RDC : Etat KO, Religion OK ?

Quand la religion s’en mêle et que l’Etat est dans l’incapacité d’intervenir, tout devient possible et des congolais peuvent mourir en masse sans que personne ne s’en émeuve ou ne réagisse correctement.

Ici, il y aurai eu mort d’homme pour une affaire d’un sanctuaire…

Lisez la suite pour comprendre à quel point nous sommes déchus.

(Graphèle) Paluku-Atoka Uwekomu

Révérend (e) Père, Abbé, Frère, Sœur, Monsieur et Madame

“ Parlez de ce que vous connaissez et comprenez; non de ce que vous entendez dire sans connaître et sans comprendre”.

Ci-dessous, je prends le courage de vous passer des différents documents autour de la question Mr Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA qui est devenu pour certains clercs et religieux(es) un problème, pourtant sans connaître la personne, ses intentions, ses projets étant chrétien catholique craignant Dieu et aimant la Très Sainte Vierge Marie.

La réalité est que Mr Jean de Dieu, brûlé d’amour marial, avait construit, avec le consentement du Conseil Presbytéral de l’Évêque par le truchement de Monsieur l’Abbé BAMBISA Marie Léonce, un sanctuaire à l’honneur de la Très Sainte Vierge Marie Notre-Dame de Sept Douleurs (une lourde) de dimension familiale dans son village natal de Vuhinga (Kyondo).

Ce Sanctuaire marial a été incinéré le 30 juillet 2010 sous l’ordre de Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI et la planification exécutive du Père Symphorien KAMBALE WAVIRIRE (AA) alors curé de la paroisse Kyondo. L’opération était organisée jusqu’à l’élimination de la vie physique de Jean de Dieu.

En bref, le problème n’est pas Jean de Dieu, mais plutôt : « La Vierge Marie incinérée à Vuhinga » sans aucun procès ni enquêtes canoniques. Ceci produit plus d’amertume à la Très Sainte Vierge Marie, à Son Fils Jésus-Christ et à toute la Cour Céleste. Les chrétiens qui se sentent sincèrement enfants de MARIE sont indignés de cette manière d’agir à l’égard de la Mère du ciel. Et ceux qui sont faibles de conscience et de foi (naïfs) sont en train de nous attaquer et raconter n’importe quoi pour vouloir camoufler ce mal.

Je vous invite à lire attentivement ce document de 76 pages. Certes, vous avez la liberté d’expression. Vous êtes libre à justifier ou à défendre cette profanation répétée, mais FAITES- LE PAR ECRIT AVEC COPIES POUR INFORMATION A TOUTES LES AUTORITES ECCLESIASTIQUES ET ADMINISTRATIVES qui tiennent déjà ce dossier en main. N’importunez pas en cachette un individu, la question se trouve sur la table de l’Eglise Universelle, précisément au Vatican (Rome) depuis le 19mars 2012(plus d’une année) entre les mains de Son Eminence le Cardinal Monseigneur Fernando FILONI, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples.

Pour conclure, je vous salue, dans le Christ Jésus, en utilisant la pensée de Son Eminence le cardinal José SARAIVA MARTINS lors de la messe d’action de grâce de la canonisation de Padre Pio en date du lundi 17 juin 2002 : «…Il n’y a pas de joie durable et véritable sans Dieu. Celui qui cherche Dieu trouve toujours le bonheur, alors que celui qui cherche le bonheur, en revanche, ne trouve pas toujours Dieu… ».

Sr Julienne KAVIRA TAWITEMWIRA

Bonne et attentive lecture dans les pièces jointes.


REPUBLIQUE DE L’UGANDA,

VILLE DE KAMPALA.

DOCUMENT DE PRESENTATION DU RAPPORT

SUR LE SANCTUAIRE NOTRE-DAME

DE SEPT DOULEURS DE VUHINGA ;

DIOCESE DE BUTEMBO-BENI ;

ARCHEVECHE DE BUKAVU ;

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

(R. D. C)

ELABORE ET PRESENTE PAR :

MONSIEUR Jean de Dieu KAKULE BANGA-MBOKA ET

MADAME Pascaline KAVIRA KANYORORO

En refuge en Ville de KAMPALA.

P.O.BOX : 22168 KAMPALA/UGANDA.

Tel. : +256 772006307

+256 772006308

E-mail : kakulejeandedieu@yahoo.fr

RAPPORT SUR LE SANCTUAIRE NOTRE-DAME DE SEPT DOULEURS DE VUHINGA AU DIOCESE DE BUTEMBO-BENI EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC).

Contenu du Rapport.

1. Introduction ;

2. Brève présentation des Initiateurs du Sanctuaire ;

3. Localisation du Sanctuaire ;

4. La Paroisse de KYONDO face au Sanctuaire ;

5. Conclusion.

  1. INTRODUCTION

Dans son homélie du 15 septembre 2008, á Lourdes (France), le Pape Benoît XVI a indiqué ce qui suit : << La Très Sainte Vierge Marie aime chacun de ses enfants et se tient tout particulièrement proche de ceux qui sont éprouvés et qui souffrent. Il rappelle aux personnes souffrantes qui peuvent être acculées á la tentation du désespoir d’aller vers La Très Sainte Vierge Marie au lieu de rester prisonnières du chagrin …>> (Tiré dans “La Prière du Chapelet des Sept Douleurs de la Vierge Marie ”pages 5-6)

A travers le temps et l’espace, la dévotion mariale ainsi que son expression n’ont jamais été l’apanage d’une catégorie privilégiée de personnes .L’Esprit Saint qui avait couvert la Très Sainte Vierge Marie de son ombre reste au travail. Il continue á inspirer les hommes, les inciter á la conversion et á affermir leur foi.

Fiers de notre identité chrétienne et nous reconnaissant humbles serviteurs sous l’étendard de la Très Sainte Vierge Marie, rien ne pouvait nous empêcher d’exprimer notre dévotion et consacration totale á Notre-Dame jusqu’á Lui ériger un Sanctuaire dans notre village natal et dans notre propre parcelle á VUHINGA.

Curieusement et á notre grande surprise, après la solennité du premier Centenaire d’Evangélisation au Diocèse de BUTEMBO-BENI, ce Sanctuaire du village a été á l’origine de beaucoup de malentendus qui ont remis en question la dévotion mariale dans le Diocèse de BUTEMBO-BENI.

Son Excellence, en réalité, il y a de situations très regrettables au sein de votre Juridiction. Permettez-nous d’en épingler quelques unes :

1. Quand de jeunes, même de mineurs, quittent leurs familles et s’allient á la Milice MAY-MAY, cela ne constitue pas du tout un problème ou un cas d’interpellation ou d’excommunication pour les membres de leurs familles. Chose grave, ces MAY-MAY sont utilisés dans des Opérations de tueries et d’enlèvements en connivence avec certains hommes d’Eglise de BUTEMBO-BENI.

A ce niveau, nous ne citerons que quelques cas :

1er cas : celui de l’enlèvement de 2 Frères (Joseph KASEREKA et KATSUVA Silvain) de la Communauté de Paix Béthanie á LUKANGA á 23 h00, le Redoutable MAY-MAY ROGER accompagné de Messieurs les Abbés Robert NGONGI et MATUMO á bord de la voiture de la Procure du Diocèse de BUTEMBO-BENI.

Deux semaines durant , ces deux pauvres Frères avaient subi de traitements très humiliants dans une chambre apprêtée comme cachot dans votre Résidence(Evêché) en Ville de BUTEMBOD’ailleurs , c’était cette même voiture qui était mise á la disposition du Redoutable ROGER pour ma recherche jusqu’aujourd’hui dans le pays où je me suis refugié après de multiples emprisonnements (á l’ANR , au GMI et dans la Prison Centrale de BUTEMBO où j’avais fait 56 jours et 56 nuits sans comparution ! ) et enlèvements .

A ce propos, je n’oublierai jamais, dans la nuit du 30 Avril 2007 á 19h30, dans mon Salon á KIKURURA, dans le Quartier MUKUNA, en Commune BULENGERA, où le canon du fusil était fixé sur ma tête par monsieur KADIMA (Agent de l’ANR/BUTEMBO-BENI), j’étais obligé de lui céder tous mes biens de valeur car récemment marié dans le but de me sauver la vie .

D’ailleurs, ma moto qu’ils avaient emportée la nuit était retrouvée au Bureau du Directeur de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement), Monsieur JONAS. Ce dernier me restitua ma moto en présence du Direprison, Monsieur BABU RAMAZANI et du Surveillant, Monsieur TSONGO sans aucun amendement.

Me rendant chez le Bourgmestre de notre Commune, Monsieur Léandre TAMUWITE pour lui déposer ma plainte, chose drôle, pendant que son Epouse Maman Jeannette MATHITA venais de m’accueillir dans son salon á 6h00 du matin, brusquement surgissent mes bourreaux, Roger, KADIMA et un inconnu qui avaient sauté directement sur moi en présence du Bourgmestre et de son Epouse, condisciple á ma collaboratrice, Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO.

Tout en me rouant de coups, ces << mains armées >> disaient ceci :

<< Musenyere anatutuma, tukukamate na tukupeleke kwake ku Evêché >>, c’est-á-dire Monseigneur l’Evêque nous envoie vous prendre et vous escorter jusqu’á l’Evêché ; chose qui avait été faite. C’était á bord de la voiture (de couleur blanche, marque EXIV) du Bourgmestre.

Arrivés dans la cour de l’Evêché, le Bourgmestre m’avait enfermé dans sa voiture pour se rendre, avec Roger au Bureau du Chancelier de l’Evêque, Monsieur l’Abbé Laurent SONDIRYA (votre Chancelier), á qui Roger me présentera, par moquerie, en ces termes : <<Voici monsieur l’abbé jean de dieu ! >> .

Sans dire mot , le Chancelier m’abandonne entre les mains de bourreaux qui vont m’acheminer dans l’habitation du Commandant KASIVIKA située á 50 mètres du Bureau de la Commune BULENGERA et á 100 mètres de l’Evêché où je ferai 4 jours et 4 nuits de tortures , sous “cracan” et sous un contrôle sévère de l’épouse du Commandant . J’y serais mort sans enquête n’eût été le signal donné au Parquet de BUTEMBO-BENI par un ami du nom de KESERO du quartier MALERE/BUTEMBO-BENI.

Le Parquet dépêchera á l’endroit de mon supplice Monsieur Casimir, Policier avec mandant d’extraction adressé á l’OPJ KASIVIKA et signé par le Procureur Damien qui est muté au Kasaï …

2ème cas : celui de la marginalisation accompagnée de l’exploitation sexuelle dont sont victimes les EX Religieuses de la part de certains hommes d’Eglise n’est pas un fait minime.

Au vu de ce qui précède, comment accepterions-nous, Son Excellence, d’être qualifiés d’<<ANTICHRIST>> par la Communauté des Pères Assomptionnistes de KYONDO et plus précisément le Révérend Père Curé Symphorien et son Confrère, le Révérend Père KISANGANI dans son message du 20/01/2010 á 17h57’, heure de KAMPALA pour avoir érigé un Sanctuaire du village ?

Si peut-être nous nous alliions á la Milice MAY-MAY, cela constituerait moins de scandale que l’initiation de ce petit Sanctuaire du village. Les Conséquences de cette méconnaissance délibérée du petit Sanctuaire du village de VUHINGA et de la diabolisation de ses Initiateurs par des Prêtres et Religieux de Diocèse de BUTEMBO-BENI qui nous ont donné de Sacrements et formés aux Couvents sont énormes et lourdes chez la population croyante, dévote et non catholique, non seulement de la Paroisse de KYONDO mais aussi et surtout au sein de toute l’Eglise locale catholique de BUTEMBO-BENI.

A ce propos, la lecture du message de KIBEHO-RWANDA reste d’actualité et une vive interpellation pour tout le monde. Pas même un Simon de Cyrène ni une Véronique face á cette situation !! Cela confirme la PEUR que nous qualifions de coupable chez le MUNANDE et qui concrétise le message du Regretté Mzee Emmanuel KATALIKO, Archevêque de Bukavu qui dit : << … La peur ne construit rien et la liberté ne peut pas être négociable …>>.

Pour nous en tant qu’enfants de votre Diocèse et confiants en la Très Sainte Vierge Marie, Refuge de pécheurs, le petit Sanctuaire du Village VUHINGA demeure et demeurera notre expression de foi et de dévotion.

En plus, loin d’être une contestation, ce Sanctuaire se voudrait un lieu de rendez-vous pour les Chrétiens Catholiques du village appelés, plus que jamais d’être << Secouristes pour la paix et Bâtisseurs de ponts pour la paix au Cœur des différences >> ethniques , claniques , tribales…qui paralysent et étouffent la fraternité chez notre peuple .

EN QUOI LE PETIT SANCTUAIRE MARIAL DU VILLAGE DE VUHINGA CONSTITUERAIT-IL UNE PREOCUPATION SECURITAIRE DANS VOTRE PASTORALE ALORS QU’IL EXISTE DE MILLIERS DE SANCTUAIRES MARIAUX FAMILLIAUX DANS LE DIOCESE DE BUTEMBO-BENI PENDANT QUE LES FORCES NEGATIVES CONTINUENT A PERSECUTER VOS CHRETIENS A TRAVERS TOUTE VOTRE JURIDICTION EN PILLANT, EN VIOLANT, EN TUANT MEME VOS PRETRES SANS AUCUNE PROCEDURE JUDICIAIRE ?

Compte tenu de ce qui précède, nous faisons appel á vos compétences pastorales pour nous réhabiliter dans les droits que le Concile VATICAN II accorde aux laïcs au sein de l’Eglise Catholique Romaine á partir du 20ème siècle. Au lieu d’encourager les Chrétiens à poser des actes d’expression de leur foi, vos Prêtres condamnent et excommunient.

A quel siècle d’Eglise vos Prêtres voudraient-ils nous ramener ? Ce Sanctuaire, puisque érigé par des vulnérables qui donnent la juste honneur á Notre-Dame occasionne des interprétations odieuses chez la population naïve connaissant mal l’identité des Initiateurs dudit Sanctuaire .Pour quelqu’un qui aura la chance de nous lire , il pourra vite découvrir l’origine et le bien fondé de ce Sanctuaire du village reculé de VUHINGA .

Son Eminence le feu Cardinal Fréderic ETSOU dans son Message de condoléances lors de la mort inopinée du Mzee Emmanuel KATALIKO, Archevêque de Bukavu n’avait pas tardé de dire ce qui suit : << … Vous, Prêtres de BUKAVU, demeurez unis entre vous ; et surtout vivez l’Evangile que vous prêchez á d’autres et le peuple de Dieu vous aimera et vous manifestera toujours sa confiance …>>. A vous, Son Excellence Monseigneur, d’ajouter : << Rien ne peut remplacer la place du témoignage en matière d’Evangélisation et de transmission de la foi. >> (Colloque page 130)

2. Brève présentation des Initiateurs du petit Sanctuaire Marial de VUHINGA.

A. Monsieur Jean de Dieu KAKULE BANGA-MBOKA.

– Né de Monsieur Gilbert MUHIANA SHAWIVUKA et de Madame Marie

Françoise KISOKERO KAHAMBU, le 26 /11/ 1978 ; de foi catholique et

Marié religieusement et civilement.

– Marié á Madame Denise KAVUGHO MUSUVIRWA,

Originaire de LUKANGA en Territoire de LUBERO, Fille de Monsieur Basile et de

Maman MASIKA VWIRAVWAHALI ;

– Originaire du Village VUHINGA, dans la Collectivité de BASHU, Groupement

MASIKI/VAYANA, Territoire de BENI ;

– Au sein de l’Eglise Catholique Romaine, dans ma Paroisse de KYONDO, j’avais reçu les Sacrements ci-après : le Baptême, la Communion, la Confirmation, le Mariage Célébré par Monsieur l’Abbé Védastus KAGHENI, Curé de la Paroisse Universitaire à l’UCG/ BUTEMBO-BENI, accompagné de Monsieur l’Abbé KALEKERWA et les Diacres Assomptionnistes Désire et KISANGANI qui me qualifie aujourd’hui d’ANTICHRIST par haine et jalousie. Mon mariage était célébré jeudi, le 07 / 09 / 2006 á10h00 dans l’Eglise de KYONDO.

NB : Je demeure chrétien charismatique et marial. C’est auprès des Révérends Pères Hubert WAGMANS, Régional á l’époque et Robert S., Supérieur, á l’époque, dans l’Ordre de la Sainte Croix (O.S.C) de MULO au Diocèse de BUTEMBO-BENI où j’avais approfondi ma dévotion mariale de l’enfance et aimé davantage la Très Sainte Vierge Marie dans le Monastère de KATWA-KABAKWE où nous vivions.

C’était avec mon ami et collègue Gibril KASEREKA YALALA de KANYABAYONGA (au Sud de BUTEMBO dans le Territoire de LUBERO) et qui est aujourd’hui gardien du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA, témoin de beaucoup de faits. Dans l’Eglise locale de Kampala où je suis en refuge car persécuté suite á ma dévotion mariale très avancée. Je me charge de l’animation de Prières de Processions aux lieux Saints de l’Ouganda, surtout au Shrine BIKIRA MARIA KIWAMIREMBE (Regina Pacis) où la Sainte Famille logée dans le Sanctuaire de VUHINGA avait séjourné 40 jours avant son établissement dans mon village natal. Ces Prières sont faites autour de Notre-Dame MARIA ROSA MYSTICA qui rejoint très bientôt la Sainte Famille logée dans le Sanctuaire de VUHINGA. Plus d’une fois, je me suis rendu au Sanctuaire Notre-Dame des Douleurs de KIBEHO-RWANDA, la Mère du Verbe ”  Ninya wa Jambo” pour le pèlerinage…

– Enseignant de formation : En collaboration avec le Directeur de l’Ecole Primaire KUNDI LA MAPENDO , Monsieur Léon-Paul KAVUNDA LUSENGE , j’ai initié et dirigé l’Institut Saint KIZITO de KUNDI LA MAPENDO á BYAKATO( dans le Territoire de MAMBASA , en Province Orientale ) chez Padre Pierrot LOMBARDO, Fondateur de l’Organisation qui encadre les Pygmées.

– En collaboration avec Madame Pascaline KANYORORO, j’ai créé le CENTRE PAVEL

NORD-KIVU (C.P.N/K)avec comme Devise : Observer, Réfléchir et Agir (ORA). Cette ONGD fonctionne sous le numéro d’Enregistrement : N°3072/ 03/I.U.D.R/V.B/COOP/ ONGD 45 /2008.

Les activités de notre ONGD avaient été interrompues brusquement puisque j’avais connu des enlèvements perpétrés par le redoutable MAY-MAY Roger et monsieur KADIMA (Agent á l’ANR/BUTEMBO sous le commandement de deux Abbés de votre Diocèse qui sont Mr l’Abbé MATHUMO alors Responsable au B.D.D (Bureau de Développement Diocésain) et Mr. L’Abbé Robert NGONGI. Dans cette opération qui consistait á m’ôter la vie, une voiture de marque Starlette de la Procure du Diocèse de BUTEMBO-BENI était á leur disposition.

Une enveloppe de 1000 $ était montrée et réservée á monsieur Jacques, camarade de cachot chez le redoutable Roger á NGENGERE dans son domicile pendant 10 jours et 10 nuits ; une bouteille de liqueur lui avait été directement offerte par Mr. L’Abbé MATHUMO dans le cas où il me livrerait á eux.

C’était dans le but de le droguer afin de pouvoir lui soutirer certaines vérités. Quatre jours durant, ils étaient á ma recherche jusque dans ma belle famille á LUKANGA. Ne m’ayant pas trouvé et déçu, ils profiteront de l’occasion pour entrer dans la Communauté de Paix de Béthanie fondée par le Révérend Frère Gianni NOVELLO où vivaient mes amis, Frères KASEREKA Joseph et KATSUVA. Ils vont terroriser les pauvres Frères et s’emparer de beaucoup de biens de valeur et escorter les Frères á l’Evêché á 23 h00 en usant du mensonge et de la ruse. Là, ils feront 14 jours et 14 nuits á votre insu dans les conditions hygiéniques insupportables car inhumaines d’où sortira Frère KASEREKA déjà fou et cela jusqu’á nos jours.

Chose drôle, les deux Abbés précités vont ravir les moyens de communication des Frères et les remettre le jour de leur relâchement, en votre présence Son Excellence Monseigneur, non pas aux propriétaires mais plutôt au Redoutable Roger á qui vous intimerez l’ordre de continuer á me chercher…

Par ailleurs, la folie du pauvre Frère KASEREKA fait la joie de son Curé, Mr. L’Abbé MBANGI Jean Pierre de la Paroisse LUKANGA et de son ami le Rd P. KISANGANI. Dans son sms m’adressé le 1er /02/2008, le Rd P.KISANGANI m’écrira ce qui suit : << Bjr mon fr.jana tulikuwa na Ab Mbangi wa lukanga pale Bunyuka.Kasereka achakuwa fou,nahajafanyaka kazi dpuis kilela. Pia aliniambia koz ya folie. Bne jnée. >>.

Au fait, POUR QUEL GENRE DE PASTORALE vos 2 Prêtres accompagnés du criminel impitoyable Roger s’étaient-ils engagés dans pareille entreprise ?? Dieu merci, leur commissionnaire, monsieur Jacques, pris en otage par <<ces mains armées >> avait refusé secrètement leur offre couverte du sang de l’innocent que je suis en tant qu’enfant de MARIA ROSA MYSTICA qui demeure et demeurera mon Rempart, ma Forteresse, mon Bouclier….jusqu’á la fin de ma vie. Sur ce, Son Excellence, qu’est-ce qui m’empêcherait de magnifier Notre-Dame en Lui érigeant un Sanctuaire dans mon village natal de VUHINGA?

Voyant mes ennemis circuler librement, célébrer calmement de Messes, occupant de postes stratégiques au sein de votre Juridiction sans aucune interpellation, j’avais pris forcément la route de l’exil jusqu’aujourd’hui.

Son Excellence, je suis votre chrétien et par ce fait, j’estime avoir le droit de jouir de votre protection. Pourquoi m’entretenez-vous dans une situation de “ laissé pour compte” comme si je ne suis pas de votre pâturage ???

Par ailleurs, je ne manquerais pas de vous signifier que la conclusion de toute ma souffrance morale et physique (car je dormais très souvent en brousse, exposé á toutes les intempéries et ce, pendant 7 mois, de novembre 2006 á mai 2007. Ce calvaire avait commencé juste 2 mois après mon mariage!) furent mon emprisonnement de 56 jours et 56 nuits sans motif dans la Prison Centrale de BUTEMBO-BENI, communément appelée KAKWANGURA. C’était á l’époque du Dire prison, Mr. BABU RAMAZANI.

B. Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO

Née de Vincent KANYORORO NGOKO et d’Amélie KAVIRA KASAYI MARUHO á KAMELIE, le 22 / 04 / 1962 dans la Paroisse de MUSIENENE ; Ses parents sont chrétiens Catholiques, légionnaires ; suffisamment engagés dans la Paroisse de MUSIENENE ;

De formation pédagogique, elle a enseigné respectivement á l’Ecole Maternelle Primaire, Secondaire, ISP et Université.

– Avait fait une expérience religieuse suffisante chez les Petites Sœurs de la Présentation(PSP) au Diocèse de BUTEMBO-BENI où elle a appris la dévotion mariale qu’elle avait approfondie, par la suite, auprès de Madre Francesca DI LEO, Fondatrice de la Légion de Témoins de Dieu, Enfants de Marie (LTD).

Pourquoi suis-je en exil ?

Tout mon calvaire est parti de mon séjour dans le Monastère d’Horeb á IRANGYA (au Diocèse de BUTEMBO-BENI) où j’étais accueillie comme membre laïque de la Légion et gestionnaire du Complexe Scolaire BAKHITA, œuvre caritative initiée par Madre DI LEO dans le but de contribuer au développement de la Province Ecclésiastique du Kivu par l’éducation des enfants. Avec un corps professoral composé á 90% de ressortissants d’une même contrée du Sud et Agents du Service de Sécurité de BUTEMBO (á mon issue!), farouche á la gestion d’une Entreprise éducative gérée par une femme, ancienne religieuse, la gestion du Complexe BAKHITA sous, tous les aspects, devenait au jour le jour <<un casse-tête >>. De la Coordination Catholique, par le biais de Conseillers Pédagogiques, je n’avais reçu aucun appui, aucun soutien franc car la situation étant minée pour des intérêts égoïstes et collinistes en défaveur des objectifs de la Mère Francesca DI LEO, Initiatrice dudit Complexe.

Au désordre moral perpétré par ces professeurs avec le Directeur de l’E.P BAKHITA, s’en suivaient une indiscipline totale des élèves et une insatisfaction diabolique des Professeurs concernant la justice distributive dans la répartition de frais scolaires perçus.

Le dénouement de cette situation pénible, car montée expressément en vue de méconnaitre mon autorité et surtout saper mes compétences en leadership féminin, se soldera par l’attentat á ma vie par les écoliers et élèves majoritairement protestants sous la direction de monsieur KALEKENE François , Représentant des Professeurs à l’époque , le Directeur de l’E.P BAKHITA, monsieur KIPIRISI en complicité avec la Révérende Sœur Albertine KASWERA, ma compagne de Communauté et la fille interne “DODI”, ancienne MAY-MAY, qui étaient chargées de me filer dans la Communauté où nous avions organisé un mini-internat pour les filles .

Plusieurs réunions secrètes étaient tenues dans les environs du Complexe Scolaire sous la direction des précités qui étaient prêts pour mon élimination par une mort cruelle, et tout cela á mon issue. L’ouvrier menuisier du Complexe appelé Edgard KATARO ayant été informé par un Elève que dans la nuit du 06/02/2003 que je dois être tuée, me fera le triste message juste 1 heure avant l’exécution de la cruelle bésogne vers 20heure. L’urgente solution consistait á fuir pour m’éloigner un peu de la colline.

Grâce aux secours des Abbés de la Paroisse Saint KIZITO de VULEMA en Ville de BUTEMBO-BENI et surtout de l’intervention du Curé, Mr. L’Abbé Léonce-Marie BAMBISA,

je m’étais cachée pendant un mois lorsque les Elèves et leurs Professeur me cherchaient á travers toute la Ville de BUTEMBO pour me tuer. Quel mal avait -décommis pour mériter une mort cruelle telle qu’elle m’était décrite quelques mois après???

Après la reprise de mes fonctions dans le même Complexe, pendant que les Promoteurs qui étaient 5 Professeurs, 2 élèves et le Directeur venaient d’être écartés des Ecoles Catholiques, j’étais trainée tour á tour á la Commune MUSUSA ainsi qu’aux divers Bureaux de l’ANR (Agence Nationale de Renseignements) au risque d’être éliminée secrètement.

A maintes reprises, mes Professeurs, mes élèves et mon Collaborateur, le Directeur de l’E.P BAKHITA sous l’éclairage de la Sœur Albertine, la fille interne DODI faisaient des irruptions á bord de motos-taxi dans le Complexe pendant les heures de cours avec la ferme décision de m’ôter la vie. Mais, Dieu aidant, c’était toujours pendant que j’étais soit á la Coordination ou soit á la Sous-division pour la question du Complexe Scolaire BAKHITA qui demeure insoluble jusqu’á nos jours.

Voyant ma vie en danger par ces irruptions intempestives sur la Colline d’Horeb á IRANGYA par mes bourreaux dont une femme G3 á qui je venais de donner cours á l’ISP/MUHANGI de BUTEMBO-BENI au Département d’Anglais et suite á la lettre incendiaire qu’ils m’avaient adressée avec Copies au Bourgmestre de la Commune MUSUSA , en la personne de Monsieur Godefroid MATIMBYA et au Directeur de l’ANR , en la personne de Monsieur Delphin , lettre dans laquelle ils confirmaient leur ferme décision de me tuer , j’étais alors obligée de suspendre mon engagement dans le Programme du Monastère d’Horeb et prendre la route de Kampala où je me refugie tout en me consacrant á la Recherche Scientifique et á la prière …

Mes bourreaux, restés impunis au sein du Service de l’ANR et circulant librement tout en menaçant ma vie de mort, il m’avait été difficile de vivre dans la Province du Nord- Kivu et partant dans mon pays où les assassinats et les tueries arbitraires sont devenus courants et impunis. Dans ce cas je me sens contrainte á l’exil car mes bourreaux œuvrent dans un Réseau reconnu sous le nom d’”Association de Malfaiteurs Impunis” (A.M.I, en sigle).

Enfin, je ne saurais pas terminé cette page sans vous rappeler le triste Dossier qui m’oppose á votre Prêtre, Mr. L’Abbé KAMBALE KAHUMBA Déogratias, Dossier pour lequel je n’ai jamais trouvé de suite de votre part en tant que Pasteur et Berger. La lettre traitant ce Dossier était confiée aux bons soins de Mr. L’Abbé PATANGULI Déogratias á KAMPALA. Son Excellence, avec un cœur très serré, je condamne les actes ignobles d’impudicité ou mieux d’exploitation sexuelle que les Prêtres Vincent KAMBERE , Provincial d’Afrique pour les Assomptionnistes et Déogratias KAMBALE KAHUMBA , Coordinateur Diocésain des Ecoles Catholiques avaient perpétrés sur mon corps en usant de leur autorité et position au sein de l’Eglise locale de BUTEMBO-BENI quand j’étais dans de souffrances énormes de persécutions au sein du Complexe Scolaire BAKHITA IRANGYA. Sans mon consentement, ils m’avaient obligé des intimités non protégées sans aucun dédommagement

Plus d’une fois, je m’étais rendu dans la Maison Provinciale á KAMBALI /BUTEMBO et á la Coordination des Ecoles Catholiques afin que l’un et l’autre puissent me demander pardon car sachant qu’ils m’avaient fait courir le risque de perdre précocement ma vie.

Dans ma lettre vous adressée pour le cas de Mr. L’Abbé KAHUMBA dans laquelle

je vous demandais de prendre ma défense et de l’interpeller, aucune suite de votre part jusqu’á présent ! Pourquoi ? Même sur téléphone, en me plaignant, je n’avais enregistré aucune réaction de votre part . C’était au mois de mars 2009.

En réalité, au Diocèse de BUTEMBO-BENI, un ancien du Couvent, communément appelé “ EX’’ est une personne qui n’a pas droit á la considération voire même á un travail digne au sein des Institutions de l’Eglise locale de BUTEMBO-BENI après un siècle d’Evangélisation.

C’est regrettable quand vos enfants Ex-Séminaristes sont massivement engagés dans les Institutions Reformées ! C’est leur lieu de refuge !

Est-ce normal ? Les préparez-vous dans le Grand Séminaire et aux Couvents pour les Eglises Reformées? Quelle pastorale entrevoyez-vous pour la catégorie marginalisée des Ex des Couvents de votre Juridiction?? Ils sont aussi de votre bercail ! C’est un paradoxe lorsque vos Prêtres nous qualifient d’ANTICHRIST, sur votre ordre suite á l’initiation du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA par vos deux chrétiens , á savoir Pascaline KAVIRA KANYORORO originaire du Territoire de LUHINGA et Jean De Dieu KAKULE BANGA-MBOKA originaire du Territoire de BENI que vous méconnaissez expressément pendant que vos Prêtres s’engagent dans des actions criminelles ( cas d’avortements provoqués, tuéries, empoisonnement, contrefaçon ,…) avec des preuves tangibles . Face á cette situation, qui est “ANTIKRISTU “ et qui ne l’est pas ? Qui mérite l’excommunication ? Quels Théologie, Philosophie, Droit Canon, Synode, Concile, Mariologie, Missiologie, Pastorologie, Sciences Religieuses, Catéchèse, Christologie, …appuieraient pareils scandales ?? Nous avons quitté forcément notre Pays, la République Démocratique du Congo et vivons maintenant de la cueillette dans un pays d’exil. Les Articles 16, 18 et 59 de la Constitution de notre Pays vous en direz plus.

3. Localisation du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA.

De commun accord , nous , Initiateurs du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA, á savoir, Pascaline K.K , originaire du Territoire de LUBERO, Paroisse MUSINENE et Jean de Dieu K.B-MB , originaire du Territoire de BENI, Paroisse de KYONDO, avions jugé mieux d’établir la Sainte Famille de Nazareth dans le Territoire par où est venu les 1ers Missionnaires .

Ci-dessous l’adresse complète du Sanctuaire en faveur des Pèlerins :

– Territoire de BENI

– Collectivité de BASHU

– Groupement MASIKI/VAYAVA

– Localité MBOLU

– Village VUHINGA situé á plus ou moins 50km au Sud-Est de la Ville de BUTEMBO.

* Diocèse de BUTEMBO-BENI

* Paroisse Cœur Immaculé de KYONDO

* Secteur KASISI

– Province du Nord-Kivu

– République Démocratique Congo (RDC).

4. Paroisse de KYONDO face au Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA.

Depuis sa fondation en 1938, la Paroisse Cœur Immaculé de KYONDO est desservie par des Prêtres Religieux de la Congrégation des Pères Assomptionnistes (A.A).

Le Révérend Père Henri Piérard(A.A), désigné comme Supérieur Ecclésiastique de la Mission de BENI, le 22 juin1934, informe ses Confrères sur l’esprit qui animera son apostolat : << … Nous sommes une Congrégation vouée á la Mère de Dieu. Notre but doit consister á procurer en cette Région le Règne de Jésus par Marie.

Son Excellence Mgr Grison m’écrivait combien il est heureux de ce que les Contrées de BUTEMBO et BEN avaient été remises aux soins d’une Congrégation vouée á la Très Sainte Vierge Marie. Ayons donc en Cœur d’inspirer á nos chrétiens une vraie dévotion envers Marie. Parlons d’Elle en toutes circonstances, dans le ministère aux cours de nos tournées en brousse, qu’Elle devienne notre sainte Obsession …>>

Comme Vicaire Apostolique, Monseigneur Henri Piérard prit comme Devise :

<< Trahe nos Virgo Assumpta >> c’est-a-dire << Entraîne-nous dans ton sillage, Vierge de l’Assomption >>. Tiré dans “Actes Du Colloque D’Histoire De l’Evangélisation Du Diocèse de BUTEMBO-BENI”. 1906-2006 Bilans et Perspectives Page 69.

En quoi l’érection du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA s’écarterait-t-il de l’esprit apostolique de Monseigneur Henri Piérard ? Dans le sillage de ce dernier, que font les Pères Assomptionnistes indigènes pour enraciner la dévotion mariale dans les Paroisses qu’ils desservent dans le Diocèse de BUTEMBO-BENI?

Se positionnant en antagonistes armés face au Sanctuaire Marial de VUHINGA érigé au même endroit où les 1ers Missionnaires avaient installé la première Statue de la Très Sainte Vierge Marie , les Prêtres Assomptionnistes de la Paroisse de KYONDO sont appelés á << remettre le couteau dans le fourreau >> et á se rendre avec leurs chrétiens á VUHINGA pour demander pardon á Notre-Dame de Sept Douleurs qu’ils persécutent sans aucune pitié ! Ce n’est de cette façon qu’ils pourront apaiser et rendre heureux les âmes de nos Premiers Missionnaires, nos Pasteurs qui sont Messeigneurs Henri Piérard et Emmanuel KATALIKO qui avaient consacré tout leur apostolat á Marie, Reine des Apôtres et Secours de Chrétiens.

Pour quelques faits saillants, la Communauté Assomptionniste de la Paroisse KYONDO s’était montrée et continue á se manifester farouche au Projet Marial de VUHINGA au travers duquel notre population pourrait être comblée de multiples bénédictions célestes et sortir de la pauvreté misère.

Premier fait : – Le rejet délibéré de nos correspondances relatives au Sanctuaire Marial;

Deuxième fait : – Endurcissement des cœurs de nos chrétiens (déjà á la foi naïve) en les détournant de la vénération accueillante des 3 Statues de la Sainte Famille logée dans le Sanctuaire de VUHINGA;

Troisième fait : Profanation de Notre-Dame en la qualification de “ KIHINDI ” c’est-á-dire Kuzimu( 2ème monde ) ; en nous qualifiant d’ANTICHRIST, diabolisation pour laquelle nous demandons d’urgence et suffisamment de lumière auprès de la Hiérarchie Ecclésiastique non seulement du Diocèse de BUTEMBO-BENI mais aussi et surtout de l’Eglise Catholique de la République Démocratique du Congo. C’est grave comme accusation !

Quatrième fait : Menaces suivies de l’excommunication de membres de ma famille de VUHINGA; ce qui les a poussés d’abandonner forcément leurs maisons et la terre de leurs ancêtres pour se refugier dans les pays de l’Est.

Cinquième fait : Le Révérend Père Provincial, en la personne de Vincent KAMBERE, avait dépêché dans notre Communauté de vie laïque de Nazareth de Kampala un espion qui est son propre frère de Congrégation, le théologien rusé Jean Baptiste KAMBALE MUHESI, mon ancien collègue á l’Institut Saint Charles LWANGA de MULO-LUBERO. Les vraies raisons de cet espionnage nous restent encore cachées ! N.B. En annexe, vous trouverez jointes ses pièces d’identité lors de son séjour d’espionnage dans notre lieu d’asile á Kampala ! Son Excellence, voilà le nouveau type de Missionnaire africain “YIRA” que le Révérend Père Provincial Vincent KAMBERE prépare et forme dans cette 2ème phase d’Evangélisation de votre Diocèse de BUTEMBO-BENI. Comme par gratification de la mission d’espionnage accomplie, maintenant, le commissionnaire du Révérend Père Provincial dans ses services secrets au sein de la Province d’Afrique, le théologien rusé Jean Baptiste MUHESI est au côté de son Maître dans la Maison Provinciale á KAMBALI/BUTEMBO. Par ce fait, connaissant l’agir ” des Assomptionnistes africains envers leurs propres frères, notre sécurité est manifestement menacée dans le Pays de notre refuge ! Que le Provincial d’Afrique, le Révérend Père Vincent KAMBERE s’amande en rectifiant son tir face á nous, les Vulnérables.

Conclusion :

Une année durant, Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA est persécutée au sein de votre Diocèse non seulement par ceux qui ignorent la Très Sainte Vierge Marie mais aussi et surtout par vos chrétiens et, chose grave et étonnante, par vos Prêtres et Religieux se réclamant << Fils de prédilection de la Très Sainte Vierge Marie. Quel paradoxe ! En quoi sont-ils << Fils de Prédilection >> face á toute la souffrance qui perce de nouveau son Cœur Immaculé dans son Sanctuaire érigé dans la Paroisse Cœur Immaculé de KYONDO?? La situation problématique faite de suspicions délibérément entretenues et propagées autour dudit Sanctuaire ne fait que confirmer ce qui suit, puisé dans << Actes Du Colloque d’Histoire de l’Evangélisation du Diocèse de BUTEMBO-BENI >> (Pages 126 á 131) :

<< Après Cent ans d’Evangélisation et de Profession de foi, notre chrétienté donne l’impression d’être restée un éternel débutant á l’âge avancé…

Donc , dans la croissance de la foi de nos fidèles , on a l’impression de faire du surplace comme des tortues renversées ou mieux , ce qui est encore pire , on fait un pas en avant pour aujourd’hui et plusieurs pas en arrière pour demain …>>

En considérant les façons de croire (Lex Credendi), de prier (Lex Orandi), d’enseigner (Lex Ocendi), de vivre conformément á l’Evangile et de server l’homme (Lex servendi), de vos chrétiens, cela donne l’impression qu’ils sont encore á l’étape du lait et non de la nourriture solide …>>,1cor, 3,2

– Loin de faire du surplace comme des tortues renversées, l’érection du Sanctuaire Marial de VUHINGA s’avère un CREDO pratique.

Dans cette situation, il faut donc une << Pédagogie de la foi >> pour que la formation á la foi ne reste pas au stade élémentaire ou rudimentaire.

A partir du petit Sanctuaire Marial de VUHINGA, vous réaliserez, sans peine, que dans votre mission pastorale et évangélisatrice durant la seconde phase de l’Evangélisation du Diocèse, il y a beaucoup de défis auxquels il faudrait faire face.

– Il ressort de l’analyse des actes délibérés d’espionnage perpétrés dans notre Communauté de vie par le théologien rusé Jean Baptiste MUHESI que notre sécurité est réellement en danger dans la Ville de KAMPALA où nous restons indépendamment de notre volonté .

Nous en appelons á vos compétences pastorales pour notre immédiat retour dans notre pays et surtout dans notre Diocèse dans le but d’aller animer Notre Sanctuaire et lancer les activités caritatives qui lui sont connectes.

Pendant que les Assassins circulent librement et vaquent sans aucune interpellation á leurs activités, pourquoi devons-nous rester en exil où nous vivons de la cueillette avec mes 6 enfants, tous déscolarisés ; mes Vieux Parents et familiers chambardés á travers les pays de l’Est !!

-Permettez-moi de vous signaler que mon neveu MATSUNDO, Servant de Messe dans le Secteur KASISI et Elève de la 2ème C/O m’est arrive á KAMPALA presque moribond avec épilepsie qu’il a contracté brusquement lorsqu’il avait été frappé par la mesure d’excommunication ordonnée par vous-même (selon le propos du Curé de KYONDO, Père Symphorien et son confrère, Père KISANGANI!).

– Nous sommes caricaturés, avons été dépeints méchamment dans votre Diocèse par nos propres Consœurs et Confrères de formation religieuse. C’est la haine et la jalousie qui sont á la base de tout. A ce propos Madame Pascaline KANYORORO et Monsieur Jean De Dieu BANGA-MBOKA leur accorde pardon !

– Les redoutables << mains armées >>, messieurs KADIMA et ROGER au droit au repentir et au salut. Qu’ils cessent de s’engager dans des Opérations de tueries et d’enlèvements ! Qu’ils se rendent au Sanctuaire Marial de VUHINGA pour aller vénérer et découvrir la Dame vêtue de 12 Etoiles qui sauvait monsieur Jean De Dieu de leurs mains imbibés du sang des innocents ;

– Que vos Abbés MATHUMO et Robert NGONGI se convertissent et se rendent au Sanctuaire Marial de VUHINGA pour aller magnifier tout en découvrant Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA, Refuge des Pêcheurs, de nous Vulnérables anciens des Couvents !

Sur ce, Son Excellence, nous exigeons la libération immédiate, en signe de réparation, la voiture de marque “ Starlette ”ainsi que l’enveloppe de U$1000 qui équivalaient á ma tête !

– Le théologien rusé Jean Baptiste MUHESI est venu expressément nous insécuriser, le Haut Commissariat pour le Refugiés (HCR) est saisi de son interruption dans notre Communauté de vie avec un faux motif de s’affiler á nous ! Derrière sa démarche malmenée, que voulait-il ? Que cherchait-il ? Que ses Responsables hiérarchiques s’investissent dans cette situation afin de restituer tout ce qu’il avait engagé comme dépenses et dédommage dans notre Communauté de vie où il est venu troubler l’harmonie et la quiétude !

Etant donné la véracité de divers faits relevés dans ce Rapport, bien que non exhaustifs, nous sommes très disposés á répondre au contenu de ce Rapport adressé directement á votre haute autorité ecclésiastique sous le contrôle du Haut Commissariat pour les Refugiés (HCR) qui détient le Dossier de notre situation dans ses détails.

Conscients de l’esprit génocidaire qui a érigé domicile dans la Province Ecclésiastique de BUKAVU, nous vous invitons, Son Excellence Monseigneur, avec tous les Prêtres, Religieux et les Chrétiens de votre Juridiction á faire vôtre la Prière de Notre-Dame des Douleurs de KIBEHO/RWANDA :

<< Seigneur notre Dieu, nous te rendons grâce pour les biens dont tu ne cesses de nous combler et de ta bonté infinie en nous envoyant la Vierge Marie, Mère du Verbe pour qu’elle vienne nous ramener sur le bon chemin que Jésus-Christ ton Fils, nous a montré .Elle nous a demandé de nous convertir, de confesser ns péchés, et de prier sans hypocrisie. Cependant nous avons désobéi, durci notre cœur et cela a été la source de nos malheurs. Ainsi Seigneur notre Dieu, nous t’en supplions par Jésus-Christ,

Ton Fils, aie pitié de nous et pardonne-nous.

Seigneur aie pitié de nous (3fois en se frappant la poitrine)

Et toi notre Mère, la Viège Marie, Mère du Verbe, nous te rendons grâce pour avoir accompli la mission de Dieu, pour ta longanimité envers nous dans la souffrance en versant beaucoup de larmes quand tu voyais que nous refusions d’accueillir le message que tu nous apportais. Mais, á partir de ce moment, nous nous engageons á être des enfants fidèles en faisant tout ce le Seigneur nous dit, en suivant les conseils que tu as donnés ici á KIBEHO, et en fortifiant l’amour pour nous convertir en belles fleurs dont le parfum est agréable pour tous et partout.

Vierge Marie, Mère du Verbe, prie pour nous ! >>

Ainsi fait á KAMPALA, le 12 Mars 2010.

