
[05-12-13 21:09:06] Belothi: ========================================
[05-12-13 21:09:34] Belothi: Fais attention à tes pensées,
car elles deviendront des paroles.
Fais attention à tes paroles,
car elles deviendront tes actes.
Fais attention à tes actes,
car ils deviendront tes habitudes.
Fais attention à tes habitudes,
car elles deviendront ton caractère.
Fais attention à ton caractère,
car il est ton destin.
[05-12-13 21:09:41] Belothi: =========================================
[05-12-13 21:11:33] Ngai Bopele Bobala Muana Mvuluzi Kimbangu na Batapala: BA MAMA BA TATA BA NDEKO PE BANA NYOSO YA SOMI YA MBOKA YA KONGO, YENGE YENGE YENGE NA BINO BANSO. LELO MOKOLO YA MINEI TO PE JEUDI LE 05.11.2013 NA NGONGA YA 20 HEURE 15 NA KATI YA WWW.RADIORBK.COM PUTULU EKOMATA MAKALA MAKOTIKALA EPAI WAPI MBUTA BOPELE BOBALA MUANA YA MVULUZI KIMBANGU AZALI KOYAMBA NKUMU LONYENGIA NA EDITION SPECIALE. SUJET EZALI KAKA MOKO (BONGANGA YA KONGO) BOZANGA TE PO EKOZALA SOMO. INTERVENTION NA BINO EKOZALA NA BOSENGA MINGI. SKYPE YA RADIO EZALI: RADIONABISOKATIOPA, PE SPSEUDO YA RADIO EZALI: WWW.RADIORBK.COM
[05-12-13 21:16:11] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: DEBOUT CONGOLAIS !!! DEBOUT CONGOLAIS !!! MOBILISATION GÉNÉRALE !!!
LE GÉNOCIDAIRE KANAMBE KABILA A COULE LE SANG DU PEUPLE, PLUS DE 10 MILLIONS DE MORTS,UNE OPPORTUNITÉ A LA PORTÉE DE TOUS, A NE PAS MANQUER NI RATER,
TOUS AU MÉTRO CHÂTEAU ROUGE VENDREDI A 9H00 .
[05-12-13 21:30:06] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: BREAKING NEWS  ALLERTE ROUGE ROUGE  la delegation du rwandais HYPOLITE KANAMBE SOIT DISANT JOSEPH KABILA viennent de quitter L’hôtel L’InterContinental Paris Le Grand , la délégation du rwandais HYPOLITE KANAMBE SOIT DISANT  Joseph Kabila sont  deja a Paris ,   pour accueillir leur président.RWANDAIS HYPOLITE KANAMBE SOIT DISANT JOSEPH KATUFI  OPERATION BLACK PANTHERE  BOMA LELO KUNDA LELO
[05-12-13 21:33:49] LE DIVIN ETIENNE: BIEN MERCI MON FRERE BELOTHI, VOILA LES CHOSES CONSTRUICTIVES QUE NOUS AVONS BESOIN SUR CETTE PLATEFORME…………..
[05-12-13 22:18:26] afriqueforte.afriqueforte: http://cctgovrdc.com/web/2013/11/30/decision-n006bpcct-rdc11-13-du-30-112013-portant-revocation-des-membres-du-gouvernemnt-de-transition-au-sein-de-la-cct/
[05-12-13 23:34:43] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: BREAKING NEWS Info de dernière minute… Un avion civil immatriculé D045F32 à Dodoma en Tanzanie aurait atterri aux petites heures du matin ce jeudi 5 décembre à la base aérienne 107 Villacoublay, pilote: « Sous-Lieutenant René Dorme » de l’Armée de l’air française au Sud-Ouest de Paris en provenance de Kindu en RDC via Addis-Abeba en Ethiopie. Identifié dans les airs comme un avion transportant une partie de la délégation tanzanienne devant assister au Sommet sur la Sécurité de Paris de ce 6 décembre, grande fut la surprise des militaires français de découvrir plus de 123 hommes en uniformes congolais ! Interrogé par les services français au sol, le chef de cette troupe congolaise répondant au nom de Colonel M.N a signifié, visas à l’appui, feuille de route dument signée par le ministre à la Défense congolais et e-mail de confirmation de l’Ambassadeur de France s’adressant au Ministre de la Défense de France et au patron de la Direction Générale des Services Extérieurs Français (DGSE), à ces derniers qu’ils étaient autorisés à débarquer en France pour assurer la sécurité durwandais hypolite kanambe soit disant joseph Kabila en séjour à Paris ces deux jours de sommet en décembre. Après vérifications auprès de différents services et intervention expresse de Didier Reynders, ministre des Affaires Etrangères belge auprès de son homologue français, bloqués sur le tarmac militaire depuis 6 h 30’, la brigade mixte Garde Républicaine ( une unité de protection de Kabila) – 321ème Unité du salaud rwandais hypolite kanambe
[05-12-13 23:41:50] NZOLO WA MU LWENDU: « Le pardon libère l’âme, il fait disparaître la peur. C’est pourquoi le pardon est une arme si puissante ». Parole de NELSON MANDELA
[00:06:27] leader.parfait: Radio tv béndélé: http://www.liveonlineradio.net/uk/radio-tv-bendele.htm
[01:21:05] Albert Muya – Président du CNT: Nelson Mandela est décédé ce jeudi 05 décembre 2013. Il est devenu un personnage très fort parce qu´il s´est comporté comme un faible. Il a été faible en refusant la domination de l´homme blanc sur l´homme noir et il a été également faible en refusant la domination de l´homme noir sur l´homme blanc.
[08:00:54] Chawan Kal: Bellopédé makaka alias muvombo
[11:34:10] ikumus: Bravo Nos FARDC qui peuvent mettre l’Ordre meme loin de notre pays (clap) de grace ramenez nous ces SDF qui nous font la honte a notre pays
[11:40:20] fillingdoc.11: [11:39] fillingdoc.11:

<<< (y)\o/ Tulimoneshi nini mweye ba kafyoto , mutatufanya nini
[11:44:47] ikumus: pourvotre  infos le president atterira dans qlq Minutes et il ya deux Antonov 124-100 m pour ramener tous les delinquant soit disant combacons n’oubliez pas les prisons sont redevenu vide (rofl)
[14:04:35] Chawan Kal: BAKUYE, BATEJONDOLA NA MAKANDA YA NDIZI
[14:20:22] ikumus: kiekikiekiekikeikiieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
[14:56:00] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: un imposteur hypolite kanambe soit disant joseph kabila un salaud rwandais en mission chez les congolais .
 
Craignant la foudre des combattants « Kabila » est arrivé en catimini à Paris à l’aéroport d’Orly.

La peur au ventre,c’est devant un petit comité restreint et apeuré qu’il a été reçu aux petites heures de la nuit,une poignée de collabos. dont l’ambassadeur Ileka (sans son épouse rwandaise),un dénommé Samba ( agent de l’ANR au sein de l’ambassade de la RDC à Paris ).

Quelques officiels congolais comme Mova Sakanyi ambassadeur de la RDC en Belgique ont également fait le déplacement .

« Kabila » s’est ensuite rendu à son Hotel transformé en forteresse assiegé où quelques collabos à son service l’attendaient . « Joseph Kabila » accueilli sous les huées et coincé dans les locaux de l’OIF !! —————————————————————————- Ce vendredi en fin de matinée il était attendu au siège de l’OIF où il doit être reçu par Mr Abdou Diouf .

Mais alors que ce déplacement avait été tenu secret jusqu’à la dernière minute,il a été reçu sur place par les huées des combattants et des membres de l’APARECO qui étaient au courant de ce rendez vous depuis plusieurs jours.

Au moment où nous couchons ces lignes on apprend que la police française est en train d’intervenir pour que l’apprenti président de la RDC puisse sortir de ce rendez vous transformé en traquenard.

C’est une véritable course poursuite qui est en train de se dérouler autour du metro Alma Marceau et le siège des l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Plusieurs arrestations sont en cours (déjà plus d’une vingtaine) pendant que d’autres congolais affluent vers le siège de l’OIF. au cri de « Eyinda  » A suivre !

Paris le 6 décembre 2013 José ILUNGA SNE Justice et Droirs Humains
[15:03:24] Belothi: Les frères de la Rose-Croix

Les Frères de la Rose-Croix étaient une association, d’abord tenue secrète, d’alchimistes qui mêlaient des questions politiques et religieuses à des débats hermétiques et aux conceptions les plus étranges. Les investigations des frères de la Rose-Croix avaient pour objets principaux : la transmutation des métaux; l’art de conserver la vie pendant plusieurs siècles; connaître tout ce qui se passe dans les pays les plus éloignés; avoir, par la cabale et la science des nombres, la conaissance des choses les plus cachées. Ils prétendaient être destinés à régénérer le monde; qu’ils pouvaient forcer et retenir à leur service les esprits et les démons les plus puissants; que les huit premiers frères de la Rose-Croix avaient la faculté de guérir toutes les maladies; que par leurs moyens la tiare serait bientôt réduite en poudre.
Ils se donnaient pour chef un gentilhomme allemand nommé Rosenkreutz (c.-à-d. Rose-Croix), qui aurait vécu plus de cent ans (1378-1484), et qui, au retour de voyages en Turquie et en Arabie, aurait rapporté des secrets merveilleux. Il est plus probable qu’ils ne remontent pas au delà du XVIIe s., et qu’ils eurent pour véritable chef J. Valentin Andreae, auteur probable des Noces chimiques (Chymische Hochzeit) attribué à Rosenkreutz (vers 1614). Ils se répandirent surtout en Allemagne au commencement du XVIIe s. On trouve l’exposition de leurs doctrines dans la Confessio Roseae Crucis, publiée en 1615 par J. V. Andreae lui-même, et dans quelques écrits de Robert Fludd.

Les Frères de la Rose-Croix ne reconnaissaient que deux sacrements, avec les cérémonies de la première Église, renouvelées par leur société, et l’Empereur pour leur chef, aussi bien que de tous les chrétiens.
[15:04:06] Belothi: =========================================
[15:04:16] Belothi: A cette espèce de profession de foi, ils ajoutaient six règles de conduite:
1° Dans les voyages ils sont obligés de guérir gratuitement les malades;
2° Ils doivent s’habiller conformément aux usages des pays où ils ont à vivre;

3° Ils doivent tous les ans se rendre au lieu de leur assemblée générale, ou en donner par écrit une excuse légitime;

4° Chaque frère doit choisir une personne capable de lui succéder, lorsqu’il lui plaira de mourir;

5° Le nom de Rose-Croix leur doit servir de marque pour se faire reconnaîtro réciproquement;

6° cette confrérie doit être tenue secrète pendant cent ans.

Chritian Rosenkreuz, fondateur supposé des Rose-Croix, aurait ordonné, en mourant, que son tombeau ne fût ouvert que dans cent ans. A l’ouverture de ce tombeau, en 1604, on aurait trouva un livre écrit en lettres d’or, contenant de très grands secrets.
[15:04:22] Belothi: =========================================
[15:05:09] Belothi: Quoi qu’il en soit de cette société, qui paraissait avoir été assez nombreuse vers le milieu du XVIIe siècle, il n’est nullement démontré, malgré son intérêt pour l’alchimie, qu’elle ait en rien contribué aux progrès des sciences. La plupart des membres ne pouvaient être que des illuminés, ou des charlatans. Potier, Michel Mayer, J. Sperber, étaient de cette société.

