Electrification de la ville de Butembo : pour une vision plus digne du yira !

En cette période électorale, plusieurs hommes politiques congolais tentent de rééditer leurs exploits de 2006 en utilisant les mêmes techniques. Tel est l’écho qui nous parvient que le Président Joseph Kabila ait offert 5 millions de dollars américains au bubolais pour les aider à procéder à l’électrification de la ville de Butembo. Comment faut-il décoder ce geste relevant d’une malice abjecte ? Que représente, grosso modo l’électrification véritable des seuls ménages de Butembo ? Nous livrons ici notre adresse au bubolais pour les prévenir du poison contenu dans le cadeau ! Ci-dessous, notre adresse à ces frères, de notre terroir kibali-iturien.

Chers frères,

C’est depuis décembre 1999 que nous avons initié le Projet 2014, dans le but de répondre à un besoin qui nous paraît important : le respect du droit à l’autodétermination des peuples qui forment la mosaïque culturelle du Congo. D’où l’idée de proposer la transformation de notre république actuelle en une confédération d’états indépendants du Congo ou de l’Afrique Centrale en 5 phases de 10 ans chacune, commençant en 2016. Fin du projet 2066 ! Cela est exposé sur notre site depuis lors : http://www.paluku.net/2014 . Quelques ONG du Nord-Kivu ont déjà montré leur intérêt réel au dit projet : ADS, MPIJ, SOJPROFM, USODIF, CEPHYFOJE et IDC Lubero, notamment.

En 2006 déjà, nous avons lancé le projet « hydroélectricité aux portes des ménages et entreprises de la RDC ». Un contact chaleureux a été pris avec Chint.com, aujourd’hui nommé Chint Group, par nos soins, pour l’exécution des travaux de construction des centrales afférentes. Cette société, dépêcha à Kinshasa un délégué pour examiner avec le ministre de l’énergie de l’époque, notre frère, M. Banamuhere, la possibilité de commencer un examen des dossiers en souffrance. Ce délégué rencontra son Excellence et eu aussi le privilège de rencontrer aussi le Président Joseph Kabila, au cours d’une semaine que dura son séjour à Kinshasa. Il rentra bredouille ! Et pour cause ? Plusieurs conditions déraisonnables furent imposées pour accéder aux dossiers incriminés… Chint.com me fit part de sa déception de voir une si intéressante occasion s’effriter au sommet de l’Etat ! La presse kinoise relaya la visite, comme à l’accoutumée… Personne ne parla de nous, provocateur de cette visite.

Depuis peu, nous nous sommes décidés de relancer le dossier avec Chint Group, dans une autre vision stratégique : ne rien demander à l’Etat sinon que les autorisations ad hoc, le moment venu ! Tout est aujourd’hui bien reparti entre nous et Chint Group, un constructeur dont l’expertise est incontestable au monde entier, dans le domaine du génie électrique. Notre nouvelle stratégie est conçue pour écarter les aléas de toute velléité politicienne : c’est la communauté locale, en l’occurrence Beni-Lubero, ici, ou encore la ville de Butembo, qui initieraient le projet avec notre soutien technique, dans le cadre de notre autre initiative : l’ASBL de droit belge, Echange Afrique-Europe. Elle (entité entreprenante) réunit ses fond propre, nous recherchons ensemble les financements nécessaires pour payer les services de Chint Group : études, construction, formation, accompagnement au démarrage de la commercialisation, exécution des projets connexes. Les études préliminaires seraient totalement menées par nous-mêmes : EAE ASBL et Beni-Lubero (Ville de Butembo).

Sans vouloir ici perturbé le plan déjà en route pour le bénéfice de la ville de Butembo, j’aimerais, frères, attirés votre attention sur quelques avantages qu’il y a, pour la contrée de Beni-Lubero ou la ville de Butembo, de s’investir dans notre démarche plutôt que dans une autre.