Pour le Sanctuaire Marial de VUHINGA,

Monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGA-MBOKA

INITIATEUR ;

Et

Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO

CO-INITIATRICE.

Monsieur Jean De Dieu KAKULE Kampala, le 12 mars 2010

BANGA-MBOKA NGONDOLE

En refuge á KAMPALA /UGANDA

P.O.BOX : 22168 KAMPALA

Tel. : +256 772006307

+256 772006308

E-mail : kakulejeandedieu@yahoo.fr

N° Réf. : JJD/SNDV/27/2010

Objet : Envoi Rapport sur le Sanctuaire Marial A Son Excellence Monseigneur

Notre-Dame de Sept Douleurs de PALUKU SIKULI

VUHINGA. Melchisédech,

Evêque de BUTEMBO-BENI

Province Ecclésiastique de

BUKAVU / R.D.CONGO.

Excellence Monseigneur,

Nous , Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO et Monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGA-MBOKA NGONDOLE en refuge á KAMPALA depuis 2008 , respectivement originaires des Territoires de LUBERO et BENI, confessant la foi catholique romaine , Initiateurs du Sanctuaire Marial Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA, avons l’insigne honneur de venir auprès de votre haute autorité ecclésiastique en vue de vous soumettre le Rapport ci-haut décrit .

La Sainte Famille de Nazareth logée dans le Sanctuaire de VUHINGA a droit d’être reconnue par votre autorité pastorale.

Nous condamnons avec la dernière énergie les drôles de qualifications d’ << ANTICHRIST>> dont nous sommes victimes, de <<KIHINDI>> dont est dépeinte la Vierge Marie par vos Prêtres et vos Religieux ainsi que votre sanction médiévale d’<< EXCOMMUNICATION>> dont sont frappés les membres de ma famille suite á l’érection d’un petit Sanctuaire Marial du village qui n’est qu’une confession de notre foi et expression de notre dévotion mariale. Quelques documents servant de témoignages pour certains faits sont en annexe au Rapport vous adressé.

Conscients des risques et périls que nous encourons en vous expédiant ce Rapport mais nous reconnaissant sous l’étendard de la Très Sainte Vierge Marie, Dame “Terrible plus qu’une armée rangée en bataille ”et espérant que notre requête pourra retenir votre attention pastorale, nous vous prions d’agréer, Excellence Monseigneur, l’expression de nos sentiments de consacration totale á Notre-Dame, Reine du ciel et de la terre.

Pour le Sanctuaire Marial de VUHINGA,

Monsieur Jean De Dieu KAKULE

BANGA-MBOKA NGONDOLE

Initiateur

Copie pour Information :

– Son Eminence le Cardinal de Kinshasa

– Révérend Père Général des Augustins de l’Assomption á Rome

– Archevêque Monseigneur de Bukavu

– Archevêque Monseigneur de Kampala

– Directeur du Haut Commissariat pour les Refugiés(HCR) de Kampala

– ASUMA et USUMA du Diocèse de Butembo-Beni

– Président de la Société Civile de Butembo

– Président de la Justice et Paix en Ville de Butembo

– Directeur de l’ANR Butembo

– Association des Laïcs du Diocèse de Butembo-Beni

– Commandant de la Police Nationale Congolaise (PNC) á Kyondo

– Chef de Groupement Masiki Vayana

– Chef de Localité Mbolu

– Chef du Village Vuhinga

– Représentant de la Famille KANYORORO

– Représentant de la Famille NGONDOLE.

Recours à Bukavu.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CENTRE PAVEL NORD-KIVU VUHINGA, le 18juin2010

PROVINCE DU NORD/KIVU

TERRITOIRE DE BENI

GROUPEMENT MASIKI-VAYANA

LOCALITE MBOLU

VILLAGE VUHINGA

N˚REF :JDD/C.P.N-K-E-K/036/10

Objet : Recours A Son Excellence Monseigneur

l’Archevêque de BUKAVU

B.P :3324BUKAVU.

Excellence Monseigneur l’Archevêque,

Par la présente, nous madame Pascaline KAVIRA KANYORORO et monsieur Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA NGONDOLE, fils de l’Eglise locale de BUTEMBO-BENI, venons supplier auprès de votre haute autorité ecclésiastique, notre libération spirituelle et réhabilitation dans nos droits. Veuillez trouver en annexe le Document retraçant notre actuelle condition depuis le 17avril2010, date de notre arrivée au Diocèse de BUTEMBO-BENI pour la question du Sanctuaire et notre insécurité.

En effet, en dépit de notre état de pécheurs, nous aimons la Très Sainte Vierge Marie et avions initié en son honneur un petit Sanctuaire dans notre Village natal VUHINGA.

Mais, hélas !la description, l’identité et les visées de ce Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA ont été délibérément falsifiées et diabolisées par les Prêtres Assomptionnistes de la Paroisse Cœur Immaculé de KYONDO, pourtant appelés à soutenir et à défendre la foi de chrétiens dans ses multiples expressions et manifestations.

Face à cette situation déroutante, l’Ordinaire de lieu de BUTEMBO-BENI, par son grand silence, donne libre passage à de multiples et dangereuses interprétations et bloque beaucoup d’initiatives à la base.

Assurés que notre requête pourrait rejoindre vos préoccupations pastorales, nous vous prions d’agréer, Excellence Monseigneur l’Archevêque, l’expression de notre humble soumission au Magistère de l’Eglise Catholique Romaine.

Pour le CENTRE PAVEL NORD-KIVU

Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA NGONDOLE

INITIATEUR.

Copie pour Information à :

– Son Eminence le Cardinal à KINSHASA ;

– Révérend Père Supérieur Général des Augustins de l’Assomption à ROME ;

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de KAMPALA/OUGANDA ;

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque de BUTEMBO-BENI ;

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque de GIKONGORO/RWANDA ;

– Inspecteur Divisionnaire de Détachement du Nord-Kivu à BUTEMBO ;

– Directeur de l’ANR en Ville de BUTEMBO ;

– Mr. Le Commandant de la Police Nationale Congolaise(PNC) à KYONDO ;

– Mr. Le Chef de Groupement MASIKI-VAYANA ;

– Mr. Le Chef de Localité MBOLU ;

– Mr. Le Chef du Village VUHINGA ;

– Aux Responsables des Familles KANYORORO et Jean De Dieu NGONDOLE.

DOCUMEMT DU RECOURS

Son Excellence Monseigneur l’Archevêque,

Après une longue persécution à petit feu au Diocèse de BUTEMBO-BENI (cfr Rapport vous adressé en copie le 12mars2010), nous recourons à votre sollicitude pastorale pour que la question du Sanctuaire marial Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA, soit trancher selon les compétences canoniques.

Au fait, qui sommes-nous ? Qui nous persécute au juste ? Enfin avec qui collaborons-nous ?

Nous sommes de simples de simples chrétiens, aimant beaucoup la Très Sainte Vierge Marie et LUI réservant une dévotion particulière. Toute fois, nous ne jouissons d’une formation suffisante en Mariologie. Cet avec joie que nous disons avec le feu Son Eminence le Cardinal Fréderic ETSOU (Homélie du 1er août 1994 au Stade Tata Raphael) : «…Ne doutons pas de Marie et de l’efficacité de son intersection. Ne nous laissons distraire ni égarer au sujet de la dévotion mariale. Ne nous gênons pas de porter des signes extérieurs ou de poser des gestes qui manifestent notre chrétienne… »

Par ailleurs, nous sommes très conscients de notre nature pécheresse et vous referons aux écrits des Services de l’Evêché de GIKONGORO/RWANDA(Les Apparitions de KIBEHO Pge 41) :«…Quand Dieu appelle quelque pour une mission particulière dans l’Histoire du Salut, Il le prend où il est, dans son milieu de vie, et Se sert de lui tel qu’il est avec son propre caractère et sa personnalité, avec ses qualités et ses défauts, ses capacités et ses limites. Comme le dit bien un adage latin : “Gratia non tollit natura, sed perficit eam’’ (=La grâce ne détruit pas la nature, mais l’élève). Nous n’échappons pas à cette règle. Nous restons pécheurs appelés à faire pénitence et à croître toujours davantage dans la foi et dans la sanctification personnelle…».

Avec beaucoup de regrets, nous tenons a vous informer que la méconnaissance volontaire du Sanctuaire de VUHINGA n’est pas seulement due a certaines erreurs de procédure pendant son érection mais aussi et surtout et cela sans aucune doute au fait que nous avions conçue et réaliser ce Projet a partir de KAMPALA/OUGANDA où nous sommes en refuge depuis 2008(cfr Lettre de l’autorité politico-administrative du Groupement MASIKI-VAYANA/Territoire de BENI, Lettre adressée au Chef de Chefferie de BASHU, le 02mai2009 mais que Monseigneur l’Evêque de BUTEMBO-BENI garde en copie !).

En plus nos multiples pèlerinages au Sanctuaire Marial de KIBEHO/RWANDA nous attirent beaucoup d’ennuis et d’insécurité au sein de notre Groupement et Eglise de BUTEMBO-BENI.

Sans rien exagérer, Son Excellence Monseigneur l’Archevêque cette situation nous met sous « CRACAN » au sein du Diocèse de BUTEMBO-BENI.

A quand “la construction d’une fraternité vraie et sans discrimination’’ ?? Nos frères nous jettent de pierres, nous injurient, nous humilient, nous privent toute assistance et nous menacent d’une mort cruelle avec de coups de machettes.

Rappelons quelques dates de triste mémoire :

1. Lundi, 31mai2010 : un groupe de jeunes de VUHINGA attentent a la vie physique de monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA vers 11h00’de la journée ;…

2. Samedi, 05juin2010 : monsieur Evariste nous menace par de propos injurieux, très dénigrants ; il est au service du Père Curé de la Paroisse de KYONDO, Père Symphorien pour anéantir et, au besoin détruire le Sanctuaire avec l’appui de bandits de la contrée pour enfin nous faire déguerpir ;

3. Mardi, 08juin2010 : monsieur BATEMBO Justin, Enseignant a l’E.P MBOLU, vers 19h30’, pendant que nous récitions le Rosaire, surpris en flagrant délis de vol par monsieur Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA s’apprête à hacher ce dernier avec une machette tout en proférant de propos très insupportables. Ce dernier était accompagné de : messieurs PALUKU KYEGHEKIRE, Mzee MUSANGA, KAMBALE Rigobert et un groupe des EX MAY-MAY qui avaient tué notre leader Monsieur Lambert KAMBALE MUHAYIRWA KAGHOVI, Chef de Groupement ISALE- KASONGWERE ;

4. Jeudi, 10juin2010 : monsieur WAVO, Préfet de l’Institut KASISI, accompagné du Représentant de ses Professeurs, monsieur KAVUKE nous arrivent a domicile vers 10h00’ et nous tient de propos menaçants pour nous défendre de parler de la Très Sainte Vierge Marie !…Il nous parlait suffisamment avec dédain ! Curieusement ce «brave »Préfet et ‘’le pauvre‘’ et le pauvre Jean de Dieu sont tous ressortissants de MULO chez les Pères Croisiers ! 

Mises à part toutes ces souffrances, nous sommes dépourvus de tout appui familial, matériel, moral et financier. Nous n’avons ni argent ni arme pour notre défense ! Seule la Très Sainte Vierge Marie, par sa sollicitude maternelle habituelle pour les abandonnés, veille sur nous dans notre Village de VUHINGA.

Peut-être, sommes-nous comme la brebis égarée dont parle l’Evangile ?

Pourquoi, nous constituons un souci de moins pour notre Evêque, Pasteur Zélé pour les 99brebis ? Pourquoi, nous enferme-t-il dans un passé sombre de notre vie jusqu’à tourner en dérision notre Sanctuaire ? Que Monseigneur l’Evêque de BUTEMBO-BENI laisse la Très Sainte Vierge Marie ensoleiller nos vies ! En quoi ce Sanctuaire marial basculerait-il son autorité ecclésiale alors qu’il ne veut pas entendre parler de nous et pas nous faire de reproches pour notre amendement. C’est en ce sens que nous ne nous réservons pas de dire qu’il nous persécute.

Avec qui collaborons-nous ?

Au Diocèse de BUTEMBO-BENI, nous avons eu à collaborer très étroitement avec le Conseil Presbytéral de l’Evêque par le truchement de Monsieur l’Abbé Marie Léonce BAMBISA, Curé de la Paroisse Saint KIZITO de VULEMA. Pour tous les services spirituels, matériels et financiers qu’il nous a rendus, nous le reconnaissons à juste titre comme notre grand bienfaiteur en dépit de difficultés du moment qui nous opposent.

A qui devons-nous ce que nous sommes ?

1. Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO.

Je tiens à remercier mon grand frère, le Révérend Père Jean Chrysostome KANYORORO HANGI, Prêtre Assomptionniste, Recteur au Scolasticat Saint Augustin a BULENGERA (Diocèse BUTEMBO-BENI) et Premier Provinciale Africain. Il est l’aîné de notre famille composée de 10enfants dont 5femmes et 5hommes. Je suis le 2em enfant de notre famille. Pour tout l’appui matériel et financier dont j’avais été bénéficiaire de sa part, je lui reste très reconnaissante. De ce fait, il contribué à tout ce que j’ai pu réaliser dans ma vie dont le Sanctuaire marial de VUHINGA. De façon directe, c’est une œuvre à dimension spirituelle qu’il est appelé à soutenir et défendre ! Pourquoi me tourne-t-il le dos ??

En outre, la Révérende Sœur Donatienne, des Sœurs Oblates de l’Assomption (aujourd’hui à GOMA) demeure ma bienfaitrice même si elle rebutée par les drôles condamnations m’engouffrent !

Je ne peux pas taire le nom de mon vieux papa Vincent KANYORORO NGOKO, légionnaire, qui m’avait enseigné dès les bas âges le Saint Rosaire en famille !

L’œuvre de Petites Sœurs de la Présentation de Marie au Temple(PSP) reste d’un prix inestimable dans ma vie intégrale.

2. Monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA NONDOLE

Mes remerciements vont tout droit a Monsieur l’Abbé Vedastus KAMBALE KAGHENI, Curé de la Paroisse Université Catholique de Graben(UCG) et Président du MIEC (Mouvement International des Etudiants Catholiques) et de Justice et Paix en Ville de BUTEMBO.

En célébrant mon mariage avec ma chère Epouse Denise KAVUGHO MUSUVIRWA, originaire de la Paroisse LUKANGA, Monsieur l’Abbé Vedastus accompagné de Monsieur l’Abbé KALEKERWA et de 2Diacres Assomptionnistes, Frères KISANGANI et Désire, aujourd’hui ordonnés Prêtres, nous avait recommandés a la TRES SAINTE VIERGE MARIE.

Je ne peux pas oublier le couple LWANZO, parrain de mariage et Charismatique très engagé dans la Paroisse MUKUNA. Puis l’appui moral dont il m’entoure, je leur reste très reconnaissant.

Mes beaux parents à LUKANGA ne sont pas à oublier pour leur engagement imitable dans la Paroisse de LUKANGA…

Je remercie aussi mon vieux papa du nom de Gilbert MUHIANA SYAWIVUKA qui a passé 40jours avec nous au Sanctuaire BIKIRA MARIA KIWAMIREMBE à KAMPALA avant que la Sainte Famille soit établie dans mon Village natal de VUHINGA et dans sa propre parcelle. Je lui reste très reconnaissant ainsi que mon grand frère Kennedy KAMBALE NGONDOLE qui a fait traverser la Sainte Famille de NAZARETH jusqu’à VUHINGA dans son Sanctuaire qu’il a lui-même avec certains hommes de bonne volonté…

Nous concluons notre requête soumise à votre autorité ecclésiale en regrettant le fait que la majorité de Prêtres du Diocèse de BUTEMBO-BENI s’enlise dans l’hypocrisie. Ils posent beaucoup d’actes ignobles à l’insu de l’Evêque et refusent malicieusement de lui apporter secours quand une question devient épineuse.

Le cas concret est celui du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA. Ils se contentent de rapporter à l’Evêque des informations tronquées et teintes de subjectivité. Ce qui bloque l’Ordinaire du lieu de BUTEMBO-BENI de prendre de décisions opportunes.

Quant à ce qui nous concerne, nous comptons beaucoup sur votre sollicitude pastorale pour notre libération et réhabilitation en tant que fils de votre Archidiocèse.

Loin de constituer une contestation au Magistère de l’Eglise Catholique Romaine, le Sanctuaire Marial de VUHINGA se voudrait un lieu de prières , de conversions, de réparation de péchés, de réconciliation et de rendez-vous pour les chercheurs de Dieu et constructeurs des Ponts de Paix, de l’ amitié et de la fraternité.

Ainsi fait à VUHINGA,

Le 18juin2010

Pour le CENTRE PAVEL NORD-KIVU

Mr. Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA NGONDOLE

INITIATEUR

Derniere Lettre adressee a Mgr.l’Archeveque de Bukavu.

Mr. Jean De Dieu KAKULE BANGA-MBOKA                      KAMPALA, le 22Août2010

Aux Soins et en Refuge á KAMPALA

P.O.BOX:22168 KAMPALA/OUGANDA.

Tel: +243 994009400

       +256 777921313

E-mail:kakulejeandedieu@yahoo.fr

  No Ref.: JDD/E-MRM/038/10

Objet: Cri de détresse :                                       A Son Excellence Monseigneur MAROY

Notre Sanctuaire marial                                         François Xavier

        Détruit puis incendié au Archevêque de BUKAVU/RDC                      

Diocèse de Butembo-Beni                                      B.P : 3324 BUKAVU.

Vendredi 30/07/2010.

                                                                            Son Excellence Monseigneur,

                                                                            Profonde est notre détresse !

C’est un S.O.S de ‘‘De Profundis ’’que nous lançons á votre haute autorité ecclésiastique nous vos 2 enfants du Diocèse de BUTEMBO-BENI dans le souci de vous exposer la cause de notre consternation ci-haut émergée. En date du 18/06/2010, nous venions de vous soumettre notre recours sur la question de la non reconnaissance et surtout de la diabolisation de notre Sanctuaire marial á caractère familial pour de raisons que notre Ordinaire du lieu n’a jamais voulu nous communiquer jusqu’à ce jour.

Par le truchement de ses Prêtres et Animateurs, le message d’intoxication de chrétienne face á notre Sanctuaire était communiqué et cela depuis presque toute une année.

                                                                          Durant toute cette période, ce Sanctuaire était resté objet de raillerie, de sabotage, de méfiance ; il était la risée de Prêtres, Religieux et chrétiens ou non du Diocèse de BUTEMBO-BENI. Dans ce climat , le Curé de la Paroisse Cœur Immaculé de KYONDO, le Père Symphorien , Prêtre assomptionniste , entretenait une haine farouche á l’égard de ce Sanctuaire qu’il avait visité une fois non pour aller prier mais pour s’étonner , s’indigner devant la beauté , l’esthétique et la valeur précieuse de ce Sanctuaire avec de très belles Statuts de la Sainte Famille de Nazareth , de Maria Rosa Mystica , de différentes images de Saints dont celle de Padre PIO de PIETRILCINA, Sœur Faustina , Jésus Miséricordieux , de Martyrs de l’Ouganda,…avec de très beaux ornementsNe sachant plus retenir sa jalousie, devant cette œuvre initiée par de laïcs, ce Curé avait directement exprime son regret auprès de la fille gardienne répondant au nom de Noëlla (âgée de 23 ans )d’origine rwandaise , rescapée de la génocide de 1994 … Elle est gardée dans notre famille avec son petit frère .

C’est fut le début du calvaire de la Sainte Famille de Nazareth et de Saints logés dans ce Sanctuaire et notre martyr á petit feu sous l’œil vigilant du Curé qui avait déjà préparé parmi ces chrétiens de notre Secteur de KASISI des émissaires pour surveiller de plus près ce que nous faisons et surtout nos heures de prières pour prendre de dispositions de

nous capturer dans le Sanctuaire et nous y éliminer pour mettre fin á ce Projet marial de VUHINGA qui intègre en son sein des Rwandais , des Ougandais , et d’autres tribus de l’Est de la République Démocratique du Congo .( C/0 Audition du Chef de Poste A.N.R/KYONDO, en la personne de Mr. NYAVORO , mon ancien Professeur d’Anglais á l’Institut KALEMIRE de BENI .En date du 06/07/2010 , il nous avait convoqués dans son Office á KYONDO avec comme motif : Consultation . A 2 reprises il avait fait VUHINGA pour mener ces enquêtes dans le Sanctuaire marial où les chrétiens du Secteur KASISI nous avaient suffisamment  humiliés en sa présence tout en réclamant la destruction méchante du Sanctuaire ainsi que notre emprisonnement…C’était le Lundi 12/07/2010. Il reste témoin ainsi que son OPJ).

             Nous ne manquerons pas de vous préciser que ce Sanctuaire était construit á béton avec les dimensions ci-après : Longueur de 3,50m ; Largeur de 3m et Hauteur de 3,70m .Les Statuts mesuraient plus ou moins 80cm !

Sans trop entrer dans les détails, voici comment le Curé, Père Symphorien, avait mis fin au Projet marial de VUHINGA. C’était dans la matinée du Vendredi, 30/07/2010 á partir de 5h30’ alors que nous récitions notre Rosaire dans le Sanctuaire, ce dernier avait été l’objet d’attaque par lapidation par une foule innombrable de chrétiens catholiques du Secteur KASISI dans une inforie diabolique .Ils avaient utilisés de burrets, marteaux, haches, barres á mine, pilons, de l’essence qu’ils réservaient pour la circonstance…

           Quand la porte en grilles du Sanctuaire ayant été forcée par un de nos bourreaux, nous nous sommes retrouvés á l’extérieur, á la merci de ces chrétiens avides de notre sang .Ils nous ont affreusement suppliciés, frappés, humiliés, déshabillés ; nos organes sexuels ont été de façon impitoyable violentés puis torturés. Les Statuts et autres Objets sacrés ont été méchamment dépiécés puis mis au feu. En bref, nous avons été un spectacle comme á l’époque de Néron á Rome ! C’est plus qu’une profanation !

           Pour plus d’informations, nous vous prions, Son Excellence, Monseigneur, de contacter Mr. L’Abbé MATABISHI, Responsable du Centre Pastoral du Diocèse de BUTEMBO-BENI qui nous avait reçu ce Vendredi , 30/07/2010 vers 15h00 á l’Evêché en étant complètement déshumanisés où nous avions fait 3jours dans un état de santé très critique…Au lieu d’envisager pour nous une possibilité des soins médicaux ou soit une formation en Mariologie par exemple au Centre CANA de KIBEHO/RWANDA,… notre Evêque nous avait officiellement chassés de son Evêché , lundi , 02/08/2010 pendant que ses Prêtres et Religieux se régalaient á l’occasion de son12ème anniversaire d’Episcopat !