Dès que l’existence et les prétentions des frères de la Rose-Croix furent connues, elles devinrent l’objet de vives attaques de la part des savants éclairés. Al. Wormius (Laurea philosophica contra fratres Roseae-Crucis, 1614), J. Sivert (Entdeckte Mummenschanz oder Nebelkoppen, 1617), L. Conrad de Bergen (Montanus) (Gründliche Anweissung zu der wahren hermetischen, 1635 en manuscrit) et J. Schubert, etc., n’épargnaient pas leurs sarcasmes.

En France, la Rose-Croix fut moralement tuée par le manifeste de Gabriel Naudé, Avis à la France sur les frères de la Rose-Croix, imprimé en 1623, la même année où ils avaient essayé de faire à Paris des prosélytes par une affiche ainsi conçue :

« Nous, députés du collège principal des frères de la Rose-Croix, faisons séjour visible et invisible en cette ville, par la grâce du Très Haut, vers lequel se tourne le cour des justes, nous montrons et enseignons, sans livres ni marques, à parler toutes sortes de langues des pays où nous voulons être, pour tirer les hommes, nos semblables, d’erreur de mort. »
Cette affiche excita beaucoup la curiosité des Parisiens; mais elle manqua son but. On y répondit par des ouvrages anonymes, parmi lesquels on remarque : Examen de la nouvelle et inconnue cabale des frères de la Rose-Croix,. habitués depuis à Paris; effroyables pactes faits entre le diable et les prétendus invisibles.
Les doctrines cabalistiques et alchimiques des frères de la Rose-Croix furent défendues par Robert Fludd, et propagées par J. Risch, Ph. A Gabella, S. Gentersperger, Brotoffer, Grosscgedel Ab Aïcha, H. Neuhaus, F. Rieser, Schweighard, Spacher, Th. de Pega; par an grand nombre d’auteurs dont les noms sont supposés, symboliques ou anagrammatiques, comme Jesaias sub Cruce, Irenaeus Agnostus, Nigrinus, Philaretes, stellatus, etc.; enfin, par beaucoup d’ouvrages anonymes.

Insigne Rose-Croix.
Insigne rose-croix (recto et verso).
La société cabalistique de la Rose-Croix, dont bientôt en n’entendit plus parler, ne doit pas être confoudue, comme l’ont fait Langlet-Dufresnoy et Bergmann, avec une autre société du même nom, qui s’était formée vers la même époque en Dauphiné, et dont le fondateur s’appelait Rose. Cette dernière société s’était proposé de résoudre les problèmes du mouvement perpétuel (perpetuum mobile), de l’art transmutatoire des métaux, et de la médecine universelle. Pierre Mormius, après avoir fait de vaines démarches pour intéresser les états généraux de la Hollande au plan de cette société, publia en 1630 un livre sur les travaux des membres du collegium Rosianum.

Notons enfin que dans la franc-maçonnerie, le nom de Rose-Croix désigne un des grades qui viennent au-dessus de celui de maître. (F. Hoefer / A19).
[15:05:18] Belothi: +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
[15:06:24] Belothi: Marx (Karl), socialiste né à Trèves le 5 mai 1818, mort à Londres le 14 mars 1883. Fils d’un avocat d’une famille d’origine juive, il étudia à Bonn et Berlin le droit, la philosophie, l’histoire, collabora en 1842 à la Rheinische Zeitung, journal libéral fondé par Camphausen, Hansemann, etc. Ses tendances radicales le firent supprimer. Marx se rendit à Paris où il publia avec Arnold Ruge des «Annales franco-allemandes», Deutsch-franzoesische Jahrbücher (1843), et, à dater du 1er janvier 1844, le journal socialiste Vorwaerts. Il rédigea dans ses Annales des articles sur la philosophie hégélienne (Hegel) et en faveur du communisme. Expulsé de Paris (janvier 1845), il se transporta à Bruxelles, avec Fr. Engels, s’affilia à une société secrète communiste et à l’Association démocratique internationale.
En 1847, il fit paraître : Discours sur le libre-échange et Misère de la philosophie, réponse à la Philosophie de la misère de M. Proudhon. En 1848, il lança avec Engels le fameux manifeste communiste où il formulait sa théorie matérialiste de l’histoire et son programme socialiste. Il avait acquis une autorité dictatoriale sur sa société secrète; après la révolution de Février, pour l’empêcher de se rendre à Paris, on l’emprisonna et on l’expulsa sur l’Allemagne. Il y fomenta le mouvement révolutionnaire dont il devint le chef dans la région rhénane; il rédigeait à Cologne la Neue Rheinische Zeitung (juin 1848). Expulsé le 16 mai 1849, il se réfugia dans le duché de Bade, le Palatinat, à Paris ; chassé encore, il se fixa à Londres où il demeura jusqu’à sa fin, entretenant des relations avec tous les réfugiés politiques de diverses nationalités, écrivant beaucoup, spécialement dans des revues américaines.
[15:06:55] Belothi: —————————————————————————-
[15:07:03] Belothi: On cite : Der 18 Brumaire des Louis Bonaparte (1852); Enthüllungen über den Kommunistenprozess zu Koeln (1853); Zur Kritik der politischen Oekonomie (1859), où il exposa sa théorie de la valeur et de la monnaie. Marx passa au premier plan par la fondation de l’Association internationale des travailleurs dont il conserva la direction effective de 1866 à 1872. Il s’occupa particulièrement d’organiser en Allemagne un parti socialiste révolutionnaire opposé à celui de Lassalle. Son disciple, W. Liebknecht, y parvint en 1869 ; on sait que six ans plus tard ce parti fusionna avec les radicaux nationalistes de Lassalle pour fonder le parti ouvrier ou démocrate-socialiste d’Allemagne.

Le chef-d’oeuvre de Marx est son mémorable livre sur le capital : Das Kapilal, Kritik der politischen Oekonomie (1867, t. I; 4e éd., Hambourg, 1892; t. II, Der Zirkulationsprozess des Kapitals, 1885; t. III, Der Gesammtprozess der kapitalistischen Produktion, 1894). C’est une des productions les plus considérables de la sociologie; l’accumulation des faits, principalement empruntés à la société anglaise, la puissance de la systématisation, en ont fait l’ouvrage le plus important de la littérature socialiste. A la fin du XIXe siècle, la doctrine marxiste est peut-être celle qui a le plus d’adhérents parmi les socialistes, et tous en ont plus ou moins subi l’influence. (A.-M. B., 1900)
[15:11:44] Belothi: +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
[15:12:05] Belothi: 
Les Carbonari
Le Carbonarisme
Le Carbonarisme est une société secrète qui atteignit son plein développement sous la Restauration et le règne de Louis-Philippe. Son origine n’a jamais pu être précisée d’une façon bien exacte, quoiqu’elle ait donné lieu à de multiples controverses. Quelques historiens en font remonter les débuts au règne de François ler, d’autres lui assignent une naissance encore plus ancienne. C’est ainsi qu’au XIe siècle, s’il faut en croire Benoist Malon (Histoire du socialisme), un moine de Sarrebruck, nommé Théodebald, fonda une association secrète composée exclusivement de charbonniers et de bûcherons. Cette société avait pour but d’obtenir « que les affaires publiques fussent réglées d’après la volonté du suffrage de tous », et d’arriver ainsi à fonder ce que Théodebald nommait l’Etat démocratique égalitaire. Jésus était le grand-maître «-honorifique-», pour ainsi dire le président d’honneur de cette association, dont les affiliés étaient divisés en groupes appelés ventes. Le mot d’ordre était : Espérance et Foi. Mais il y avait, en outre, des mots de passe, qui changeaient fréquemment, et de mystérieux signes de reconnaissance. D’après une autre opinion, l’Italie serait le berceau d’origine du Carbonarisme; le mot tirerait sa source de ce que les Guelfes proscrits, afin d’échapper aux poursuites de leurs adversaires, les Gibelins, se réunissaient au milieu des bois et s’assemblaient dans des cabanes de bûcherons et de charbonniers.
[15:12:42] Belothi: =========================================
[15:12:48] Belothi: Quoi qu’il en soit, ce n’est réellement qu’à la fin du XVIIIe et au commencement du XIXe siècle que le Carbonarisme a joué le rôle qui lui a fait dans l’histoire une place si marquée. Son but était essentiellement politique; ses adhérents se proposaient de combattre la tyrannie sous toutes ses formes et d’arriver à doter leur pays d’institutions démocratiques.

Le roi de Naples, Murat, favorisa, dans le principe, cette propagande qu’il considérait comme civilisatrice. Puis, épouvanté des progrès que faisaient dans le peuple les nouvelles doctrines, il désarma les Carbonari et les chassa de ses Etats. Ils se réfugièrent dans les Calabres, sous la conduite de leur chef, Capo-Bianco. A cette époque, la secte ne comptait que quelques milliers d’adhérents. Mais elle allait bientôt s’étendre dans toute l’Italie, envahir la France, gagner l’Espagne, franchir le Rhin et faire trembler sur leurs trônes tous les souverains de l’Europe( monarchique.

On a souvent confondu le Carbonarisme avec la Franc-maçonnerie, dont il n’est, en réalité, qu’un dérivé. Comme la Franc-maçonnerie, ou l’ordre des Illuminati (Illuminisme), dont on a parfois dit que les Carbonari avaient pu s’inspirer, le Carbonarisme a son cérémonial particulier, son langage symbolique, dont les termes sont empruntés au commerce du charbon. C’est ainsi que le lieu d’assemblée s’appelle hutte, en italien baracca; le pays où se tient l’assemblée, la forêt; la réunion elle-même, – ce qu’en langage maçonnique on nomme la tenue, – la vente, en italien vendita. Une réunion de huttes est une république. Purger la forêt des loups signifie délivrer la patrie des tyrans et des oppresseurs. De là, le cri de ralliement du Carbonarisme : Vengeance au mouton opprimé par le loup. Les statuts et règlements sont particulièrement sévères contre les parjures et les traîtres. L’indiscrétion, même involontaire, a son châtiment.
[15:12:55] Belothi: =========================================
[15:13:36] Belothi: Chaque associé jurait de garder le secret sur l’existence du Carbonarisme, sur ses signes, son règlement et ses mots de passe; d’obéir aveuglément et sans réserve aux ordres intimés par la vente suprême, les choses commandées cessant d’être injustes dès qu’elles deviennent un moyen d’arriver au bonheur commun et, d’obtenir le but général; de dévouer sa fortune et même sa vie à la cause de la liberté et de la patrie.

En outre, pour être prêt à résister à l’oppression, à secourir ses « frères », appelés ici ses bons cousins, tout Carbonaro devait se munir, à ses frais, d’un fusil de munition et de cinquante cartouches à balle. Le parjure était puni de mort. Les grades par lesquels devait passer successivement le « bon cousin » étaient ceux d’apprenti, de maître et de grand-élu.