  1. notre démarche est engageante : elle ne quémande rien d’auprès de l’Etat et permet à la ville de Butembo de ne pas être soumise plus tard aux caprices de nos politiciens dont la vérosité durera encore quelques temps ; les centrales construites seraient la propriété des citoyens bubolais réunis au sein d’une coopérative de production, de transport, de distribution et de commercialisation de l’énergie dans toute la ville de Butembo et dans le localités environnantes ; ce qui correspond à notre vision et mentalité locale ; et, nous assure une indépendance vis-à-vis du prochain gouvernement qui, nous le savons déjà, ne fera aucun miracle, qu’il soit du régime josephien ou tshisekedien ;
  2. notre démarche est réaliste et honorable : elle tient compte du civisme hors paire du yira, de sa capacité de se mobiliser pour réunir son fond propre en vue d’obtenir le crédit nécessaire au financement des travaux ; elle valorise notre patrimoine humain, parce que nous avons déjà les ingénieurs capables de mener les études préliminaires, de continuer les études approfondies avec Chint Group – qui est déjà consentant – et de participer activement aux travaux, à la gestion des centrales et à la commercialisation de l’électricité au terme des travaux pendant la durée de l’écolage de notre équipe locale ;
  3. sur le plan national, notre concept, sera une première expérience d’un développement endogène et bâti sur une philosophie purement libérale – ou capitaliste – et générera un énorme capital dans Beni-Lubero, pour ses fils ; et, ne nous aliénera à personne puisque les centrales seront nôtres à 100% ; mais en revanche, profitera aux autres entités du Congo qui se recherchent encore quant modèle de développement technologique à adopter pour rapidement changer le visage du Congo dans un esprit non pas de dépendance qui nous ruine depuis 1960, mais de véritable indépendance et d’une responsabilité citoyenne et collective ;  l’expérience exclue toute dépendance de l’électricité ugandaise qui ne peut se justifier que par la méchanceté des imposteurs et des traîtres de notre nation qui trônent à Kinshasa ;
  4. notre démarche est ambitieuse : elle exige la livraison, aux portes de tous les ménages et de toutes les industries de Beni-Lubero ou de la ville de Butembo, de toute la puissance électrique requise pour amorcer un vrai développement et non les simulacres de progrès que nous proposent ou nous promettent, sans succès, les socialistes, les communistes et les communautaristes qui pullulent dans l’espace politique congolais depuis 1960 jusque ce jour ;
  5. notre démarche est enfin la plus économique que Beni-Lubero peut se décider d’adopter, parce qu’elle fait systématiquement appelle aux ressources locales d’abord, et ne recours aux ressources extérieures – à payer monnaie sonnante et trébuchante – que là où cela s’avère véritablement indispensable.

Quant à l’évaluation de la production réelle dont nous aurions besoin, dans le court, moyen et long terme ; Beni-Lubero en général et la ville de Butembo en particulier, peuvent se fier à tous nos ingénieurs que nous connaissons personnellement pour la plupart et dont nous avons tout aussi personnellement participé à la formation de certains, pour pouvoir être à même de juger avec certitude et précision leur valeur technique et civique.

Dans cet ordre d’idée, une étude préliminaire, que nous avons déjà lancée, confrontées aux études déjà effectuée par nos autres confrères de la spécialité, permettra, en fonction de la célérité avec laquelle nous voudrons bien procéder à nos enquêtes et recherches, nous-mêmes, fils de Beni-Lubero ou de Butembo, d’évaluer avec précision notre potentiel hydroélectrique encore inexploité et notre besoin en terme de consommation et d’exportation, présentes et futures.

Les chiffres qui sont avancés dans la livraison ci-dessous [s’adresser à vathuga@yahoogroups.com], qui vont dans tous les sens, peuvent distraire notre base. Il convient donc de rapidement fixer et outiller l’opinion yira pour la rendre critique à l’égard de ce qui se dit et s’écrit. Chers frères, parlons des besoins minimaux du yira en hydroélectricité, sans pour cela entrer dans les détails techniques que nous réserverons à nos confrères du domaine.