Il nous avait alors livré á l’A.N.R (Agence Nationale de Renseignement ou Services de Sécurité) en Ville de BUTEMBO où l’Ex Abbé Jean Bosco TSEDHA avait jugé très urgent d’abord de nous recommander aux soins mais hélas ! Sans aucune assistance financière ou matérielle (nous étions pieds nus, á haillons, très sales … !) et cela jusqu’à ce moment où nous vous lançons ce ‘‘De Profundis’’.

          Suite á la gravité de notre état, nous avons été transférés á KAMPALA où nous sommes internés dans un Hôpital á ENTEBBE depuis 10jours sans aucune aide et restons dans de conditions de vulnérabilité indescriptibles. Le comble en est que jusqu’à l’Hôpital, notre sécurité est manifestement menacée. Des bandits bien armés sont déjà dans KAMPALA pour notre recherche et sont arrivés dans l’habitation où logent nos parents ainsi que nos enfants. Ils ont enlevés mon épouse et sont parti avec nos pièces d’identité.

Ils confirment être envoyés par de Prêtres assomptionnistes YIRA-NANDE de BUTEMBO-BENI (selon les dires de mon épouse car l’un d’eux parlait notre langue maternelle et connait très bien notre adresse  á BUTEMBO…).

En somme, face á notre sécurité en danger dans notre lieu de refuge á KAMPALA et l’impossibilité de vivre en paix dans notre propre Diocèse de BUTEMBO-BENI, que la Communauté assomptionniste YIRA-NANDE se reconnaisse coupable et directement responsable du reste de notre vie . Je suis père de famille.

Quel sera l’avenir de mes enfants et de mes vieux parents ?

‘ Que notre Evêque, Mgr. PALUKU SIKULI  MELCHISEDECH se montre davantage Pasteur même pour les vulnérables ; qu’il se fasse plus aimé par ses brebis car il est suffisamment redouté par ceux-ci et même par ses Prêtres ’’(un ajout).

NB : Les caricatures que notre Evêque et ses Prêtres font de nous pour chercher á dissimuler leur forfait et leur macabre programme de vouloir nous tuer afin d’effacer le Projet marial de VUHINGA ne vont pas effacer la véracité de tristes événements ainsi que la gravité du drôle de profanation que le brave Curé , Père Symphorien vient de saluer dans sa réunion tenue en Secteur KASISI , Dimanche , 1er /08/2010 où il avait été surpris en pleine conférence par la présence de notre grand frère aîné et 4 autres amis secrets qui participaient á cette réunion . Il avait dit clairement qu’il était envoyé par notre Evêque et qu’il venait de larguer au niveau de toutes les frontières de l’Est de personnes de sécurité pour nous arrêter sur l’ordre de l’Evêque.

C’était dans cette conférence qu’il avait donné beaucoup d’instructions et stratégies de résistance á ses chrétiens de KASISI, nos bourreaux, dans le cas où une quelconque autorité pourrait les interpeller !(C/o Lettre de nos 2 grands frères aînés adressée á l’A.N.R/BUTEMBO, mercredi 04/08/2010 ayant comme Objet : Indignation /Kuunguzwa kwa Sanctuaire marial ya VUHINGA que notre Evêque garde en copie).

          Profondément désolés face á cette situation où notre Evêque, lors de notre refuge dans sa résidence, avait manifesté un refus obstiné de nous recevoir, de nous écouter et surtout de recevoir notre pardon, malgré votre recommandation téléphonique de mardi, 20/07/2010 á 18h50, le Père Symphorien ferait mieux de nous renvoyer pacifiquement á KAMPALA au lieu de nous faire supplicier et mettre au feu nos Statuts et autres choses sacrées !

                                                                    Conscients de notre état d’avoir échappé á une mort cruelle soigneusement planifiée par des ennemis de la fraternité interethnique, soubassement du Projet marial de VUHINGA, nous vous supplions d’agréer, Son Excellence Monseigneur l’Archevêque, l’expression de notre consacration totale et inconditionnelle á la Très Sainte Vierge Marie, Rosa MYSTICA.

1. Mr. Jean De Dieu KAKULE BANGA-BOKA

(Originaire du Territoire de BENI)

2. Mme. Pascaline KAVIRA KANYORORO

(Originaire du Territoire de LUBERO)

Copie pour information :

– Son Eminence le Cardinal de Kinshasa / R.D.C

– Révérend Père Supérieur Général des Augustins de l’Assomption á Rome/Italie

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Kampala/Ouganda

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Gikongoro/Rwanda

– Mr. L’Inspecteur Divisionnaire de Détachement de Butembo/Nord-Kivu

–  Mr. Le Président de la Société Civile en Ville de Butembo

– Mr. Le Directeur de l’A.N.R / Ville de Butembo

– Mr. Le Commandant de la Police Nationale Congolaise(P.N.C) á Kyondo

– Représentant de Famille Pascaline KANYORORO et Jean De Dieu BANGA-MBOKA.

Iettre adressée à la CENCO/Kinshasa

Mme Pascaline KAVIRA KANYORORO                          KAMPALA, le 23 septembre 2010

Aux Soins et en refuge á KAMPALA

P.O.BOX :22168KAMPALA/(UG)

Tel.:+256 777921313, +243 994009400

E.mail:pavelug@yahoo.com

№ Ref.: P.K.K/H-MRM/042/10

Objet: Transmission de nos                                         A Monsieur l’Abbé Léonard SANTEDI

        Différentes Correspondances.                             Secrétaire Général de la Conférence

                                                                                    Episcopale Nationale du Congo(CENCO)

                                                                                        B.P : 3258 KINSHASA-GOMBE.

                                                                                       Monsieur l’Abbé le Secrétaire Général,

                                                                                           Par la présente, nous, madame Pascaline KAVIRA KANYORORO  et monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA NGONDOLE  du Diocèse de BUTEMBO-BENI, avons l’insigne honneur de venir auprès de votre très haute autorité au sein de l’Eglise particulière  de la République Démocratique du Congo(RDC) dans le but de vous permettre de SAUVER ou mieux de RESTAURER l’image de la Très Sainte Vierge Marie profanée de façon scandaleuse lors de l’incinération du Sanctuaire Notre-Dame Des Sept Douleurs de VUHINGA dans la matinée du Vendredi, 30juillet 2010 dans la Paroisse de KYONDO.

Tout nous reconnaissant pécheurs, devant toute la cour Céleste, devant l’autorité du Magistère de l’Eglise catholique Romaine représenté par la Conférence Episcopale Nationale de la République Démocratique du Congo, nous refusons la peine de mort dont nous sommes menacés jusqu’à ce moment par le Diocèse de BUTEMBO-BENI.

           Sur ce, comme je vous le disais au téléphone, Samedi, 18Septembre 2010, nous vous supplions de soumettre les cas du Sanctuaire marial incinéré, nos personnes suppliciées et torturées au jugement du Tribunal ecclésial de la Conférence  Episcopale Nationale de notre Pays. Nous vous prions également de hâter la réparation de la profanation du sanctuaire marial de VUHINGA en faveur d’une Evangélisation en profondeur, d’une Dévotion mariale mûre, d’une Dévotion aux Saintes Âmes du Purgatoire à promouvoir; en bref, en faveur du Credo Catholique à vivre dans la 2ème phase de l’Evangélisation de notre Diocèse de BUTEMBO-BENI. Par votre médiation, Monsieur l’Abbé, nous attendons de la Conférence Épiscopale de notre Pays la réhabilitation dans nos droits civils et religieux, une Catéchèse appropriée pour les chrétiens de la Paroisse de KYONDO où le sacrilège á l’égard de la Très Sainte Vierge Marie a été commis sous l’autorisation du Prêtre Symphorien, Curé de la Paroisse. Le scandale est énorme; Mais notre Evêque ne veut pas du tout qu’on en parle et qu’on en fasse ressortir de témoignages soit par photographie soit par Caméra !…

Comme la Très Sainte Vierge Marie est Dame de l’Univers, Elle nous a facilité la prise de certaines images sur Caméra car la profanation de l’expression de son autorité maternelle divine ne peut pas du tout passer sous silence. C’est pourquoi nous avons jugé mieux de vous envoyer une de nos bandes VCD en vue de vous enquérir de notre triste situation « de laissés pour compte » 

           Enfin, nous nous recommandons á votre sollicitude pastorale car assurés de votre aide de prière et celle de Notre-Dame du Ciel pour la résolution de la problématique mariale à l’Est de la République Démocratique du Congo, principalement au Diocèse de BUTEMBO-BENI dans l’Archidiocèse de Bukavu.

           Veuillez agréer, Monsieur l’Abbé le Secrétaire Général, l’expression de notre humble soumission au Magistère de l’Eglise Catholique Romaine.

1. Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO

2. Monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA  NGONDOLE  

Copies pour information á :

– Révérend Père Supérieur Général des Augustins de l’Assomption á Rome/Italie

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu/RDC

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Kampala/Ouganda

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse e Butembo-Beni/RDC

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Gikongoro/Rwanda

– Révérende Sœur Marie-Bernard MBALULA (Justice et Paix)

– Monsieur l’Abbé Alfred LIBWA (Evangélisation)

– Monsieur l’Abbé Jacques-Marie NZIR (Doctrine de la Foi)

– Monsieur l’Inspecteur Divisionnaire de Détachement de Butembo/Nord-Kivu

– Monsieur le Directeur de l’ANR en Ville de Butembo

– Monsieur le Président de la Société Civile en Ville de Butembo

– Monsieur le Commandant de la Police Nationale congolaise(PNC) á Kyondo

– Aux Représentants de Familles Pascaline K. KANYORORO et Jean De Dieu K.BANGAMBOKA.

RECONSTRUCTION DU SANCTUAIRE MARIAL DE VUHINGA.

Monsieur John KAKULE BANGAMBOKA KAMPALA, le 04août2011

PAVEL CENTRE UGANDA

POBOX : 22168 KAMPALA

Tel. : +256 777 921 313, +256 753 592 226

E-mail :pavelug@yahoo.com

Réf. : JDD/PCU/024/2011

Objet : Reconstruction du Sanctuaire A Son Excellence Monseigneur

Marial de VUHINGA/KYONDO Melchisédech PALUKU SIKULI

Au Diocèse de BUTEMBO-BENI. Evêque de BUTEMBO-BENI

BP:63BUTEMBO/R.D.CONGO

Son Excellence Monseigneur,

« Dieu se sert de plus petits pour accomplir les plus grandes choses »

Nous, vos chrétiens en exil forcé en Ville de KAMPALA, avons l’insigne honneur de venir auprès votre très haute personnalité ecclésiastique en vue de vous soumettre notre requête ci-haut émargée.

Dès les origines, Dieu fait preuve d’une prédilection scandaleuse pour les petits.

Au mépris du droit d’aînesse, ce sont les cadets qu’il choisi pour accomplir ses grands desseins : Abel, Jacob, Joseph plus tard David. De faibles femmes pour triompher des ennemis les plus redoutables : Deborah, Judith et plus tard la TRES SAINTE VIERGE MARIE, NOTRE ETOILE. Telle est sa manière, sa pédagogie. Nous ne le ferons pas changer. C’est à nous d’entrer dans ses voies.

Saint Paul nous révèle cette loi de l’action de Dieu dans l’Histoire du Salut :

– Ce qu’il ya de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre le sages ;

– Ce qu’il ya de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisie pour confondre la force ;

– Ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l’on méprise, voilà ce que Dieu a choisi…

Le Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleur de VUHINGA rentre dans cette pédagogie Divine que le malin voudrait sceller d’un cachet spécial d’incompréhension presque généralisée au sein de votre Juridiction.

Au delà de cette incompréhension diabolique, entretenue par ceux-là même qui se réclament de MARIE, se pointe à l’horizon la Miséricorde Divine, Mystère inconcevable qui exige conversion et pénitence au travers de la reconstruction du Sanctuaire de la Mère du Ciel, délibérément outragée par vos chrétiens. Ce Sanctuaire sera érigé au même endroit où ELLE(MARIE) avait été suppliciée et incinérée par vos chrétiens soutenus dans cette profanation par le Révérend Père Symphorien, Curé alors de la Paroisse de KYONDO à l’époque.

Par cette charge, il est directement votre représentant dans la gestion quotidienne de la Paroisse sous ses multiples dimensions. Comme garant de la foi et protecteur des choses saintes, qu’avait-il fait pour protéger le Sanctuaire et nous, Initiateurs qui sommes brebis de votre pâturage ??????? De qui hérite –t-il son sacerdoce ??????? N’est ce pas de Jésus, Fils de Marie ?????? Est-il conscient d’avoir engagé un problème avec la Cour Céleste ??????? Reconnait-il avoir gâché, détruit le culte marial dans son essence dans les Communautés Ecclésiales Vivantes(C.E.V)) de votre Diocèse de BUTEMBO-BENI ??????? Son statut sacerdotal dans l’Assomption en Afrique et dans le monde lui épargnera-t-il le jugement divin et la colère de Notre-Dame Céleste ??????? Quelles erreurs, quels péchés son autorité pastoral nous avait-elle reproché à propos de ce Sanctuaire ??????? Son silence, sa méfiance et son mensonge s’avèrent énigmatiques et continuent à obstruer le libre passage de la Dame du Ciel dans votre Diocèse de BUTEMBO-BENI.

Sachant que la réparation de la profanation du Sanctuaire de VUHINGA, vous incombe, nous vous prions, Son Excellence, de libérer la dévotion mariale ainsi que celles des Saintes Ames du Purgatoire dans votre Diocèse de BUTEMBO-BEN. Le Sanctuaire marial de VUHINGA n’est pas un sujet de compétition ni une contestation de votre autorité épiscopale !! Réhabiliter la Sainte Vierge Marie incinérée à VUHINGA, c’est vous réhabiliter vous-même dans l’exercice de votre charge pastorale.

La peur, l’orgueil, la méfiance, la médisance, la calomnie…ne construisent rien, car dit l’Apôtre Paul au Romains : « L’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur…» L’Esprit de Jésus ne fait pas de vos chrétiens ‘’des tortues reversées’’.

Reconnaissant l’autorité du Magistère de l’Eglise Catholique Romaine que vous représentez et nous recommandant aux intercessions de la Très Sainte Vierge Marie, de Vénérables et Saints : Cardinal Fréderic ETSOU, Mgr Aloyse NGOBYA, Laurence MBWEGA, Sœur AMEDEO, Isidore BAKANJA, ANUARITE Marie-Clémentine, Joséphine BAKHITA, Martyrs de l’Ouganda, Jildo IRWA, Daudi OKELO, Bernard, Jean Marie Baptiste Vianney, Philomène, Antoine de Padoue, Padre PIO, Pape Jean Paul II, Mgr Daniel COMBONI, Chiara LUCE BADANO, Thérèse de Lisieux, Bernadette de Soubirous, Thérèse de CALUCTA, Maximilien KOLBE, Expédit, Jean d’Arc…nous venons sous cette présente, vous signifier que la Reconstruction du Sanctuaire marial incinéré vendredi, 30juillet2010 à VUHINGA que les travaux qui seront réalisés par de volontaires dévots de la Très Sainte Vierge Marie de VUHINGA débutent au mois de septembre2011. Ce mois est préférentiel car y sont célébré les grandes Fêtes ci-après : la Croix Glorieuse, Notre-Dame des Douleurs, la Nativité de la Très Sainte Vierge Marie, les Archanges…

Enfin, nous terminons en reprenant que le Sanctuaire marial de VUHINGA ne résulte pas du hasard. C’est une Œuvre appartenant exclusivement à Notre-Dame.

Par ce fait, ce Sanctuaire demeure et demeurera notre ultime expression de foi, de notre pratique. C’est un lieu de rendez-vous privilégié pour des hommes et des femmes bâtisseurs de paix et épris de la cohabitation pacifique interethnique.

Notre retour au Diocèse de BUTEMBO-BENI et partant dans notre Pays doit faire partie de vos de vos préoccupations pastorales le plus vite possible.

Nous vous prions d’agréer, Son Excellence Monseigneur, l’expression de notre consacration totale à la Très Sainte Vierge Marie, Reine du Ciel et de la Terre.

Pour le CENTRE PAVEL NORD-KIVU et PAVEL CENTRE UGANDA,

Monsieur John KAKULE BANGAMBOKA

DIRECTEUR

Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO

Secrétaire et Animatrice Psychopédagogique du

CENTRE PAVEL NOD-KIVU et PAVEL CENTRE UGANDA.

Copie pour Information à :

-Sanctuaire d’Ars à Ars Sur-Formans-Lyon/France ;

– Son Eminence le Cardinal à KINSHASA ;

– Révérend Père Supérieur Général des Augustins de l’Assomption à ROME ;

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de BUKAVU à BUKAVU ;

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de KAMPALA/OUGANDA ;

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque de GIKONGORO/RWANDA ;

– Monsieur le Procureur de la République en Territoire BENI ;

– Inspecteur Divisionnaire de Détachement du Nord-Kivu à BUTEMBO ;

– Monsieur le Directeur de l’ANR en Ville de BUTEMBO ;

– Monsieur le Président de la Société Civile en Ville de BUTEMBO ;

– Monsieur le Commandant de la Police Nationale Congolaise(PNC) à KYONDO ;

– Monsieur le Chef de Collectivité de BASHU à BUTUNGERA ;

– Monsieur le Chef de Groupement MASIKI-VAYANA ;

– Monsieur le Chef de Localité MBOLU à MBOLU;

– Monsieur LUKWA LUHIMBO, Capita du Village VUHINGA ;

– Aux Responsables des Familles KANYORORO et Jean De Dieu NGONDOLE.

DOSSIER DU VATICAN POUR LE SAINT PERE BENOIT XVI

Mr Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA               Kampala, le 19 mars 2012

En exil forcé et aux soins médicaux à

KAMPALA/ UGANDA (East AFRICA)

P.O.BOX: 22168 KAMPALA

Tél. +256 755 868 771

E-mail : kakulejeandedieu@yahoo.fr

Réf: JDD/P.C.U-E.K/018/12

Objet:   Plainte en charge de                          A Son Eminence le Cardinal

    L’Evêque de   BUTEMBO-BENI              Monseigneur FERNANDO FILONI

(Est de la R.D.Congo)                                       Préfet de la Congrégation pour

L’Evangélisation des Peuples

   00120 CITE DU VATICAN/

ROME /Italie.

Son Eminence le Cardinal,

Par la présente, nous , madame Pascaline KAVIRA KANYORORO et monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA, respectivement fils du Diocèse de BUTEMBO-BENI en exil forcé en Ouganda laçons un cri de “De Profundis” à la Curie Romaine où vous assumez une lourde charge au sein de la Congrégation de l’Evangélisation  pour les Peuples pour vous supplier de dépêcher dans notre Diocèse des Avocats Canonistes neutres pour venir trancher la problématique mariale à propos du Sanctuaire marial incinéré à VUHINGA sur l’ordre de Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI, Evêque du Diocèse d de BUTEMBO-BENI.

A tous les échelons, l’Eglise particulière de la R. D. Congo est informée, par écrit, de l’étrange profanation de la Très Sainte Vierge Marie et de notre dur calvaire au Diocèse de BUTEMBO-BENI.

Monseigneur PALUKU SIKULI Melchisédech, par ses injures, ses propos malsains en l’endroit du Sanctuaire marial de VUHINGA, a détruit complètement le culte marial dans toute sa Juridiction. Ses chrétiens ne savent plus, qui est la Vraie Sainte Vierge Marie et qui est la Fausse. Il a profondément caricaturé la sainte identité de la Sainte Mère de Jésus de Nazareth.

Il nous a condamnés à mort, nous pauvres, initiateurs laïcs du dit Sanctuaire.

Il nous a privés de la libre confession de notre foi catholique et de la  libre vénération de la Très Sainte Vierge Marie et de Saintes Ames du Purgatoire dans le Diocèse lui confié à BUTEMBO-BENI.

De Profondeurs des abîmes où nous gémissons, nous vous demandons, Son Eminence le Cardinal, de venir délier les chaines dont Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI nous lie les pieds et les mains et de venir nous ôter les tuniques de condamnés à mort dont il nous couvre.

Il a engagé depuis 2 ans de bourreaux sur notre route pour nous tuer. Plus d’une fois nous avons connu la prison avec tous les risques de nous y éliminer. Nous avons connu des enlèvements planifiés par lui-même. Qu’avons-nous fait pour être condamnés à mort ???

Humblement, nous nous jetons sous vos pieds pour implorer la Miséricorde de Dieu.               

Vos fils en détresse,

Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA  et

Pascaline KAVIRA KANYORORO

Mr Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA                 Kampala, le 19 mars 2012                                                         

En exil forcé et aux soins médicaux à

KAMPALA/ UGANDA (East AFRICA)

P.O.BOX: 22168 KAMPALA

Tél. +256 755 868 771

E-mail : kakulejeandedieu@yahoo.fr

Réf: JDD/P.C.U-E.K/018/12

Objet:   Plainte en charge de                        A Son Eminence le Cardinal

    L’Evêque de BUTEMBO-BENI       Monseigneur FERNANDO FILONI

(Est de la R.D.Congo)                                       Préfet de la Congrégation pour

  L’Evangélisation des Peuples à

ROME/ITALIE,

00120 CITE DU VATICAN

Son Eminence le Cardinal,

«  L’Eglise a besoin des laïcs pour que sa mission soit complète! » (Sa Sainteté le Pape BENOIT 16, le 26, février, 2007).

De profondeurs des abîmes où nous sommes détenus depuis trois ans  par l’Evêque du Diocèse de BUTEMBO-BENI, en l’auguste personne de Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI, nous laçons un cri d’appel, confiants en la Miséricorde de Dieu, à votre très haute autorité au sein de la Curie Romaine, pour que vous puissiez procéder à notre libération car nos bourreaux sont prêts à nous ôter la vie dans le lieu de notre exil forcé avant de vous relater les faits dans leurs véracité.

Nous savons très bien qu’après notre mort, il y aura beaucoup de distorsions et de mensonges dans l’histoire du Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA incinéré sous l’ordre de l’Evêque anti-marial Melchisédech PALUKU SIKULI.

Il est temps que la Curie Romaine puisse disposer de faits documents et témoignages originaux à partir de nous, initiateurs persécutés dudit Sanctuaire marial en exil forcé en Ouganda.

Au fait, de quoi s’agit-il dans notre situation? Comme laïcs, dévots de  la Très Sainte Vierge MARIE et de Saintes Ames du purgatoire, nous avions initié à l’honneur de la Très Sainte Vierge MARIE un Sanctuaire marial à dimension familiale  où nous avions commencé à réciter le Saint ROSAIRE.