Un rituel d’initiation.
Voici, d’après Saint-Edme (Constitution et organisation des Carbonari), les détails du cérémonial usité pour une initiation au troisième grade : la vente se tient loin des profanes, dans une grotte obscure, cachée et connue seulement des Carbonari déjà reçus grands élus. La salle est triangulaire, tronquée aux trois pointes. Le grand maître, grand élu, qui préside la réunion, est placé sur un trône, à l’orient, dans l’angle tronqué supérieur. En face de lui, à l’occident, au milieu de la base même du triangle, se trouve la porte de la grotte. Elle est défendue par deux gardiens nommés flammes ou porte-épée, tenant à la main des sabres faits comme des flammes de feu. Les assistants sont rangés en deux files, à droite et à gauche du président. Ils ont la face tournée vers lui pour se conformer à tous ses mouvements, quand il fera des avantages ou autres cérémonies et solennités. Deux des assistants, ceux qui sont placés à l’extrémité des files, se nomment premier et second éclaireur; un troisième qui sert d’orateur est appelé étoile. Trois lumières en forme de soleil, de lune et d’étoile sont suspendues aux trois angles pour la clarté de la vendita. Le trône et les bancs sont couverts de drap rouge parsemé de flammes nombreuses. Le grand élu est en costume de l’ordre, ainsi que les autres assistants. Il a le front enveloppé d’un long mouchoir rouge enroulé en forme de turban, Il porte des sandales bleues, une tunique de même couleur et, au-dessus de la tunique, une longue robe noire serrée par une ceinture de laine rouge à laquelle sont suspendus une hachette et un poignard. Outre le costume ci-dessus, commun à tous les assistants, le grand élu président porte en sautoir un large ruban moiré tricolore, bleu céleste, jaune et vert, où sont attachés trois bijoux, marques de sa dignité : un triangle azur, image du ciel et de la divinité, un soleil d’or et un globe terrestre d’un vert pâle.
[15:13:40] Belothi: =========================================
[15:14:13] Belothi: «  LE GRAND ÉLU. – Bon cousin, premier éclaireur, quelle heure est-il?
LE PREMIER ECLAIREUR . – Respectable grand élu, le tocsin sonne de toutes parts et retentit jusque dans les profondeurs de notre grotte. Je pense que c’est le signal du réveil général des hommes libres.

LE GRAND ÉLU. – Bon cousin, second éclaireur, à quelle heure doivent s’ouvrir nos travaux secrets?

LE SECOND ÉCLAIREUR. – A minuit, respectable grand élu, lorsque les masses populaires, conduites par nos affidés, les bons cousins directeurs, sont rassemblées, organisées, marchent contre la tyrannie et sont prêtes à frapper les grands coups.

LE GRAND ÉLU. – Bons cousins, flammes et gardiens de la sûreté de notre asile, êtes-vous sûrs qu’il ne s’est glissé parmi nous aucun profane et que tous les carbonari réunis dans cette vendita sont bien grands maîtres, grands élus?

UNE DES FLAMMES. – Oui, vénérable grand élu, les Introducteurs ont fait leur devoir. Il n’existe ici ni profane, ni Carbonaro subalterne.

LE GRAND ÉLU. – Tous les directeurs des divers grades carboniques, destinés au mouvement général qui va s’opérer, sont-ils à leur poste, bien armés, mes bons cousins, premier et second éclaireurs?

LES DEUX ÉCLAIREURS en même temps. – Oui, vénérable grand élu; tous sont partis après avoir réitéré le serment sacré de périr ou de vaincre.

LE GRAND ÉLU. – Puisque tout est si bien disposé, mes bons cousins, je vous invite à m’aider dans l’ouverture de nos travaux nocturnes en célébrant le septuple avantage que je commence à l’instant. A moi, mes bons cousins.

1° Au Créateur de l’Univers; 2° au Christ, son envoyé sur la terre, pour y rétablir la philosophie, la liberté, l’égalité; 3° à ses apôtres et prédicateurs; 4° à saint Tibaldo, fondateur des Carbonari; 5° à François Ier, comme notre protecteur et l’exterminateur de nos anciens oppresseurs; 6° à la chute éternelle de toutes les tyrannies; 7° à l’établissement d’une liberté sage et sans fin, sur la ruine éternelle des ennemis des peuples. »
[15:14:21] Belothi: >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
[15:14:54] Belothi: Les sept avantages étant célébrés par les acclamations d’usage, lecture est faite aux assistants du procès-verbal de la dernière séance; puis, le procès-verbal adopté, le grand élu donne la parole à l’orateur appelé Etoile. Celui-ci explique et développe le but de la réunion. Après avoir fait une description de l’âge d’or, où les humains, obéissant aux lois de la nature, étaient bons et vertueux, l’orateur décrivait la situation malheureuse de la belle Ausonie et présentait le tableau navrant de son affreuse destinée.
[15:15:04] Belothi: >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
[15:15:28] Belothi: « Elle obéit maintenant, disait-il, à trente soi-disant souverains, qui, rétrécis dans ce qu’ils appellent leurs domaines, n’en tyrannisent qu’avec plus d’impudence les peuples infortunés soumis à leur autorité dure, mais chancelante. C’est pour en débarrasser le sol que nos aïeux, les premiers bons cousins, ont établi la respectable Carboneria. Exilées du monde, n’osant se montrer au grand jour, la liberté, l’égalité, se réfugièrent dans les rand se cachèrent dans les ventes, dans les grottes les plus reculées, et là, reprenant la robe virile dont nous sommes revêtus, aiguisèrent leurs hachettes et leurs poignards et jurèrent de renverser en un seul jour tous les oppresseurs de ces belles contrées. Nous avons tous fait, sur le signe éclatant de la rédemption du Sauveur du monde, le serment sacré de rétablir sa sainte philosophie. Le moment est arrivé, mes bons cousins ; le tocsin de l’insurrection générale a sonné, les peuples armés sont en marche. Au lever de l’astre du jour, les tyrans auront vécu, la liberté sera triomphante. Employons le peu d’heures qui vont s’écouler avant d’arriver aux moments d’une courte et terrible vengeance, à relire et proclamer les nouvelles lois qui vont régir la belle Ausonie, la réunir en un seul peuple dans ses limites naturelles et la rendre libre, heureuse, florissante à l’exemple du reste de l’univers. »
[15:15:44] Belothi: ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
[15:16:10] Belothi: Ce discours achevé, le grand élu président prononçait à haute voix la formule du serment :
« Moi, citoyen libre de l’Ausonie, réuni avec mes frères sous le même gouvernement et les mêmes lois populaires que je me dévoue à établir, dût-il m’en coûter tout mon sang, je jure, en présence du grand maître de l’univers et du grand élu, bon cousin, d’employer tous les moments de mon existence à faire triompher les principes de liberté, d’égalité, de haine à la tyrannie, qui sont l’âme de toutes les actions publiques et secrètes de la Carboneria. Je promets de propager l’amour de l’égalité dans toutes les âmes sur lesquelles il me sera possible d’exercer quelque ascendant. Je promets, s’il n’est possible de rétablir le régime de la liberté sans combattre, de lutter jusqu’à la mort. Je consens, si j’ai le malheur de devenir parjure à mes serments, à être immolé par mes bons cousins les grands élus, de la manière la plus douloureuse. Je me dévoue à être mis en croix au sein d’une vendita, nu, couronné d’épines et de la manière que le fut le Christ, notre rédempteur et notre modèle. Je consens de plus à ce que mon ventre soit ouvert de mon vivant, que mon coeur et mes entrailles soient arrachés et brûlés, que mes membres soient coupés et dispersés et mon corps privé de sépulture. Telles sont nos obligations à tous, mes bons cousins, jurez-vous de vous y conformer?
TOUS LES ASSISTANTS à la fois. – Nous le jurons.

LE GRAND ÉLU. – Dieu vous entend, mes bons cousins! son tonnerre gronde; vos serments sont agréés. Le peuple est prêt à combattre, il triomphera! Malheur à vous si vous le trahissiez! »

L’orateur donnait ensuite lecture du pacte constitutionnel de l’Ausonie, qui devait être soumis à la sanction de la nation libre et unie.
[15:16:22] Belothi: =======================================
[15:16:50] Belothi: Le Carbonarisme en Italie et en France.
Le Carbonarisme se développa très rapidement en Italie. Dès 1820, il tentait, à Naples, un mouvement révolutionnaire. Le roi fut obligé de se rendre aux voeux de la population, et dut jurer d’observer une constitution libérale. Mais le roi Ferdinand s’était bien promis de ne pas tenir son serment, et, dès la réunion du congrès de Laybach, il s’empressa de renier tous ses engagements. Les Carbonari, écrasés à Naples, grâce à l’intervention des troupes autrichiennes, ne furent pas plus heureux dans le Piémont. Les libéraux succombèrent sous l’effort combiné des réactionnaires et des Autrichiens. Le Carbonarisme subit dès lors un temps d’arrêt en Italie; mais il avait déjà franchi les Alpes et propageait ses doctrines en France.

Au mois de juillet 1820, deux jeunes gens affiliés à la Franc-maçonnerie, Dugied et Joubert, se rendirent à Naples et offrirent leurs services au gouvernement constitutionnel. Tandis que Joubert restait à combattre les Autrichiens, Dugied, qui s’était fait initier aux mystères de la Carboneria, revint à Paris, assembla chez l’étudiant en médecine Bazard (un des futurs animateurs du Saint-Simonisme) un certain nombre de ses amis, et là, jeta les bases de la Charbonnerie française. La pensée dominante de l’association, dit Louis Blanc, n’avait rien de précis ni de déterminé. Les considérants, tels qu’ils furent rédigés, se réduisaient à ceci :