Puissance minimale requise par ménage d’en moyenne 5 personnes Nombre d’habitants estimé dans la ville de Butembo uniquement Puissance minimale requise pour alimenter tous nos ménages de la seule ville de Butembo Coût approximatif de construction des centrales nécessaires pour réaliser l’objectif en millions de $ US Commentaires
0,002 MW 700 000 280 MW 700 C’est bien donc d’une affaire de 700 millions de $ US qu’il s’agit, lorsqu’on ne tient compte que de la consommation des ménages qui ne représente rien face à la consommation qu’exigera inéluctablement les industries naissantes du fait de l’élévation du niveau de vie de la population dans la ville de Butembo induite par l’électrification des ménages et par les autres projets connexes à l’électrification que nous vous proposons de discuter ultérieurement !Admettons que nous veuillons prendre 35 ans pour fournir de l’électricité à tous les ménages de la ville de Butembo, sans exception. Sans tenir compte du taux de croissance de la population bubolaise pendant cette période, il faut déjà prévoir une moyenne de 20 millions de $ US d’investissement par an !

Chers frères, divorçons donc d’avec la médiocrité en élisant, dans Butembo, des fils du terroir capables et patriotes qui sont à notre portée et arrêtons de lorgner ailleurs !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Electrification de la ville de Butembo : pour une vision plus digne du yira !

  1. John Mumbere dit :

    Dieu Sait Si Bien Ce Qui Nous Semble Lourd C’est Sur Que C’est Ne Pas Facile Mais Nous Esperons A La Reussite

  2. Joseph suhene dit :

    j’accourage le projet 2014 de graphèle

  3. remmy MATHE dit :

    pourquoi toujours les projets en long terme?

    • Projet2014 dit :

      Cher Mathe,
      Quel plaisir pour nous que de répondre à une si importante question ? Elle est courte, mais elle est chargée de signification.
      Le Projet 2014 n’est pas un projet de bricolage : un travail de colmatage, de brouillon, d’essai. C’est n’est pas notre voeu que d’investir dans de telle aventure comme le font beaucoup de nos politiciens à la recherche de l’argent facile et des glorioles.
      Le Projet 2014 est une conviction : religieuse, politique, humaniste. Pour rappel (http://www.paluku.net/2014), c’est un projet chrétien, démocratique, libéral.
      Nous ne sommes pas chrétiens pour les 90 ans d’une vie terrestre seulement. Ceux qui ne veulent se contenter que de cette vie-ci, ne se retrouve pas dans le Projet 2014, avec raison !
      Nous ne sommes pas de l’école qui soutien que le congolais ait besoin de la dictature pour s’en sortir. Nous soutenons que le respect du congolais est indispensable pour construire au coeur de l’Afrique un pays grand, fort et digne. Le Projet 2014 n’est donc pas non plus là où se retrouveraient la plupart de nos politiciens qui cachent mal leurs volontés hégémonistes, leurs obédiences dictatoriales.
      Nous ne sommes pas non plus des socialistes qui ravagent tous nos pays : de l’Afrique comme de l’Europe, promettant au peuple le salut dans la collectivisation de la richesse. Le Projet 2014 prône clairement le libéralisme, le capitalisme, si vous le désirez ; parce que nous croyons en la valeur de la responosabilité individuelle dans la réalisation des projets collectifs. Un socialiste ne se retrouvera pas dans le Projet 2014.
      Maintenant, plus et fondamentalement, pourquoi être chrétien, démocrate et libéral ? Pour ne plus se contenter du court-terme, mais viser grand, long-terme ?
      Il y a en cela une part d’élection et une part de choix personnel. Nous ne pouvons dire pourquoi il a plus à Dieu que nous croyons au message du Christ, pendant que plusieurs de nos contemporains le rejètent ? C’est ce que nous appellons élection : c’est un mystère.
      Nous pouvons parcontre vous dire, cher Mathe, que la médiocrité, l’immédiateté ne nous sied pas, parce que nous avons été appelé à ce qui est élevé, à ce qui est juste, digne et bon !
      C’est aussi simple que cela.
      Vous êtes des nôtres ou vous n’êtes pas encore des nôtres. Dans tous les cas, notre arme, ce ne sont pas les kalshnikov ; mais la Parole inégalable de Dieu dont une partie se trouve dans ta Bible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s