Très tôt, ce Sanctuaire était devenu un lieu de pèlerinage d’une grande renommée au Diocèse de BUTEMBO-BENI. Ce qui n’avait pas du tout réjoui notre Curé, le Révérend Père SYMPHORIEN et curieusement notre Evêque. C’est ainsi que le 30juillet2010, l’Evêque ordonnera au Curé, Prêtre assomptionniste, d’incinérer notre Sanctuaire par de chrétiens catholiques, d’une beauté exceptionnelle dans le Diocèse de BUTEMBO-BENI et de nous faire supplicier et torturer.

Notre dur calvaire durant le moment de l’incinération du Sanctuaire  et d’autres précieux Articles de dévotion ne s’écartait pas de persécutions à l’époque de Néron à Rome au tout début de l’Eglise  catholique.

Plus près de nous et là où nous restons couverts de leur sang, nos frères africains martyrs de l’UGANDA  à  NAMUGONGO, lieu de leur supplice et incinération de leurs corps, nous nous y ressourçons mensuellement pour implorer leur réconfort  spirituel.

En ces moments où l’Evêque, par la haine et surtout son esprit sanguinaire, nous soumet à une vie de cueillette, privés de toute assistance matérielle dans un pays qui n’est pas le notre, le Sanctuaire d’Ars où nous sommes abonnés sous le N° 112987, nous accompagne par de prières.

Aux Sanctuaires de KIBEHO, de FATIMA, de LOURDES et chez Padre PIO de PETRIELCINA, nous bénéficions des aides de prières.

Devant la Curie Romaine, nous accusons l’Evêque de BUTEMBO-BENI, pour les actes ignobles qu’il perpète à notre endroit et que nous synthétisons, à ces quelques points:

1.      l’Evêque de BUTEMBO-BENI, avait fait incinérer sous son ordre. Notre Sanctuaire marial, conçu comme une initiative de nous laïcs, dans le but de contribuer à la vulgarisation d’une dévotion mariale mûre. Ce Sanctuaire était pour nous un Credo pratique et un lieu de rendez-vous pour les bâtisseurs de ponts de l’unité et de la cohabitation pacifique, dans cette contrée de l’Est de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO embrasée par des conflits fratricides.

2.     l’Evêque nous avait fait supplicier à ses servants de chrétiens de notre secteur liturgique de KASISI comme nos bourreaux. De jeunes, des enfants, mamans avaient participé à notre martyre et scandaient de chants populaires pour magnifier la bravoure de l’Evêque et du Curé.

3.      l’Evêque avait dépêché dans notre lieu de refuge des hommes bien armés depuis presque deux ans, pour nous faire éliminer. Ils sont à notre recherche jours et nuits. Ce qui nous rend nomade dans le pays de l’UGANDA. Ce rythme de vie nomade fatigue mes vieux parents et mes enfants sont sans écoles. Voilà ce qui plait à l’Evêque sadique de BUTEMBO-BENI!

4. l’Evêque a détruit complètement nos liens sanguins en rendant nos propres frères comme nos bourreaux. Citons le cas de nos cinq frères qui sont mandatés par l’Evêque et le Curé de notre Paroisse, pour nous tuer et par le fait camoufler son engagement direct en tant qu’Ordinaire du lieu dans le sacrilège fait à la Vierge MARIE à VUHINGA.

Il a détruit nos doits de citoyenneté en nous condamnant à une vie d’exil. Nous sommes  privés de nos droits en tant que citoyens congolais!

En menant cette de vie de cueillette, il est très difficile de vivre régulièrement nos sacrements car n’ayant pas une Paroisse qui puisse nous identifier en UGANDA. Dans ces conditions, notre destinée céleste serait hypothétique, si nous n’avions pas vite découvert les secrets de la Miséricorde de Dieu au travers de notre dévotion en JESUS miséricordieux, révélé à la Sœur FAUSTINA KO.

      Le Bienheureux JEAN PAUL II, reconnu comme Apôtre de la Miséricorde, disait bien souvent que c’est la Miséricorde de Dieu qui permettra à l’homme de retrouver sa dignité d’enfant de Dieu. Où est la place de la Miséricorde de Dieu dans la pastorale de Monseigneur PALUKU SIKULI Melchisédech???

Que veut-il faire du Diocèse de BUTEMBO-BENI, lui confié le 02 août 1998 en nous référant aux principes de la nouvelle évangélisation, selon l’esprit de Sainte THERESE de Lisieux qui consiste à vivre JESUS soi-même  pour rendre l’autre heureux??? Au lieu de nous ouvrir la porte de la Miséricorde de Dieu, notre Evêque nous avait ouvert grandement la porte de la tombe. C’était successivement le 30 juillet 2010; le 02 août 2010 ; le 05 août 2010 ; et le 22, avril, 2011 jusqu’à ce jour!

5.      l’Evêque de BUTEMBO-BENI, est un criminel déjà bien connu par ses brebis.

Pour être en sécurité dans sa juridiction, il faut le défendre dans bévues!

A ce niveau, il a un service secret des criminels parmi les quels de Prêtres et autres Agents Pastoraux! Sans oublier de MAY-MAY de sa parentée directes, ses amis de la même Milice MAY-MAY… Epinglons sa collaboration étroite avec ROGER, un rebelle MAY-MAY très redouté qui avait enlevé deux frères d’une jeune fondation à LUKANGA, accompagné des deux Abbés, Mr l’Abbé MATUMO et Mr l’Abbé NGONGI Robert actuellement en mission dans le Diocèse de NOTO/ROME-ITALIE.

Les noms des frères sont: Frère KASEREKA MUHINDO JOSEPH et frère PALUKU KATSUVA SYLVAIN, membres de la Communauté de Béthanie initiée par le Révérend  Frère GIANNI NOVELLO, de nationalité italienne;

6.      l’Evêque de BUTEMBO-BENI poussé par son esprit anti-marial, son orgueil, sa haine, a fait détruire jusque dans la fondation le deuxième Sanctuaire marial qui était au niveau du Linton  en utilisant un chef incivique de groupement  de MASIKI VAYANA, Monsieur KAKUSI SYAHIMBULWA et les chrétiens du village VUHINGA.

Notons que par ces tristes faits de profanation répétée, le fondement, l’essence même de la dévotion mariale, est manifestement  en péril dans la Juridiction de Monseigneur  PALUKU SIKULI Melchisédech.

La morale des enfants dans la Paroisse de KYONDO est profondément détruite. Or, c’est sur cette jeunesse que devrait se fonder l’Eglise catholique locale de demain! Que faire? Que dire? L‘œuvre des Missionnaires Européens avait été brusquement interrompue auprès des indigènes! Il reviendra à la Curie Romaine de procéder aux analyses en se référant surtout aux Actes du colloque HISTOIRE DE L’EVANGELISATION DU DIOCESE DE BUTEMBO-BENI, surtout à la page où l’Evêque décrit lui-même l’âge de la foi de ses chrétiens!

Il précise que ses chrétiens sont comme de tortues renversées! Il profite de cette foi faible de ses chrétiens pour les utiliser dans n’importe quelle besogne. C’est bien dommage!

7.      nous dénonçons le cachot secret qu’il entretient dans sa résidence. C’est dans ce lieu pénitentiaire secret que deux frères avaient passé quatorze jours(14) dans des conditions inhumaines. C’est à l’issue de ce cachot qu’un de ces deux frères était tombé fou.  Il souffre de ces troubles mentaux jusqu’à nos jours et restent avec nous à KAMPALA, car lui aussi recherché pour être tué.

8.      l’Evêque avait fait tué en date du 23 avril 2002 à quelques mètres de l’Evêché, son Prêtre, du nom de Monsieur l’Abbé ROMAIN, en peine sorti Docteur  en ECONOMIE BANCAIRE   à l’UNIVERSITE DE SIENNE en ITALIE à cause de son franc-parler. Le mémorandum de ses Prêtres en parle! Notons que les bourreaux qui sont à son service n’épargnent personne.

Raison pour laquelle, les fuyants, nous sommes devenus nomades en attendant impatiemment l’innervation de la Curie Romaine par votre médiation.

9.      Eu égard à ce qui précède, l’Evêque étouffe l’éclosion d’une foi authentique dans son Diocèse. Il préfère entretenir ses chrétiens et ses Prêtres dans une foi de foule!

L’afflux de vocations à la vie sacerdotale et religieuse ne traduit pas un âge mûr dans leur confession du Credo! Parmi de milliers de consacrées, seule une Religieuse de droit diocésain, du nom de Sœur Julienne KAVIRA TAWITEMWIRA, ressortissant de l’Université PONTIFICALE SALESIENNE de l’Italie, avait eu le courage d’aller sauver la nouvelle statue de la vierge MARIE et autres articles de dévotion qui devraient pour la deuxième fois périr à VUHINGA, pendant la deuxième destruction méchante du Sanctuaire.

Pour avoir parlé ouvertement à l’Evêque à propos de la profanation du Sanctuaire marial de VUHINGA, cette brave religieuse, Docteur en Psychologie et Recteur aux Facultés Africaines BAKHITA de BUTEMBO, est à refuge à Kampala, pour fuir l’épée de Monseigneur  PALUKU SIKUI Melchisédech en date du 02 janvier 2012.

Par ailleurs, ajoutons d’autres graves violentions à notre égard:

–       Nous condamnant à une vie d’exil forcé, l’Evêque nous a réduit à une vie de cueillette qui est une grave atteinte à notre dignité humaine;

–        Vivant en exilés, il nous prive de nos droits inaliénable de citoyenneté ;

–       Menant une vie de cueillette sur le sol ougandais, l’Evêque nous prive de nos droits et obligations en tant que chrétiens catholiques: sous ce rythme misérables de vie, nous n’avons plus une Paroisse qui nous identifie; nous ne vivons plus nos sacrements;

–       En détruisant complètement notre identité chrétienne en tant que Pasteur, Garant de la foi et Protecteur(Défenseur) de choses saintes, il a détruit nos relations sociales, familiales et professionnelles,

–       Au niveau de Communautés Ecclésiales Vivantes(C.E.V) reconnues aujourd’hui comme lieu privilégié d’approfondissement de la vie chrétienne, il a rendu perplexes les chrétiens de son Diocèse dans leur dévotion à l’égard de la Très Sainte Vierge Marie et de Saints. Citons le cas de la dévotion à Sainte Philomène même remise en question dans sons Diocèse !

Il a détruit la dévotion mariale dans son essence !

En guise de conclusion, nous présentons humblement à la Curie Romaine nos doléances dans l’unique souci de vous demander de SAUVER ou mieux de RESTAURER l’image de la Très Sainte Vierge Marie profanée de façon scandaleuse car délibérée au Diocèse de BUTEMBO-BENI dans la Paroisse de KYONDO, desservie par de Prêtres assomptionnistes autochtones (YIRA NANDE).

1ère Doléance:

Nous, Initiateurs persécutés du Sanctuaire marial de VUHINGA demandons au Saint Siège de dépêcher des Enquêteurs neutres au Diocèse de BUTEMBO-BENI pour qu’ils fassent l’étant des lieux du Sanctuaire Marial incinéré dans le village VUHINGA en Secteur KASISI dans la Paroisse de KYONDO; A l’occasion, ils pourront écouter de Prêtres et de Chrétiens et cela de façon discrète et méthodique car nos Chrétiens sont très très peureux.

Notons que notre confiance totale en la Très Sainte Vierge Marie nous a rendus libres vis- a- vis de la terreur que l’Evêque sème autour de lui dans toute sa Juridiction.

Sous l’étendard de Mère de Jésus, nous n’avons pas peur  de dénoncer des actes contre témoignage que pose notre Evêque en faisant discréditer sa charge d’Evêque ou mieux de Pasteur! Ce sera aussi le moment propice d’écouter des Agents Pastoraux qui avaient rédigé le Mémorandum du mois de mai 2011 mais ne portant pas de noms de concepteurs et rédacteurs car crayant l’épée avec laquelle l’Evêque est entrain de les paître!

Vous réaliserez très vite que ce Mémorandum n’est qu’une présentation synthétique du Diocèse de BUTEMBO-BENI qu’il précipite aux enfers. Les Prêtres comme les Chrétiens ne font qu’endurer des agissements païens de leur Evêque! Ils patientent seulement l’intervention du Saint Siege qui lui avaient octroyé cette charge qui l’enfolle en l’écartant de sa vraie mission de Pasteur.

2ème Doléance:

Nous demandons à la Curie Romaine de procéder à notre jugement devant un Tribunal d’Eglise dans un Diocèse neutre en dehors de l’Eglise particulière de la République Démocratique du Congo dont toute la Hiérarchie est en procession de nos différentes plaintes mais sans aucune solution.

Son Eminence le Cardinal, nous sommes prêts, sans orgueil ni opiniâtreté, a dire UNIQUEMENT devant la Curie Romaine les raisons profondes de notre confession de foi très pratique, très concrète à travers l’érection d’un Sanctuaire marial dans notre village natal appelé VUHINGA.

Il est grand temps que l’Eglise locale de BUTEMBO-BENI sache qu’elle a besoin aussi de l’engagement concret de laïcs dans sa mission évangélisatrice.

L’Evêque de BUTEMBO-BENI devrait, pendant cette phase d’Evangélisation de son Diocèse, promouvoir davantage une confession de foi personnelle au lieu d’entretenir ses brebis dans une religiosité où elles sont contraintes à confesser ses caprices (donc celles de leur Evêque anti-marial). 

Sur toute l’étendue de sa Juridiction, l’Evêque de BUTEMBO-BENI étouffe les initiatives de ses chrétiens voir même de ses Prêtres et d’autres Agents Pastoraux. Si l’initiative n’est pas lucrative, elle ne peut pas bénéficier de l’appui pastoral de l’Evêque. Ce sont les sentiments, les humeurs du moment qui téléguide sa gestion du Diocèse

3ème Doléance:

Nous demandons à la Curie Romaine de prendre de mesures canonique pour restaurer le culte marial détruit dans son essence au Diocèse de BUTEMBO-BENI et nous réhabiliter dans notre dignité humaine et chrétienne en procédant à LA RECONSTRUCTION OFFICIELLE CANONIQUE DANS LA MEME PARCELLE OU LA TRES SAINTE VIERGE MARIE AVAIT ETE PROFANEE PAR INCINERATION.

Notons que le contenu de notre plainte n’est pas exhaustif. Nous gardons beaucoup de secrets à propos du comportement païen de l’Evêque de BUTEMBO-BENI, secrets nous confiés par ses collaborateurs directs qui ont peur de lui dire ouvertement la vérité.

Pour terminer, nous réitérons devant la Curie Romaine notre ferme attachement à l’Eglise Catholique de Rome.

Aucune souffrance quelque soit sa forme nous infligée par l’Evêque de BUTEMBO-BENI dans notre lieu d’exil forcé ne nous séparera jamais de notre Chère Eglise où la Très Sainte Vierge Marie est une Mère Agissante, Compatissante, Miséricordieuse et non une Statue.

Cette requête est signée par deux  chrétiens dévots de la Très Sainte Vierge Marie Rosa

MYSTICA, persécutés au Diocèse de BUTEMBO-BENI:

            Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA  et

              Pascaline KAVIRA KANYORORO 

GRIDO E RICORRO A SUA EMINENZA IL CARDINALE Fernando FILONI, Prefetto della Congregazione per l’Evangelizzazione dei Popoli, B.P. 00120 Città del Vaticano, Roma.

Oggetto: Denuncia i malefatti di Sua Eccellenza Monsignore PALUKU SIKULI Melchisédech, Vescovo della diocesi di Butembo-Beni, B.P. 63 Butembo, Nord-Kivu, République Démocratique du Congo.

1. PRESENTAZIONE DEL DENUNCIATORE

A. Identità

Nomi: KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne; Sesso: Feminile

Nascita: Buturande (Rutsuru), il 02 genaio 1967.

Nazionalità: Congolese

Pronvincia: Nord-Kivu

Territorio: Lubero

Stato civile: Religiosa (Primi voti: il 22 agosto 1990; Voti solenni: il 22 agosto 1997)

Congregazione: Petites Soeurs de la Présentation de Notre Dame au Temple (en sigle P.S.P.)

Diocesi: Butembo-Beni / République Démocratique du Congo

B. Studi fatti

B1. Nella diocesi di Butembo-Beni

1973-1979 : Scuola elementare

1979-1986 : Scuala secondaria

1987-1990 : Formazione alla vita religiosa

B2. In Italia

1993-1995 : Catechesi missionaria a Pontificia Università Urbaniana (Collegio Mater Ecclesiae / Castelgandolfo)

1995-2000: Psicologia a Pontificia Facoltà di Scienze dell’Educazione “Auxiluim” – Roma (La licenza).

2000-2004: Psicologia a Pontificia Studiorum Universitas Salesiana – Roma (Il Dottorato).

C. Funzioni ed esperienze fatte nella diocesi di Butembo-Beni

1986-1987: Insegnante di scuola elementare

1990-1992: Direttrice della casa per ragazze di scuola secondaria

2005 – oggi: Professore all’Università “Facultés Africaines Bakhita” ed altre Università del luogo.

2006- oggi: Rettore dell’Università “Facultés Africaines Bakhita” .   

D. Iniziative e realozzazioni nella diocesi di Butembo-Beni

D1. A favore della popolazione in genere

* 2005: Iniziazione d’un centro d’integrazione psicologica “Ami de la Famille” per assistere ed accompagnare le persone traumatizzate da guerre ed altri disturbi psichici.

* 02 – 06 genaio 2007: Organizzazione ed animazione d’un corso: “Formation des Accompaganateurs des malades psychosomatiques et traumatisés de guerre du diocèse de Butembo-Beni (Formazione degli Accompagnatori dei malatti psicosomatici e traumatizzati da guerre nella diocesi di Butembo-Beni).

* 26 febbraio – 1er marzo 2008: Organizzazione ed animazione d’un corso: “ Le rôle des Accompaganateurs des malades psychosomatiques et traumatisés dans la résolution des conflits psychosociaux au diocèse de Butembo-Beni (Il ruolo degli Accompagnatori dei malatti psicosomatici e traumatizzati nella risoluzione dei conflitti psicosociali nella diocesi di Butembo-Beni).

* Da 2005: Organizzazione ed animazione (con l’aiuto degli studenti) di diverse conferenze su:

– Les causes des échecs scolaires de nos enfants (Le cause degli insuccessi scolari dei nostri bambini).

– Les effets des échecs scolaires de nos enfants dans la vie de la société (Gli effetti degli insuccessi dei nostri bambini nella vita della società).

– La communication non violente (La comunicazione non violenta).

– La famille et l’évolution psychique de l’enfant (La famiglia e la sviluppo psichico del bambino).

D2. A favore delle Persone Consacrate

* Conferenze su:

– La connaissance de soi et la réalisation vocationnelle (La conascenza di sè e la realizzazione vocazionale) : ai Postulanti di diverse Congregazioni.

– la maturité individuelle (La maturità individuale) : alle Novizie dela SantaFamiglia di Spoletto.

– Les relations interpersonnelles et la gestion des conflits (Le relazioni interpersonali e la gestione dei conflitti) : ai giovani Religiosi e religiose di diverse Congrgazioni.

– Le rôle du religieux dans la résolution des conflits interethniques (Il ruolo del Religioso  nella risoluzione dei conflitti interetnici) : ai Padri Carmelitani.

–  La maturité affective: problème de la sexualité et pistes de solution dans la vie consacrée (La maturità affectiva : problemi e tentativi di soluzioni nella vita consacrata) : ai Padri Assunzionisti della comunità di COFACO.

– La maturité professionnelle (La maturità professionale): alle Religiose della Congragazione P.S.P.

* Corso:

– Ottobre 2007 – Marzo 2008:

Identité et mission de la personne consacrée au seuil du deuxième centenaire de l’évangélisation du diocèse de Butembo-Beni (Identità e missione della persona consacrata alla soglia della seconda evangelizzazione della diocesi di Butembo-Beni) : alle Religiose della Congregazione P.S.P.  

– 27-29 dicembre 2008 :

Suivi de la session “Identité et mission de la personne consacrée au seuil du deuxième centenaire de l’évangélisation du diocèse de Butembo-Beni” (Per verificare l’impatto del corso “Identità e missione della persona consacrata alla soglia della seconda evangelizzazione della diocesi di Butembo-Beni”) : alle Religiose della Congregazione P.S.P.

D3. A favore del mondo scientifico

Ho pubblicato due articoli:

1- « Présentation générale des méthodes en sciences sociales », dans Parcours et Initiatives (2006) 4, 4-18.

2- « Etude de l’évolution de la motricité et le sevrage chez les nourrissons de Beni et de Lubero au Nord-Kivu », dans Psychologie et Société Nouvelle (2009)2, 242-255.

2. DENUNCIA DEI MALEFATTI DI SUA ELL’ECCELLENZA MONSIGNORE PALUKU SIKULI Melchisédech

1- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech ha già reso vulnerabile la devozione mariale, quella ai Santi e alle Anime del Purgatorio nel seno della Chiesa locale di Butembo-Beni.

2- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech è un assassino. È lui che ha fatto uccidere Don Romain il 23 aprile 2002 vicino la residenza vescovile.

3- Da quasi 5 anni il sacerdote Padre Onosphore KIVUKIRO (dell’ordine dei Pères Croisiers) subisce spesso degli attentati a causa del vescovo Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech che gli aveva rubato e venduto delle miniere (il mercurio). Infatti queste miniere erano affidato al Padre KIVUKIRO durante la guerra da un’organizzazione di mercanti di sua parrocchia per nasconderle.

Allora che loro vogliono ricuperarlo per continuare la loro attività, trovano che il Padre non ce l’ha. Dove le ha messe? Dal tribunal, si sa che Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech le aveva vendute e non se ne preoccupa. Il Padre è continuamente detenuto in carcere o in casa.

4- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech è un sadico. Egli possiede un gruppo di forze negative con il quale tortura ed elimina la vita umana di quelli che ritiene i suoi nemici.

5- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech è lussurioso. Egli ha già distrutto i legami coniugali in alcune famiglie, prendendo in moglie le donne sposate. Si prostitua anche con alcune Religiose di cui prendre la difesa quando i loro Istituti cercano a corregerle (sopratutto nella Congragazione di diritto diocesano).  

6- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech indebolisce l’ordine negli Istituti di diritto diocesano ( Petites Soeurs de la Présentation de Notre Dame au Temple; Frères de l’Assomption). Egli usa delle procedure non canoniche destabilizzando le Curie Generalizie. Blocca i membri a godere della loro vita religiosa. Cerca a renderli i suoi patrimoni privati.

7- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech ha già inseminato la paura nei cuori della gente, anche dei Sacerdoti e dei Religiosi dal fatto di essere un sanguinario. Chi parla francamente della situazione non accettata da questo vescovo, quest’ultimo mobilizza la sua milizia e programma la morte del parlante.

8- Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech non è disposto al dialogo con qualcuno, eccetto la sua milizia, riguarda la collaborazione per la costruzione e l’efficacità.

9- Altri fatti, li trovano nel Memorandum (documento allegato) che il Clero di Butembo-Beni ha indirizzato a Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech. Non ha firmato il documento con i loro nomi per paura di essere ucciso subito. Anzi, uno di loro che si era denunciato difendendo una Religiosa che Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech minaciava di essere un complice nelle redazione del documento è scappato dalla  diocesi, senon egli sarebbe già morto (è Don Tavulyandanda. Egli si nasconde a Nairobi-Kenya). Anch’io sono scappata nella diocesi il 03 genaio 2012 perché ho sollecitato a Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech, il 26 dicembre 2011, di entrare in dialogo per la comprensione, la reconciliazione e la collaborazione con quelli ch’egli chiama “i suoi nemici”, sopratutto l’initiatore del Santuario Mariale di Vuhinga, il signore KAKULE BANGAMBOKA Jean de Dieu. Cosa che non ha voluta sentire e si è difeso fortemente respingendo la direttiva e dicendo a me con furia che “sto certificandomi del sacerdote che aveva benidetto il matrimonio di quel uomo e di tutti quelli che lo contattano perché mi ha già reso difficile la vita. Nella mia juridizione, quella Maria non entrera. Sì, avevo detto ai sacerdoti di quella parrocchia (parrocchia Kyondo) se quel uomo o quella Maria arriva, aggreditelo”. Sentendo ciò mi sono affrettata di andarmene senon egli avrebbe già messo la mano su di me. Mi nascondo a Kampala-Uganda.

3. IMPLORO:

Sua EminEnza il Cardinale Fernando FILONI, la sofferenza della nostra Chiesa locale di Butembo-Beni mi spinge a chiederLe con tutto il cuore:

1- Che sia fatta a più presto un indagine sulla persona di Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech. Che quest’indagine sia discreta se non la gente avra paura di dire la verità pensando che si programma la loro morte.

2- L’aiuto per fermare il genocidio che sta sorgendo dai programmi di odio di Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech. Sarebbe meglio e salutare per i fedeli di questa diocesi che sua eccellenza Monsignore Paluku Sikuli melchisédech sia dimesso.

Sperando che la mia notifica sia considerata e che i fedeli di Butembo-Beni ritrovino una via d’uscita per confessare e vivere la loro fede in Gesù Cristo morto et risorto nella comunione con la Vergine Maria, i Santi, le Anime del Purgatorio e la Chiesa universale, io ricorro, Sua Eminenza il Cardinale Fernando FILONI, al Potere che Dio Le ha conferito, quello di vegliare sulle sue peccore e di salvarle.

Che lo Spirito Santo Le guidi in quet’operazione e che la Vergine Maria Le tenga la mano.

Fatto a Kampala, il 15 marzo 2012.

Suor KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne, P.S.P.

Adresse:

Tel: +256 756 857 424

E-mail: juliennekavira@yahoo.com

N.B: Son Eminence le Caridnal, ce même Document est déjà en route par voie postale.

C.I.:

– Sua Eminenza il Cardinale Franc RODE , Prefetto degli Istituti di Vita Consacrata e delle Sociétà di Vita apostolica.

– Sua Eccelenza Monsignore il Nunzio Apostolico, a Kinshasa

– Sua Eminenza il Cardinale di Kinshasa, a Kinshasa

– Sua Eccellenza Monsignore il Preside della “Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO)”, a Kinshasa;

– Sua Eccellenza Monsignore l’Arcivescovo di Bukavu, a Bukavu;

– Sua Eccellenza Monsignore l’Arcivescovo di Kampala a Kampala;

– Sua Eccellenza Monsignore Paluku Sikuli Melchisédech, Vescovo della diocesi di Butembo-Beni.

TEMOIGNAGE PERSONNEL SUR MA VIE EN PRISON A L’EVECHE DU DIOCESE DU BUTEMBO-BENI

Son Eminence le Cardinal FERNANDO FILONI, Préfet de la Congrégation de l’Evangélisation pour les Peuples à Rome/VaticanItalie.

Moi, Frère Joseph KASEREKA MUHINDO, âgé de 41ans, qui étais membre et Coordinateur des activités au sein de la FRATERNITE DE LA PAIX, A MAISON DE BETHANIE, en Paroisse REGINA CAELI /LUKANGA au DIOCESE DE BUTEMBO-BENI en République Démocratique du Congo (R.D.C), je suis volontairement poussé à mettre en écrits la livraison de mon témoignage Vrai et Vécu, en prison dans la résidence de l’évêque du Diocèse de BUTEMBO-BENI en  la personne de son Excellence Monseigneur MELCHISEDECH PALUKU SIKULI.

C`était un mercredi 08 novembre 2006, jour de mon enlèvement par un May-May, reconnu redoutable au nom de ROGER. Accompagné de deux mamans et son garde-corps, dans une voiture marque starlette, lui accordée par les prêtres de la procure de BUTEMBO, ce grand criminel à la première heure soit treize heures de la pleine journée, fut accueillis avec son groupe au sein de la communauté comme tout  hôte. On l’écouta au salon et sale de notre réfectoire, le motif de cette visite imprévue de cet groupe, dont le responsable déclare qu’il était mandaté urgemment par Monsieur Jean de Dieu, bien hospitalisé et très agonissant au sein du clinique prêt de la procure de BUTEMBO. LE MAY-MAY ROGER, ajouta: « le patient, dit- il a urgemment  besoin de ta présence, pour te souffler sa dernière parole avant de rendre l’âme». Car il est fortement blessé parce qu’il a eu un accident routier grave, revenant de BENI au niveau de MABOYA. Et comme vous avez de fortes amitiés, il convient de le voir avant de mourir. C’est pourquoi ce moyen de déplacement d’une voiture est prévu pour toi, dit-il.

Ainsi de la maison de BETHANIE/LUKANGA, c’était directement moi qui ai dû aller avec ce groupe non au près du malade imaginaire, mais jusqu’à la procure de BUTEMBO. Et, au lieu de me présenter le patient agonissant, chose étonnante,  dans une sale de distraction on m’a accueilli et  présenter plutôt la différente qualité de bon vin, pour me mettre en épreuve de choix. Mais au lieu de l’alcool j’ai choisis le jus «Fanta».

Ensuite  Monsieur l’Abbé ROBBERT NGONGI, dans l’apparence d’un médecin traitant, m’interrogea à propos de notre Vie Fraternelle, car à cette époque il était chargé comme aumônier de vocations au diocèse. Il me posa cette question: « à propos de Jean de Dieu parfois appelé ‘’Padiri=abbé ’’ où peut-il ce retrouver? Quel lien avez-vous avec lui? »

Et lorsque j’avais commencé à lui dire clairement que Jean de Dieu est un ami de notre Communauté et qu’il est papa, alors certains autres prêtres apparurent dans la salle pour me saluer un à un. On procéda par me retirer et me conduire dans une autre salle pour m’interroger d’avantage. Puis conduit jusqu’à la résidence de l’Evêque dans la même voiture d’une manière secrète où nous étions: les deux Abbés, Monsieur l’Abbé ROBERT NGONGI* et  Monsieur l’Abbé MATUMO*, le chauffeur May-May ROGER au Volant et moi.

Là c’était aux environs de 19heures et l’on finit par m’enfermer dans une salle de laboratoire au service des ordinateurs où Monsieur l’Abbé ROBERT NGONGI œuvrait, après un accueil au ton d’intimidation dans la cour de la résidence de l’Evêque et dépouiller de mon chapelet, mon téléphone portable et 5 dollars accordés à ROGER le May-May. Dès ce moment on procéda par rentrer à LUKANGA, dans la Communauté, pour retirer mon confrère SILVAIN PALUKU KATSUVA et vérifier si Jean de Dieu est dans sa belle famille. De là, ils rentrèrent mini de mon malheureux Frère SILVAIN, vêtis seulement de sa tenu de nuit, et me rejoignirent vers minuit passé dans des conditions vraiment inhumains. Car moi aussi, dans la salle où j’étais enfermé par l’Abbé ROBERT NGONI, j’ai dû dormir dans mes urines (pipis).

NB : Monsieur l’Abbé ROBBERT NGONGI et Monsieur l’Abbé MATUMO sont actuellement en Europe, respectivement en Italie dans le Diocèse de NOTO.

Bien que le lendemain nous étions utilisés pour rechercher en vain le papa Jean de Dieu au quartier KIKURURA, en Paroisse MUKUNA, voir même jusqu’au Clinique universitaire de l’Université Catholique du Graben (U.C.G) de BUTEMBO, ce May-May et ces deux prêtres, ne nous lâchèrent point mais nous laissèrent traîner jusqu’à ce que l’Evêque revint de son tournant pastoral de centenaire Paroissiale. Et malgré cela même, à son retour et en sa présence à l’évêché, l’Evêque n’a pas usé de son autorité ce lendemain pour nous écouter et se soucier de nous, bien qu’il fût informé et qu’il nous avait vus à quelques 5  mètres de distance dans sa cour.

Quel traitement alors, puis-je vous signifie comme vécu!

·   Mangeant médiocrement, privé de toute communication téléphonique. Et le moindre simple contact avec quelques personnes été parfois surveillé bien que nous nous déplacions librement dans la cour.

·       Un cas par exemple, pour saluer Padre SALVOTOR un de la délégation de NOTO/ITALIE, il fallait vérifier si ce dernier avait de connaissances avec le Frère GIANNI NOVELLO, le fondateur-initiateur de notre Communauté, ou si je pouvais lui livrer une information quelconque.

·       Il fallait créer un climat de discrétion  pour saluer Monsieur l’Abbé Olivier KATEMBO KASULI, qui était Vicaire-économe de la Paroisse LUKANGA et chargé de la direction spirituelle de notre Vie Fraternelle de Béthanie à l’époque. A ce dernier Abbé, j’ai posé la question de savoir s’il pouvait nous signifier le pourquoi nous étions arrêtés à l’évêché et comment pourrions-nous regagner notre Communauté à LUKANGA.

Au lieu de s’intéresser à nous, celui-ci nia qu’il n’a aucun pouvoir sur une situation déjà introduite au niveau de l’évêché. Une idée conforme au langage que me tenaient les deux autres abbés cités précédemment en disant: « comme tu connais Jean de Dieu, sache que c’est ici ROME même et qui doit juger cette affaire. Mais si  tu trouve Jean de Dieu, tu seras relâché »  ainsi, nous étions bouleversés traînant sous un traitement en conditions inhumaines là, à l’évêché pendant 7 jours et nuits, sans aucune intervention provenant de note Paroisse de LUKANGA de la part du Curé, son Vicaire…ou de son Conseil Paroissial et Pastoral.

Ce n’était qu’à son retour de la Paroisse BWAMBWE, que son Excellence Monsieur PALUKU SIKULI MELCHISEDECH, essayant de nous écouter sous un mini conseil dont Monsieur l’Abbé MATUMO, Monsieur l’Abbé BAMBISA, le May-May ROGER, et nous deux Frères, c`est à dire SILVAIN PALUKU KATSUVA et moi JOSEPH KASEREKE, qui étaient présent. La réunion s’est tenue dans la salle du Bureau de Développement Diocésain (B.D.D, en sigle) et elle a duré une heure environ, chose grave sans aucune notion de Prière.

La réunion introduite par Monsieur l’Abbé MATUMO, qui invita chacun de nous deux frères, à présenter le motif de notre présence à son Excellence l’Evêque. L’Evêque a procédé par interroger chacun de nous.

En s’adressant au Frère SYLVAIN, son Excellence Monsieur l’Evêque ouvrit la bouche et  di: je reconnais cette figure c`est à dire moi KASEREKA, mais quant à toi qui es-tu, pourquoi et  comment tu te retrouve ici?

Et voici l’assemble des questions que l’Evêque avait posé  à l’un ou l`autre frère: qui est Jean de Dieu? Est-ce un abbé? Qui aurait bénit son mariage? Ne savez-vous pas l’assemble de mes abbés diocésain? Quand est-ce que, vous connaissez Jean de Dieu? Si tu as vu et reconnu l’Abbé ROBERT NGONGI… pourquoi as-tu eu peur, au lien de te ressaisir? Es-tu celui qui est venu déposer dernièrement une lettre ici à l’évêché?

Monsieur l’Abbé BAMBISA qui était participant à cette rencontre avait prononcé  ce qui suit après cet entretien: celui-ci, Frère SYLVAIN a été clair dans son langage, mais il a peur de tout dire à la présence de son supérieur, par crainte qu`il ne l’écarte pas de leur Communauté. Par contre cet autre est obscur et il cache autres choses, comme c’est bien lui qui a plus des relations avec Jean de Dieu.

Quant au May-May ROGER, en cherchant à se justifier, lui a fait fatiguer son Excellence l’Evêque  par un vain discours concernant la vie privée de la Communauté, comme s’il faisait membre de Béthanie. Il rencontra ce qui concernait le séjour du Frère GIANNI NOVELLO  à LUKANGA, et son retour en Italie l’année 2005.

Son Excellence Monseigneur l’Evêque en conclusion de la rencontre finit par dire: « le problème de la Paroisse de LUKANGA n’est pas ignoré au Diocèse. Depuis long temps, cette Paroisse a des problèmes particuliers, qu’aucun prêtre du Diocèse n’ignore, même à l’époque des blancs. Vue le genre d’amitié qui s’est déjà noué et crée depuis 1997…

Il  n’est pas facile de prendre une décision à cette question, parce que le concerner ne pas là ». Il ordonna au  May-May ROGER de rester avec nos deux téléphones et continuer ainsi avec sa mission de chercher Monsieur Jean de Dieu.

Ainsi le lendemain de cette rencontre, nous étions alors relâchés. C’était un certain mardi que l’Abbé MATUMO, nous accompagna jusqu’à la Paroisse de LUKANGA auprès de Monsieur l’Abbé Curé JEAN PIERRE MBANGI.

Apprenons et retenons que cette situation m’a livré à l’écoute des informations acquises  au prêt des ouvriers de l’évêché accusant que: « à l’absence de son Excellence  l’Evêque, les Abbés qui restent dans sa cour maintiennent parfois un climat de désordre dans la résidence de l’Évêque… »

    En outre, cette situation fut le début du chambardement de l’initiative de l’œuvre précieuse du Frère GIANNI LOVELLO, au Diocèse d de BUTEMBO-BENI, où les abbés responsables  de la Paroisse  REGINA CAELI  de LUKANGA, dont Monsieur le curé JEAN PIERRE MBANGI, le Vicaire- économe OLIVIER KASULI, l’Abbé  conseiller PAUL MABOKO, les deux conseils paroissiale et pastorale, sans oublier la Communauté des Sœurs Missionnaires du Travail, aucune de ces autorités n’a usé de ses compétences, même par aucun mot de conseil à propos de la Fraternité de Béthanie. Car au lieu de sauvegarder et entretenir les membres ou les biens de cette nouvelle cellule    «  la fraternité de Béthanie », ces autorités ont procédé par un système de disperser les membres dans le but d’attribuer certains biens au  compte peut être  de la Communauté des abbés. Mais alors les documents privés???

En conséquence de toute cette situation j’ai dû tomber malade d’une haute malaria non seulement au point de perte des connaissances, mais aussi au point de perdre totalement la vie.

Remarquons que, si et seulement si je n’étais pas venu ici en OUGANDA/ Ville de Kampala, où le Seigneur Dieu par sa grande miséricorde m’a accordé cette santé physique, morale et même spirituelle, je serais déjà mort. Ce pays restera pour moi un lieu de ressourcement spirituel où j’ai nourrit ma foi par la dévotion mariale et celle aux âmes du purgatoire à la découverte de l’école de saints, après une année que je viens de passé dans ce pays de refuge l’Ouganda.

Dans l’espérance et la foi que j’ai en Dieu et comme j’ai vraiment confiance à son Amour, Il peut encore utiliser ma vie comme un outil (instrument) témoin de sa miséricorde. Malgré mon âge, je souhaite mûrir ma vocation au célibat sacerdotal dans une communauté ou dans un monastère.

Car je sais et suis convaincu que Dieu appelle : « qui il veut, quant il veut, où il veut et comme il le veut toujours ».

C’est pourquoi  j’invite toute personne de bonne volonté à pouvoir m’assister pour satisfaire mon intention tant désirée depuis mon enfance et mon jeune âge.

Même si cela serait impossible dans mon Diocèse d’origine natale, néanmoins j’ai confiance et j’espère en Dieu qu’Il accordera une réponse à mon âme qui a tant soif de Lui au temps favorable.

Enfin j’invite quelqu’un de bonne volonté, à s’intéresser à la résolution immédiate du problème de la dévotion mariale au Diocèse de BUTEMBO-BENI, où les chrétiens sont paîtris par un Pasteur à la manière de brebis sans berger, dont nous parle Jésus Christ, le Pasteur Suprême dans son Evangile. Cfr : Mc 6:34

Ma prière  (confr.Jn 21: 15-16)

Qu’il y ait un berger digne d’enseignement pour paître le troupeau, soit un bon pasteur qui se dessaisit de sa vie pour ses brebis au Diocèse de BUTEMBO-BENI.

Ce Diocèse a besoin d’un Pasteur qui soit à la hauteur de sa tâche d’un berger de ses brebis avec son pouvoir de paître vraiment les agneaux comme le Seigneur Jésus Christ l’ordonna à Saint Pierre l’Apôtre.

                                                                 Fait à Kampala le 19, mars 2012

                                                                 Frère KASEREKA MUHINDO Joseph

                                                                                 E-mail: muhindokasereka26@yahoo.com

Copie pour information à :

Ø            Son Eminence le Cardinal de la R.D.Congo à Kinshasa;

Ø            Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu;

Ø            Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Kampala;

Ø            Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni ;

Ø            Révérend Frère GIANNI NOVELLO à Romano/Italie;

Ø            Monsieur l’Abbé Curé de la Paroisse de Lukanga ;

Ø            Procureur de la République, Parquet de Grande Instance de Butembo ;

Ø            Monsieur le Directeur de l’ANR à Butembo ;

Ø            Monsieur le Chef de Chefferie de Baswagha à Musienene ;

Ø            A Madame la Coordinatrice du Pavel Centre Uganda;

Ø            Au Représentant de la Famille Kasereka à Lukanga.

LETTRES AUX NONCIATURES DE KAMPALA ET DE KINSHASA

Mr Jean de Dieu KAKULE BANGAMBOKA                 Kampala, le 27 avril 2012

En exil forcé à KAMPALA/ UGANDA

P.O.BOX: 22168 KAMPALA

Tél. : +256 772006308

E-mail: pavelug@yahoo.com

Réf: 003/P.C.U-E.K./2012

Objet: Information:                          A Son Excellence  Monseigneur

     De chrétiens en situation                  le Nonce Apostolique en Uganda

     de persécution en Uganda.                CHWA 11 ROAD MBUYA HILL

P.O.BOX: 7177 KAMPALA.

Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique,

“ L’Eglise a besoin des Laïcs pour que sa mission soit complète”!(Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, le 26 février 2007).

Par la présente, nous, fils chrétiens catholiques du Diocèse de BUTEMBO-BENI, à l’Est de la R.D.Congo en situation de persécution, recourons en votre très haute personalité ecclésiatique supplier votre secours pastoral car nous reconnaissons en vous le témoin de la présence aimante du Saint Père au sein de l’Eglise catholique de l’Uganda.

Le Feu Son Eminence le Cardinal Frédéric ETSOU de KINSHASA avait dit dans son homélie du 1er août 1994: “…Ne nous gênons pas de porter des signes extérieurs ou de poser des gestes qui manifestent notre foi Chrétienne…”

C’est ce que nous avions fait en érigeant un Sanctuaire marial en dimension familiale en l’honneur de Notre-Dame MARIA ROSA MYSTICA, Notre Dame de Sept Douleurs de VUHINGA (nom de notre village natal où le Sanctuaire était construit dans la parcelle de nos parents.

Bien que nous avions construit ledit Sanctuaire en pleine collaboration avec le Révérend Père Symphorien, Prêtre Assomptionniste, alors Curé de notre Paroisse de KYONDO, par haine, par mépris d’initiatives laïques, celui-ci procédera en utilisant comme armée les chrétiens catholiques de sa Paroisse, sous l’ordre de l’Evêque de BUTEMBO-BENI, Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI à faire incinérer le Sanctuaire marial et à nous faire torturer, supplicier par lapidation et viol.

C’était au petit matin de vendredi 30 juillet 2010 pendant que nous récitions notre Rosaire habituel. Nous avions fait l’objet  d’un spectacle comme à l’époque de Néron à Rome!  Pour être sauvés de la fournaise et de la rage de chrétiens avides de notre sang, seules la force de la Très Sainte Vierge Marie, de Saints et de Saintes Ames du Purgatoire s’étaient interposée pour leur confusion. Défigurés, très méconnaissables suite aux tortures, nous nous étions rendus à la résidence de notre Evêque, Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI se trouvant presque à 50 km du lieu de notre supplice.

Nous étions sûrs et convaincus, par la foi qu’il serait l’unique autorité à nous assurer une protection crédible. Mais hélas, c’est là que nous serons soumis à un traitement inhumain, méprisable jusqu’à être livrés par notre Evêque aux Services de Sécurité qui sont très rédoutables dans notre Diocèse de BUTEMBO-BENI. Là, encore une fois, la Très Sainte Vierge Marie se positionnera pour nous défendre et nous frayer la piste pour traverser jusqu’en Ouganda pieds nus, en haillons, avec une santé très médiocre, dépourvus de tout moyen de survie. C’était le 05 août 2010 que nous sommes entrés à KAMPALA pour commencer une vie très très pénible d’un exil forcé où nous survivons de la cueillette ou mieux de la mendicité.

Notre Evêque, ayant appris avec beaucpoup de regret que nous avions échappé de mains de Services de Sécurité, avait vite dépêché de bandits bien armés ici à KAMPALA pour nous rechercher, nous éliminer afin que le Dossier de profanation du Sanctuaire marial de VUHINGA ne puisse jamais sortir devant la Hiérarchie  ecclésiale.