« Attendu que force n’est pas droit et que les Bourbons ont été ramenés par l’étranger, les Charbonniers s’associent pour rendre à la nation française le libre exercice du droit qu’elle a de choisir le gouvernement qui lui convient. »
[15:16:52] Belothi: =====================================
[15:17:24] Belothi: Un Carbonaro, Jean Witt, donne cette autre version touchant l’origine de la Charbonnerie française :
«  Dans l’été de 1821, les onze chefs s’assemblèrent à Capoue. Ils résolurent d’envoyer à l’étranger deux initiés chargés de s’entendre avec les chefs du Grand Firmament (synonyme du Grand Orient) et de voir s’il ne convenait pas de déplacer le siège du directoire des Carbonari. Ils inclinaient à croire qu’il serait bon de le transporter à Paris. Cette capitale est celle qui a le plus de communications avec le reste de l’Europe. Elle était d’ailleurs habitée par les membres les plus influents de la société et possédait les moyens de finance les plus abondants […]. Tout fut préparé pour fondre ensemble l’Alta Vendita et le Grand Firmament qui était alors le directoire des sociétés secrètes en France. »
La Charbonnerie française avait adopté les règlements de la Carboneria italienne, modifiés et appropriés aux moeurs et aux idées françaises. Elle se divisait en cercles ou ventes de quatre classes : ventes particulières, ventes centrales, hautes ventes, vente suprême. Contrairement à ce qui se passait en Italie, les admissions se faisaient très simplement et presque sans solennité. Les communications entre les quatre ventes étaient organisées de façon à dépister facilement la police. Chaque vente particulière, composée de vingt membres, avait un député. Les députés de vingt ventes particulières formaient une vente centrale qui, elle aussi, élisait un député chargé de communiquer avec la haute vente. Enfin, celle-ci avait également un délégué au moyen duquel elle entretenait des relations avec la vente suprême. De cette façon, les membres des différentes ventes restaient étrangers les uns aux autres; il était d’ailleurs interdit à tout Carbonaro de chercher à connaître ses bons cousins des autres ventes. On voit combien il était facile, en cas d’alerte, de rompre la chaîne qui reliait ces divers groupes. Aucune communication n’était écrite. Tout se faisait par l’intermédiaire des députés. Le récipiendaire prenait l’engagement de garder le secret le plus absolu sur l’existence de la charbonnerie et sur ses actes. Il devait en outre se munir d’un fusil et de vingt-cinq cartouches. Le droit d’entrée était fixé à cinq francs. Chaque membre versait une cotisation de un franc par mois.
[15:17:32] Belothi: =========================================
[15:18:08] Belothi: A côté de cette Charbonnerie civile existait une charbonnerie spéciale à l’armée. La haute vente s’y appelait Légion; les ventes centrales, cohortes; les ventes particulières de premier ordre, centuries; les ventes particulières ordinaires, manipules. Dans les temps de calme, l’élément militaire disparaissait, en quelque sorte, ou plutôt se confondait avec l’élément civil; au contraire, dans les moments de trouble et lorsque une insurrection était décidée, il reprenait logiquement le dessus et acquérait une importance majeure. De même que les loges maçonniques, chaque vente avait un nom particulier. Parmi les plus florissantes à Paris, on comptait la Washington, la Victorieuse, la Bélisaire, la Sincère, la Réussite, les Amis de la vérité, la Westermann, etc.
L’association devint rapidement prospère, grâce au concours que lui apportèrent spontanément les notabilités du parti libéral : Lafayette, de Corcelle, Jacques Koechlin, députés, de Schouen, conseiller à la cour royale, Mauguin, Barthe et Merilhou, avocats, Cauchois-Lemaire et Arnold Scheffer, etc. Lafayette fut nommé président. En trois mois, Paris avait vu se former une cinquantaine de ventes. Les plus jeunes adhérents furent chargés de propager l’association sur les divers points de la France qui compta bientôt deux mille ventes et quarante mille adhérents. Le moment d’agir était venu. Et l’association agit si bien que, suivant l’expression d’un historien, si à cette époque l’histoire des actes officiels concerne les Bourbons, c’est l’histoire des sociétés secrètes qui devient celle de la France.

« La question n’est pas, dit Jean Reynaud, que ceux qui conspiraient contre la royauté aient employé dans leurs attaques plus ou moins de savoir-faire ou de prudence, la question est uniquement que ce concert hostile ait existé; le Carbonarisme n’a peut-être pas été une grande manoeuvre politique, mais il a été du moins un grand symptôme politique, et c’est sous ce point de vue et par cette raison qu’il mérite d’être étudié. S’il n’a pas réussi à affranchir la France du joug qui lui avait été imposé par l’étranger, il a servi du moins à témoigner de l’invincible attachement du peuple français aux principes de la Révolution et à le justifier du reproche d’inconstance. »
Il faut citer, comme un document caractéristique, la proclamation affichée à Pau et dénoncée avec une certaine solennité en 1822 par l’avocat général Marchangy. Elle indique très clairement le but poursuivi par la charbonnerie française :
« Devise des Français, constitution nationale acceptée par le peuple français; Honneur et patrie! Une constitution nationale est un contrat entre le peuple et le chef de l’Etat; elle doit être consentie par les deux parties qu’elle oblige, non octroyée par l’une d’elles. De ce principe de la souveraineté des nations découle cette conséquence que la source de tous les pouvoirs de l’organisation sociale émane du peuple qui les distribue en différentes branches dans la constitution soumise à son acceptation ; car sans cette acceptation il n’y aurait pas de constitution, mais bien usurpation sur la souveraineté du peuple. Ainsi, pour le redire, la devise des Français est : Constitution nationale acceptée par le peuple ou Honneur et patrie! Vive la nation française !!! »
Remarquons, en passant, qu’il n’est nullement question de la République dans ce manifeste. C’est qu’en effet, si bien organisée que fût l’association, elle n’avait pas, à proprement parler, de dessein bien arrêté. Ses aspirations n’étaient, dans certaines ventes, que vaguement démocratiques. La plupart se proposaient, avant tout, de remettre la nation en possession de ses droits et se bornaient à demander la nomination d’une assemblée constituante. Un premier essai d’insurrection eut lieu à Belfort en 1821. Cette tentative échoua, par suite de la lenteur et de l’indécision de Lafayette. La conspiration des Quatre sergents de La Rochelle eut un dénouement tragique. Le général Berton ne fut pas plus heureux à Saumur. Enfin, un projet de délivrance des prévenus de Belfort qu’on allait juger à Colmar avorta également.
« La Charbonnerie, dit Louis Blanc, ne fit plus, depuis, que se traîner dans le sang de ses martyrs. »
Cependant, en Italie, l’association avait encore assez de vitalité pour effrayer les papes. Ceux-ci n’ignoraient pas que les Carbonari n’étaient pas hommes à se décourager d’un premier échec. « C’est d’insuccès en insuccès qu’on arrive à la victoire », disait une circulaire de la haute vente. Le successeur de Pie VII, Léon XII, organisa contre les sociétés secrètes en général un système de répression rigoureux. Il publia contre elles une bulle dans laquelle il leur reprochait d’attaquer la souveraineté des princes et l’autorité de l’Eglise. Puis il lança un édit qui contenait les dispositions suivantes :
« Les sociétés secrètes sont défendues à Rome et dans tout l’Etat pontifical. Est déclaré coupable de haute trahison, et comme tel puni de mort quiconque appartiendra à une de ces sociétés secrètes ou les favorisera. »
Bulle et décret ne suffisaient pas d’ailleurs à tranquilliser le gouvernement pontifical. Léon XII tenta d’opposer à la Carboneria une société secrète de propagande catholique les San-fédistes. Les adeptes se recrutaient principalement dans les cours et le haut clergé. Le pape en était le grand-maître, les Jésuites les plus ardents propagateurs. A l’exemple du Carbonarisme, cette secte avait ses statuts, ses grades, ses emblèmes. Les San-fédistes dissimulaient sous le prétexte de favoriser l’indépendance italienne, leur véritable but : le retour au régime catholique et féodal (Charles Didier, Rome souterraine). La véritable pensée de l’association se manifestait clairement dans le serment qui était imposé au récipiendaire :
« Je jure de maintenir ferme dans la défense de la sainte cause que j’ai embrassée, de n’épargner aucun individu appartenant à l’infâme secte des libéraux, quelles que soient sa naissance, sa parenté ou sa fortune; de n’avoir aucune pitié des larmes des enfants ou des vieillards et de verser jusqu’à la dernière goutte le sang des infâmes libéraux, sans égard pour le sexe, l’âge ni le grade. Je jure enfin une haine implacable à tous les ennemis de notre sainte religion catholique et romaine, qui est la seule vraie. »
A Naples, une tentative d’insurrection, bientôt réprimée, eut lieu en 1828. En 1829, entre la mort de Léon XII et l’élection de Pie VIII, un soulèvement partiel, dû au Carbonarisme, se produisit dans les Etats pontificaux. Partout où le drapeau de l’indépendance et de la liberté apparaissait, on pouvait être sûr qu’il était porté par des Carbonari. Un peu plus tard, les Carbonari se confondirent avec les adhérents des nouvelles sociétés secrètes fondées par Mazzini et travaillèrent, avec leurs nouveaux alliés, à la fondation de l’unité italienne.
En France, le Carbonarisme ne fit plus que de rares manifestations. Louis Bonaparte, qui régna plus tard sous le nom de Napoléon III, avait été de bonne heure affilié à la secte. Il avait pris part, dans la Romagne et dans les Marches, aux mouvements insurrectionnels qui tendaient à secouer le joug pontifical. Il avait, si nous en croyons Orsini, juré de combattre pour l’indépendance italienne et la destruction de la papauté.

Parmi les personnalités historiques qui ont participé au mouvement Carbonariste, il faut citer Buonarotti, un des plus ardents propagandistes du parti, Horace Vernet, Voyer d’Argenson, Dupont (de l’Eure), Laffitte, Armand Carrel, Victor Cousin, Chaix d’Est-Ange, Boulay (de la Meurthe), etc. Après eux, l’association carbonariste n’exista plus qu’à l’état de souvenir. (A. Crié).
[15:18:13] Belothi: ———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————
[15:19:49] Belothi: Morale
La morale civique

La morale civique traite des devoirs de l’humain considéré comme membre d’un État ou citoyen. Un État, c’est une société organisée en vue de la justice et de l’utilité commune.
Une société, c’est, d’une manière générale, un ensemble d’houmains unis par des rapports généraux et permanents. Plus ces rapports sont nombreux, importants et durables, plus la société est réelle. Par suite des progrès de la civilisation, l’humanité tout entière tend à ne plus former qu’une seule société, du moins au point de vue économique et scientifique; mais cette société universelle est plutôt idéale que réelle.

La société la plus réelle est fondée sur une communauté d’origine, de territoire, de langue, de moeurs, d’intérêts, de souvenirs et de sentiments : c’est celle qu’on nomme une nation. Toute nation, libre et maîtresse d’elle-même, prend habituellement la forme d’un État.

La nation, considérée comme attachée à un certain sol, et comme subsistant à travers les siècles malgré les générations qui se succèdent en elle, c’est la patrie.
[15:19:57] Belothi: >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
[15:20:23] ikumus: decidement belothi tu veux aller ou avec tes messages ?
[15:20:33] Belothi: L’origine de la société. 
La société est un fait naturel elle ne résulte ni d’un artifice, ni d’une convention. Hobbes et Rousseau la font dériver d’un contrat. C’est qu’ils confondent l’État et la société. Encore l’État repose-t-il le plus souvent sur un contrat tacite et non formel. Il est impossible d’admettre que l’état primitif et naturel de l’humain soit l’isolement individuel. L’humain, a dit Aristote, est un animal sociable.

Tout d’abord, la société humaine n’est pas un fait sans analogue dans le monde : la plupart des animaux, surtout des animaux supérieurs, vivent aussi en société.
En outre, toutes les facultés de la nature humaine (sympathie, raison, langage, moralité) ou sont des moyens en vue de la vie sociale ou exigent elles-mêmes la vie sociale comme la condition nécessaire de leur développement. L’humain, en dehors de la société, est à peine égal à la brute. Enfin, sans l’association, l’humanité n’aurait pu évidemment subsister.