Depuis 2010, nous avons informé toute la Hiérarchie ecclésiale de la R.D.Congo des actes de profanation de la Très Sainte Vierge Marie et des actes de grave violation de nos droits humains que notre Evêque avait posé et continue à poser pour chercher à tout prix à étouffer ou à effacer complètement le Projet marial laïc de VUHINGA. L’Eglise de la R.D.Congo a interpellé en vain notre Evêque reconnu officiellement par son Clergé, la Communauté chrétienne comme un Pasteur Catholique n’ayant du tout une dévotion mariale et une quelconque vision spirituelle pour son Diocèse.

Nous sommes victimes de son esprit anti-marial et de son mépris très ouvert des initiatives laïques au moment où sa Sainteté le Pape Benoît XVI ne se réserve pas de dire ce qui suit: “L’Eglise a besoin des laïcs pour que sa mission soit complète”! Face à cette situation, nous avons pris humblement la décision de soumettre notre Dossier à la Curie Romaine et plus précisément au Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, Son Eminence le Cardinal Monseigneur FERNANDO FILONI pour qu’il nous restaure dans nos sacrements et notre identité chrétienne que notre Evéque a systématiquement détruite pour justifier ses actes de contre témoignage. 

De la Curie Romaine, nous attendons également et surtout notre jugement dans un Tribunal d’Eglise d’où proviendrait, en l’honneur de la Très Sainte Vierge Marie, Mère de Jésus de Nazareth, la reconstruction ainsi que la reconnaissance canonique du Sanctuaire marial de VUHINGA.

Enfin, avec les dispositions que le Saint Siège prendra face au sacrilège de VUHINGA, une dévotion mariale saine, protégée par des instructions canoniques, et par ce fait, liberée de toute superstition, sera instaurée dans le Diocèse de BUTEMBO-BENI. Considérant votre mission de pacification et de consolidation de la foi au sein de l’Eglise Catholique de l’Afrique de l’Est, nous vous prions, Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique, d’être notre interprète, notre avocat auprès de la Curie Romaine, auprès de Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de notre Pays, la R.D.Congo, auprès de notre Evêque de BUTEMBO-BENI et auprès de l’Eglise de l’Uganda.

Nous vous supplions aussi de transmettre au Saint Père notre ferme soumission au Magistère de l’Eglise Catholique Romaine malgré cette souffrance indicible que nous inflige notre Evêque à cause de notre dévotion mariale qu’il couvre de beaucoup d’injures, de blasphèmes, de profanation et d’outrages. Par votre médiation, que le Saint Père, nous ouvre la porte de la Miséricorde de Dieu et de sa sollicitude pour de chrétiens persécutés dans le monde.

Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique, nous vous informons après 3 ans de dur combat en faveur de la dévotion mariale pour que vous puissiez nous aider à sortir de la vulnérabilité, de la vie d’indigence et de médiocrité pour nous rendre des instruments dignes pour la promotion, la vulgarisation de la dévotion de MARIA ROSA MYSTICA auprès de peuples de la R.D.Congo et ceux de l’Uganda qui ne connaissent pas encore cette dévotion.

Par ce geste de Miséricorde, vous nous annoncerez ce message de Son Eminence le Cardinal Laurent MONSENGWO PASINYA de KINSHASA: “PAVEL CENTRE UGANDA, lève-toi et resplendis de la lumière du Christ Ressuscité”.

Dans l’espoir que notre requête pourrait rejoindre vos préoccupations pastorales, nous vous prions d’agréer, Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique, l’expression de notre consécration totale à la Très Sainte Vierge Marie, Mère de l’Eglise.

N.B: Veuillez trouver ci-dessous les documents témoignages:

A. DATES ET OBJETS DE NOS DIFFERENTES CORRESPONDANCES    ENVOYEES A LA HIERARCHIE ECCLESIALE.

1. Le 12 mars 2010: Rapport sur le Sanctuaire Notre-Dame de Sept Douleurs de VUHINGA adressée à Son Excellence Monseigneur Melchisedéch PALUKU SIKULI, Evêque du Diocèse de BUTEMBO-BENI.

2. Le 18 juin 2010: Recours adressée à Son Excellence Monseigneur Francois Xavier MAROY, Archevêque de BUKAVU.

3. Le 22 août 2010: Cri de détresse adressée à Son Excellence Monseigneur Francois Xavier MAROY, Archevêque de BUKAVU .

4. Le 23 septembre2010: Transmission de nos Correspondances adressées à Monsieur l’Abbé Léonard SANTEDI, Secrétaire Général de la Conférence Episcopale de la R.D.Congo.

5. Le 04 août 2011:Reconstruction du Sanctuaire marial de VUHINGA en Paroisse Kyondo adressée à Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI, Evêque du Diocèse de BUTEMBO-BENI.

6. Le 07 mars 2012: Demande de Secours et Cri de détresse à Son Eminence le Cardinal, Moseigneur FERNANDO FILONI, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des  Peuples  à Rome.

7. Le 19 mars 2012: Plainte en charge de l’Evêque de BUTEMBO-BENI adressée à Son Eminence le Cardinal, Monsignor FERNANDO FILONI, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des  Peuples  à Rome.

B.LES DEUX TEMOINS DE NOTRE PERSECUTION:

  1. Révérende Sœur Julienne  KAVIRA TAWITEMWIRA

    Docteur en Psychologie à l’Université Pontifical Salesienne à Rome

    Recteur des Facultés Africaines Bakhita (FAB)

    Diocèse de Butembo-Beni  en R.D.Congo

B.P: 63 Butembo

    Tel.:+256 757754313

    E.mail:juliennekavira@yahoo.com

  1. Frère Joseph MUHINDO KASEREKA

         Coordonateur de la Communauté de Paix de Béthanie à Lukanga,

         Fondée par le Révérend Frère GIANNI NOVELLO

au Diocèse de Butembo-Beni 

         Tel. : +256 755 994 616

E-mail :muhindokasereka26@yahoo.com

Fait à KAMPALA, le 27 avril 2012

Les deux fils de l’Eglise de BUTEMBO-BENI en détresse en Uganda,

Monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA

                            Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO.

Copies pour Information:

–      Son Eminence le Cardinal, Préfet de la Congrégation pour

l’Evangélisation des  Peuples  à Rome

–      Son Eminence le Cardinal de la R.D.Congo à Kinshasa;

–      Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de la R.D.Congo à

Kinshasa

–      Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Kampala;

–      Son Excellence Monseigneur le Président de la Conférence Episcopale

des Evêques de l’Uganda

–      Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu;

–      Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni .

Mr Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA        Kampala, le 27 mai 2012

En exil forcé à KAMPALA/ UGANDA

P.O.BOX: 22168 KAMPALA

Tél. : +256 772006308

E-mail: pavelug@yahoo.com

Réf: 0017/P.C.U-E.K./2012

Objet: Nous dénonçons l’instauration A Son Excellence Monseigneur

d’un fanatisme anti-marial le Nonce Apostolique en R.D.C.

cruel au Diocèse de Butembo- 81 ave Goma,

Beni. P.O. BOX: 3091 Kinshasa.

Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique,

‘‘…On ne peut être chrétien et se livrer sans retenue à toute espèce de vices’’. (Pensée de Son Eminence le Cardinal Laurent PASINYA MOSENGWO dans son Allocution de Vendredi, 30 décembre 2011 au point 7 au Centre Lindonge à Kinshasa).

<< Le Diocèse de Butembo –Beni aurait besoin d’un Lourdel Siméon MAPERA et d’un Mathias MULUMBA dans sa deuxième phase d’Evangélisation…>> Tiré d’un ouvrage inédit conçu en exil par l’Assistante Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO.

La tâche d’une nouvelle Evangélisation des Profondeurs et d’une Catéchèse appropriée s’avère une nécessité de premières urgences pastorales au Diocèse de Butembo-Beni situé à l’Est de la R.D.Congo dans l’Archidiocèse de BUKAVU.

Nous sommes suffisamment persécutés par notre Evêque de BUTEMBO-BENI depuis 3 ans sans bénéficier d’aucun secours spirituel, moral ou matériel en Ouganda où nous nous étions exilés après incinération de notre Sanctuaire marial qui hébergeait de très très belles Statues de la Sainte Famille de Nazareth et beaucoup de précieux Articles de dévotion.

Les raisons de cette profanation répétée et autorisée par notre Evêque nous restent cachées. Mais, par contraire, ce sont de stratégies de mettre fin à nos vies qui sont étudiées jour et nuit par les Services secrets criminels de notre Evêque de Butembo-Beni en l’auguste de personne de Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI.

Il a confirmé avoir envoyé en maintes reprises en Uganda des hommes bien armés pour venir nous capturer en se faisant aider par les Services de Sécurité très très redoutés de la Ville de Butembo appelé ANR(Agence National de Renseignement)et ce de façon secrète. Seul le sang de nos Frères Martyrs Ougandais nous couvre sous l’ombre de la Miséricorde de Dieu jusqu’à ces jours.

Sur ce, nous venons très humblement nous jeter sous vos pieds qui sont les pieds même du Saint Père, Sa Sainteté le Pape Benoît XVI pour supplier votre arbitrage au bénéfice de la réparation de l’incinération répétée de notre Sanctuaire marial qui se définissait sur le plan pratique comme carrefour des hommes et femmes épris de valeurs chrétiennes de paix, d’unité et de fraternité interethnique en Marie, par Marie et avec Marie, Notre-Dame des Sept Douleurs de VUHINGA.

Notre Evêque, ivre d’opulence, ivre d’orgueil et ivre de luxure, fait peser lourdement sur nos pauvres personnes suffisamment et méchamment caricaturées sa Mitre, son Anneau et sa Crosse pour barricader l’entrée et l’installation de la Reine de la Paix et de la Miséricorde dans son Diocèse où il vient d’instaurer un fanatisme anti-marial cruel face au Projet marial de VUHINGA. C’est bien dommage et très scandaleux. Les enquêtes sur terrain vous diront plus.

D’ailleurs la lecture attentive de nos correspondances que nous vous avions envoyées en copie suscite ce questionnement : quel VISION SPIRITUELLE notre Evêque a-t-il de SON Diocèse ?? Au sein de la CENGO(Conférence Episcopale des Evêques du Congo), il est chargé de l’Education Chrétienne.

Profaner un Sanctuaire marial par incinération et traquer ses initiateurs sont-elles là de méthodes adéquates en Education Chrétienne ?? Cela rejoint-il les fonctions d’un Evêque qui consistent à Enseigner, à Sanctifier et à Gouverner les brebis de son troupeau ??

Que votre très haute autorité ecclésiastique l’interpelle et lui rappelle qu’il devrait plutôt se préoccuper du salut des âmes en ramenant surtout au bercail de brebis qui s’égarent. Pourquoi ne ferait-il pas à notre égard comme ce Pasteur décrit en Luc 15,3-7 qui charge tout joyeux la brebis égarée sur ces épaules ??

Qu’il sache que, malgré son opiniâtreté face au sacrilège de VUHINGA et aux graves violations faites à nos personnes, la profanation du Sanctuaire marial de VUHINGA a profondément et systématiquement basculé la foi et les diverses dévotions dans sa juridiction. Ce qui nécessiterait des Apôtres de temps nouveaux aux zèles missionnaires du Vénérable Lourdel Siméon MAPERA et de Mathias MULUMBA, Saint Martyr Ougandais et ses Compagnons.

Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique, durant plus de 3 ans, nous menons une vie de cueillette ou mieux de mendicité. Sommes devenus nomades errant ça et là à travers tout l’Ouganda fuyant nos bourreaux qui sont à notre recherche jour et nuit. Manquons, par ce fait, une Paroisse devant nous identifier pour l’exercice de nos engagements chrétiens.

Nos enfants sont déscolarisés ; nos vieux parents sous le poids de l’âge sont très épuisés physiquement et moralement. Pas de soins médicaux. Nos droits humains élémentaires sont bafoués…Notre souffrance physique, morale et spirituelle est très énorme. Elle est indescriptible. Elle constitue un scandale au sein de l’Eglise particulière de l’Ouganda.

Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique, notons que nous n’avons jamais été rebelles ; n’avons jamais fait la politique ; n’avons jamais tué etc… Pourquoi notre Evêque nous pourchasse t-il jusqu’à plus de 600 km de son Diocèse dans un autre Pays ??? Pourquoi dresse t-il nos propres frères de tribus, de familles contre nous en les utilisant comme nos bourreaux ???

C’est assez !!

Que votre très haute autorité ecclésiastique le ramène à ses fonctions épiscopales. IL EST PASTEUR ET A CHARGE D’AMES VIVANTES ET NON MORTES !

Du Saint Siège que vous représentez, nous souhaiterions bénéficier de la compassion miséricordieuse du Saint Père sur cette terre d’exil sachant que l’Eglise Catholique est UNE, SAINTE, APOSTOLIQUE et UNIVERSELLE. Que La Mère de Dieu incinérée à VUHINGA soit restaurée dans ses droits en tant qu’Etre Céleste !

Daigne, Monseigneur le Nonce Apostolique, Votre Excellence agréer l’expression de notre obéissance filiale au Magistère de l’Eglise Catholique Romaine.

Vos fils exilés et persécutés,

 
 

Monsieur Jean De Dieu KAKULE BANGAMBOKA

Madame Pascaline KAVIRA KANYORORO.

Copies pour Information à :

– Son Eminence le Cardinal, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à Rome

– Son Eminence le Cardinal de la R.D.Congo à Kinshasa;

– Son Excellence Monseigneur le Président de la Conférence Episcopale des Evêques de la République Démocratique du Congo(CENGO) ;

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu;

– Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de l’Ouganda à Kampala ;

– Son Excellence Monseigneur le Président de la Conférence Episcopale des Evêques de l’Uganda à Kampala ;

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Kampala;

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni.

DOSSIER SR JULIENNE KAVIRA TAWITEMWIRA

PETITES SŒURS DE LA PRESENTATION Butembo, le 23/03/2012

DE NOTRE DAME AU TEMPLE

DE BUTEMBO-BENI

B.P 27 BUTEMBO

REF :PSP/AKS/026/2012

Transmis copie pour information à :

– Son Excellence Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech, Evêque de Butembo-Beni

Objet : Concerne : A la Sœur KAVIRA TAWITEMWIRA

dossier Sr KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne, Petite Sœur de la Présentation,

Julienne P.S.P Communauté Sainte Madeleine /Béthanie

c/o P.O BOX, 21292/KAMPALA

Révérende Sœur,

C’est avec beaucoup de regret que, nous nous trouvons dans l’obligation de vous adresser cette lettre, après votre départ à une destination inconnue depuis plus de deux mois.

Ayant constaté que vous avez chargé tous vos effets dans un véhicule fuso de marque Dyna au matin du 02/01/2012, la Curie Généralice s’est acquittée de son devoir le même jour pour vous rencontrer en vue d’en savoir le motif. Vous avez affirmé que vous partez pour faire des recherches pour plus d’efficacité dans l’apostolat. Nous vous avons demandé si vous aviez au moins l’autorisation de l’Ordinaire du lieu pour agir de la sorte. Vous avez répondu que vous n’aviez pas besoin de la permission de qui que ce soit. A ce propos, nous tenons à vous rappeler ce que disent nos Constitutions au chapitre 4, surtout les n° 49-52 §1  et chap. x, n° 96, 102.

Nous vous avons demandé d’écrire pour signifier votre départ, vous avez promis que vous écrirez quand vous serez arrivée en destination. Hélas ! Laquelle destination nous reste inconnue jusqu’aujourd’hui.

Notre constat amère est que vous avez votre propre programme auquel ni les Supérieures Majeures de votre Congrégation, ni le Père Aumônier de la Congrégation, ni l’Ordinaire du lieu ne peuvent s’opposer ; vous avez voyagé le 03/01/2012, malgré notre entretien avec vous, dans votre communauté. Nous avons pris soin de vous rappeler à l’ordre par notre correspondance du 04/01/2012, adressée à la Supérieure Générale des Banabikira de Bwanda, lettre où vous aviez une copie, et qui reste sans suite jusqu’aujourd’hui. Vous savez bien que le fait de séjourner en dehors de la Congrégation sans aucune autorisation au préalable, vous met dans un état d’exclaustration Const. n° 96. D’ailleurs vous l’évoquez vous-même dans votre lettre du 23/02/2012, adressée à l’Evêque. C’est ainsi que nous prenons simplement acte de votre absence au sein de la communauté où vous étiez nommée pour diverses charges et de la Congrégation. Nous vous demandons de remettre d’abord les insignes de la Congrégation qui sont à votre possession (croix, Constitutions, Directoire, Règles capitulaires, …) dès la réception de la présente, pour éviter la confusion.

Vous souhaitant d’avance une Sainte Fête de Pâques, nous vous prions de croire à notre salutation fraternelle dans le Christ par la Sainte Vierge Marie.

Pour la Curie Généralice

Sœur Marie Apollonie KAVIRA SIVAMUPENDE

Supérieure Général

Sœur KAVIRA TAWITEWIRA Kampala, le 12 mai 2012

Julienne

Petites Sœurs de la Présentation de Notre

Dame au Temple de Butembo-Beni (P.S.P.)

En exil à Kampala – Uganda

C/O P.O.Box 21292 Kampala

E-mail: juliennekavira@yahoo.com

cell. +256756857424

Ref. No. 07/Sr.K.T.J./12

Objet: Bonne Réception de votre A la Révérende Supérieur

Lettre: Réflexions et Remise Générale des Petites Sœurs

des Insignes réclamées. de la Présentation

Déposées auprès de la de Notre Dame au Temple

Nonciature Apostolique de Butembo-Beni”(P.S.P.)

de l’Ouganda. B.P. 27 Butembo Nord-Kivu

R.D.Congo.

Révérende Sœur Supérieure Générale,

<< L’état religieux(…) fait voir d’une manière particulière l’élévation du Royaume de Dieu au dessus de toutes choses terrestres et ses exigences les plus hautes; il montre aussi à tous les hommes la grandeur suréminente de la puissance du Christ, qui exerce la royauté et la puissance infinie de l’Esprit Saint qui agit dans l’Eglise de façon admirable >> (Lumen Gestium nº44).

A partir de ce message, j’accuse une bonne réception de votre lettre ref.PSP/AKS/026/2012 du 23/03/2012 m’arrivée par e-mail et qui porte comme objet:<<’ Concerne: dossier Sr KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne P.S.P>>. D’une part, la joie inonde mon Cœur d’être condamnée à cause de ma marche contre-courant mondain et ma grande prudence et discrétion de l’accomplissement de mon devoir de Chrétien et de consacrée en défendant la dignité de la foi en Jésus Christ né de la Très Sainte Vierge Marie que nous vénérons par la dévotion particulière.

Vous n’ignorer pas que je suis suffisamment une femme sans ruse, sans hypocrisie, sans médisance. Dans la Congrégation comme dans la Communauté, je relevais de méfaits malgré mes défaillances et pour mon franc-parler les Consœurs y compris les Supérieurs Majeurs m’avaient déjà étiquetée de mauvaise, de Satan, de méchante, d’impossible.

Etant une femme consacrée, je porte dans mon cœur la santé de l’Eglise catholique de Butembo-Beni intrinsèquement universelle. Intéressée à ses progrès, je constate ses erreurs profondes de foi, de morale perpétrées surtout et résolument par de Ministres du Seigneur dont à la tête l’Ordinaire du lieu, Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI.

Fatiguée de jouer au spectateur, comme d’habitude il fallait que ma contribution à la reforme soit mise sur la table de qui de droit. Cette opération coïncidant avec l’occasion propice de mes recherches scientifiques, Révérende Sœur Supérieur Générale, comprenez que je ne pourrais pas avancer un autre motif que ce dernier. Vous livrer mon intension apostolique contre l’avilissement de la foi chrétienne entretenu par l’Evêque Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI troublerait avant le temps votre conscience et développerait davantage le mauvais œil contre moi. Par conséquent, je devrais être tuée comme Monsieur l’Abbé Romain avant de témoigner de l’indigence spirituelle, morale,…attisée par son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI au sein de cette Eglise de Butembo-Beni, pourtant innocente pour être précipiter aux Enfers.

Je cite la profanation du Sanctuaire marial de VUHINGA affirmée par lui-même dans mon entretien avec lui le 26 décembre 2011 dans sa résidence. C’est durant cette rencontre que je lui ai parlé de mes recherches scientifiques. D’accord avec, mais quelques minutes après, il s’est opposé catégoriquement à ce Projet puisque je venais alors de le solliciter pour le dialogue avec l’initiateur du Sanctuaire marial de VUHINGA en vue de la compréhension mais aussi et surtout de la réconciliation.

Je cite et appuie ce qui est dénoncé dans le Mémorandum de Prêtres de Butembo-Beni adressé à ce même Evêque le 28 mai 2011 et autres méfaits que vous-même constatez, mais la peur vous frustre et vous êtes contrainte d’affirmer le contraire. D’autre part, je regrette d’avoir reçu la lettre par E-mail sans aucun message au préalable d’une lettre originale en route. Je me suis permise d’attendre, cependant en vain, le document original. Je sais qu’il ne s’agit pas d’un problème de poste car Butembo-Kampala est axe fréquenté sur le quel un courrier pour la poste a Kampala ne peut manquer.

L’objet de la lettre est vague. Je ne comprends pas au juste et en vérité le fondement et la logique de votre exposé. Que me reprochez-vous qui soit en réalité hors les rails vu la situation dans laquelle je m’efforçais mener la vie selon les principes de la foi chrétienne et apostolique ?? Je m’attendais à une réaction directe sur ma lettre nº03/FAB/RECT/Prof.Sr.K.T.J/2012 du 23 février 2012 adressée à Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI et dont vous avez reçu la copie. Son contenu pourrait vous intéresser pour le rejeter où le confirmer ouvertement car vous étiez présente dans la réunion du 16 janvier 2012 durant laquelle l’Evêque de Butembo-Beni vous a obligé de m’écarter de la Congrégation pour justifier ses caprices. Mais, hélas, vous n’en faites pas allusion. Ce qui révèle que vous agissez par peur ou mieux vous êtes forcée de prononcer ce que vous avez écrit. Si vous observiez attentivement mes réactions quotidiennes, vous auriez déjà constatée qu’en général j’aime la règle qui corrige l’émotion et j’aime aussi l’émotion que corrige la règle. Je n’applique pas la loi à la lettre, je tiens compte aussi de l’état situationnel des individus côtoyés. Sinon j’allais tout vous dire et ainsi m’exposer davantage à un danger avant de contacter l’hiérarchie ecclésiale car la confiance ne se décrète pas, elle se fonde. Mon profond regret concerne aussi la lettre du 04 janvier 2012 dont vous certifiez m’avoir donné la copie. Par quel canal ? Si c’est par la poste, à cette date vous ne saviez pas encore mon adresse postale. Si c’est par un individu, faites le suivi de cette lettre afin qu’elle arrive à destination. Vous imaginez vous peut-être avoir écrit ! Pourtant du 06 au 12 janvier 2012 vous étiez entrée en Ouganda jusqu’ à Kampala pour me chercher parmi les laïcs jusqu’à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo. Les personnes côtoyées m’avaient confirmée que vous n’avez pas voulu me rencontrer et révélé la considération que vous réservez à ma consacration. Si vous me preniez pour une consacrée, vous me cherchiez tout d’abord au sein de l’Eglise. Mais, hélas vous n’avez pas contacté même une Autorité ecclésiale lors de votre passage et séjour à Kampala. C’est bien dommage.