Mais la société humaine n’est pas seulement l’oeuvre de la nature elle est aussi l’oeuvre de la volonté. En fait, tout humain naît et vit dans une société déjà constituée; mais, au regard de la raison, est-ce un devoir d’appartenir à une société, à un État?
[15:20:39] Belothi: =========================================
[15:20:56] Belothi: CULTURE GENERALE
[15:21:22] Belothi: COMPRENDRE LE MONDE
[15:21:31] Belothi: =========================================
[15:21:45] ikumus: okay alors envoi aussi a Likembe elle fait partie de cette societe
[15:21:53] Belothi: LES SOCIETES SECRETES
[15:22:05] Belothi: =========================================
[15:22:33] Belothi: La raison morale de l’État. 
De l’idée même de la fraternité humaine dérive, ce semble, le devoir de s’associer avec ses semblables, de s’intéresser à leur destinée, de coopérer à leurs efforts. Il n’est permis à aucun humain de s’isoler volontairement, systématiquement du reste de l’humanité. Le devoir d’appartenir à un État n’est qu’une forme particulière de ce grand devoir.

D’autre part, chaque personne a le droit d’exiger qu’on la respecte et par conséquent de défendre sa vie, sa liberté, sa conscience, sa propriété, etc.; mais, il est impossible qu’elle exerce directement ce droit, sauf les cas de force majeure. De plus, toute personne a le devoir de défendre les autres personnes quand elles sont menacées dans leur vie, leur honneur, leurs biens, etc.

De là dérive l’obligation, pour des humains vivant en société, de se concerter en vue de la défense commune de leurs droits, et par conséquent l’obligation de constituer un État.

A plus forte raison est-ce un devoir, pour celui qui naît et vit dans un État, de lui appartenir volontairement.
[15:22:39] Belothi: ========================================
[15:23:31] Belothi: Les fonctions de l’État. 
L’État remplit deux sortes de fonctions, les unes essentielles, les autres plus ou moins accidentelles :

1° Des fonctions de justice;
2° Des fonctions d’utilité publique.

En tant qu’il représente la justice, l’État assure à chaque citoyen la paisible jouissance de tous ses droits.
En tant qu’il représente l’utilité publique, l’État pourvoit à certains intérêts généraux : facilité des communications par le moyen des routes, des canaux et des postes, développement de l’instruction, assistance publique, etc.

Ces dernières fonctions pourraient à la rigueur être remplies
directement par des particuliers ou par des associations privées. Mais dans bien des cas, elles ne pourraient l’être sans danger pour l’existence même de l’État; et c’est la principale raison pour laquelle elles lui sont confiées dans la plupart des pays.

L’État et le gouvernement. 
Les trois pouvoirs.
Le gouvernement est l’ensemble des humains qui représentent l’État, qui en sont les mandataires. Il est donc distinct de l’État et doit lui être subordonné.

Il se compose de trois pouvoirs : pouvoir législatif, pouvoir exécutif, pouvoir judiciaire. Le premier fait les lois, le second en assure l’exécution, le troisième les applique aux circonstance particulières et punit ceux qui les enfreignent.

Ces trois pouvoirs, naturellement distincts, et réclamant des capacités différentes, doivent être maintenus distincts dans la pratique.

Le gouvernement en est le dépositaire, non le propriétaire.

La souveraineté nationale. 
L’ensemble de ces pouvoirs appartient, en effet, à la nation. La souveraineté nationale est le droit qui appartient à la nation de faire des lois et d’en poursuivre l’exécution. La nation peut déléguer l’exercice de ce droit à des individus; mais ce droit lui-même demeure en elle inaliénable et imprescriptible.

On appelle constitution la convention qui détermine le mode de formation et d’exercice des pouvoirs de l’État, principalement des pouvoirs législatif et exécutif.

Dans certains États, la convention est tacite et non expresse : la coutume, la tradition y tiennent lieu de constitution.

Même les constitutions écrites présupposent des conventions tacites. Telle est par exemple la loi des majorités, qui est un des principes les plus importants du droit politique. En vertu de cette loi, qui est censée admise à l’unanimité, l’avis de la majorité prévaut dans toutes les questions qui concernent l’État.

Origine du gouvernement et de la loi. 
Le gouvernement peut avoir en fait un grand nombre d’origines : la force, la tradition, etc. ; mais, en droit, il n’est légitime que s’il représente tout à la fois la justice et la volonté nationale.

De même la loi n’est obligatoire qu’autant qu’elle est conforme à la justice et acceptée par la nation.
[15:23:37] Belothi: =======================================
[15:24:03] Belothi: Origine de la justice sociale. 
Le droit social de punir est une transformation du droit de légitime défense ou de contrainte physique qui appartient à l’individu. On sait quelles raisons empêchent l’individu de l’exercer lui-même directement. Il est donc transféré à la société, qui se trouve ainsi chargée de réprimer toutes les injustices.

Par cela même l’individu renonce à se faire justice; on ne peut donc admettre la légitimité de la vendetta ou du duel.

D’autre part, le droit de la société n’est pas un droit mystique d’expiation. Elle n’a pas mission de faire régner la vertu. Même en frappant les coupables, elle doit respecter en eux la dignité humaine et se reconnaître envers eux des devoirs non seulement de justice, mais encore de charité.

Toute rigueur qui n’est pas strictement nécessaire à la défense du droit et de l’ordre social est illégitime. La justice n’est pas la vengeance.

On voit par là combien le droit social de punir diffère du droit de punir qui appartient aux parents sur leurs enfants ou de celui que les croyances religieuses de l’humanité attribuent à Dieu sur les humains.
[15:24:10] Belothi: =========================================
[15:24:39] *** cesa.cesa1 has left ***
[15:25:27] Belothi: Les devoirs des citoyens envers l’État. 
L’obéissance aux lois.
Le premier devoir du citoyen envers l’État est l’obéissance aux lois et aux magistrats qui commandent au nom des lois.

La loi, en effet, n’est pas l’oeuvre d’une volonté injuste ou arbitraire : elle est l’oeuvre de la nation qui exprime en elle, sous des formes plus ou moins particulières, sa volonté d’assurer à tous la justice. L’obéissance à la loi n’est donc pas une servitude : elle est la condition même de la liberté.

Or la loi fondamentale, c’est la constitution dans laquelle se formule le pacte social. La méconnaître, la braver, conspirer contre elle, c’est travailler à la dissolution de l’État, à la ruine de la patrie. Le citoyen peut s’efforcer de la modifier, de l’améliorer par les voies légales; mais, tant qu’elle subsiste, il lui doit l’obéissance et le respect. Un pays où les partis mettraient sans cesse en question le pacte fondamental serait fortement fragilisé.
[15:25:34] Belothi: ========================================
[15:26:13] Belothi: L’éducation des enfants. 
L’éducation, devoir des parents mais aussi devoir de l’Etat, des enfants est un devoir non seulement envers les enfants eux-mêmes, mais encore envers la société tout entière. La communauté nationale en effet ne traverse les siècles que grâce à la continuité des traditions morales, historiques et politiques. C’en est fait de son existence si les nouvelles générations qui s’élèvent dans son sein restent indifférentes à sa culture, ignorent son histoire et se désintéressent de ses institutions et de ses lois. Le devoir de l’éducation n’est donc pas seulement de faire des enfants des adultes autobnomes : elle doivent en faire aussi des citoyens, capables de comprendre la société dans laquelle ils vivent.

L’impôt.
Les services que l’État rend aux citoyens, les services publics, entraînent des dépenses qui ne peuvent être que publiques. Puisque tous profitent de ces services, il est juste que tous contribuent à les payer en proportion même de leurs ressources. L’impôt est une dette, et, dans les pays de suffrage universel, une dette voulue, consentie par les citoyens eux-mêmes : se soustraire à l’impôt, c’est à la fois commettre un vol et manquer à ses engagements.

Le vote. 
Chez les peuples libres, tout citoyen participe à la souveraineté nationale : il nomme plus ou moins directement les personnes chargées de faire les lois et de pourvoir à leur exécution. Le vote n’est pas seulement pour lui un droit : c’est un devoir. Aucune société ne peut prospérer ni durer si les associés se tiennent à l’écart des affaires communes. Mais le citoyen doit, en votant, se préoccuper moins de ses préférences et de ses convenances personnelles que des suprêmes intérêts de la justice et du bien public. (E. Boirac).
[15:26:16] Belothi: ========================================
[18:10:26] GENERAL-KAWELE -KATA -MOTO – Seba Siao: FORUM DE PARIS FREDDY MULONGO ET BONGOS PARLE http://www.youtube.com/watch?v=Txur2NJFGhk
[18:39:27] Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu: Merci, Belothi !
http://palukuatoka.wordpress.com/2013/12/06/la-rose-croix-ou-lamorc/
[19:00:59] Belothi: =========================================
[19:03:09] Belothi: La morale civique
[19:03:17] Belothi: Suite……
[19:03:52] Belothi: La raison morale de l’État. 
De l’idée même de la fraternité humaine dérive, ce semble, le devoir de s’associer avec ses semblables, de s’intéresser à leur destinée, de coopérer à leurs efforts. Il n’est permis à aucun humain de s’isoler volontairement, systématiquement du reste de l’humanité. Le devoir d’appartenir à un État n’est qu’une forme particulière de ce grand devoir.

D’autre part, chaque personne a le droit d’exiger qu’on la respecte et par conséquent de défendre sa vie, sa liberté, sa conscience, sa propriété, etc.; mais, il est impossible qu’elle exerce directement ce droit, sauf les cas de force majeure. De plus, toute personne a le devoir de défendre les autres personnes quand elles sont menacées dans leur vie, leur honneur, leurs biens, etc.

De là dérive l’obligation, pour des humains vivant en société, de se concerter en vue de la défense commune de leurs droits, et par conséquent l’obligation de constituer un État.

A plus forte raison est-ce un devoir, pour celui qui naît et vit dans un État, de lui appartenir volontairement.

Les fonctions de l’État. 
L’État remplit deux sortes de fonctions, les unes essentielles, les autres plus ou moins accidentelles :

1° Des fonctions de justice;
2° Des fonctions d’utilité publique.

En tant qu’il représente la justice, l’État assure à chaque citoyen la paisible jouissance de tous ses droits.
En tant qu’il représente l’utilité publique, l’État pourvoit à certains intérêts généraux : facilité des communications par le moyen des routes, des canaux et des postes, développement de l’instruction, assistance publique, etc.

Ces dernières fonctions pourraient à la rigueur être remplies
directement par des particuliers ou par des associations privées. Mais dans bien des cas, elles ne pourraient l’être sans danger pour l’existence même de l’État; et c’est la principale raison pour laquelle elles lui sont confiées dans la plupart des pays.
[19:03:57] Belothi: ========================================
[19:04:23] Belothi: L’État et le gouvernement. 
Les trois pouvoirs.
Le gouvernement est l’ensemble des humains qui représentent l’État, qui en sont les mandataires. Il est donc distinct de l’État et doit lui être subordonné.

Il se compose de trois pouvoirs : pouvoir législatif, pouvoir exécutif, pouvoir judiciaire. Le premier fait les lois, le second en assure l’exécution, le troisième les applique aux circonstance particulières et punit ceux qui les enfreignent.

Ces trois pouvoirs, naturellement distincts, et réclamant des capacités différentes, doivent être maintenus distincts dans la pratique.

Le gouvernement en est le dépositaire, non le propriétaire.

La souveraineté nationale. 
L’ensemble de ces pouvoirs appartient, en effet, à la nation. La souveraineté nationale est le droit qui appartient à la nation de faire des lois et d’en poursuivre l’exécution. La nation peut déléguer l’exercice de ce droit à des individus; mais ce droit lui-même demeure en elle inaliénable et imprescriptible.

On appelle constitution la convention qui détermine le mode de formation et d’exercice des pouvoirs de l’État, principalement des pouvoirs législatif et exécutif.

Dans certains États, la convention est tacite et non expresse : la coutume, la tradition y tiennent lieu de constitution.

Même les constitutions écrites présupposent des conventions tacites. Telle est par exemple la loi des majorités, qui est un des principes les plus importants du droit politique. En vertu de cette loi, qui est censée admise à l’unanimité, l’avis de la majorité prévaut dans toutes les questions qui concernent l’État.

Origine du gouvernement et de la loi. 
Le gouvernement peut avoir en fait un grand nombre d’origines : la force, la tradition, etc. ; mais, en droit, il n’est légitime que s’il représente tout à la fois la justice et la volonté nationale.

De même la loi n’est obligatoire qu’autant qu’elle est conforme à la justice et acceptée par la nation.
[19:04:27] Belothi: ==================================
[19:04:53] Belothi: Origine de la justice sociale. 
Le droit social de punir est une transformation du droit de légitime défense ou de contrainte physique qui appartient à l’individu. On sait quelles raisons empêchent l’individu de l’exercer lui-même directement. Il est donc transféré à la société, qui se trouve ainsi chargée de réprimer toutes les injustices.

Par cela même l’individu renonce à se faire justice; on ne peut donc admettre la légitimité de la vendetta ou du duel.

D’autre part, le droit de la société n’est pas un droit mystique d’expiation. Elle n’a pas mission de faire régner la vertu. Même en frappant les coupables, elle doit respecter en eux la dignité humaine et se reconnaître envers eux des devoirs non seulement de justice, mais encore de charité.

Toute rigueur qui n’est pas strictement nécessaire à la défense du droit et de l’ordre social est illégitime. La justice n’est pas la vengeance.

On voit par là combien le droit social de punir diffère du droit de punir qui appartient aux parents sur leurs enfants ou de celui que les croyances religieuses de l’humanité attribuent à Dieu sur les humains.
[19:04:57] Belothi: ======================================
[19:05:26] Belothi: Les devoirs des citoyens envers l’État. 
L’obéissance aux lois.
Le premier devoir du citoyen envers l’État est l’obéissance aux lois et aux magistrats qui commandent au nom des lois.

La loi, en effet, n’est pas l’oeuvre d’une volonté injuste ou arbitraire : elle est l’oeuvre de la nation qui exprime en elle, sous des formes plus ou moins particulières, sa volonté d’assurer à tous la justice. L’obéissance à la loi n’est donc pas une servitude : elle est la condition même de la liberté.

Or la loi fondamentale, c’est la constitution dans laquelle se formule le pacte social. La méconnaître, la braver, conspirer contre elle, c’est travailler à la dissolution de l’État, à la ruine de la patrie. Le citoyen peut s’efforcer de la modifier, de l’améliorer par les voies légales; mais, tant qu’elle subsiste, il lui doit l’obéissance et le respect. Un pays où les partis mettraient sans cesse en question le pacte fondamental serait fortement fragilisé.

L’éducation des enfants. 
L’éducation, devoir des parents mais aussi devoir de l’Etat, des enfants est un devoir non seulement envers les enfants eux-mêmes, mais encore envers la société tout entière. La communauté nationale en effet ne traverse les siècles que grâce à la continuité des traditions morales, historiques et politiques. C’en est fait de son existence si les nouvelles générations qui s’élèvent dans son sein restent indifférentes à sa culture, ignorent son histoire et se désintéressent de ses institutions et de ses lois. Le devoir de l’éducation n’est donc pas seulement de faire des enfants des adultes autobnomes : elle doivent en faire aussi des citoyens, capables de comprendre la société dans laquelle ils vivent.

L’impôt.
Les services que l’État rend aux citoyens, les services publics, entraînent des dépenses qui ne peuvent être que publiques. Puisque tous profitent de ces services, il est juste que tous contribuent à les payer en proportion même de leurs ressources. L’impôt est une dette, et, dans les pays de suffrage universel, une dette voulue, consentie par les citoyens eux-mêmes : se soustraire à l’impôt, c’est à la fois commettre un vol et manquer à ses engagements.

Le vote. 
Chez les peuples libres, tout citoyen participe à la souveraineté nationale : il nomme plus ou moins directement les personnes chargées de faire les lois et de pourvoir à leur exécution. Le vote n’est pas seulement pour lui un droit : c’est un devoir. Aucune société ne peut prospérer ni durer si les associés se tiennent à l’écart des affaires communes. Mais le citoyen doit, en votant, se préoccuper moins de ses préférences et de ses convenances personnelles que des suprêmes intérêts de la justice et du bien public. (E. Boirac).
[19:06:18] Belothi: =========================================
[19:07:19] Belothi: Odd Fellows (littéralement les drôles-de-corps). – Puissante société secrète, fondée vers la fin du XVIIIe siècle en Angleterre et qui s’est surtout développée aux Etats-Unis d’Amérique. C’est, à ce qu’il semble, une branche détachée de la franc-maçonnerie. Les Odd fellows reçurent leur organisation définitive en 1847, de Thomas Wildey, ouvrier anglais émigré en Amérique.
Toutes les loges reçoivent leur direction des grandes loges de district et celles-ci dépendent de la grande loge souveraine des Etats-Unis, de la grande loge d’Australasie et de la grande loge d’Allemagne. La société a été introduite en Allemagne vers 1870 par l’Américain Morse; elle y a prospéré et y compta vite plusieurs milliers de membres. En Angleterre et en Amérique, ce sont les loges qu’il fallut très tôt compter par milliers.

L’ordre des Odd fellows, dont les réunions et les pratiques s’entourent de mystère et où l’initiation a des rapports multiples avec celle des francs-maçons, s’occupe surtout de bienfaisance; il distribue des secours aux membres nécessiteux ou malades, aux veuves, aux orphelins, subventionne des établissements considérables pour l’éducation des orphelins des sociétaires décédés ou pour l’entretien des sociétaires âgés et infirmes.Les Odd fellows ne se désintéressent pas pourtant des questions politiques et pèsent, aux Etats-Unis, d’un certain poids dans la balance électorale
[19:07:26] Belothi: =========================================
[19:08:27] Belothi: Les lois de Manou