Chose étonnante est également le fait que votre lettre porte une seule copie pour information : celle de Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI, Evêque de Butembo-Beni. Pourquoi cette restriction ?? Est-il l’unique Autorité ecclésiale compétente qui a droit à l’information sur le dossier Sœur Kavira Tawitemwira Julienne ?? Pourquoi réduire l’Eglise Universelle à une Communauté de 2 individus ?? En fin, la seule idée qui soit précise se trouve à la fin de la lettre par laquelle vous demandez dès sa réception, de remettre toutes les Insignes de la Congrégation qui sont à ma possession pour éviter la confusion. La Congrégation, Une œuvre de l’Esprit Saint dans l’Eglise a droit de reprendre ses Insignes du moment où Elle me juge indigne.

Cependant, je m’étonne du fait que, je répète, vous qui êtes la Représentante légale de la Congrégation dans l’Eglise, n’avez pas réservé des copies pour information à l’hiérarchie ecclésiale : Pas même pour celle de notre pays (notre Archevêque de Bukavu, notre Eminence le Cardinal de Kinshasa, notre Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de Kinshasa) !

Pas même informer vos collègues dans le service de Supérieurs (ASUMA-USUMA) de Butembo-Beni avec qui vous étiez en réunion le 16 janvier 2012 présidée par l’Evêque de Butembo-Beni, et qui m’avait lu en copie ! Pas même à celui avec qui vous travaillez étroitement, le Révérend Père Aumônier de la Congrégation ! L’acte a été arrêté en complicité entre vous et notre Evêque de Butembo-Beni, l’unique personne à qui vous avez réservez copie. Cela signifie que le motif de votre décision ne réside pas dans mes erreurs commises, mais bien que dans le fait que j’ai dénoncé les méfaits de Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI, Evêque de Butembo-Beni. Vous m’aviez lu en copie dans ma lettre nº03/FAB/RECT/Prof.Sr.K.T.J/2012 du 23 février 2012 lui adressée au sujet de la désapprobation de toutes ses mesures disciplinaires à mon endroit. Il n’a jamais réagi à cette lettre. Vous-même ne réagissez pas selon le contenu de la dite lettre ! Une autre correspondance datant du 15 mars 2012 et relatant les points saillants de sa conduite est entre ses mains. J’ai dénoncé entre autre ses actes anti-mariaux : il a incinéré le Sanctuaire marial de Vuhinga, torturé et persécuté l’initiateur de ce Sanctuaire de ce Sanctuaire jusqu’à présent. Il a rendu vulnérable la dévotion mariale du Diocèse. Comme ce dossier est entrain d’avancer à la Lumière du Soleil, il fallait que séduite par Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI et peureuse de subir ses conséquences néfastes, il a été mieux de résoudre la question qu’à deux et ne pas informer qui que ce soit dans l’hiérarchie ecclésiale.

Néanmoins, Révérende Sœur Supérieur Générale vous constaterez que le Dossier Sanctuaire Marial de VUHINGA avance et la Très Sainte Vierge Marie sortira Victorieuse. Depuis que le Saint Siège est saisi de ce Dossier (19 mars 2012) Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI est entrain de s’attirer de gens et de tenir de réunions secrètes avec sa milice composée de certains Agents Pastoraux et laïcs pour chercher à camoufler ses bévues pendant que TOUT est déjà au grand jour.

Je crois en l’Eglise UNE, Catholique, Apostolique et suis convaincue que ma consacration est un état au sein de cette Eglise. Ainsi en toute liberté d’esprit, en âme et conscience, Révérende Sœur Supérieur Générale je remets les insignes que vous demandez. Je ne veux pas que cette opération se fasse en cachète mais ouvertement. Pour éviter la confusion, je juge mieux vous remettre ces insignes en passant par l’Eglise. Me voyant en insécurité, menacée, persécutée et n’étant pas consciente de l’erreur commise jusqu’à me ravir les insignes de la Congrégation de façon injuste, illégale et non canonique, je les dépose auprès de la hiérarchie ecclésiale proche de mon lieu d’exil. C’est la Nonciature Apostolique de l’Ouganda à l’adresse : CHWA 11 ROAD MBUYA HILL, P.O.BOX: 7177 KAMPALA, +256 414 505 619, Fax : +256 41-221774. Elle est saisi de l’incinération du Sanctuaire marial de VUHINGA, la Conférence Episcopale des Evêque de l’Ouganda ainsi l’Archevêché de Kampala. C’était dans la lettre adressée à Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de l’Ouganda le 27 avril 2012 avec copie à Son Excellence Monseigneur Melchisédech PALUKU SIKULI. Cette lettre avait comme objet : Information : De chrétiens en situation de persécution en Ouganda. C’est là où vous le retirerez.

Je termine en vous signifiant que je veux suivre le Christ de plus près en imitant son comportement. Ainsi je me sens vraiment concernée à défendre la Foi et la dévotion chrétienne, à embrasser la cause des pauvres, à dénoncer les injustices perpétrées contre les biens des Fils et des Filles de Dieu (Cfr. Vie Consacrée no. 82). Il me vaut certes mieux ambitionner d’être quelqu’une selon les valeurs de l’Evangile que dans le domaine de malignité, d’hypocrisie et du banditisme.

Par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, que le Seigneur Jésus Christ m’entraine davantage sur cette route et vous assiste, révérende Sœur Supérieure Générale, dans votre service au sein de la Congrégation.

Sœur KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne

N.B. Vous trouverez en annexe la lettre de la Révérende Sœur Supérieure Générale.

Copie pour information :

– Son Eminence le Cardinal, Préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, à Rome.

– Son Eminence le Cardinal de la R.D.Congo à Kinshasa;

Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de la R.D.Congo à Kinshasa.

– Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique de l’Ouganda à Kampala

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu;

– Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Kampala;

– Son Excellence Monseigneur le Président de la Conférence Episcopale du Congo (CENCO) à Kinshasa

– Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni.

– ASUMA-USUMA diocésain de Butembo-Beni

Suora KAVIRA TAWITEMWIRA Kampala, il 12 maggio 2012

Julienne

Petites Soeurs de la Présentation de Notre

Dame au Temple de Butembo-Beni (P.S.P.)

In esilio a Kampala – Uganda

C/O P.O.Box 21292 Kampala

e-mail: juliennekavira@yahoo.com

cell. +256756857424

Ref. No. 07/Sr.K.T.J./12

Oggetto: Risposta alla sua lettera: Alla Reverenda Suor Superiora

Riflessioni e deposito delle Generale delle “Petites Soeurs de

Insigne volute presso la la Présentation de Notre Dame au

Nunziatura dell’Uganda Temple de Butembo-Beni” (P.S.P.)

B.P. 27 Butembo

Nord-Kivu – R.D.Congo

Reverenda Suora Superiora Generale,

Lo stato religioso fa vedere in modo particolare l’inalzamento del Regno di Dio al di sopra di tutte le cose terrene e le sue alte esigenze. Esso mostra a tutti gli uomini quanta grande la Potenza di Gesù Cristo, Re, e la Potenza infinita dello Spirito Santo, Operatore nella Chiesa in modo ammirabile (Cf. Lumen Gentium no. 44).

Meditando questo messaggio, annunzio di avere ricevuto la sua lettera ref. PSP/AKS/026/2012 del 23/03/2012 arrivata per e-mail e portando come oggetto: “Concerne: dossier Soeur KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne PSP”.

Da un lato, gioisco nel mio cuore per essere condannata a causa d’agire contro corrente del mondo odierno e a causa della grande prudenza e discrezione nel compimento del dovere di Cristiana e di Consacrata difendendo la dignità de la Fede in Gesù Cristo nato dalla Santissima Vergine Maria che veneriamo con devozione particolare.

Lei non ignora che sono sufficientemente una donna senza furberia, senza ipocrisia, senza maldicenza. Nella Congregazione, nella Comunità, sottolineavo I malfatti nonostante le mie manchevolezze ed a causa della franchezza, le Consorelle incluse le Superiore Maggiori mi avevano già etichettata di cattiva, di satana, di dura, di impossibile.

Essendo una donna consacrata, tengo nel mio cuore lo stato di salute della nostra Chiesa particolare di Butembo-Beni intrinsecamente universale. Interessata ai suoi progressi, ho constatato i suoi errori profondi di fede, di morale comesse soprattutto e volontariamente da certi Ministri del Signore di cui l’Ordinario del luogo, sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI. Stanca di fare lo spettatore, come di solito, bisognava che la mia contribuzione alla riforma sia messa sul tavolo dell’Autorità ecclesiale. Quest’operazione ha concordata con il momento di fare le mie ricerche scientifiche. Così, Reverenda Suor Superiora Generale, capisca quanto non potrei dichiararLe altro motivo che quest’ultimo. FarLe conoscere la mia intenzione apostolica contro la degradazione della Fede Cristiana intrattenuta dal vescovo sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI disturberebbe presto la sua conscienza e svilupperebbe di più il malocchio contro di me. Di conseguenza dovrei essere assassinata come Don ROMANO prima di testimoniare dell’indigenza spirituale, morale, … accesa da sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI nel seno della Chiesa di Butembo-Beni, per di più innocente per essere precipitata nell’inferno. Riferisco la profanazione del santuario mariale di Vuhinga confermata da lui stesso nella conversazione con lui il 26/12/2011 nella sua residenza. Durante questo incontro, Le ho parlato delle mie ricerche scientifiche. Nel primo momento egli è stato d’accordo, ma qualche minuti dopo, si ne è opposto con forza perché venivo di sollecitare presso la sua persona il dialogo con l’Iniziatore del santuario mariale di Vuhinga per la comprensione, la riconciliazione. Invoco e sostengo anche ciò che è denunciato nel memorandum del Clero di Butembo-Beni indirizzato a questo stesso vescovo il 28 maggio 2011 ed altri malfatti che lei stessa nota ma piena di paura, si sente costretta di confermare il contrario.

D’altro lato, mi dispiace di avere ricevuto la lettera via e-mail senza annunzio d’un document originale. Mi sono permessa di aspettarlo, però in vano. So che il problema non è quello della posta ordinaria perché Butembo-Kampala è una linea frequentata molto dove non si può mancare qualcuno per affrettare la lettera originale in posta a Kampala. L’oggetto della lettera è impreciso. Non capisco veramente quale sia la base e la logica del suo discorso. Che cosa mi rimproveri relativamente alla situazione in cui mi sforzavo di vivere alla luce della Fede Cristiana e apostolica?

Mi aspettavo ad una reazione diretta e relativa alla mia lettera no.03/FAB/RECT/Prof.sr.K.T.J./12 du 23 febbraio 2012 indirizzata a sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI e di cui lei ha ricevuto una copia. Il contenuto dovrebbe interessarLa affinché lo possa respingere o confermare apertamente visto che aveva partecipato all’incontro tenuto il 16 gennaio 2012 dal vescovo di Butembo-Beni durante il quale Le ha obligato di escludermi dalla congregazione per giustificare, apposto, i suoi caprici. Ma, Ahimé! Lei non ne faccia accenno. Ciò rivela il suo agire per paura o meglio il fatto di essere costretta di pronunciare quello che ha scritto.

Se lei osservava con attenzione le mie reazioni odierne, avrebbe già notato che in genere mi piace la regola che educa l’emozione e mi piace ugualmente l’emozione che educa la regola. Cerco ad applicare la legge tenendo conto delle situazioni se non io potevo raccontarLe tutto e così mettermi in pericolo prima di contattare la Gerarchia ecclesiale poiché la fiducia non si discrete, essa si fonda.

Mi dispiace tanto per la lettera del 04 gennaio 2012 di cui conferma avermi mandata la copia. Tramite quale mezzo? A quella data non sapeva il mio indirizzo postale. Se era per mezzo di un individuo, controlli affinché essa arrivi a destinazione. Si imagini forse avere scritto! Pertanto dal 06 al 12 gennaio 2012 lei è soggiornata in Uganda fino a Kampala per cercarmi in mezzo ai laici fino all’ambasciata della R.D.Congo. Questa scelta di persone incontrate mi ha confermato quanto lei non ha voluto incontrarmi e rivelato la considerazione riservata alla mia consacrazione.

Se mi riteneva per una Consacrata, mi cercherebbe innanzitutto presso la Chiesa. Ma ahimé! Non ha contatato nessuna Autorità ecclesiale lungo il suo soggiorno a Kampala. Peccato.

È anche sorprendente osservare che lei ha riservato una sola copia per informazione: quella di sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI, vescovo di Butembo-Beni. Perché una tale limitazione? È l’unica Autorità ecclesiale competente che ha diritto all’informazione riguarda il “dossier” Suor Kavira Tawitemwira Julienne? Perché ridurre la Chiesa Universale ad una comunità di 2 individui??

Infine, l’unico pensiero che sia preciso si trova nell’ultimo paragrafo della lettera per mezzo del quale mi chiede di rimettere tutte le insegne della congregazione che possiedo per evitare la confusione.

La Congragazione, un’opera dello Spirito Santo nella Chiesa, ha diritto di riprendere le sue insegne quando mi giudica indegna. Tuttavia sono sorpresa dal fatto che, ripeto, lei, rappresentante legittima della Congragazione nella Chiesa, non ha informato la Gerarchia ecclesiale: néanche quella del nostro paese (penso a sua Eccellenza Monsignore l’Arcivescovo di Bukavu, sua Eminenza il Cardinale di Kinshasa, sua Eccellenza Monsignore il Nunzio Apostolico di Kinshasa)! Dovrebbe communque informare i suoi colleghi nel servizio di Superiore Maggiore (ASUMA-USUMA) di Butembo-Beni con i quali ha partecipato all’incontro del 16 gennaio 2012 guidato dal vescovo di Butembo-Beni e che mi hanno letto in copia! Neppure il reverendo Padre Cappellano della Congregazione con il quale lavora direttamente!

La decisione è presa in complicità tra lei e il vescovo di Butembo-Beni, l’unica persona che è informata. Ciò rivela che il motivo della sua decisione non risieda nei miei errori, ma nel fatto che sto denunciando i malfatti di sue Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI, vescovo di Butembo-Beni. Lei mi aveva letto nella copialettera no. 03/FAB/RECT/Prof. Sr. K.T.J./12 del 23 febbraio 2012 indirizzata a questo vescovo riguarda la disapprovazione di tutte le sue misure disciplinare relative alla mia persona. Egli non ha mai risposto a questa lettera; neppure lei reagisce al contenuto della suddetta lettera! Un’altra corrispondenza, in copia, del 15 marzo 2012 accennando i punti notevoli della condotta del vescovo di Butembo-Beni è nelle sue mani.

Ho denunciato tra altro i suoi atti anti-mariale: ha incenerito il santuario mariale di Vuhinga e torturato, perseguitato l’Iniziatore di questo santuario fino ad oggi. Egli ha reso vulnerabile la devozione mariale nella diocesi di Butembo-Beni. Poiché questo “dossier” sta divenendo aperto chiaramente, bisognava che, corrotta da sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI e timorosa di subire delle conseguenze infauste, era meglio di risolvere la questione in due e di non informare qualunque sia nella Gerarchia ecclesiale. Comunque, reverenda Suor Superiora Generale, lei constaterà che il “dossier” santuario mariale di Vuhinga va in avanti e la Santissima Vergine Maria uscirà vittoriosa. Da quanto la Santa Sede è colta da questo “dossier” (il 19/3/2012), sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI cerca ad attirarsi delle persone e a tenere degli incontri secreti con la sua milizia composta da certi agenti dell’evangelizzazione et dei laici per mascherare i suoi errori mentre che tutto è già messo al giorno.

Io credo nella Chiesa Una, Cattolica, Apostolica e sono convita che la mia consacrazione è uno stato nel seno di questa Chiesa. Così, con tutta la libertà di spirito, conscientemente, reverenda Suor Superiore Generale, io rimetto le insegne che ha chiesto. Non voglio che quest’operazione si faccia sotto l’oscurità, ma apertamente. Per evitare la confusione, credo meglio rimettergliele mediante la Chiesa. Essendo in insicurezza, minacciata, perseguitata e non consciente dell’errore comessa al punto di togliermi le insegne in modo ingiusto, illegittimo e non canonico, le depongo presso la Gerarchia ecclesiale che mi sta vicino. È la Nunziatura Apostolica dell’Uganda all’indirizzo: CHWA 11 ROAD MBUYA HILL, P.O.BOX 7177 KAMPALA, TEL: (+256) 414505619, Fax: (+256) 41-221774. È colta dall’incenerazione del santuario mariale di Vuhinga, pure la Conferenza Episcopale dei Vescovi dell’Uganda e l’Arcivescovo di Kampala. L’informazione è stata diffusa nella lettera indirizzata a sua Eccellenza Monsignore il Nunzio Apostolico il 27 /04/2012 avendo come oggetto: Informazioni: Dei cristiani in situazione di persecuzione in Uganda. Il nostro vescovo di Butembo-Beni, Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI ne ha la copia. Presso questa Autorità, lei andrà ritirare queste insegne.

Concludo dichiarando ch’io voglio seguire Cristo da vicino, imitando il suo comportamento. Così mi sento veramente interessata a difendere la Fede, la devozione cristiana, i poveri e a denunciare le ingiustizie contro i beni dei Figli e delle Figlie di Dio (Cf. Vita Consacrata no. 82). Certo, meglio per me ambire di essere qualcuna secondo i valori del Vangelo che abbracciare il campo di malignità, di ipocrisia, di banditismo.

Per l’intercessione della Santissima Vergine Maria, che il Signore Gesù Cristo mi trascini di più su questa strada e l’assista, reverenda Suora Superiora Generale, nel servizio reso alla Congregazione.

N.B. In allegato, si trova la lettera della reverenda Suor Superiora Generale delle “Petites Soeurs de la Présentation de Notre Dame au Temple de Butembo-Beni”

Suora KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne

Per informazione a :

– Sua Eminenza il Cardinale Prefetto della Congregazione per gli Istituti di Vita Consacrata e le Società di Vita Apostolica, a Roma..

– Sua Eminenza il Cardinale della R,D.Congo, a Kinshasa.

– Sua Eccellenza Monsignore il Nunzio Apostolico della R.D. Congo, a Kinshasa.

– Sua Eccellenza Monsignore il Nunzio Apostolico dell’Uganda, a Kampala

– Sua Eccellenza Monsignore Arcivescovo di Bukavu, a Bukavu.

– Sua Eccellenza Monsignore Arcivescovo di kampala, a Kampala.

– Sua Eccellenza Monsignore il Preside della Conferenza Episcopale Nazionale del Congo (CENCO), a Kinshasa.

– Sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI a Butembo, Est della R.D.Congo

– ASUMA – USUMA diocesano di Butembo-Beni, a Butembo.

Suora KAVIRA TAWITEMWIRA Kampala, il 12 maggio 2012

Julienne

Petites Soeurs de la Présentation de Notre

Dame au Temple de Butembo-Beni (P.S.P.)

In esilio a Kampala – Uganda

C/O P.O.Box 21292 Kampala

e-mail: juliennekavira@yahoo.com

cell. +256756857424

Ref. No. 08/Sr.K.T.J./12

Oggetto: Deposito delle insegne della                A Sua Eccellenza Monsignore

Congregazione delle “Petites il Nunzio Apostolico

Soeurs de la Présentation in Uganda,

de Notre Dame de Butembo- CHWA 11Road MBUYA HILL

  Beni” (P.S.P.)                 P.O.Box. 7177 Kampala.

Sua Eccellenza Monsignore il Nunzio Apostolico,

Nel Nome di Gesù Cristo e nell’amore della Santissima Vergine Maria, ho l’onore di presentarmi alla sua alta Autorità ecclesiastica per l’oggetto qui sopra.

La Congragazione di cui sono membra, nella persona della Suor Superiora Generale, mi chiede di rimettere tutte le sue insegne che possiedo. Il modo con il quale la richiesta si presenta a me non mi assicura. Mi sento minacciata, perseguitata e non consciente dell’errore comesso al punto di togliermi le insegne in modo ingiusto, illegittimo e così non canonico. Perciò giudico meglio depositare questi insegne nelle mani della Chiesa in cui sono consacrata. È lì che la reverenda Suor Superiora Generale le ritirerà.

Trovo che il Rappresentate della Chiesa vicino nel mio luogo di esilio (Kampala) è Sua Eccellenza Monsignore Il Nunzio Apostolico in Uganda. Così La pregho, Sua Eccellenza Monsignore Il Nunzio Apostolico, di ricevere e di custodire queste insegne: la croce, le Constituzioni, il Direttorio, 2 sottane blu, 1 sottana bianca, 2 voile bianchi, 4 pagnes completi. La reverenda Suor Superiora Generale della mia Congregazione passerà ritirarle. È informata.

La ringrazio del servizio fedele reso nella Chiesa Cattolica. Che lo Spirito Santo continua a guidarLa e che la Santissima Vergine Maria Le tenga sempre la mano.

N.B. in allegato: – la lettera reverenda Suor Superiora Generale

– La mia lettera indirizzata alla reverenda Suor Superiora

Generale

Suor KAVIRA TAWITEMWIRA Julienne

Per informazione a :

– Sua Eminenza il Cardinale Prefetto della Congregazione per gli Istituti di Vita Consacrata e le Società di Vita Apostolica, a Roma..

– Sua Eminenza il Cardinale della R,D.Congo, a Kinshasa.

– Sua Eccellenza Monsignore il Nunzio Apostolico della R.D. Congo, a Kinshasa.

– Sua Eccellenza Monsignore Arcivescovo di Bukavu, a Bukavu.

– Sua Eccellenza Monsignore Arcivescovo di kampala, a Kampala.

– Sua Eccellenza Monsignore il Preside della Conferenza Episcopale Nazionale del Congo (CENCO), a Kinshasa.

– Sua Eccellenza Monsignore Melchisédech PALUKU SIKULI a Butembo, Est della R.D.Congo

– Reverenda Suor Superiora Generale delle “Petites Soeurs de la Présentation de Notre Dame au Temple de Butembo-Beni” (P.S.P.)

– ASUMA – USUMA diocesano di Butembo-Beni, a Butembo.

== FIN ==

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Assassinats religieux, Croyances, Culture, Religion. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.