On connaît sous le nom de Lois de Manou, Mânava-dharma-çâstra, un ouvrage en 19 livres, comprenant 5 370 vers dans l’édition publiée à Paris en 1830, et dans lequel sont exposés, comme un enseignement révélé, les préceptes de la Loi.
Manou est le nom d’un être supérieur fréquemment cité dans la littérature indienne, et dont la première mention se trouve dans le Vêda, où il est, donné comme le père commun des hommes; c’est à lui particulièrement que les poètes rapportent l’institution du sacrifice. Les Aryas de l’Indus le considéraient comme leur primitif législateur, avant d’être descendus vers le Sud-Est dans les vallées de la Yamunâ et du Gange : ce n’est pas un personnage exclusivement indien; les traditions védiques le faisaient remonter au temps où leur peuple vivait dans son unité primordiale le long des rives de l’Oxus. On doit donc considérer le Manou indien comme un personnage symbolique. Le code des Lois de Manou, sans sa rédaction présente, est attribué à Bhrigou par les brahmanes : or Bhrigou, dans le Vêda, est un rishi, c’est-à-dire un saint personnage d’un ordre supérieur et même surhumain, dont le rôle tout entier fait partie de la mythologie symbolique des Aryas de l’Indus, et recueil, de beaucoup antérieur à tous les hymnes du recueil, remonte aux temps primitifs. Nous ignorons l’auteur véritable du livre de la Loi; il y a même lieu de croire que ce livre est l’oeuvre commune de plusieurs brâhmanes, auxquels leur science a donné l’autorité nécessaire pour le faire prévaloir et l’attribuer à Manou et à Bhrigou.>>>>>>>>>>>>>>>>>>
[19:08:48] Belothi: Quant à l’époque où il fut composé, il est impossible de la fixer aujourd’hui avec précision. Si l’on considère le fond des doctrines et des lois mêmes, il est certainement fort antique; mais la rédaction qui est entre nos mains peut remonter à une époque moins reculée. Toutefois, il n’est fait, dans le code de Manou, aucune allusion à la réforme bouddhique, ce qui aurait lien de nous étonner dans un livre de cette nature, si cette réforme radicale lui eût été antérieure. Si l’on compare l’état des doctrines et des moeurs dans le code de Manou et dans les plus anciennes prédications bouddhiques, le code brâhamanique dénote une époque beaucoup plus ancienne que celle du Bouddha, mort vers l’année 543 av. J.-C. Les Purânas devant être considérés comme postérieurs au Bouddhisme, il en résulte que le code de Manou, dans sa rédaction actuelle, semble appartenir à la période des épopées. C’est, du reste, le même langage, la même manière de penser, le même état de civilisation politique et religieux que dans ces grands poèmes. Les lois de Manou sont souvent citées dans le Mahâbhârata, et cela dans les termes mêmes du code que nous possédons. II existe dans l’Inde au moins 50 codes du même genre : loin qu’ils puissent rivaliser d’ancienneté avec les lois de Manou, celles-ci leur ont servi de type et de fondement, et présentent entre leurs diverses parties une proportion qui ne paraît pas se retrouver au même degré dans les autres. Selon la tradition indienne, un antique code de Manou fut écrit par Manou lui-même en 200 000 vers; le sage divin Nârada l’abrégea en 42 000 vers; un fils de Bhrigou, Soumati, la réduisit à 4 000 : notre rédaction n’est donc pas celle de Soumati, et cette traduction prouve uniquement que les Indiens ont eu, avant la nôtre, plusieurs rédactions de leurs lois.>>>>>>>>>>>>>>>>>
[19:09:17] Belothi: La législation de Manou est fondée sur le Véda, dont les doctrines s’y retrouvent, fort développées, mais essentiellement les mêmes : le code passe même aux yeux des Indiens pour contenir, sous la forme de préceptes et de règles le Vêda dans son entier. C’est assez dire qu’il est orthodoxe. On ne peut donc le considérer comme issu d’une des écoles de la philosophie indienne : au contraire, les différents commentaires sanscrits des lois de Manou appartiennent à des écoles particulières, et donnent souvent de ses préceptes ou de ses énonciations théologiques une interprétation inadmissible. Il est donc nécessaire, pour bien comprendre ce livre, de se tenir en dehors de toute doctrine préconçue autre que celle du Véda, et de se défier des commentaires. Prise en elle-même, la doctrine de Manou porte non seulement sur les lois civiles et politiques, mais aussi sur la religion, la morale, la métaphysique, et la cosmogonie hindoue; elle est, en un mot, à la fois théorique et pratique, et ne néglige aucune des bases sur lesquelles repose la société brahmanique; elle en est l’expression la plus complète qu’aucun ouvrage indien nous présente.
[19:09:22] Belothi: ===================================
[19:10:01] Belothi:  
Mithra
Le Mithriacisme
Mithra est le nom d’une divinité d’origine indo-iranienne, adoptée par la suite dans le monde gréco-romain, et dont le culte, appelé mithriacisme ou religion de Mithra, passe généralement pour être une dérivation du Mazdéisme. Aux yeux des Perses, ce dieu était le premier des anges ou Izeds, ou comme une personnification d’Ormuzd lui-même, considéré comme principe générateur perpétue et rajeunit le monde. C’était l’lzed du Soleil, et, comme tel, le dieu de la lumière. En conséquence, il était l’ennemi des ténèbres, d’Ahriman et des Démons ou Devs, le dieu qui fécondait la Terre, et résumait en lui toutes les forces productives de la nature. On le considérait aussi comme le médiateur de la création. Espèce de providence, Mithra parcourait incessamment l’espace, voyant tout, entendant tout, gardant toutes les créatures, donnant la prospérité aux hommes, de même que la fertilité à la Terre; il pesait les actions humaines, à l’entrée du pont qui conduit à l’éternité. On l’invoquait trois fois par jour; un des mois de l’année lui était consacré, et dans chaque autre mois, un jour.
Originaire de l’Iran, le culte mithriaque se répandit dans la haute Asie et en Asie Mineure, d’abord par les conquêtes de Darius, fils d’Hystaspes, puis par les bouleversements qui suivirent la mort d’Alexandre. Sous les Lagides, il s’introduisit en Égypte. Enfin, il pénétra en Italie après les guerres du Pont et de Cilicie vers 67 av. J.-C., et plus tard, bénéficiant de sa forte implantation dans l’armée romaine, il s’étendit jusque de ville de garnison en ville de garnison jusqu’en Gaule et en Germanie ainsi que l’ont prouvé divers monuments relatifs à ce culte découverts dans ces contrées. Longtemps proscrit, il finit par obtenir une grande faveur, surtout sous les règnes de Claude, de Néron et de Commode.
[19:10:09] Belothi: =======================================
[19:10:28] Belothi: Dans l’empire romain les adorateurs de Mithra formaient comme une société secrète. Les initiés étaient soumis à des épreuves très rigoureuses, après lesquelles on leur conférait une sorte de baptême. On les marquait ensuite d’un sceau, puis ils étaient couronnés et armés. Cette dernière cérémonie terminée, les assistants les saluaient du titre de frères d’armes. Toute la confrérie mithriaque se divisait en sept degrés ou grades, selon le nombre des planètes, formant une échelle aux sept échelons, et placées sous la protection de sept divinités (Saturne, Vénus, Jupiter, Mercure, Mars, la Lune, le Soleil). Ces grades étaient, en allant des plus bas aux plus élevés, ceux des soldats, des lions ou hyènes, des corbeaux, des griffons, des perses, des soleils et des pères. Ceux qui parvenaient à la plus élevée portaient le titre de pater patratus ou grand pontife. Les mystères mithriaques se célébraient dans des grottes et dans des antres. A Rome, le temple de Mithra était creusé sous le mont Capitolin. Il paraît que d’abord on offrait au dieu des sacrifices sanglants. Les Perses lui sacrifiaient des chevaux; on prétend que l’empereur Commode lui immola des hommes. Plus tard, ces sacrifices sanglants furent remplacés par une oblation de pain, d’eau et de vin. Ce culte fut détruit au IVe siècle. (A19).
[19:10:33] Belothi: ======================================
[19:10:54] Belothi: Le Mithra iranien
Dans les anciennes inscriptions perses, il fait partie, avec Ahura Mazda et Anahita, de la triade des divinités protectrices des Achéménides. Un grand nombre de noms théophores de l’époque achéménide (Cumont, Textes et Monuments relatifs au culte de Mithra, p. 76, n° 1 et suiv.), quelques passages des historiens grecs (Hérodote, 1, 131, etc.) attestent l’antiquité, l’importance et la continuité de son culte. Il donnait au roi, prêtre ou acteur, un privilège singulier (Ctésias et Douris). La fête des Mithrakana, célébrée le 16e jour (consacré à Mithra) du 7e mois, mois de Mithra (17 Septembre – 17  octobre), donnait lieu à des cérémonies pompeuses (Strabon, 11, 14, 530 c); elle continua à être célébrée dans la Perse musulmane sous le nom de Mihragân. Enfin, Mithra est un des dieux de l’Avesta. Tout un Yasht lui est consacré (Mihir, Y.10); mais il est relégué, avec les autres divinités de la nature, parmi les esprits subordonnés, les Yazalas.

Mithra est la lumière distincte du Soleil, de la Lune et des étoiles; lumière vivifiante, créatrice, bonne. Son nom Mihir signifie l’ami – et de là dériverait le sens que l’on donne généralement aussi bien au nom qu’à la fonction de Mithra : il serait le dieu de l’engagement mutuel et, dans une acception plus large, celui de « l’accord entre les parties du cosmos ». C’est le côté moral de sa nature qui a surtout été développé par les Zoroastriens.
[19:11:16] Belothi: >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>« La lumière qui voit tout est l’emblème de la vérité, et c’est surtout comme témoin universel que Mithra est devenu l’incarnation céleste de la conscience et de la vérité. […]. Témoin des contrats, il observe qui les garde et qui les viole, il châtie ceux qui mentent à Mithra (Mithrô-Druj) » (Darmsteter, Zend Avesta, II, 141, 142). >>>>>>>>>>>>>>>>
[19:11:38] Belothi: L’on fait serment en son nom (Plutarque, etc.). C’était encore un dieu guerrier et victorieux (invictus dans les inscriptions latines). C’est par erreur que Hérodote (1, 131) invente un Mithra femelle.
[19:12:11] Belothi: >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
[19:12:17] Belothi: Propagation du culte de Mithra

Si Mithra a souffert de la formation de l’orthodoxie zoroastrienne, il a trouvé des adorateurs dans le monde sémitique, grec et latin; il y éclipsa Ahura Mazda et les autres dieux avestiques. Il s’est formé, à  l’Ouest de l’Iran, une religion de Mithra qui n’est plus complètement iranienne. Les mages entrèrent d’abord à la suite des conquérants perses dans les provinces de l’Asie antérieure. Le culte de Mithra s’implanta dans la Mésopotamie avec celui d’Anahita, et ils s’y naturalisèrent si bien que certains auteurs leur ont attribué une origine assyrienne (Bérose, Nonnos, Hérodote, etc.). Mithra avait un temple à Babylone, et, à l’époque romaine, la Chaldée était la terre sainte des Mithriastes (Lucien). Les Achéménides introduisirent le culte de Mithra en Arménie (Strabon, Dion Cassius, etc.), en Cappadoce (Strabon) et dans le Pont (Strabon). Les dynastes d’Asie Mineure, plus ou moins Perses ou même Achéménides, les Mithridates, se faisaient des titres de noblesse de leurs dévotions iraniennes; Antiochus de Commagène élevait une statue à Mithra-Helios-Hermès (Inscr. de Nimrud-Dagh).
[19:12:48] Belothi: Enfin les pirates de Cilicie comptaient des adorateurs de Mithra (Cumont, Roscher’s Lexicon, II, 3032). Les Mithrakana sont mentionnés dans une inscription d’Amorion en Phrygie, mais c’est assez tard seulement que le culte de Mithra fut pratiqué dans l’Ouest de l’Asie Mineure, en Syrie et en Égypte; il y eut, sous l’Empire romain, des mithraeums à Sidon, à Alexandrie, à Memphis (Cumont). Plutarque raconte (Pompée, 24), qu’au Ier siècle avant notre ère les pirates ciliciens adoraient Mithra sur le mont Olympe; mais, en somme, le monde hellénique l’ignora (sur la côte de la mer Egée, une seule inscription au Pirée).

Que les pirates ciliciens, comme le veut Plutarque, aient été auprès des Romains les apôtres de Mithra, on peut en douter; mais quand, au Ier siècle de notre ère, toute la Cilicie, la Cappadoce, la Commagène et la Petite-Arménie furent devenues des provinces romaines, on commença à connaître les mystères de Mithra en Occident (Stace, Thébaïde, I, 717). Les plus anciennes dédicaces romaines à Mithra sont de la première moitié du IIe siècle (époque de Trajan, premières années d’Hadrien). Son culte fut pratiqué d’abord et surtout dans l’armée, où il fut introduit par les auxiliaires orientaux (Cohortes Commagenorum et Osrhoenorum). Le plus grand nombre des monuments mithriaques latins se trouve dans les cantonnements des légions, sur la frontière, depuis l’embouchure du Danube jusqu’à celle du Rhin, en Mésie, en Dacie, où Trajan appela des colons ex toto orbe Romano, en Pannonie, particulièrement à Carnuntun, garnison de la 15e légion Apollinaris, dans le Norique, en Germanie; – sur la côte de la Manche aux escales de la classis Britannica (Gesoriacum), en Bretagne, dans les forts du vallum d’Hadrien et dans les garnisons; – en Afrique, dans les campements de la 3e légion jusqu’à la limite du désert. – Les vétérans rapportaient dans les provinces du centre les cultes militaires.>>>>>>>>>>>>>>>
[19:13:12] Belothi: D’autres missionnaires, plus nombreux, furent les esclaves. Les conquêtes de Trajan jetèrent sur les marchés des foules de mithriastes. Les monuments consacrés à Mithra devinrent nombreux dans les ports de la Méditerranée. A Rome, 150 inscriptions et bas-reliefs rappellent le grand nombre des fidèles et le succès de la propagande. Les esclaves des latifundia, les employés non libres ou d’origine servile de l’administration provinciale ou impériale portèrent le culte dans les campagnes.

Cette religion de petites gens s’enrichit et s’anoblit avec les affranchis. Elle compta parmi ses zélateurs des augustales, des décurions. Un citoyen, dès le temps de Marc-Aurèle, lui consacra un sanctuaire somptueux à Ostie. Enfin, la fantaisie d’un empereur la naturalisa romaine. Commode se fit initier à ses mystères et, à sa suite, des legati augusti, des legati legionis, des préfets, des tribuns, plus tard des perfectissimi et des clarissimi. Au IIIe siècle, la familia impériale célébrait les mystères publiquement et officiellement. Aurélius organisa le culte du Sol invictus. Sous Dioclétien, Mithra était un des patrons de l’empire. Il avait une littérature depuis l’époque des Antonins. Un certain Pallas lui consacra un livre, un Euboulos écrivit une Peri toû Mithra  historian en polloisbibliois (Porphyre, De abst., 4, 16; cf. 2, 56; De antro nymph., 6). Le syncrétisme philosophico-religieux de la fin du paganisme en fit un dieu suprême et synthétique. Les derniers païens l’adorèrent. La noblesse romaine lui resta longtemps fidèle après la conversion de Constantin (Cumont, R. L., 3037).
[19:15:39] Belothi: NDEKO MWANA YA KONGO; TALA LISTE YA BA SOCIETES SECRETES:
[19:16:11] Belothi: 1. Rose-Croix.
… la première Église, renouvelées par leur société, et l’Empereur pour leur … une association, d’abord tenue secrète, d’ alchimistes qui mêlaient des …
Score : 276
2. Karl Marx.
… Engels, s’affilia à une société secrète communiste et à l’Association … internationale. En 1847, il fit paraître: Discours sur le libre-échange …
Score : 272
3. Carbonari.
… Carbonari Le Carbonarisme Le Carbonarisme est une société secrète qui atteignit son plein développement sous … Restauration et le règne de Louis-Philippe. Son origine n’a jamais …
Score : 265
4. La morale civique.
… membre d’un État ou citoyen. Un État, c’est une société organisée en vue de la justice et de l’utilité commune. Une …
Score : 265
5. Odd Fellows.
… de-corps).- Puissante société secrète, fondée vers la fin du … e siècle en Angleterre et qui s’est surtout développée aux Etats-Unis …
Score : 262
6. Lois de Manou.
… aucune des bases sur lesquelles repose la société brahmanique; elle en est l’ … repentir a effacé la faute, même secrète, alors on peut aspirer à la …
Score : 240
7. Mithra.
… les adorateurs de Mithra formaient comme une société secrète. Les initiés étaient soumis à … épreuves très rigoureuses, après lesquelles on leur conférait une sorte de baptême. On …
Score : 235
8. Omladina.
… -d. Jeunesse) est une société secrète serbe poursuivant l’unification de … les Serbes en un royaume indépendant. Elle fut fondée par des étudiants à Poszony …
Score : 230
9. Première guerre mondiale : campagne de 1914.
… Gavrilo Prinzip, membre d’une société secrète nationaliste serbe, la Main noire … L’attentat avait été précédé, quelques heures auparavant, par une autre tentative …
Score : 228
10. L’histoire des États-Unis : la guerre de sécession (I).
… Nothing à cause de ses allures de société secrète. Pour l’élection présidentielle … 1856, trois candidats se trouvèrent en présence, Buchanan pour le parti démocrate ( …
[19:17:13] Belothi: 11. Raiatea.
… île de l’ archipel de la Société( Polynésie française ), partie ou … Société, le siège de la société secrète des Arioïs de toutes les îles voisines …
Score : 228
12. L’alchimie à la Renaissance.
… , fondateur sans doute légendaire de la société secrète des Rose-Croix: Les … publiés perdent leur valeur; la profanation détruit la grâce; donc, ne jette …
Score : 218
13. Fedor Dostoïevski.
… 1849, il fut compromis dans une société secrète, dite de Petrachevsky, reconnu … d’attaques contre l’Église et l’État et condamné à mort …
Score : 218
14. Hétaïre.
… a été le nom d’une société secrète, dont le poète Rhigas avait … l’idée, qui lut réalisée à Vienne, en 1814, par le …
Score : 218
15. Douk-Douk.
… de tribu et un affilié à la société secrète formée d’autres Douk- … et de jeunes gens de la tribu qui y sont entrés moyennant le paiement d …
Score : 214
16. Les Goliards.
… en quelque sorte les jongleurs de la société ecclésiastique en France, en Angleterre, … e siècle, une sorte de confrérie secrète, hétérodoxe et sacrilège; on a …
Score : 206
17. Première Guerre mondiale (1914-1918).
… après la guerre, d’une société secrète, la Main Noire, créature … services secrets serbes. Vienne, soutenue et encouragée par l’Allemagne, envoie …
Score : 206
18. D’Alembert : biographie et littérature.
… mais il s’éloigna de sa société. Toutes les fois qu’ils … prétendu plus tard, de la portée secrète de ce simple, voeu, et …
Score : 204
19. L’histoire de la Côte des Graines (Sierra Leone, Liberia).
… pouvoir réel appartient à une sorte de société secrète ou cérémonielle. Les Boullom sont … en deux fragments distincts: ceux du Nord, peu nombreux, sur le littoral …
Score : 203
20. Histoire du Territoire de Belfort.
… insurrection, les membres d’une société secrète, les Amis de la Vérité … avaient été obligés de se réfugier en Italie, où ils s’étaient affiliés …
[19:18:05] Belothi: 21. Gnosticisme.
… admission par initiation à une sorte de société secrète ou d’aristocratie intellectuelle, … une école philosophique plu tôt qu’à une Eglise. Aussi bien la théorie …
Score : 202
22. Illuminisme.
… pas mis en rapport avec toute la société, mais seulement avec un guide auquel … Mirabeau aurait fait partie de cette société secrète. Quoi qu’il en soit …
Score : 200
23. L’Europe au XVIIIe siècle.
… , etc.) et de la société (Le Contrat Social de Rousseau, … d’Angleterre; l’alliance secrète, mais dévoilée, d’Alberoni …
Score : 200
24. Les Abeilles : organisation interne.
… excréteurs, dans les Annales de la Société entomologique de France, 1884, Bulletin … à l’action irritante du venin sécrété par l’ insecte et presque toujours …
Score : 200
25. Histoire des jeux.
… Sociétés de Tir de France, la Société hippique française, la Fédération française des … redevance versée au budget de la police secrète. Ce fut l’origine de …
Score : 198
26. En librairie (mai 2004).
… de Pâques, îles Marquises), Société des écrivains, 2004. Maurice Clavelin … Pass, Moi, Calypso, autobiographie secrète d’un bateau de légende, …
Score : 198
27. Jean de La Bruyère.
… dans son livre un tableau de la société de son temps, que les contemporains … et de timidité, d’ambition secrète et de mépris pour les ambitieux, …
Score : 198
28. L’histoire des États-Unis : La Reconstruction.
… situation apocalyptique dans laquelle est plongée la société civile pendant encore près d’une … -klux-Klan-, société secrète vouée à la persécution et au meurtre …
Score : 197
29. Saint-Simonisme.
… agit de montrer, en premier lieu, comment a constamment décru, dans la société, l’influence des militaires, c.-à-d. …
Score : 195
30. Bestoujev.
… (il était membre d’une société secrète) lui valut d’être … en Sibérie. En 1829, il fut incorporé comme simple soldat dans un bataillon …
[19:19:11] Belothi: 31. Droit constitutionnel.
… contributions sur les diverses classes de la société, l’absence d’assignation … d’origines diverses, la procédure secrète, les moyens d’enquête violents …
Score : 195
32. L’Égypte musulmane : les Toulounides.
… formée, vers 870, une vaste société secrète se disant ismaélienne (chiite) … n’ayant d’autre but que la ruine de l’islam officiel …
Score : 195
33. Alfraganus (al-Fergani).
… Il s’agissait d’une société secrète d’inspiration pythagoricienne fondée vers … . Ils ont laissé des Épîtres. [1] Fr. Dieterici, Die …
Score : 195
34. Religion : évolution du sacrifice et de la prière.
… et n’impliquent point dans une société l’existence d’autres conceptions … son peuple au à la congrégation, secrète ébauche déjà d’une Église, …
Score : 194
35. La Révolution française : les clubs politiques.
… en Dauphiné. Il existe, aux archives du Tarn, le registre de la Société littéraire de Castres, fondée en 1783, où on recevait les rares journaux …
Score : 194
36. Les jeux de société : gages et punitions.
… .- Jeux de société Les gages et les punitions Dans la plupart des jeux de société, celui qui commet une faute ou une méprise est condamné à …
Score : 192
37. Mathématiques.
… Lyon. Le premier groupe de cette société secrète est composé outre d’André … , d’Henri Cartan, Claude Chevalley, Jean Delsarte, Jean Dieudonné, …
Score : 191
38. P. Aebutius.
… avaient révélé les agissements coupables de cette société secrète, un sénatus-consulte, … Tite-Live donne la teneur, leur décerna des récompenses publiques, cent mille …
Score : 189
39. Alchimie.
… la scène. Il se fonda une société secrète, les Rose-Croix, … transformation que doit offrir toute science tenue secrète. Si l’on continue ici …
Score : 189
40. Attila.
… ceux des Barbares que l’ancienne société était habituée à voir à côté d … qui entretenait partout une sorte de diplomatie secrète, avait en mains tous les fils …
[19:20:04] Belothi: 41. Leibniz.
… flatteur et fut nommé membre de la Société royale de Londres. L’électeur … Kant. Mais, quoique diffuse et secrète, l’influence exercée sur la …
Score : 187
42. Voyage.
… à ceux qui veulent entrer dans la société secrète, ainsi qu’aux adeptes … veulent passer d’un grade inférieur à un grade supérieur.. Dictionnaire Religions …
Score : 187
43. Confession.
… , une garantie de sécurité pour la société par l’extinction des haines et … , quand elle a des témoins; secrète ou auriculaire, quand elle est faite …
Score : 187
44. Pensées diverses, de Montesquieu.
… nous par Dieu, utile à la société, et que la sagesse consiste à … patrie, et de sentir une joie secrète lorsqu’on faisait quelque règlement qui …
Score : 187
45. Mémoires.
… moeurs et le mouvement intellectuel de cette société, déréglée dans ses idées comme dans … . Plus tard, l’Histoire secrète de Justinien, par Procope, a …
Score : 187
46. Choderlos de Laclos.
… Liaisons dangereuses, lettres recueillies dans une société et poursuivies pour l’instruction de … constitution des gardes nationales; la direction secrète des Jacobins, dont il rédigea le …
Score : 187
47. Benjamin Franklin / John Franklin.
… ancien monde, et en particulier la Société royale des sciences de Londres, s … 8).- Correspondance inédite et secrète, etc., publiée par Ch …
Score : 186
48. Darwin : l’Origine des espèces, chap. VIII.
… Or, si ces insectes vivaient en société, et qu’il soit avantageux … ont un abdomen énormément développé, qui sécrète une sorte de miel, suppléant à …
Score : 184
49. L’histoire du Golfe de Guinée.
… et par celui d’une puissante société secrète, l’aboni, analogue … cette Sainte-Wehme qui porta au Moyen âge la terreur en Allemagne. En …
Score : 184
50. L’histoire de Lyon.
… qui semble avoir été fomentée par quelque société secrète; les guerres de religion pendant … il tomba aux mains du baron des Adrets, dont les troupes mutilèrent ses monuments …
[22:04:36] etienne12242: FELICITATIONS MON FRERE POUR DES CHOSES SIGNICATIVES ET CONSTRUITIVES ! (handshake) (y)

GPAU
Une recherche poussée sur le carbonarisme ou la charbonnerie peut commencer par ici et aboutir à la rencontre des membres de cette confrèrie.

https://www.google.be/search?q=le+carbonarisme&rls=com.microsoft:fr-BE:IE-SearchBox&ie=UTF-8&oe=UTF-8&sourceid=ie7&rlz=1I7WQIA_enBE525&gws_rd=cr&ei=OUCiUo77EaidyQO-34CIAw

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Rose-Croix, franc-maçonnerie, carbonarisme et RDC

  1. elias dit :

    pas mal du tout

  2. Tshims Ibanda dit :

    bonjour je vais adhérer au sein franc maçon

  3. john dit :

    parfait aussi

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s